COP 23-Madagascar : Conférence régionale sur la surveillance maritime des pêches

COP23- Madagascar : Conférence régionale sur la surveillance maritime des pêches

Madagascar accueillera du 18 au 21 juillet prochain la deuxième conférence des ministres des pêches des Etats du Sud-Ouest de l’océan Indien. Explications.

Par Houmi Ahamed-Mikidache

 

La coopérationCOI-PRSP (1)

Madagascar accueillera du 18 au 21 juillet prochain la deuxième conférence des ministres des pêches des Etats du Sud-Ouest de l’océan Indien. Dans le cadre du Plan régional de surveillance des pêches (PRSP), huit Etats  ainsi que l’Union européenne (UE), mais aussi des représentants de l’Afrique du Sud, de la Somalie et des Maldives participeront aux travaux de la conférence. 10 ans après la création du Plan régional de surveillance des pêches, cette conférence est une opportunité de présenter les réussites de ce mécanisme régional de coopération contre la pêche illégale et de réitérer l’engagement des Etats à poursuivre leurs efforts collectifs, précise un communiqué de la Commission de l’Océan Indien (COI).

« Le PRSP témoigne de l’utilité de la coopération, en l’occurrence dans la lutte contre la pêche illicite non reportée et non règlementée (INN) qui reste une menace pour les économies du Sud-Ouest de l’océan Indien, » explique Hamadi Boléro le Secrétaire Général de la Commission de l’Océan Indien (COI). Et d’ajouter : « Quelque 6,4 millions de km2 de zones économiques exclusives  ont pu être préservées et ce mécanisme est ainsi devenu une composante majeure du partenariat COI-UE pour la préservation des ressources halieutiques, particulièrement thonières. »

Les données

Selon la FAO, environ 20% des captures totales des thonidés dans le Sud-Ouest de l’océan Indien proviennent de la pêche INN, ce qui représente 400 millions de dollars à la première vente soit un milliard de dollars en termes de valeur ajoutée annuellement : un manque à gagner considérable pour les économies de la région. Conscients de cet enjeu économique mais aussi écologique et sécuritaire, les ministres des Pêches des huit Etats participants signeront, à l’issue de la conférence, une déclaration commune visant à renforcer ce mécanisme régional de lutte contre la pêche illicite non reportée et non réglementée.

En amont de la conférence, une centaine d’experts nationaux et internationaux vont dresser le bilan des activités et des progrès réalisés par le PRSP sur le plan juridique, technique et humain. Ils élaboreront notamment un système de financement durable. « Nous avons aujourd’hui tous les critères pour devenir un centre d’excellence pour la région : la mutualisation des efforts issus du PRSP constitue un volet majeur de nos activités », relève Sunil Sweenarain, coordinateur du programme SmartFish de la COI financé par l’Union Européenne.

Que représente le Plan Régional de surveillance des pêches ?

DSC_0466

Le Plan régional de surveillance des pêches  est mis en œuvre depuis dix ans par les cinq Etats membres de la COI :  Union des Comores, France/Réunion, Madagascar, Maurice et Seychelles. Il s’est élargi, depuis 2014, à trois Etats côtiers du continent, à savoir le Kenya, le Mozambique et la Tanzanie. Avec l’appui  financier de l’Union Européenne, le PRSP ambitionne de réunir les moyens humains, maritimes et aériens des huit Etats participants pour planifier, coordonner et conduire des missions de patrouille conjointes en mer. Autres objectif : fluidifier l’échange d’informations concernant les activités de pêche dans la région et à renforcer la capacité des pays à répondre aux mesures internationales de lutte contre la pêche  illicite non reportée et non réglementée.

Un financement multiple

Le PRSP est financé initialement par  la Direction générale des Affaires maritimes de l’UE, puis, à partir de 2014 grâce aux ressources du Fonds européens de développement mobilisées à travers le programme SmartFish. Depuis 2015, la composante régionale du projet SWIOFish1, mise en œuvre par la Commission de l’océan Indien, apporte son soutien technique et financier aux activités du PRSP sur les fonds de la Banque mondiale. Véritable mécanisme de coopération, les Etats participants s’engagent matériellement, financièrement et humainement dans le PRSP.

Présidentes de la COP 23 prévue au mois de novembre prochain, les îles Fidji, petit Etat Insulaire du Pacifique, ont  affirmé récemment vouloir montrer au monde les conséquences des changements climatiques sur les Petits Etats insulaires, comme la hausse du niveau des océans et l’accentuation de certains phénomènes météorologiques. D’après Frank Bainimarama, le premier ministre des îles Fidji, la COP 23 va permettre  aux nations vulnérables d’ avoir accès au financement de l’adaptation , d’ avoir accès à l’énergie, à  l’eau potable et  à l ’assurance liées aux catastrophes et aux risques climatiques.

Lors de la COP 22, M. Manuel Barange, directeur de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), avait annoncé que  son organisation avait lancé un package pour la résilience climatique d’une valeur de 3,5 milliards de dollars pour la période 2017-2020, en partenariat avec la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. Une de ses missions : financer la pêche, la sécurité maritime et les systèmes de prévention.

 

Author: ERA ENVIRONNEMENT

ERA ENVIRONNEMENT is a media based in SAMBA M'BODONI, a village in the North of Comoros Islands in the Indian Ocean . It was first an association "de loi 1901" in 2016 based in France and dissoluted in 2017. On April 2018, ERA ENVIRONNEMENT was established as an company in Comoros Islands with the commercial register 8671-B-18. The activities in Comoros Islands started in January 2019. Localized in one of the six Small Islands States of Africa, ERA ENVIRONNEMENT is the unique media in Comoros with a vocational training on sustainable development and climate change with two teams of young and senior journalists. All rights reserved. ERA ENVIRONNEMENT est un média basé à Samba M’Bodoni, un village situé dans le nord de la Grande Comore, dans l’Océan Indien. Basée anciennement à Paris en 2016, en France, cette association a été dissoute en 2017 .En Avril 2018, ERA ENVIRONNEMENT est devenue une entreprise de presse comorienne avec comme registre de commerce N° 8671-B-18 . Localisée dans l’un des six Petits Etats Insulaires en développement d’Afrique, ERA ENVIRONNEMENT a commencé ses activités en Janvier 2019. Cette entreprise de presse est l’unique média intégrant une formation au développement durable et aux changements climatiques, avec une équipe de jeunes et de seniors journalistes. Tous droits réservés.

Share This Post On