Investir dans les solutions innovantes est une nécessité ( Conférence Ministérielle Africaine sur l’Environnement)

Investir dans les solutions innovantes est une nécessité ( Conférence Ministérielle Africaine sur l’Environnement)

Par Houmi Ahamed-Mikidache

Nairobi, 17 Septembre 2018 – La Conférence Ministérielle Africaine sur l’Environnement s’est ouverte  ce lundi  à Nairobi (Kenya) et se terminera mercredi  21  Septembre. Principaux sujets de discussion: la promotion des solutions innovantes et des métiers durables. Les ministres africains exposeront ainsi pendant trois jours  leur stratégie de développement durable  et évoqueront le programme du prochain Sommet ministériel sur la biodiversité africaine. qui aura lieu en Egypte au mois de novembre prochain, avant la Conférence des Nations Unies sur la Biodiversité et avant la Conférence des Nations Unies sur le Climat prévue en Pologne au mois de décembre prochain.

Le poids des ressources naturelles en Afrique

D’après l’Organisation des Nations Unies pour l’Environnement, l’Afrique accueille 30% des réserves minérales mondiales,  environ 65% des terres arables.  Toujours, selon l’ONU, les ressources halieutiques africaines ne sont pas à négliger: elles  valent 24 milliards de dollars. Autre atout: la biodiversité. Le continent accueille la seconde plus grande forêt tropicale mondiale. Mais,  l’Afrique est vulnérable aux changements climatiques et subit une importante dégradation de ses écosystèmes. Le continent perd 68 milliards de dollars chaque année.  Les conséquences:  des pertes de plus de 6,6 million de tonnes de récoltes de céréales potentielles, qui pourraient nourrir plus de 31 millions de personnes.  La dégradation de ses écosystèmes provoquent de fait les pertes après récoltes, estimées à 48 milliards de dollars par an.

Le manque d’accès à l’énergie

Alors que le continent possède  10% de sources internes d’énergies renouvelables,  l’accès à l’énergie pour tous est difficile à atteindre en Afrique. Malgré les annonces en 2015, notamment  celle sur le programme d’accès à l’énergie des populations africaines pour que le continent puisse réaliser l’ambitieux Programme de développement durable à l’horizon 2030 adopté fin 2015 par les Nations unies.  Dernières données:  590 millions d’habitants en Afrique n’avaient pas accès à l’électricité en 2017, selon l’Agence Internationale de l’Energie Atomique.

Depuis la COP 21, l’Afrique a mis en place un programme d’accès à l”Energie avec une annonce de  financement de  10 milliards de dollars. Cette initiative d’accès à l’énergie en Afrique a mis en place un portefeuille de projets et de programmes financés par des partenaires internationaux tels que l’Union Européenne, le Canada, l’Union Européenne, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas,  la Suède,  le Royaume-Uni et les États-Unis . Mais, le chemin est encore long, d’après certains observateurs.Le dernier rapport de l’AREI  ( l’Initiative de l’Afrique sur les Energies Renouvelables) sur la mise à jour de portefeuille de projets et de programmes indique qu’il existe des déséquilibres régionaux.

La stratégie des ministres africains

A quelques mois de la conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques en Pologne, à Katowice, prévue du 3 au 14 Décembre prochain, les ministres africains adopteront  une déclaration qui reprendra les messages clefs des trois jours de travaux. La conférence ministérielle africaine sera suivie le lendemain par la plateforme de partenariat sur l’environnement en Afrique qui aura lieu  pour la première fois du 20 au 21 septembre prochain. Son objectif: créer une synergie autour de la gestion durable de l’environnement en Afrique à travers des partenariats, une coordination et une harmonisation des activités.

” L’Afrique doit se concentrer sur le changement de paradigme à travers des actions pratiques innovantes afin que nous puissions en bénéficier au maximum,” a déclaré lors de l’ouverture de la conférence Juliette Bia Koudenoukpo, directrice régionale d’ONU Environnement.  Et d’ajouter:  ” Nous avons fait des grands pas à travers la conférence ministérielle africaine de l’environnement, en faisant des réformes politiques pour promouvoir et renforcer les actions innovantes et environnementales qui peuvent assurer l’utilisation durable des ressources naturelles de l’Afrique”.

 La conférence ministérielle africaine sur l’environnement

La conférence ministérielle africaine sur l’environnement a été établie en 1985 pour promouvoir la coopération régionale, et faire face aux défis  environnementaux en Afrique. ONU Environnement accueille le Secrétariat de cette structure et met à disposition les ressources techniques et financières pour l’organisation chaque année de cette conférence. Tous les gouvernements africains sont invités à discuter et à adopter une position commune sur les questions environnementales importantes du continent.

 

 

 

Author: Houmi

Based in Paris, Houmi Ahamed- Mikidache is the founder and editor in chief of Era Environnement. She manages two teams of journalists based in Africa who write on climate change and sustainable development. She is also a media trainer.

Share This Post On