UNFCCC: In Preparation for COP 25
Juin02

UNFCCC: In Preparation for COP 25

UNFCCC: In Preparation for COP 25   By ERA ENVIRONNEMENT with UNFCCC The 50th session of the Subsidiary Body for Scientific and Technological Advice (SBSTA 50) and the Subsidiary Body for Implementation (SBI 50) will be held in Bonn,  Germany, from 17-27 June 2019, in preparation for COP 25. The Subsidiary Body for Scientific and Technological Advice is one of two permanent subsidiary bodies to the Convention established by the Conference of the Parties /Conference of the Parties serving as the meeting of the Parties to the Paris.  It supports the work of these bodies through the provision of timely information and advice on scientific and technological matters as they relate to the UNFCC, its Kyoto Protocol and the Paris Agreeement. Vulnerability and Adaptation among the discussion This year, the technical  discussion will be about vulnerability, and adaptation to climate change, science and review with research and observation of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) special Report on Global Warming of 1.5 °C. Also up for discussion are methodological issues under the Convention, including a training programme for review experts for the technical review of greenhouse gas (GHG) inventories of Annex I Parties* to the Convention (developed countries). Under methodological issues under the Kyoto Protocol, SBSTA 50 will address: land use, land-use change and forestry (LULUCF); and implications of including reforestation of lands with forest in exhaustion as afforestation and reforestation clean development mechanism (CDM) project activities. Keys to achieve NDCs Regarding methodological issues under the Paris Agreement, SBSTA 50 has on its agenda issues related to, inter alia, reporting of information: on anthropogenic emissions by sources and removals by sinks of GHGs; to track progress made in implementing and achieving Nationally Determined Contributions (NDCs); and on financial, technology development and transfer and capacity-building support. On matters relating to Article 6 (cooperative approaches) of the Paris Agreement, the SBSTA will address: guidance on cooperative approaches; rules, modalities and procedures for the mechanism established by Article 6; and the work programme under the framework for non-market approaches. The SBSTA will also discuss market and non-market mechanisms under the Convention, including a framework for various approaches, non-market-based approaches, and a new market-based mechanism. SBI 50 will include: a multilateral assessment working group session under the international assessment and review (IAR) process; and a facilitative sharing of views under the international consultation and analysis (ICA) process. How the SBI will work? The SBI will address issues related to reporting from and review of Annex I Parties, including, inter alia: status of submission and review of seventh national communications and third BRs; compilations and syntheses of second and third BRs; the report on national GHG inventory...

Read More
Journée internationale de la biodiversité
Mai23

Journée internationale de la biodiversité

Journée internationale de la biodiversité    Par Era Environnement Alimentation, Agriculture et Forêts  La journée internationale de la biodiversité est célébrée tous les ans le 22 mai. Mais que  représente cette journée  dans le monde? Des données  issues du récent rapport  de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) rappellent  les différentes problématiques liées à l’alimentation, l’agriculture et les forêts dans le monde. 75 % de l’environnement terrestre ont déjà été ” gravement altérés ” par les activités humaines. Il y a eu une augmentation de 300% de la production agricole depuis 1970, pourtant 11% de la population mondiale est sous-alimentée et environ 860 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire en Afrique et en Asie seulement. Environ un tiers de la surface terrestre mondiale et 75 % des ressources en eau douce sont consacrées à la production végétale ou animale. De 1980 à 2000, 100 millions d’hectares de forêt tropicale ont été perdus, principalement à cause de l’élevage du bétail en Amérique latine (environ 42 millions d’hectares) et des plantations en Asie du Sud-Est (environ 7,5 millions d’hectares, dont 80% pour l’huile de palme, utilisée principalement pour l’alimentation, les cosmétiques, les produits de nettoyage et les combustibles). 23 % des terres ont vu leur productivité diminuer en raison de la dégradation des terres, ce qui pourrait être atténué si l’on adoptait davantage des pratiques agricoles agroécologiques et restauratrices. Pendant ce temps, 75% des types de cultures vivrières dans le monde dépendent de la pollinisation animale. Le risque: la perte d’ environ 235 à 577 milliards de dollars US par an de la production mondiale de cultures. Comment réorienter le financement pour une agriculture intelligente? D’après le rapport de l’IPBES, en 2015, environ 100 milliards de dollars d’aide financière dans les pays de l’OCDE sont allés à l’agriculture qui est selon ces experts potentiellement nuisible pour l’environnement. D’après les auteurs du rapport,  près d’un tiers de la superficie forestière mondiale a été perdu par rapport aux niveaux préindustriels.  Environ 25 % des émissions de gaz à effet de serre sont dues au défrichement, à la production végétale et à la fertilisation, les aliments d’origine animale contribuant pour 75 % à ce chiffre.  5,6 gigatonnes d’émissions de CO2 sont séquestrées dans les écosystèmes marins et terrestres chaque année, ce qui équivaut à 60 % des émissions mondiales de combustibles fossiles. Paradoxalement, les petites exploitations contribuent au maintien d’une riche biodiversité, tout en contribuant aussi davantage, par hectare, à la production agricole et à l’approvisionnement alimentaire mondial comparées aux grandes exploitations : +/-30 % : la production végétale mondiale et l’approvisionnement alimentaire mondial sont assurés par de petites exploitations agricoles (<2...

Read More
COP 23-REDD + Congo-Brazzaville: Validation de la stratégie nationale
Oct15

COP 23-REDD + Congo-Brazzaville: Validation de la stratégie nationale

COP 23-REDD + Congo-Brazzaville: Validation de la stratégie nationale   Le Congo-Brazzaville vient récemment de valider son plan d’Investissement de la stratégie Nationale REDD+. Un plan visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre en protégeant les forêts de la République du Congo. Analyse.   Par Marien Nzoukou-Massala   Le ministère de l’Economie forestière de la République du  Congo vient de présenter le plan d’investissement de la stratégique nationale sur la REDD + (reducing emissions from deforestation and forest degradation), l’initiative internationale de protection des forêts  signifiant la réduction des émissions liées à la déforestation, la dégradation forestière et sur l’accroissement des stocks de carbone.   De quoi s’agit-il ? Le plan d’investissement de la stratégie nationale sur la REDD+  couvre la période allant de 2018 à 2025. Le REDD + en anglais Reducing emissions from deforestation and forest degradation est un mécanisme des Nations Unies de protection des forêts qui existe depuis 10 ans. Le Congo souhaite centraliser, canaliser et coordonner les fonds internationaux, nationaux, publics et privés destinés pour  appuyer la mise en œuvre de la Stratégie Nationale REDD+. Quelles seront les actions? Selon le ministère de l’Economie forestière, ce plan viendra structurer un cadre programmatique pour accueillir les investissements liés aux activités REDD+, tant sectorielles qu’habilitantes. Ses principes: la  conformité aux normes de  gouvernance démocratique, notamment celles contenues dans les engagements nationaux et les accords multilatéraux, le respect et la protection des droits des parties prenantes, la promotion et le renforcement des moyens de subsistance durables et de réduction de la pauvreté, la contribution à une politique de développement durable sobre en carbone, résiliente au climat et conforme aux stratégies nationales de développement, le maintien et l’amélioration des fonctions multiples de la forêt  afin d’ assurer notamment la préservation de la biodiversité.Selon le ministère de l’Economie forestière, ce plan viendra structurer un cadre programmatique pour accueillir les investissements liés aux activités REDD+, tant sectorielles qu’habilitantes. Les financements Pour la République du Congo, ce  Plan d’Investissement constitue donc le cadre de référence des actions qui seront mises en œuvre dans la période 2018-2025 et portant sur la réduction des émissions liées à la déforestation, la dégradation forestière et sur l’accroissement des stocks de carbone sur l’ensemble du territoire national. De même,  Il recense les activités en cours en lien avec la mise en œuvre de la Stratégie Nationale et identifie un portefeuille de programmes et de projets constitués d’activités complémentaires et diversifiées conçus pour mettre en œuvre la Stratégie Nationale. Durant ce plan, ces programmes prioritaires seront financés par le biais de financements bilatéraux et multilatéraux existants tels que le fonds mondial pour l’environnement, et d’autres...

Read More
COP 22- Madagascar: “We can avoid famine if we take preventive measures”
Sep19

COP 22- Madagascar: “We can avoid famine if we take preventive measures”

COP 22- Madagascar: “We can avoid famine if we take preventive measure” Opinion article By José Graziano da Silva*     In the past months a number of regions have been hit hard by the El Niño phenomenon, the effects of which are still posing a global threat to agricultural livelihoods.  The most affected include the Horn of Africa, Southern Africa, Central America’s Dry Corridor, Caribbean islands, Southeast Asia and the Pacific islands.   Scientists are now predicting the probable occurrence of the “opposite twin” phenomenon, La Niña. This could increase the chance of above-average rainfall and flooding in areas that have been affected by El Niño-associated drought.   For Madagascar, La Niña could have serious consequences, such as increasing the intensity of cyclones and tropical storms thus aggravating the food insecurity of the country’s rural population, whose capacity to face climate shocks is already fragile.   Madagascar has the potential to become the granary of the Small Island Development States of the Indian Ocean. However, it is also one of the 20 countries in the world that are most vulnerable to climate change – in Africa it is the fourth most vulnerable country in terms of recurrent cyclones and tropical storms.   The 2015-2016 agricultural season has seen a dramatic reduction in crop production in southern Madagascar mainly due to a severe drought. In particular, production of maize and cassava crops this year declined by up to 95 percent compared to the previous five-year average — last year it was over 80 percent. Vulnerable households, whose already-low purchasing power is eroded by prevailing high prices, have been forced to adopt multiple survival strategies, especially in Madagascar’s seven southern regions.   Currently available estimates indicate that the number of food insecure people in southern Madagascar exceeds 1.4 million in September 2016. Of these, 600,000 are considered as severely food insecure, which according to the Integrated Food Security Phase Classification (IPC) scale represents the last stages before the famine phase.  They need immediate emergency assistance: hungry people can’t wait.   In the recent past, most of the attention of the international community has been given to the dramatic impact on food security caused by several conflicts. FAO has been highlighting the cases of countries such as South Sudan, Yemen, Syria and regions such as Lake Chad, where millions of people are in a severe food insecurity situation. Yet, this should not stop to pay attention to other crises that are not capturing the media attention.   The international community is urged to step up to prevent a repeat in Madagascar of the situation faced by Somalia in 2011, when 200,000 people died of...

Read More
COP 22- Seyni Nafo: 2016: ” Fonds vert: 2 ,5 milliards de dollars de financement à approuver”
Sep06

COP 22- Seyni Nafo: 2016: ” Fonds vert: 2 ,5 milliards de dollars de financement à approuver”

COP 22- Seyni Nafo: 2016- “Fonds vert : 2 ,5 milliards de dollars de financement à approuver” Un an après avoir été élu président du groupe des négociateurs africains à la Convention Cadre des Nations Unies pour les Changements Climatiques,  et nommé ambassadeur du Mali, Seyni Nafo présente les actions de l’Afrique en faveur du financement pour le Climat et sa marge de manœuvre. Il revient également sur le rôle de l’économie bleue dans le développement de l’Afrique, en marge de la conférence ministérielle sur l’économie des océans à l’île Maurice. Depuis l’accord de Paris, le  groupe Africain  identifie les actions d’adaptation et d’atténuation notamment celles sur  les 10 000 mégawatts de projet sur l’électrification de l’Afrique , une initiative présentée par les chefs d’Etat  du continent au mois de décembre dernier. Le groupe Afrique travaille aussi sur  les modalités d’accès au fonds vert, un fonds qui peine à être alimenté selon les observateurs de ce mécanisme des Nations Unies. Cette année, ce fonds doté de plus de 10 milliards de dollars américain,  s’est donné comme objectif de mettre à disposition  2 ,5 milliards de dollars en faveur des pays en voie de développement. Les Comores et la République Démocratique du Congo sont parmi les pays africains qui bénéficient du programme de préparation de présentation de projet.   Ecoutez l’interview du diplomate Seyni Nafo Seyni Nafo...

Read More
COP22- Les Ministres européens de l’Environnement : pour la ratification de l’Accord de Paris
Juin22

COP22- Les Ministres européens de l’Environnement : pour la ratification de l’Accord de Paris

COP22- Les Ministres européens de l’Environnement : pour la ratification de l’Accord de Paris Par Houmi Ahamed-Mikidache Réunis lundi dernier au Luxembourg, dans le cadre de la dernière réunion du Conseil Européen, les ministres européens de l’environnement se sont prononcés pour la ratification de l’accord de Paris par tous les membres «  dès que possible ». Ils ont aussi souligné leur volonté d’agir s’agissant du marché carbone européen. Comment ? En renforçant leurs ambitions de réduire les émissions de carbone à la suite de l’adoption de l’accord de Paris et de la signature à New York de cet accord. Rappel des engagements : une annonce de réduction de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030. Objectif: limiter le  réchauffement planétaire  à 1,5 degrés  Celsius. Le Conseil a réaffirmé  que l’Accord de Paris souligne la  relation entre les  changements climatiques ( actions et réponses)  et les objectifs du développement durable . Cet Accord, précise le Conseil, a des priorités fondamentales : lutter contre l’insécurité alimentaire, éliminer la faim, et protéger la biodiversité, incluant les forêts. Le Conseil se félicite du nombre de pays ayant ratifié le texte de Paris, et de ceux qui sont sur le point de compléter le processus de ratification. La France est le premier pays du G20 a ratifier ce texte historique signé à New York par 175 pays. L’Accord de Paris pourra entrer en vigueur 30 jours après qu’au moins 55 parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements Climatiques (CCNUCC), représentant au moins 55% des émissions mondiales, ont ratifié le...

Read More