COP 23-REDD + Congo-Brazzaville: Validation de la stratégie nationale

COP 23-REDD + Congo-Brazzaville: Validation de la stratégie nationale

Des autochtones du département de la Likouala (au nord du Congo) en pleine forêt qui ramassent des chenilles sur des arbres. Les chenilles sont une des sources de subsistance des peuples des forêts. Crédit Photo: Marien Nzoukou Massala

 

Le Congo-Brazzaville vient récemment de valider son plan d’Investissement de la stratégie Nationale REDD+. Un plan visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre en protégeant les forêts de la République du Congo. Analyse.

 

Par Marien Nzoukou-Massala

 

Le ministère de l’Economie forestière de la République du  Congo vient de présenter le plan d’investissement de la stratégique nationale sur la REDD + (reducing emissions from deforestation and forest degradation), l’initiative internationale de protection des forêts  signifiant la réduction des émissions liées à la déforestation, la dégradation forestière et sur l’accroissement des stocks de carbone.

 

De quoi s’agit-il ?

Le plan d’investissement de la stratégie nationale sur la REDD+  couvre la période allant de 2018 à 2025. Le REDD + en anglais Reducing emissions from deforestation and forest degradation est un mécanisme des Nations Unies de protection des forêts qui existe depuis 10 ans. Le Congo souhaite centraliser, canaliser et coordonner les fonds internationaux, nationaux, publics et privés destinés pour  appuyer la mise en œuvre de la Stratégie Nationale REDD+.

Quelles seront les actions?

Selon le ministère de l’Economie forestière, ce plan viendra structurer un cadre programmatique pour accueillir les investissements liés aux activités REDD+, tant sectorielles qu’habilitantes. Ses principes: la  conformité aux normes de  gouvernance démocratique, notamment celles contenues dans les engagements nationaux et les accords multilatéraux, le respect et la protection des droits des parties prenantes, la promotion et le renforcement des moyens de subsistance durables et de réduction de la pauvreté, la contribution à une politique de développement durable sobre en carbone, résiliente au climat et conforme aux stratégies nationales de développement, le maintien et l’amélioration des fonctions multiples de la forêt  afin d’ assurer notamment la préservation de la biodiversité.Selon le ministère de l’Economie forestière, ce plan viendra structurer un cadre programmatique pour accueillir les investissements liés aux activités REDD+, tant sectorielles qu’habilitantes.

Les financements

Pour la République du Congo, ce  Plan d’Investissement constitue donc le cadre de référence des actions qui seront mises en œuvre dans la période 2018-2025 et portant sur la réduction des émissions liées à la déforestation, la dégradation forestière et sur l’accroissement des stocks de carbone sur l’ensemble du territoire national. De même,  Il recense les activités en cours en lien avec la mise en œuvre de la Stratégie Nationale et identifie un portefeuille de programmes et de projets constitués d’activités complémentaires et diversifiées conçus pour mettre en œuvre la Stratégie Nationale. Durant ce plan, ces programmes prioritaires seront financés par le biais de financements bilatéraux et multilatéraux existants tels que le fonds mondial pour l’environnement, et d’autres sources de financements tels que le Programme d’Investissement Forestier (PIF), l’Initiative pour les Forêts d’Afrique Centrale (CAFI), et le Fonds Vert Climat (FVC).  A noter que récemment le conseil d’administration du fonds vert pour le climat a annoncer qu’il allouerai 500 millions de dollars pour aider à la protection des forêts et mangroves dans le cadre du REDD+.  La République du Congo fera aussi appel à des organismes internationaux tels que l’Agence Française de Développement ou l’Union Européenne.

Depuis 2008,  la République du Congo s’ engage à mettre en œuvre le processus REDD+ dans le but précis de contribuer à la lutte contre les changements climatiques, de préserver ses écosystèmes forestiers, de lutter contre la pauvreté et d’asseoir les bases d’une économie verte et du développement durable du pays.

Pour ce pays du bassin du Congo, deuxième poumon du monde, après la forêt de l’Amazonie , la REDD+ est considérée à la fois comme un outil de développement durable et un pilier de l’économie verte qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources.

Marien Nzikou-Massala, a congolese journalist, is the publishing editor of Maintenant
newspaper in Republic of the Congo. His specialization are on rural areas, forest management
and gender. He is also the Secretary Genearal of the Press Resources Center and member of
the Green Network. Marien is the correspondent of SPORE magazine and Syfia International.

Marien Nzikou-Massala, journaliste de la République du Congo, directeur de publication du journal Maintenant. Sa Spécialisation: les milieux ruraux, la gestion des forêts et le genre. Il est aussi le Secrétaire Général du Centre de Ressources de la Presse et membre du Réseau Vert de son pays. Marien est le correspondant du Magazine SPORE et de l’Agence Syfia International à Brazzaville.

 

 

Author: ERA ENVIRONNEMENT

ERA ENVIRONNEMENT is a media based in SAMBA M'BODONI, a village in the North of Comoros Islands in the Indian Ocean . It was first an association "de loi 1901" in 2016 based in France and dissoluted in 2017. On April 2018, ERA ENVIRONNEMENT was established as an company in Comoros Islands with the commercial register 8671-B-18. The activities in Comoros Islands started in January 2019. Localized in one of the six Small Islands States of Africa, ERA ENVIRONNEMENT is the unique media in Comoros with a vocational training on sustainable development and climate change with two teams of young and senior journalists. All rights reserved. ERA ENVIRONNEMENT est un média basé à Samba M’Bodoni, un village situé dans le nord de la Grande Comore, dans l’Océan Indien. Basée anciennement à Paris en 2016, en France, cette association a été dissoute en 2017 .En Avril 2018, ERA ENVIRONNEMENT est devenue une entreprise de presse comorienne avec comme registre de commerce N° 8671-B-18 . Localisée dans l’un des six Petits Etats Insulaires en développement d’Afrique, ERA ENVIRONNEMENT a commencé ses activités en Janvier 2019. Cette entreprise de presse est l’unique média intégrant une formation au développement durable et aux changements climatiques, avec une équipe de jeunes et de seniors journalistes. Tous droits réservés.

Share This Post On