COP21 – Fatima Denton : « Le fonds vert de l’ONU pour le climat n’est pas suffisant »

169-fatima-dentonLogo_Jeune_Afrique1À quelques semaines de la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21), la coordinatrice du Centre africain pour la politique en matière de climat, Fatima Denton revient sur trois enjeux cruciaux de l’accord de Paris.

Propos recueillis par Houmi Ahamed-Mikidache

Jeune Afrique : Les négociations actuelles permettront-elles d’obtenir les financements nécessaires à la lutte contre le changement climatique lors de la Cop21 ?

Fatima Denton : Lorsqu’on parle des finances climatiques, on évoque la responsabilité historique des pays industrialisés sur les émissions de gaz à effet de serre. La question sur les finances climatiques est l’une des plus complexes dans les négociations actuelles. Aucune architecture financière ne nous permet actuellement d’aborder tous les problèmes. Nous avons maintenant le fonds vert pour le climat [de l’ONU], doté de plus de 10 milliards de dollars, mais ce n’est pas suffisant.

Il existe certes d’autres sources de financements, à la fois privées et publiques. Mais la principale problématique reste l’adéquation. Avons-nous assez de fonds pour l’atténuation du changement climatique mais aussi pour l’adaptation à ces changements [qui consiste à réduire la vulnérabilité des sociétés au changement climatique, NDLR] ? Les fonds ont-il une vision ?

http://www.jeuneafrique.com/267348/societe/fatima-denton-question-finances-climatiques-lune-plus-complexes/

Author: Houmi

Based in Paris, Houmi Ahamed- Mikidache is the founder and editor in chief of Era Environnement. She manages two teams of journalists based in Africa who write on climate change and sustainable development. She is also a media trainer.

Share This Post On