Traité sur la haute mer : un accord historique pour protéger la vie marine

Sharing is caring!

Par Era Environnement

Les gouvernements réunis aux Nations Unies à New York sont parvenus à un accord historique ce samedi sur des questions fondamentales pour un nouveau traité visant à protéger la vie marine en haute mer.

« Après deux semaines de négociations et d’efforts de super-héros au cours des 48 dernières heures, les gouvernements se sont entendus sur des questions clés qui feront progresser la protection et une meilleure gestion de la biodiversité marine en haute mer », a déclaré Rebecca Hubbard, Directeur de la High Seas Alliance, un partenariat d’organisations et de groupes visant à créer une voix commune forte et un groupe de soutien à la conservation de la haute mer. L’Alliance compte actuellement plus de 40 ONG et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)

La Haute mer, le plus grand habitat sur terre
La Haute mer, la zone océanique située au-delà des eaux nationales des pays, est le plus grand habitat sur Terre et abrite des millions d’espèces. À l’heure actuelle, un peu plus de 1 % de la haute mer est protégée, et le nouveau traité permettra d’établir des aires marines protégées dans ces eaux. Il s’agit également d’un outil clé pour aider à atteindre l’objectif récemment convenu de Kunming-Montréal d’au moins 30 % de protection des océans du monde d’ici 2030, qui vient d’être convenu en décembre lors de la COP 15 sur la biodiversité. Le niveau minimum de protection que les scientifiques mettent en garde est nécessaire pour assurer la santé des océans. Mais le temps presse, souligne les observateurs.

Lors de la Conférence sur le développement durable de juin 2012 (sommet Rio+20), les gouvernements se sont engagés à « [s’]attaquer d’urgence […] à la question de la conservation et de l’exploitation durable de la diversité biologique marine dans les zones qui ne relèvent pas des juridictions nationales, notamment en prenant une décision sur l’élaboration d’un instrument international dans le cadre de la Convention sur le droit de la mer » (§ 162, L’avenir que nous voulons) avant la fin de la 69e session de l’Assemblée
générale des Nations unies (septembre 2015).

Le nouveau traité veut faire entrer la gouvernance des océans dans le XXIe siècle, notamment en établissant des exigences modernes pour évaluer et gérer les activités humaines prévues qui auraient une incidence sur la vie marine en haute mer et en assurant une plus grande transparence. Cela devrait renforcer considérablement la gestion efficace de la pêche, de la navigation et des autres activités qui ont contribué au déclin global de la santé des océans.

La question du financement suffisant pour financer la mise en œuvre du Traité, ainsi que les questions d’équité entourant le partage des avantages des ressources génétiques marines ont été l’un des principaux points d’achoppement entre le Nord et le Sud tout au long de la réunion. Cependant, jusqu’aux dernières heures de la rencontre , les gouvernements ont été en mesure de conclure un accord prévoyant un partage équitable des avantages de la haute mer.

« Il a fallu beaucoup de temps pour parvenir à un traité. Nous nous tournerons vers les 52 États qui composent la Coalition de haute ambition pour mener la charge d’adopter, de ratifier et d’identifier d’importantes zones de haute mer à protéger », a déclaré Rebecca Hubbard à l’issue des négociations.

error: Content is protected !!

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer