era environnement
era environnement

Une fin tragique, mais un espoir

Bakary Mdahoma, ancien ministre comorien  vient de nous quittés tragiquement, emporté par la mer, près de son domicile à Moroni, jeudi 31 décembre, à l’aube et retrouvé hier soir dans les eaux comoriennes. Son départ prématuré endeuille les Comores et l’Afrique. A 65 ans, ce fin technicien, né à Madagascar, avait occupé de nombreux postes en lien avec les finances et l’environnement. Il était ministre du développement rural de la pêche et de l’environnement dans les années 90.

Une scolarité exemplaire

Après avoir effectué une partie de sa scolarité à Madagascar, ce fils de policier, quitte la Grande Ile avec ses parents, son grand frère et ses soeurs pour s’installer au village de Samba Mbdoni, dans la région d’Itsandra à la Grande Comore. Quelques mois plus tard, il devient  l’un des premiers de sa génération à réussir le concours d’entrée en sixième. Une compétition largement suivie et respectée qui existe toujours aux Comores. Il poursuit ainsi ses études secondaires et obtient son baccalauréat C, un baccalauréat scientifique en 1979 . L’année suivante, il quitte les Comores pour étudier au Cameroun pendant trois ans, à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature à Yaoundé. Il obtient un diplôme d’inspecteur des impôts et d’enregistrement en 1983.A son retour aux Comores, il cumule des stages au sein de l’Administration Générale des Impôts,  devient  par la suite chef de service d’un département en charge du code des impôts au sein de la direction Régionale des Impôts de la Grande Comore et occupe une série de postes en lien avec la fiscalité. Fort de ces expériences, perfectionniste,  il poursuit en 1987 des Etudes supérieures spécialisées en administration fiscale à l’Université Paris 9 « Paris Dauphine », en France pour obtenir à la clef un diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées ( DESS).

Pragmatique

Il rentre aux Comores, après une année passée dans l’hexagone.  Il est alors sollicité pour travailler de nouveau dans l’administration publique, occupe plusieurs fonctions et devient ministre du développement rural, de la pêche et de l’environnement entre 1994 et 1995. Il participe alors à Nairobi et aux Seychelles à plusieurs conférences sur l’environnement notamment celle sur l’adoption du texte sur la diversité biologique . Aux Comores, il signe un projet d’Appui aux initiatives économiques de base (AIEB) du Fonds International de Développement Agricole (FIDA). Un projet qui donnera naissance à l’Union des Mecks, le système actuel de micro-crédit l. Il revient, après son mandat d’un an,  vers sa passion première pour la fiscalité et y exerce en tant que cadre de haut niveau jusqu’à son départ prématuré.

Un espoir

Bakary Mdahoma  aussi appelé  Hassane Mdahoma ou papa Azad (le nom de son fils aîné), par son cercle familial, était un homme altruiste. Reconnu par ses paires, son village Samba Mbodoni, mais aussi par ceux qui ont fait sa connaissance en Afrique et ailleurs. Il laisse derrière lui son épouse, et quatre enfants aux parcours exemplaires, preuves de la rigueur, de la pédagogie, du pragmatisme et de l’ouverture de ce fin stratège. ERA ENVIRONNEMENT présente ses condoléances à toute sa famille et aux personnes touchées par son départ . Paix à son âme.

Houmi Ahamed-Mikidache

 

 

 

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!

era environnement

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer