Le One Planet Summit se réunira à Nairobi
Fév11

Le One Planet Summit se réunira à Nairobi

Le One Planet Summit se réunira  à Nairobi   La troisième édition du One Planet Summit aura lieu à Nairobi au Kenya le 14 mars prochain. Son objectif: poursuivre l’accélération de la mise en oeuvre de l’Accord de Paris. Explications. Par la rédaction Les engagements Le 14 Mars prochain aura lieu la troisième édition du One Planet Summit à Nairobi au Kenya. L’Afrique n’émet que 4% de gaz à effet de serre, mais elle est pourtant en première ligne des conséquences du réchauffement planétaire. Cette troisième édition permettra d’accélérer la mise en oeuvre de l’accord de Paris, tant sur le plan économique qu’écologique. Lors de la seconde édition du One Planet Summit au mois de Septembre 2018, l’Espagne a annoncé qu’elle rejoindrait la Coalition Neutralité Carbone d’ici 2050. Cette coalition regroupe 19 pays dans le monde voulant  mettre en place des stratégies de long terme pour limiter les émissions de gaz à effet de serre avec pour  ambitions de lier les intérêts économiques aux intérêts écologiques dans le domaine des transports, de l’énergie et de l’utilisation des sols. Au niveau des nouvelles technologies de l’information, le moteur de recherche Google, en collaboration avec Bloomberg Philanthropies et le Global Convenant of Mayors établiera un programme de recherche qui fournira à près de 10 000 villes du monde des données en ligne pour  aider à créer et à mettre en oeuvre d’ambitieux plans d’action. De fait, Google développera des outils et des connaissances permettant aux villes d’accéder à des informations sur des domaines tels que les transports, les bâtiments, la qualité de l’air. Quant au Global Convenant of Mayors, il établira un programme de recherche et d’innovation pour les villes appelées ” Innovate4Cities”.  Son action: développer un soutien local pour engager des actions de lutte contre le réchauffement climatique. Le Groupe de la Banque mondiale s’est engagé à investir 1 milliard de dollars pour accélérer le déploiement de batteries de stockage de l’énergie dans les pays en développement. L’initiative devrait mobiliser 4 milliards de dollars supplémentaires de financements à taux préférentiels et d’investissements privés et devrait se traduire par une nouvelle capacité de stockage de 17,5 GWh d’ici 2025 – plus du triple des 4-5 GWh actuellement installés dans tous les pays en développement. Sa finalité: catalyser de nouveaux marchés pour le déploiement de batteries destinés à des réseaux énergétiques avancés afin d’aider les pays en développement à élargir leur accès à l’électricité, améliorer la résilience des réseaux et passer à une nouvelle génération de technologie énergétique. A la demande du Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, le président de la République Française, Emmanuel Macron et le Premier ministre de Jamaïque Andrew Holness sont  les chefs de file sur la finance...

Read More
Bénin : L’adaptation au cœur des solutions
Mar24

Bénin : L’adaptation au cœur des solutions

Bénin : L’adaptation au cœur des solutions   Un financement français de 58 millions d’euros vient d’être octroyé au Bénin. Son objectif : permettre à la population de lutter contre les changements climatiques. Explications. Par Hippolyte AGOSSOU     Le 5 mars dernier, le Benin a signé une convention de financement avec l’Agence Française de Développement. Cette convention d’un montant de 58 millions d’euros a pour objectif d’aider à la mise en place du projet d’Adaptation des Villes aux Changements Climatiques. Le projet d’Adaptation des Villes aux Changements Climatiques (PAVIC) est une des composantes préétablie dans le plan d’Action du gouvernement pour aider, par des outils spécifiques, les villes à s’adapter aux conséquences des changements climatiques dans le domaine de l’agriculture, de l’industrie, de la pêche notamment. Son ambition : accompagner un changement de mentalités afin de protéger les zones sensibles et inondables et soutenant des activités qui respectent l’environnement. Autres mission : renforcer les capacités des acteurs locaux des territoires urbains pour faire face aux aléas climatiques en améliorant  leur résilience et en permettant au Bénin de faire face de manière stratégique aux changements climatiques.   « Cet appui important du gouvernement français aidera le Bénin à atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet contenu dans le Plan d’Action du Gouvernement du Président Patrice TALON, »  a indiqué le ministre béninois du cadre de vie José Didier TONATO. Quatre villes vont bénéficier du programme : Bohicon, Comé, Cotonou et Sèmè-Podji. L’Afrique est considérée comme l’un des continents les plus vulnérables au changement climatique. La plupart des pays africains comme le Bénin témoignent vraisemblablement de grande difficultés à s’adapter aux effets de cette mutations environnementale. De fait,  les autorités béninoises en charge du cadre de vie multiplient les actions pour identifier de potentiels partenaires pouvant les aider  techniquement et financièrement dans le processus d’adaption des populations. La France est considérée comme un des partenaires privilégiés du Bénin.  ...

Read More
Era Environnement: Le retour/ The Comeback
Mar21

Era Environnement: Le retour/ The Comeback

Depuis, quelques mois, vous ne nous lisez plus. Mais, ne vous inquiétez pas, Era Environnement est pleine restructuration. Vous aurez prochainement le loisir de lire tous nos articles.   A bientôt Houmi Ahamed-Mikidache Rédactrice en chef For the past few months, you did not have news from Era Environnement. We are undergoing a restructuring. But, do not worry, we will soon get back to you. See you soon. Houmi Ahamed-Mikidache Editor in...

Read More
One  Planet Summit : Pour l’Action climatique
Déc08

One Planet Summit : Pour l’Action climatique

One Planet  Summit: Un Sommet pour l’Action climatique   Quelques semaines après la 23ème  Conférence des Nations Unies sur le climat à Bonn, et deux ans après l’adoption de l’Accord de Paris,  la France, les Nations Unies et la Banque Mondiale réunissent à Paris plus de 4000 personnes dont une cinquantaine de chefs d’Etat, des Organisations Non Gouvernementales,  des institutions du secteur privé et publique ainsi que  des personnalités telles que Leonardo Di Caprio, Arnold Swarchzenegger, ou le prix Nobel de la paix Mohamed Yunus, dans le cadre du Sommet One  Planet Summit. Explications.   Par Houmi Ahamed-Mikidache   L’organisation du One Planet Summit  à Paris a pour ambition d’intégrer de nouvelles actions pour le climat, notamment sur le plan financier,  avait précisé le président de la République Française Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse, tenue à l’issue de la clôture du sommet du G20 au mois de juillet dernier. Lors de la 23ème conférence des Nations Unies sur le climat, les pays du sud ont encore martelé la responsabilité historique des pays développés dans le financement de la lutte contre les changements climatique. Le Fonds pour les pays les moins avancés (PMA) et le Fonds d’adaptation sous le Protocole de Kyoto, des outils de financement de l’adaptation issus des accords de Marrakech et de Bonn en 2001 ont fait l’objet de discussions approfondies. Ces derniers vont servir l’accord de Paris et seront dorénavant financés en conséquence : une réussite pour l’Afrique et les pays en voie de développement  , mais la question du financement des 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 reste énigmatique. Elle n’a elle pas fait l’objet de décision,  et celle-ci est d’ailleurs reportée à la prochaine COP en 2018. Pourquoi ce sommet a-t-il lieu à Paris ? Ce sommet a lieu deux ans après l’adoption de l’Accord de Paris qui a pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 2 voire 1,5 degrés Celsius. En amont de la 21ème conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, tous les pays membres des Nations Unies ont présenté leur plan d’action national de réduction de gaz à effet de serre, mais ces plans nationaux réunis sont insuffisants pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Toutefois, le texte de Paris prévoit une révision de ces plans nationaux tous les cinq ans. Mais les prévisions ne sont pas bonnes. La huitième édition du rapport annuel de l’ONU sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, publiée en amont de la Conférence de l’ONU sur les changements climatiques à Bonn, révèle que les engagements...

Read More
COP 23 : Angola is combating Coal with 19 nations
Nov18

COP 23 : Angola is combating Coal with 19 nations

COP 23 : Angola is combating Coal with 19 nations Following the High level Segment, held this Wednesday, Angola shows its interest to combat coal with an Alliance of 19 nations.  Demonstration. By Houmi Ahamed-Mikidache   On  Thursday, Angola with other Nations such as the UK, Canada, Costa Rica, France, Belgium,  France, Italy, Marshall Islands, Portugal, el Salvador, US and Canadian states  (Washington, Alberta…). pledged to commit to moving the world from burning coal to cleaner power sources, through the Powering Past Coal Alliance plans. The ambition of this Alliance is to lead the rest of the world in committing to an end to use coal poser. They are going to take action such as setting coal phase out targets, committing to not further investments in coal-fired electricity in their jurisdictions or abroad. The minister of Environment Paula Francisco, head of the delegation of Angola has explained, on Wednesday during the high level segment  at UN Climate Conference in Bonn, how the Angola is engaged in the process of adopting a National Climate Action Plan from 2018 to 2030. Its ambitions: contributing to poverty eradication with a low carbon development strategy. Angola said its willing to implement the Paris Agreement collectively. “ As we progress toward 2020, it is imperative that we take stock of the actions we have collectively taken in accordance with the decisions and commitments made, ” she said during the high level Segment at the UN Climate Change Conference. Mrs Francisco  raised concerns on the large gap between the levels of ambition needed to reach the long term temperature goal of limiting temperature rise to 1,5°Celsius above pre industrial levels and said that the action should be taken collectively and not individually. “While we are encouraged by the fact that 170 Parties have ratified the Paris Agreement, ratification alone will not bridge the gap. Further gaps exist in the level of financial flows and access to technology to developing countries, as our ability to act is limited by access to adequate means of implementation,” she emphasized.    ...

Read More