Bénin : L’adaptation au cœur des solutions
Mar24

Bénin : L’adaptation au cœur des solutions

Bénin : L’adaptation au cœur des solutions   Un financement français de 58 millions d’euros vient d’être octroyé au Bénin. Son objectif : permettre à la population de lutter contre les changements climatiques. Explications. Par Hippolyte AGOSSOU     Le 5 mars dernier, le Benin a signé une convention de financement avec l’Agence Française de Développement. Cette convention d’un montant de 58 millions d’euros a pour objectif d’aider à la mise en place du projet d’Adaptation des Villes aux Changements Climatiques. Le projet d’Adaptation des Villes aux Changements Climatiques (PAVIC) est une des composantes préétablie dans le plan d’Action du gouvernement pour aider, par des outils spécifiques, les villes à s’adapter aux conséquences des changements climatiques dans le domaine de l’agriculture, de l’industrie, de la pêche notamment. Son ambition : accompagner un changement de mentalités afin de protéger les zones sensibles et inondables et soutenant des activités qui respectent l’environnement. Autres mission : renforcer les capacités des acteurs locaux des territoires urbains pour faire face aux aléas climatiques en améliorant  leur résilience et en permettant au Bénin de faire face de manière stratégique aux changements climatiques.   « Cet appui important du gouvernement français aidera le Bénin à atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet contenu dans le Plan d’Action du Gouvernement du Président Patrice TALON, »  a indiqué le ministre béninois du cadre de vie José Didier TONATO. Quatre villes vont bénéficier du programme : Bohicon, Comé, Cotonou et Sèmè-Podji. L’Afrique est considérée comme l’un des continents les plus vulnérables au changement climatique. La plupart des pays africains comme le Bénin témoignent vraisemblablement de grande difficultés à s’adapter aux effets de cette mutations environnementale. De fait,  les autorités béninoises en charge du cadre de vie multiplient les actions pour identifier de potentiels partenaires pouvant les aider  techniquement et financièrement dans le processus d’adaption des populations. La France est considérée comme un des partenaires privilégiés du Bénin.  ...

Read More
One Planet Summit: ” Ce sommet ne se substitue pas aux mécanismes de la COP “- Seyni Nafo
Déc17

One Planet Summit: ” Ce sommet ne se substitue pas aux mécanismes de la COP “- Seyni Nafo

One Planet Summit: ” Ce sommet ne se substitue pas aux mécanismes de la COP “- Seyni Nafo Présent récemment au One Planet Summit, l’ambassadeur malien pour le climat, président du groupe des négociateurs africains en fin d’exercice et directeur intérimaire de l’unité indépendante de mise en œuvre de l’initiative africaine d’accès à l’énergie, Seyni Nafo revient sur les points essentiels de l’Accord de Paris et se confie à Era Environnement dans un entretien fleuve.   Era Environnement : Que pensez-vous des douze engagements présentés lors du One Planet Summit ? Seyni Nafo : Je salue ces engagements. Mais, je suis plutôt intéressé par l’annonce du président Macron : la mise en place d’un dispositif de vérification de la mise en œuvre de ces engagements. J’ai envie de prendre attache avec son équipe pour savoir quelles vont être les modalités de mise en application de ce dispositif. Je salue par ailleurs les engagements individuels des pays. Comment pourriez-vous définir le One Planet Summit ? Ce sommet ne vient pas d’une résolution de la Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques. C’est un sommet positif qui veut mobiliser l’ensemble des acteurs et  accélérer les efforts,  pour relancer la dynamique. On appelle ça un push politique. Au regard de la situation dans laquelle nous sommes depuis l’annonce de  retrait du président Trump, il faut apprécier toutes les actions politiques qui tentent de mobiliser l’ensemble des acteurs pour remettre le climat en haut de l’agenda de l’action au niveau global. Mais, il ne faut pas oublier les négociations formelles : les pays développés et en développement ont pris des engagements dans l’Accord de Paris, à l’exception des Etats-Unis. Il existe  un dispositif de mécanisme de suivi et d’évaluation, des mesures de reporting  et de vérification des engagements de l’Accord de Paris. Ce sommet ne se substitue pas aux   mécanismes de la COP et de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. Cette plateforme que veut mettre en place le président Macron est une bonne chose : cela permettra aux acteurs présents le 12 décembre  dernier de suivre leurs engagements. Si j’ai bien compris, l’objectif est de faire un point annuel sur les  engagements du Sommet. Et c’est très important. Ce sommet à réussi à mobiliser de nombreuses personnalités du cinéma, du secteur privé, des banques centrales…C’était très positif. Lors de ce Sommet, le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Gutierez a fait  référence aux 100 milliards de dollars par an attendus en 2020 en disant : «  n’oublions pas les 100 milliards de dollars attendus en 2020 ». Que représente pour vous cette affirmation ? Effectivement, il a évoqué le sujet à deux ou trois reprises. C’est un acte...

Read More
COP 22- La Centrale Noor- Un exemple à Suivre
Juin20

COP 22- La Centrale Noor- Un exemple à Suivre

  COP 22- La Centrale Noor: Un exemple à Suivre Située en plein désert du sud marocain, à 10 kilomètres de la province de Ouarzazate, la centrale solaire  Noor, d’une capacité de 160 mégawatts, est considérée actuellement par les experts comme la plus grande centrale solaire du monde. Même si récemment, Dubaï a annoncé son projet de construction de centrale solaire de plus de 1000 mégawatts. Analyse. Par Houmi Ahamed-Mikidache Comment s’intègre ce projet dans l’initiative pour l’accès à l’Energie en Afrique ? Noor, signifiant lumière en arabe représente, pour les experts de la Banque Africaine de Développement, le symbole de la transformation de l’Afrique. Lancé en 2009, ce programme solaire a été inauguré au mois de février dernier par le roi, Mohamed VI. Noor a ouvert la porte aux projets du « New Deal pour l’énergie en Afrique » présenté par le nouveau président de la Banque africaine de développement, M. Akinwumi Adesina pour transformer le secteur de l’énergie et permettre l’accès de l’électricité pour tous sur le continent.  Ce projet d’accès à l’Energie en Afrique a aussi été annoncé par le président Egyptien, Abdel Fattah Saïd Hussein pendant la COP 21. Et l’Accord de Paris en fait également mention.  Ainsi le Burkina Faso a récemment exposé son projet de construction de centrale solaire de 33 mégawatts qui pourrait couvrir tout le Sahel. La construction de la Centrale Noor s’intègre la lutte contre le changement climatique et la stratégie énergétique 2010-2030  du Maroc. Le pourcentage des énergies renouvelables dans le mix énergétique passera de 34% à 42% d’ici 2020 pour atteindre 52% du mix en 2030. Que représente Noor  ? Noor, c’est  selon de nombreux experts et observateurs internationaux, un programme et des objectifs ambitieux. Quatre au total: diversifier les sources d’énergies, exploiter le soleil et le vent, puis développer l’efficacité énergétique dans le bâtiment et l’industrie et enfin intégrer l’électricité dans les marchés mondiaux avec des interconnexions.  Dans ce plan solaire, il y a 500 mégawatts de solaire thermodynamique. «  Le solaire thermodynamique n’est pas la source d’énergie solaire la plus répandue contrairement au photovoltaïque, mais c’est une énergie qui a fait ses preuves, notamment en Californie, installée depuis les 1980, »fait remarquer  Fabrice Jucquois, chef de projets Energie à l’Agence Française de Développement. Pour ce spécialiste de l’énergie, le thermodynamique est une énergie maîtrisée et peu développée et donc potentiellement en progrès avec une diminution de coût. «  C’est intéressant, c’est une sorte de blending énergétique ( mélange énergétique) : la centrale thermodynamique ne fera que du stockage d’énergie pour une restitution de l’électricité la nuit. Tandis que le photovoltaïque produira le jour avec une énergie comme le photovoltaïque, utilisée aux Etats-Unis...

Read More