COP 22- Maurice – Structurer les actions climatiques : Fondamental pour l’économie bleue

COP 22- Maurice – Structurer les actions climatiques : Fondamental pour l’économie bleue IMG_0023

Plusieurs ministres, institutions internationales et experts ont discuté pendant deux jours de leur conception de l’économie bleue. Présentation

Les enjeux

«  L’ambition climatique a des implications économiques assez importantes, » relève Seyni Nafo, président du Groupe des Négociateurs africains à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, en marge de la conférence ministérielle sur les économies des océans à l’île Maurice.

D’après Nafo, si la découverte du marché du carbone liée à la vie forestière dans les océans et les opportunités de développement des ressources marines peuvent occuper une place importante dans le développement économique des pays côtiers africains, il en demeure qu’il est difficile d’arrêter subitement  l’exploitation gazière et pétrolière, même si cette dernière est en perte de vitesse ces derniers mois. La coopération sud-sud pourrait-elle faire la différence ?

 

« Environ 110% de  la production pétrolière et gazière en Afrique subsaharienne en Afrique est concentrée dans le golfe de Guinée, sans oublier les autres ressources biologiques. Si ces atouts sont bien exploités et gérer, ils représenteront des opportunités réelles de développement économique et permettront de réduire considérablement le taux de pauvreté de nos populations, déclare à l’ouverture de la conférence  le Premier Ministre togolais,  Komi Sélom Klassou.Mais comment surmonter ces défis et  atteindre le développement durable en Afrique ? Mutualiser les bonnes pratiques au niveau  régional serait la solution, réaffirment les experts à Maurice.

Mais, les pays côtiers africains sont-ils prêts à travailler avec les pays insulaires du continent ? Ils le font déjà, selon  Nafo. «  Les Seychelles[Etat insulaire dans l’Océan Indien] forment la Somalie sur le monitoring des zones de pêche, sur l’accessibilité des permis et laissent même à la disposition de la Somalie les infrastructures portuaires seycheilloises, » relève le président du groupe des négociateurs africains.

Le cas du Togo

Port de Lomé Crédit Photo: Noel Kokou TADEGNON

Port de Lomé
Crédit Photo: Noel Kokou TADEGNON

Situé en Afrique de l’Ouest, le Togo ambitionne d’être un «  véritable hub transportuaire dans la sous région ouest africaine . Ce pays s’est inspiré de l’île  Maurice pour créer ses zones franches”, rappelle le Premier Ministre togolais . L’une des premières  zones franches du Togo est la zone franche de transformation pour l’exportation (ZFE). Son objectif: stimuler son économie dans les chaînes de valeur mondiales (CVM) sur une superficie de 107 hectares  sur l’océan atlantique . La ZFE du Togo compte plus de la moitié des exportations du pays et 80% de ses produits sont vendus dans la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), selon la Banque Africaine de développement. Il existe plusieurs catégories de zones franches dans le monde : les zones de libre-échange, les zones franches industrielles d’exportation, les zones économiques spéciales et les zones industrielles.

 

Où se positionne l’Afrique dans le développement ?

Pour le Premier Ministre togolais, l’Afrique doit répondre à une série de questions essentielles pour son développement: quels modes de financements de l’économie bleue ? Quels modes de planification des  villes africaines ? et quels types de partenariats ? De fait,  l’Afrique doit définir ses priorités en investissant notamment dans le domaine de la recherche et le développement, et en tenant compte des dispositions présentées dans l’accord de Paris qui met l’accent sur le soutien et la coopération régionale et internationale,  souligne-t-il.IMG_6590-1

Ce pays côtier  a récemment mis en œuvre une stratégie  nationale associant l’agenda 2063 de l’Union Africaine et les 17 objectifs du développement durable. Sa vocation : renforcer la sureté et la sécurité maritime, développer l’économie bleue par la promotion des partenariats publics-privés,  la modernisation du  tourisme maritime  en gérant durablement l’environnement marin ( pêche traditionnelle, aquaculture, énergies renouvelables).

Perspectives

 

Du 11 au 15 octobre prochain, le Togo abritant le seul port  en eau profonde du Golfe de Guinée, accueillera le sommet des chefs d’Etats de l’Union Africaine, sur le thème de la sureté et de la sécurité maritime et le développement en Afrique, pour parler d’une seule voix. Mais tout n’est pas si simple. La COP 22  se déroulera en Afrique à Marrakech du 7  au 18 novembre prochain. Seule une trentaine de pays ont ratifié l’accord de Paris. Il n’entrera en vigueur que quand  55 États représentant 55 % des émissions de GES auront  ratifié le texte.  ” Neuf pays africains ont ratifié l’accord de Paris”, reproche le directeur de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, José Graziano da Silva.

Les côtes africaines et les états insulaires africains souffrent pourtant  de plus en plus des conséquences des changements climatiques tels que l’ érosion côtière, l’ élévation de la mer, et l’ acidification des océans. Selon le président de la COP 22, Salaheddine Mezouar, la prochaine conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques en Afrique, au Marrakech (Maroc), prévue du 7 au 18 novembre sera une COP de l’Action avec la présentation de nombreux événements parallèles aux négociations.

«  Nous,  Banque Mondiale et FAO,  membres des Nations Unies,  pensons que l’Agenda des Océans et des pêches est une priorité pour la lutte contre la pauvreté , ” affirme  Jamal Saghir, conseiller régional principal pour l’Afrique à la Banque Mondiale.  Et d’ajouter: “Nous sommes très inquiets de voir dans  toute la côte africaine, des maisons, des hôtels et des routes qui disparaissent: nous voulons nous assurer que l’érosion côtière soit atténuée avec des actions bien précises. L’agenda des océans doit être au centre des discussions climatiques, plaide-t-il.

D’après ce représentant de la Banque Mondiale, il y aura une journée consacrée aux océans au Maroc, durant la COP. Un des parents pauvres de l’accord de Paris pour l’Afrique, selon des experts.

«  Immédiatement après Paris, nous avons commencé avec le gouvernement marocain sur l’agenda de la COP 22 , nous avons analysé les engagements présentés par les pays. On peut voir qu’ils sont vraiment clairs, sur l’accès à l’énergie en Afrique, mais ils ont une approche très générale sur les questions liées à la foresterie, l’agriculture, la pêche et les océans. Nous  apportons une assistance technique aux pays africains dans ces secteurs pour affiner leurs engagements.  Nous militons pour qu’il y ait  une série d’événements parallèles consacrés à ces secteurs pendant la COP 22, » déclare à la presse le directeur de la FAO, en marge de la conférence ministérielle sur les économies des océans à Maurice.

En marge de  la COP 21, un business plan pour le climat en Afrique a été présenté par  le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim,  conjointement avec les présidents du Gabon, du Sénégal, du Togo, et du premier ministre de Sao Tome et Principe. Ce plan a pour vocation à  accélérer un développement résilient au changement climatique sobre en carbone et coûte  19 milliards de dollars américains.  D’après Saghir, le chapitre consacré aux économies intelligentes des océans  coûte environ 670 millions de dollars américains.

 

Author: Houmi

Based in Paris, Houmi Ahamed- Mikidache is the founder and editor in chief of Era Environnement. She manages two teams of journalists based in Africa who write on climate change and sustainable development. She is also a media trainer.

Share This Post On