La Cop11 de la CNULD en Namibie

La 11ème session de la conférence des Parties (Cop11) à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULD) s’est ouverte le 16 Septembre dernier et se terminera le 27 de ce mois à Windhoek en Namibie.

Pour la première fois cette conférence se tient dans le sud de l’Afrique. Pour le président de la Cop 11 , M .Uahekwa Herunga, ministre de l’environnement et du tourisme de la Namibie, « la Terre des braves connaît sa pire sécheresse depuis 30 ans. » La conférence des Nations Unies sur le développement durable (CNUDD), Rio+ 20, au Brésil en 2012, a posé des jalons et la Cop11 devrait élaborer ce travail exhorte le ministre dans son allocution.
Le concept d’un monde neutre en matière de dégradation des terres et le développement d’un ensemble d’Objectif de Développement Durable (ODD) basés sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), poursuivant l’agenda du programme post 2015, avaient effectivement été approuvés par les dirigeants du monde, au sommet de la Terre l’an dernier. La concrétisation de cet accord et l’examen des progrès de la première moitié de la stratégie décennale de la Convention (2008-2018) feront donc partie, entre autres, des points abordés durant ces deux semaines de travail.

A l’ouverture de la Cop, le Secrétaire exécutif de la CNULD, Luc Gnacadja a exprimé ses attentes : «Nous devons aller au-delà d’un accord politique et porter le problème de la dégradation des terres au cœur des préoccupations des politiques nationales. Cela permettra d’aider toutes les parties à traiter plus efficacement d’autres questions stratégiques cruciales et transversales telles que la sécurité énergétique, la sécurité alimentaire, la sécurité de l’approvisionnement en eau, ainsi que l’éradication de la pauvreté. »

M. Gnacadja a été remplacé récemment en Namibie par Monique Barbut, ancienne Directrice générale du Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Expérimentée, Mme Barbut a joué un rôle clef, au sein de la délégation française au Sommet de la Terre de Rio, en 1992, dans la conduite des négociations sur le financement, et plus tard comme négociatrice active de la création du Fonds pour l’environnement mondial. Ancien ministre de l’environnement du Bénin, récompensé par le Green Award de la Banque Mondiale en 2002 pour ses actions en faveur du développement durable, M. Gnacadja avait été nommé Secrétaire exécutif de la CNULD par le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki Moon, en 2007.

(  Septembre 2013- Archives)

Author: ERA ENVIRONNEMENT

ERA ENVIRONNEMENT is a media based in SAMBA M'BODONI, a village in the North of Comoros Islands in the Indian Ocean . It was first an association "de loi 1901" in 2016 based in France and dissoluted in 2017. On April 2018, ERA ENVIRONNEMENT was established as an company in Comoros Islands with the commercial register 8671-B-18. The activities in Comoros Islands started in January 2019. Localized in one of the six Small Islands States of Africa, ERA ENVIRONNEMENT is the unique media in Comoros with a vocational training on sustainable development and climate change with two teams of young and senior journalists. All rights reserved. ERA ENVIRONNEMENT est un média basé à Samba M’Bodoni, un village situé dans le nord de la Grande Comore, dans l’Océan Indien. Basée anciennement à Paris en 2016, en France, cette association a été dissoute en 2017 .En Avril 2018, ERA ENVIRONNEMENT est devenue une entreprise de presse comorienne avec comme registre de commerce N° 8671-B-18 . Localisée dans l’un des six Petits Etats Insulaires en développement d’Afrique, ERA ENVIRONNEMENT a commencé ses activités en Janvier 2019. Cette entreprise de presse est l’unique média intégrant une formation au développement durable et aux changements climatiques, avec une équipe de jeunes et de seniors journalistes. Tous droits réservés.

Share This Post On