Comorians Coastal areas, after Cyclone Kenneth
Mai10

Comorians Coastal areas, after Cyclone Kenneth

Comorian Coastal areas, after Cyclone Kenneth   In Comoros, 7 people died  and  19,300 people were displaced because of   the tropical Cyclone Kenneth happened  from Wednesday  24th to Thusday 25 th of April. Most of the agriculture and coastal areas  were affected by the strongest tropical cyclone of the archipelago’s history.  The risk of water-borne diseases has increased in Comoros countries due to damage to water and sanitation infrastructure, acccording to United Nations Office for the Coordination for Human Affairs (OCHA). Six health facilities were reportedly impacted, including the El-Maarouf National Hospital Centre, two regional hospitals in Foumbouni and Mitsamiouli ( Grande Comore, ), two health posts in Mkazi and Tsinimoichongo ( Grande Comore)as well as a health centre in Nioumachoua  ( Moheli) , according to a rapid assessment conducted on 26 April and confirmed by World Health Organization. Known as one of the best  places to visit in Comoros, Mitsamiouli has seen  part of its infrastructures, trees, and homes destroyed  by the cyclone. Report by Houmi Ahamed -Mikidache     Mitsmiamiouli, northern Comoros Saturday April 27, Roukia, 28 years old, is sitting in the public bus,  the “taxi brousse”  in Gare du Nord in Moroni ( the capital of Comoros). Gare du Nord is the place where she used to take the bus after working many hours as a laboratory technician in hospital El Maarouf, the national hospital of Comoros. For the first time since the Cyclone came to Comoros, she can go to her mom’s place in Mitsamiouli. ” Everyone is safe, except the house, the roof disappeared,” she said.  The bus leaves Moroni. Roukia is looking around. It’s been three days since the Cyclone came to Comoros.  She could not come to her mom’s place before. “The roads were blocked by fallen trees, “she explained. She looks to the windows of the bus. ” This is first time I saw all these trees fallen in the street on my way to my mom’s place, ” she added. The bus passed through many localities which have been damaged by the storm. Finally, one hour later,  Roukia arrived in Mitsamiouli. Fishermen are sitting behind the sea. Mitsamiouli is one the towns in the north of Grande Comore which has been hardly demolished by the cyclone.    Listen to the interview of Shabaan Mohamed Mfwaraya in Comorian and French.       Comores The Fishermen in Mitsamiouli Fisherman Shabaane Mohamed Mfwaraya is  standing behind the sea with others fishermen, in the center of Mitsamiouli, in the north of  Grande Comore.   This  experienced fisherman said people in his town did not believe the cyclone will come. ” We were informed earlier by the Civil Security...

Read More
Call for action for Post Idai-Kenneth
Mai09

Call for action for Post Idai-Kenneth

Call for action for Post Idai-Kenneth *By Thelma Munhequete  Demand to access to technical know-how The gap between humanitarian management policy and actual SOS management practices is widening, due to ongoing capacity constraints or non-existence SOS management facilities for  the different climate disasters. Resolving this capacity gap will require major investments and access to technical know-how. A group of friends and colleagues and private stakeholders from all over the world are willing to help the people in Beira, in Mozambique; based on the set of guiding ideas and principals on this humanitarian action. It involves ethics and value to standardize the conduct and behaviour to improve the efficiency, effectiveness, reputation, integrity and credibility of Post IDAI Action Plan.   The Sustainable Development Goals to take into account The newly adopted Sustainable Development Goals that have replaced the Millennium Development Goals provide a generational opportunity to address the lingering problems the world still and will still face following the MDGs. Achieving  the management of climate disaster  by prevention and explaining the  significant adverse effects  of climate disaster in human health and the environment, is  essential and it is part of the three sustainable development goals below: 1. Goal 4 Target 4,1 “by 2030 ,ensure that all girls and boys complete free, equitable and quality primary and secondary education leading to relevant effective learning outcomes” 2. Goal 11 “Make cities and human settlements inclusive ,safe resilient and sustainable” Target 11.6 “by 2020,the world should reduce the adverse per capital environmental impacts of cities ,including by paying special attention to air quality ,municipal, 3. Goal 12 “Ensure sustainable consumption and production patterns “Target 12.5 “by 2030, substantially reduce waste generation through prevention, reduction, recycling and reuse Engaging all  stakeholders The 3rd AFRICA CLIMATE SMART AGRICULTURE ALLIANCE FORUM held in Dakar 27th and 28th March 2019, highlighted the latest thinking on Stakeholder engagements, particularly the need to stem the flow of mass production and consumption inherent in a take-make-waste, linear economy by reducing demand and shifting to reusable Climate Smart Agriculture in African context as well as the Gender inclusion. Engaging the general public, the private sector, organizations, policy makers, and local governments in Africa in sustainable strategy is urgent in Africa. The experiences of school project implemented  in Mozambique in 2013 showed the importance of  the Gender Climate Change (CCGAP) issue. The currently Integrated Management Chemical Pollutants and Solid Waste as well as Child Protection and ongoing Climate smart Agriculture project (focus on Cassava roots) made great strides to develop a communities disaster risks management strategies. Financing opportunities Financing opportunities for Climate Smart Agriculture can be the key, through  investments for smallholders systems.  Finding Climate Smart Agriculture strategies   by deploying Information and...

Read More
Séréhini: Après le Cyclone Kenneth
Mai07

Séréhini: Après le Cyclone Kenneth

Séréhini:  Après le Cyclone Kenneth Deux jours après le passage du cyclone Kenneth, les Comores se réveillent difficilement. Plusieurs habitations et récoltes sont détruites. Plus d’une dizaine de milliers de personnes sont touchées par le cyclone et 4 personnes sont décédées, selon les chiffres officiels.  A Séréhini,  à environ 6 kilomètres de la ville de Moroni, capitale des Comores,  un jeune homme est debout sur la route. Il fait très chaud. Le soleil brille à son Zénith.  Un autre jeune homme ,  casquette sur la tête,  est assis sur un banc en briques situé en face de la Présidence, la résidence secondaire du président des Comores construite dans les  années 80. Le taxi s’arrête et dépose des personnes. Il est 11h17.   Le jeune homme se lève.  Il  est accompagné par plusieurs jeunes hommes, les hommes se  dirigent vers des champs d’exploitation agricole. Il gère 10 champs loués  à des propriétaires vivant à Séréhini et dans la région pour un prix de 300 euros par champs et par an.  Il est le président de l’association d’agriculteurs Ujamaa. C’est la première fois qu’il subit une catastrophe naturelle.  A ce jour, il n’a reçu aucun soutien financier.  Une partie de ses récoltes est dévastée par le cyclone, notamment les bananeraies, cultures très appréciées par les comoriens,et très rentables. La destruction des bananeraies  est une perte énorme pour ce jeune homme de 32 ans, originaire d’Anjouan, l’île voisine située dans l’archipel des Comores. Monsieur Saifi, c’est son nom, travaille comme agriculteur à la Grande Comore depuis 13 ans. Il  a planté de nombreuses bananeraies dans les champs qu’il cultive.  Aux Comores, la population vit majoritairement de l’agriculture.  Les cultures vivrières et de rente sont abondantes, mais manquent d’usine de transformation et d’encadrement. Les Comores font partie des Pays les Moins Avancés au Monde.  L’installation de la bananeraie, de la cocoteraie,  mais aussi de taros  sous forêt naturelle est héritée de la colonisation. Il existe plusieurs espèces endémiques autour des bananeraies, plus particulièrement dans les forêts comoriennes.  Les Comores disposent d’un patrimoine faunistique méconnu au niveau international et son menacées depuis de nombreuses années par des problèmes environnementaux liés entre autres aux changements climatiques. Reportage. Par Houmi Ahamed-Mikidache         Serehini1 (1)         Serehini2         lad_couvertedelaciterne   Monsieur Saifi vit à Vouvouni, une ville située au centre sud de Moroni, la capitale de l’Union des Comores. Chaque champs dispose d’une citerne qui permet d’arroser les cultures. Les perspectives Monsieur Saifi a été formé par un congolais de la République Démocratique du Congo qui travaillait au ministère de la production dans les années 80. Aujourd’hui cette personne est décédée, mais lui a permis d’apprendre à cultiver des cultures...

Read More
UNFCCC: A new gate for the Talanoa Dialogue
Jan27

UNFCCC: A new gate for the Talanoa Dialogue

UNFCCC: A new gate for the Talanoa Dialogue The UN Climate Change secretariat launched yesterday a new portal to support the Talanoa Diaologue, an important international conversation in which countries will check progress and seek to increase global ambition to meet the goals of the Paris Climate Change Agreement. By Houmi Ahamed-Mikidache   How will it work? Through the portal, all countries and other stakeholders, including business, investors, cities, regions and civil society, are invited to make submissions into the Talanoa Dialogue around three central questions: Where are we? Where do we want to go? How do we get there? Countries and non-Party stakeholders will be contributing ideas, recommendations and information that can assist the world in taking climate action to the next level in order to meet the objectives of the Paris Agreement and support the Sustainable Development Goals (SDGs). The Talanoa Dialogue The Dialogue was launched at the UN Climate Change Conference COP23 in Bonn in November 2017 and will run throughout 2018. The Paris Agreement’s central goal is keep the global average temperature rise to below 2C degrees and as close as possible to 1.5C. Current global ambition to reduce greenhouse gas emissions and to prepare societies to resist increasing climate change is not enough to achieve this under the current national climate action plans known as Nationally Determined Contributions (NDCs). “The portal is the gateway for the Talanoa Dialogue. It represents the central point for everyone to make their views heard around enhanced ambition. Additionally, it will make available other key resources for the dialogue,” said Patricia Espinosa, Executive Secretary of UN Climate Change. “I very much welcome the portal because it provides transparency and broadens participation in the dialogue. I look forward to many governments and other actors making their submissions via the portal as part of world-wide efforts required for the next level of climate action and ambition”, she said. The Pacific island concept of ‘Talanoa’ was introduced by Fiji, which held the Presidency of the COP23 UN Climate Change Conference. It aims at an inclusive, participatory and transparent dialogue. The purpose of the concept is to share stories, build empathy and to make wise decisions for the collective good. The Talanoa method purposely avoids blame and criticism to create a safe space for the exchange of ideas and collective decision-making. The Talanoa Dialogue will be constructive, facilitative and oriented towards providing solutions and will see both technical and political exchanges....

Read More
One Planet Summit : Les 12 engagements internationaux et français à suivre
Déc13

One Planet Summit : Les 12 engagements internationaux et français à suivre

One Planet Summit : Les 12 engagements  internationaux et français à suivre Au bout d’une longue journée, marquée par la tenue de différentes panels autour du financement climat, et imprégnée notamment par une très forte présence de collégiens français ( 251), le président de la République, Emmanuel Macron, accompagné par Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale et le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guttierez, a décliné  les 12 engagements des différents acteurs présents pendant le One Planet Summit. Une plateforme de suivi devrait être mise en place à la fin de l’année et un rendez-vous  devrait avoir lieu annuellement pour le faire le point sur les différentes avancées.  Era Environnement décrypte pour vous ces engagements . Analyse. Par Houmi Ahamed-Mikidache Premier Engagement: Aider les Petits Etats Insulaires en Développement Face aux dernières catastrophes naturelles dans les Caraïbes, un fonds public-privé vient d’être crée : le climate Smart Zone.  Le Climat Smart Zone est le fruit d’une vision partagée entre différents acteurs notamment  au niveau régional et international.  Ainsi,  11 pays de la Caricom, Caribbean Community en anglais, ont décidé de former un partenariat avec des organisations internationales et régionales, des entreprises et des fondations, pour mettre en œuvre catalyser les investissements bas carbones dans les domaines prioritaires des réseaux énergétiques et des infrastructures dans les cinq prochaines années. De fait, de nouveaux instruments et véhicules financiers seront déployés pour soutenir cette ambition : plus de 3Mds de dollars sont d’ores et déjà mobilisés. Le processus de reconstruction dans les Antilles (SaintMartin) s’intégrera dans cette initiative  avec une nouvelle ligne de financement pour l’adaptation au changement climatique. En parallèle du One Planet Summit, un protocole d’entente a été signé entre le Niger, les Comores et la Tunisie, l’île Maurice et  l’Agence Française de Développement.  Ces pays bénéficient depuis quelques mois d’une assistance technique plus connue sous le nom de  facilité d’ « Adapt’Action ». Mais,  au total, l’Agence Française de Développement va assister  15 pays vulnérables aux changements climatiques pour un coût de 30 millions d’euros. L’élément central de cet accompagnement est    l’adaptation aux changements climatiques. Les 15 pays bénéficiaires sont situés en Afrique, dans le Pacifique, les Caraïbes et l’Océan Indien. . « Cette facilité a démarré juste avant l’été et on est encore dans une phase d’identification des besoins : c’est une facilité qui fait suite au soutien de l’AFD et d’expertise France dans l’élaboration des plans nationaux présentés en amont de la COP 21, » précise Julie Gonnet, experte de l’AFD, en charge de la facilité Adapt’Action. Selon Julie Gonnet, trois composantes caractérisent cet accompagnement : l’appui à la structuration d’une gouvernance climat, un acte directement mis en œuvre par Expertise France*,...

Read More
COP 23: Commission Sahel- ” Nous partageons les mêmes défis”- Issifi Boureima
Nov16

COP 23: Commission Sahel- ” Nous partageons les mêmes défis”- Issifi Boureima

COP 23: Commission Sahel- ” Nous partageons les mêmes défis”- Issifi Boureima En marge des travaux de la 23ème Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques, Issifi Boureima,  le conseiller technique du président du Niger en charge du Climat,  et président du groupe de travail conjoint des experts pour la Commission Climat pour la région du Sahel se confie à Era Environnement, dans un entretien fleuve, sur les enjeux de la Commission Sahel et ses solutions pour le développement de l’Afrique. Interview. Propos recueillis par Houmi Ahamed-Mikidache Era Environnement: La Commission Sahel a été annoncée en marge de la COP 23, un an après cette annonce, quelles sont les actions entreprises et quel bilan faîtes-vous de vos actions ? Issifi Boureima: La commission a été effectivement lancée en marge de la COP 22,  lors du Sommet de Haut Niveau organisé par le roi du Maroc. Pendant ce sommet une  décision importante a été prise: la création de trois commissions dont la Commission Sahel présidée par le Niger, la Commission du bassin du Congo, dirigée par la présidence de la République du Congo et la Commission des Petits Etats Insulaires en Développement dont la présidence est tenue par le Seychelles. Depuis la COP 22, la Commission Sahel  a mis en place une équipe d’experts autour du ministre de l’environnement de notre pays. Après cette action  nationale, un certain nombre de documents ont été préparés et  envoyés aux différents pays des trois Commissions.   Pour la Commission Sahel, notre premier travail consistait donc à à identifier les pays  membres de cette Commission. Sur le plan climatique, le sahel se définit par le principal indicateur qui est la isohyète (la courbe joignant les points recevant la même quantité de précipitations)   et  se caractérise par une pluviométrie allant de  150 millimètres  à 600 millimètres. Nous avons ainsi défini un espace allant de la Gambie à la corne de l’Afrique. La commission Sahel est composée par  17 pays dont l’Ethiopie, l’Erythrée, Djibouti et aussi  le Cap vert qui se retrouve également dans la Commission des Petits Etats Insulaires en Développement. Le Cap Vert est en fait le 18 ème pays.  Nous avons aussi intégré  le Cameroun : sa pointe nord est au Sahel et  il y  a certains défis que nous partageons avec ce pays notamment la sauvegarde du bassin du lac Tchad. Nous voulons  créer de bonnes conditions de travail à travers  la  synergie entre les trois commissions. Le Cap vert et le Cameroun sont les pays qui peuvent faire l’interface entre les différentes Commissions. La Commission Sahel est-elle donc opérationnelle ? Pour le moment, nous  sommes en phase de préparation. Nous avons préparé deux documents importants sous...

Read More