Face au mal, des solutions existent 
Nov20

 Face au mal, des solutions existent 

 Face au mal, des solutions existent   Ces derniers jours, nous avons été scandalisés et horrifiés de voir qu’il existe encore en 2017, un manque de considération voire une haine violente à l’encontre de la jeunesse africaine. L’esclavage a été aboli en en 1848 : un travail de mémoire a été entamé dans ce sens par des historiens de tout bord. Mais il ne suffit pas à estomper le mal, la haine et le dégoût de certaines personnes pour le noir. Nous devons nous poser les questions justes : pourquoi le noir est-il si détesté en Afrique et ailleurs ? Pourquoi le noir et l’Afrique sont assimilés à la  pauvreté ? Pourquoi y a-t-il cette haine venant du noir par le noir et du noir par le moins noir, et vis-versa et par l’arabe pour le noir ? Pourquoi y a-t-il ce sentiment de supériorité blanc et noir et infériorité noir et blanc ? Bien heureusement, tous les êtres humains, blancs ou noirs, noirs ou arabes  ne réagissent pas ainsi. Mais, avons-nous réellement compris ce qui ce se passe ? Savons-nous pourquoi cette jeunesse quitte sa maison, son village, son pays pour l’Europe, Est-ce si simple de tout quitter ? Non, ce n’est pas si simple. C’est aussi une marque de désespoir. Désespoir de la jeunesse africaine, soutenue parfois par la famille. L’Afrique est le continent de l’espoir, entendons-nous ça-et-là. Mais, le noir reste peu considéré par ses paires, par ses frères. La libye à travers le reportage de CNN est montrée du doigt et à raison. C’est criminel de vendre des êtres humains. Ce pays, sans autorités réelles, a pourtant longtemps collaboré avec l’Union Européenne pour limiter les migrations. En vain. Les responsabilités sont multiples, et il est important de réagir par des actes concrets. De nombreuses actions de développement ont été identifiées entre l’Afrique et l’Europe , l’Afrique et ses autres partenaires internationaux. Les solutions aux changements climatiques ne sont pas forcément retenues comme des solutions. Pourtant, elles doivent être enseignées aux enfants africains et à tous les enfants dès le plus jeune âge. L’enfant africain ne doit pas être isolé des autres enfants : tout le monde a le droit à la réussite et à l’excellence.  L’ouvrage “l’enfant noir” de l’écrivain guinéen Camara Laye a montré ô combien il est important de valoriser sa culture , son identité, ses traditions pour exister, pour faire ressortir le moi. Il est aujourd’hui nécessaire de faire ressortir le moi de cette jeunesse africaine désespérée, en travaillant sur la culture de la valorisation des ressources de l’espace dans lequel elle évolue et se construit. Un accompagnement village par village par  les gouvernements, la diaspora et par tous les acteurs de développement est nécessaire. Chaque...

Read More
COP 22- Océans- Togo : Sommet sur la sécurité maritime en Afrique
Oct10

COP 22- Océans- Togo : Sommet sur la sécurité maritime en Afrique

COP 22- Océans- Togo : Sommet sur la sécurité maritime en Afrique   Lomé,  capitale togolaise,  accueille du 10 au 15 Octobre le  Sommet de l’Union Africaine sur  la sûreté, la  sécurité maritime et le développement en Afrique.  A l’initiative du président togolais Faure Gnassingbé, cette rencontre intervient quelques semaines après la réunion ministérielle de l’île Maurice,  sur les économies des océans en Afrique, marquée par la présence du premier ministre togolais, Komi Sélom Klassou. La rencontre de Lomé poursuit les travaux  des Sommets de Yaoundé  en juin 2013 et des Seychelles en février 2015. A Lomé, les dirigeants africains souhaitent mettre en place une stratégie africaine de protection des mers et des océans. A l’issue du Sommet de Lomé, une charte sécuritaire sera adoptée. Ses ambitions : Sécuriser les zones maritimes africaines et  réduire  les pertes économiques que subit le continent africain,  dans les golfes d’Aden et de Guinée notamment. Ces dernières  sont estimées chaque année  à sept milliards de dollars, un chiffre que le président togolais considère toutefois “en deçà de la réalité”. Quant à la pêche illicite, elle entraine chaque année, une perte de  170 milliards de francs CFA (260 millions d’euros) en Afrique de l’ouest selon le centre d’Etude Stratégique de l’Afrique. Ce sommet, selon les observateurs, devrait  permettre d’accroitre les recettes liées à l’exploitation de la mer (pêche, recherche sous-marine, tourisme, transport maritime) qui rapportaient chaque année 2 500 milliards de dollars dans le monde. Reportage d’Hippolyte Agossou Né à Malanville au Bénin en 1985, Hippolyte AGOSSOU est un  journaliste-géographe, spécialiste des questions d’environnement. Journaliste à E-télé, une chaîne de télévision commerciale du nord Bénin, il est aussi  assistant de recherche au laboratoire d’aménagement des forêts et de biogéographie a l’Université d’Abomey calavi. Hippolyte est basé à Parakou, la plus grande ville du nord du Bénin. L’an dernier, il  a participé au concours de reportage du PNUD Voice2Paris lors de la COP 21. Il bénéficie depuis quelques mois d’une formation à distance, dispensée par Eraenvironnement.com. Born in Malanville in Benin in 1985, Hippolyte Agossou is a journalist geographer, with a specialization in environment. He is working for the Benin commercial  TV E-Tele.  He is a research assistant  at the forest management and biogeography of the University of Abomey Calavi. Hippolyte is based in Parakou, the largest city of northern Benin.  Last year, he took part in the climate change contest reporting Voice2Paris organized by the UNDP  last year ahead of the COP 21. He is one of the online  trainees of...

Read More