COP 22- Niger- Ratification de l’accord de Paris
Sep15

COP 22- Niger- Ratification de l’accord de Paris

COP 22- Niger- Ratification de l’accord de Paris Par Kané Illa Le Gouvernement nigérien a adopté, lors du conseil des ministres ordinaires du mercredi 7 septembre 2016,  un projet d’ordonnance portant ratification de l’accord sur le Climat conclu à l’issue de la 21ème Conférence des Parties à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, tenue du 29 novembre au 11 décembre 2015 à Paris (France). «L’Accord, objet de la présente ordonnance constitue une riposte efficace et progressive de la Communauté Internationale face à la menace pressante des changements climatiques dans le contexte du développement durable et de la lutte contre la pauvreté. Il prévoit de contenir notamment  l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels tout en poursuivant d’autres actions tendant à réduire sensiblement les risques et les effets des changements climatiques», a précisé le communiqué du conseil des ministres diffusé par les médias d’Etat. Le Niger a déjà signé l’accord de Paris depuis le 22 avril dernier. Vaste pays du Sahel dont les 2/3 du territoire sont désertiques, le Niger subit les effets des changements climatiques dont les principales manifestations sont, entre autres, les fortes chaleurs, les sécheresses et les inondations. Toutefois, les contributions du pays en termes d’émission du gaz carbonique, un des principaux gaz à effet de serre à l’origine des changements climatiques, ne sont que de 2,8 tonnes par habitant, soit 0,07% des émissions...

Read More
COP 22-Niger- Katiellou Gaptia Lawan: «Une des conséquences des changements climatiques au Niger est l’augmentation considérable des températures»
Mai05

COP 22-Niger- Katiellou Gaptia Lawan: «Une des conséquences des changements climatiques au Niger est l’augmentation considérable des températures»

COP 22-Niger – Katiellou Gaptia Lawan, chef de la Direction de la Météorologie Nationale: «Une des conséquences des changements climatiques au Niger est l’augmentation considérable des températures» INTERVIEW. Depuis quelques années le Niger connaît de fortes chaleurs, principalement pendant les mois d’avril et mai où le mercure monte à plus de 45°C. Katiellou Gaptia Lawan, chef de la Division Prévisions météorologiques à la Direction de la Météorologie Nationale explique à eranevironnement.com les raisons de l’augmentation des températures dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Propos recueillis par notre correspondant Kane Illa eraenvironnement.com : Depuis quelques années, particulièrement au cours du mois d’avril, on assiste au Niger à de très fortes chaleurs au point où le mercure monte  parfois à plus de 45°C. Qu’est-ce qui peut expliquer une telle situation ? Katiellou Gaptia Lawan : A l’instar des autres pays du Globe, le Niger n’est pas épargné par les  changements climatiques. Une des conséquences des changements climatiques au Niger est l’augmentation considérable des température, de jour comme de nuit. Les températures maximales enregistrées quotidiennement connaissent annuellement une hausse soutenue traduite par des valeurs au dessus de la moyenne ou normale. Depuis 1995 , les températures maximales annuelles, sur l’ensemble de notre pays, ne sont jamais retombées en dessous de la normale. Depuis 1995-1996 , nous faisons face à des périodes de fortes chaleur avril-mai-juin. Le record de température maximale a été enregistré en 2010 allant bien au de-là des 45°C, avec une valeur de 48,3 °C et 48,2°C enregistrée au mois de mai respectivement à Tillabéry [ sud ouest] et à Bilma [nord ouest]. Au mois d’avril de la même année, le Niger a connu une vague de chaleur avec des températures soutenues de 46 à 47°C, conjuguée avec l’humidité de l’air. Plusieurs personnes sont ainsi mortes, en l’espace de quelques jours, notamment à Niamey [la capitale]. Cette année au du mois d’avril, plusieurs régions du Niger ont subi de fortes pluies dont les quantités ont presque atteint les 100 millimètres par endroits. Serait-ce aussi une expression des changements climatiques, étant entendu qu’au Niger les saisons hivernales débutent généralement vers la fin du mois de mai et au début de celui de juin ? Oui bien sûr. C’est un fait peut-être rare, mais ce n’est pas exceptionnel ni inhabituel d’avoir des précipitations au cours du mois d’avril ou même avant. En 2013 il y a eu de fortes précipitations au cours du mois d’avril dans plusieurs localités du Niger. Il y a quelques années, à la Direction de la Météorologie Nationale, on avait demandé aux populations de ne pas semer avant le démarrage de la saison pluvieuse. Hélas, nous n’avons pas été écoutés. Il y a eu,...

Read More