Comorians Coastal areas, after Cyclone Kenneth
Mai10

Comorians Coastal areas, after Cyclone Kenneth

Comorian Coastal areas, after Cyclone Kenneth   In Comoros, 7 people died  and  19,300 people were displaced because of   the tropical Cyclone Kenneth happened  from Wednesday  24th to Thusday 25 th of April. Most of the agriculture and coastal areas  were affected by the strongest tropical cyclone of the archipelago’s history.  The risk of water-borne diseases has increased in Comoros countries due to damage to water and sanitation infrastructure, acccording to United Nations Office for the Coordination for Human Affairs (OCHA). Six health facilities were reportedly impacted, including the El-Maarouf National Hospital Centre, two regional hospitals in Foumbouni and Mitsamiouli ( Grande Comore, ), two health posts in Mkazi and Tsinimoichongo ( Grande Comore)as well as a health centre in Nioumachoua  ( Moheli) , according to a rapid assessment conducted on 26 April and confirmed by World Health Organization. Known as one of the best  places to visit in Comoros, Mitsamiouli has seen  part of its infrastructures, trees, and homes destroyed  by the cyclone. Report by Houmi Ahamed -Mikidache     Mitsmiamiouli, northern Comoros Saturday April 27, Roukia, 28 years old, is sitting in the public bus,  the “taxi brousse”  in Gare du Nord in Moroni ( the capital of Comoros). Gare du Nord is the place where she used to take the bus after working many hours as a laboratory technician in hospital El Maarouf, the national hospital of Comoros. For the first time since the Cyclone came to Comoros, she can go to her mom’s place in Mitsamiouli. ” Everyone is safe, except the house, the roof disappeared,” she said.  The bus leaves Moroni. Roukia is looking around. It’s been three days since the Cyclone came to Comoros.  She could not come to her mom’s place before. “The roads were blocked by fallen trees, “she explained. She looks to the windows of the bus. ” This is first time I saw all these trees fallen in the street on my way to my mom’s place, ” she added. The bus passed through many localities which have been damaged by the storm. Finally, one hour later,  Roukia arrived in Mitsamiouli. Fishermen are sitting behind the sea. Mitsamiouli is one the towns in the north of Grande Comore which has been hardly demolished by the cyclone.    Listen to the interview of Shabaan Mohamed Mfwaraya in Comorian and French.       Comores The Fishermen in Mitsamiouli Fisherman Shabaane Mohamed Mfwaraya is  standing behind the sea with others fishermen, in the center of Mitsamiouli, in the north of  Grande Comore.   This  experienced fisherman said people in his town did not believe the cyclone will come. ” We were informed earlier by the Civil Security...

Read More
News in brief
Mai09

News in brief

News in brief By Era Environnement A workshop on Fall Armyworm to be held in Zimbabwe The International Institute of Tropical Agriculture and the Department of Research and Specialist Services, Ministry of Lands, Agriculture, Water, Climate and Rural Resettlement, are jointly organising a fall armyworm (FAW )Compact Country Inception Workshop on 20-22 May 2019 in Harare, Zimbabwe. Key participants to the workshop will include national partners involved in agricultural research and extension, the academia, agro-input suppliers (agrochemical and seed industry), CGIAR centers, FAO, CABI, development partners, NGOs, and farmer associations.  According to the organizers, the overall objective of this workshop will be to formulate a comprehensive and sustainable country FAW response strategy taking into account experiences from end of 2016 to date as well as parallel initiatives by FAO, CABI, CIMMYT, USAID and other partners. The fall armyworm (FAW) Spodoptera frugiperda (J.E. Smith) is unarguably one of the most damaging insect pests to be introduced to Africa in the 21st century. Its spread throughout sub-Saharan Africa has been very rapid owing to the ideal climate, lack of a resting stage, wide host range and varying host plant phenologies. IEAA to brief on Sterile Insect Technique in Senegal On May 9th, the International Atomic Energy Agency ( IAEA) will be briefing  on the success of the Sterile Insect Technique in increasing agricultural productivity and boosting income in Senegal. The United States is the exclusive funder of a nearly $5 million IAEA Peaceful Uses Initiative (PUI) project, “Contributing to Agricultural Development in West Africa through the Control of Tsetse Flies and Trypanosomosis,” having contributed $4,993,367 to this project since its inception in 2010. The project aims to eradicate the tsetse population (Glossina palpalis gambiensis) from the Niayes region, northeast of Dakar using the IAEA’s Sterile Insect Technique (SIT).  The tsetse fly population is now approaching confirmed eradication and the project has had significant positive socioeconomic benefits on farmers in the region. High Level Workshop: 16-18 May 2019-Pretoria, South Africa A High Level workshop organized by the International Seabed Authority ( ISA) and the Government of the Republic of South will be held on 16-May 2019  . Held over three days, this workshop aims to foster international and regional cooperation to promote the sustainable development of Africa’s deep seabed resources in support of Africa’s Blue Economy. The workshop will bring together key stakeholders including official representatives of Angola, Botswana, Eswatini, Lesotho, Liberia, Malawi, South Africa and Zambia; as well as African experts on the law of the sea and mining...

Read More
Creating jobs in the blue economy in the Gambia: the solutions for the migration problems- Interview
Mar06

Creating jobs in the blue economy in the Gambia: the solutions for the migration problems- Interview

Creating jobs in the blue economy in the Gambia: the solutions for the migration problems -Interview The Gambia wants to integrate its youth in different sectors of  blue economy. With their national  development plan, this country located in west Africa, has two strategies for fisheries. The Ministry of Fisheries, Water Resources and National Assembly, James Furmos Peter Gomez  was in Nairobi ( Kenya) at the end of November  2018 for the first Global Blue Economy Conference held in Africa. Listen to this  interview below by Houmi Ahamed-Mikidache       InterviewministredespêchesdelaGambie...

Read More
Le droit foncier: une réelle problématique aux Comores
Mar03

Le droit foncier: une réelle problématique aux Comores

Le droit foncier: une réelle problématique aux Comores   A Samba M’bodoni,  un village situé  dans la région d’Itsandra au nord de la Grande Comore,  plus précisément  entre les villes de  Ntsoudjini et Dzahani II, il  existe plusieurs problématiques reliant le partage des terres découlant de l’héritage maternel et paternel.  Présentation.   Par Asdjad Abdouroihamane ( stagiaire) avec ERA ENVIRONNEMENT Ngazidja (Grande Comore)  est une des quatre îles de l’Union des Comores. Comme dans toutes ces îles, il y a de  nombreuses querelles  liées à la répartition des terres découlant du droit foncier, l’étude des règles qui régissent la gestion des terres. A Samba M’bodoni,  un village situé  dans la région d’Itsandra plus précisément  entre Ntsoudjini et Dzahani II, il existe plusieurs problématiques reliant le partage des terres issu de l’héritage maternel et paternel. Dans ce village aux Comores, les terres paraissent fertiles. Mais, elles sont victimes des changements climatiques. Ces terres ont jadis fait l’objet d’un développement de cultures de rente : Vanille, Ylang Ylang, Girofle. En ce moment, la végétation  est abondante. Il pleut beaucoup en ce moment.   Il est intéressant de se familiariser avec la nature (la flore en particulier) et de comprendre son fonctionnement et ses changements. Mariage coutumier et protection des terres Comme dans toute la Grande Comore, le quotidien tourne autour du Anda, le grand mariage. Ce mariage coutumier est le point d’ancrage des Comores. Il est mis en exergue par les biens matériels liés au droit foncier. Mais ce droit foncier n’est pas forcément respecté dans le pays, parce qu’il engendre plusieurs aspects juridiques: le droit musulman, le droit coutumier, le droit découlant des pratiques de la colonisation. Et ces nombreux droits sont difficiles à suivre dans un pays où le citoyen lambda n’est pas intéressé par l’écrit, mais plutôt par l’oral. Pourtant, le mariage coutumier ne peut se faire en Grande Comore comme dans toutes les îles sans la construction d’une maison.  La propriété immobilière est nécessaire à la célébration du mariage coutumier. Mais cette propriété immobilière où plutôt l’accès à la construction pose question dans la mesure où le droit foncier n’est pas légiféré réellement aux Comores. Que représente la terre aux Comores? La terre est « source de vie ». Elle crée la richesse dans la mesure où elle est bien exploitée. Le manyahuli est un terme comorien signifant la transmission des biens par les femmes.  Ce  sont les femmes les propriétaires des biens.Les terres sont transmises aux filles de la famille. Celles-ci doivent les transmettre à leur tour à leurs filles.   La problématique se pose lorsqu’une femme n’a malheureusement pas eu de filles.  Qu’en est-il de l’ héritage légué par une femme à un homme? Comment...

Read More
Gestion des déchets aux Comores: Vers une solution durable
Jan24

Gestion des déchets aux Comores: Vers une solution durable

Gestion des déchets aux Comores: Vers une solution durable   Analyse  par la rédaction aux Comores publié prochainement    ...

Read More
Villes durables: les villes africaines veulent montrer l’exemple (1)
Nov01

Villes durables: les villes africaines veulent montrer l’exemple (1)

Villes durables: les villes africaines veulent montrer l’exemple (1)  Les villes africaines, soutenues par la Convention des Maires pour l’Afrique, subsaharienne affichent une ferme volonté de mettre en œuvre des stratégies de développement sobres en carbone. Démonstration. Par Houmi Ahamed-Mikidache   Le Contexte Depuis la tenue de la Conférence des Nations Unies sur le Climat à Paris en 2015,   les villes africaines   sont aidées par la Convention des Maires pour l’Afrique subsaharienne (CoM SSA) domiciliée au siège de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’ Afrique ( CGLU-Afrique) au Ghana. Présentée en  2015 en marge des travaux de  la Conférence des Nations Unies sur le Climat, la Convention des Maires pour l’Afrique subsaharienne  est une initiative financée par l’Union Européenne pour soutenir les villes africaines   dans la lutte contre le changement climatique par l’accès notamment aux énergies propres .La CoMSSA s’est inspirée du succès de la «  Convention des Maires d’Europe », réunissant 6700 municipalités dans la lutte contre le réchauffement climatique. A ce jour, 13 villes francophones, anglophones et lusophone font l’objet d’une attention particulière.  Ce sont des villes pilotes. Les Communes de Zou ( Bénin), de Bouaké ( Côte d’Ivoire), de Nouakchott ( Mauritanie), de Monrovia ( Liberia), Dakar et Pikine ( Sénégal), Tsévié ( Togo), Yaoundé III et Yaoundé IV (Cameroun), Lumbubashi (RDC), Kampala ( Ouganda), Bissau ( Guinée Bissau) sont soutenues financièrement par l’Union Européenne pour des projets liés au renforcement de capacités, et à la réalisation d’action d’accès à l’énergie propre et durable. Dans certaines  villes pilotes telles que, Tsévié  ou Nouakchott ou les communes de ZOU,  il est prévu l’installation de panneaux solaires ou mini-centrales solaires pour l’éclairage public, les ménages et les infrastructures sociales de base. Après plusieurs ateliers à Pikine et à Dakar, les villes sénégalaises  envisagent la mise en œuvre des projets pilotes d’efficacité énergétique. La capitale sénégalaise est sur le point de construire un service hospitalier avec des matériaux locaux pour une meilleure performance énergétique. Autre action à Dakar : une plateforme d’échange et d’apprentissage intitulée « DACKCLIM »  , représentée par différentes classes sociales accompagnent la ville sur les enjeux  de développement durable ( gestion des déchets…). Le PLANERZOU Seule intercommunalité choisie par la Convention des Maires pour l’Afrique Subsaharienne, le département de Zou au Bénin en Afrique l’Ouest  bénéficie d’un projet d’appui à l’élaboration et à la mise en cohérence des outils de planification énergétique durable financé par l’Union Européenne :  le PLANERZOU. Le  département de Zou est composé de 9 communes  situées  au centre du Bénin ( Abomey, Agbangninzoun, Bohicon,   Cové, Djidja, Ouinhi, Zagnanado,  Za-Kpota, et Zogbodomey ). Depuis 2017, le PLANERZOU s’étale sur 30 mois. Son objectif : favoriser l’utilisation des énergies renouvelables par...

Read More