UN Climate Change Secretariat published an overview of the Katowice Climate Package
Fév19

UN Climate Change Secretariat published an overview of the Katowice Climate Package

                                UN Climate Change Secretariat published an overview of the Katowice Climate Package The secretariat of UN Climate Change has published an overview of the Katowice Climate Package, adopted at the UN Climate Change Conference COP24 in Katowice last December. Report by ERA ENVIRONNEMENT with UNFCCC The package constitutes the guidelines for the implementation of the Paris Climate Change Agreement. The guidelines establish an effective international system for promoting and tracking progress while empowering countries to build national systems for implementing the agreement. “The Katowice outcome is a breakthrough that all governments can be proud of! It strengthens the Paris Agreement and it opens the doors for the implementation of climate action across the globe,” Patricia Espinosa, the UN’s Climate Chief, underlined. For the UN Climate Secretariat, the guidelines respect the different capabilities and socio-economic realities of each country while providing the foundation for ever-increasing ambition with respect to climate action. The Katowice outcome is a complex package, achieved through in-depth technical discussions and political compromise and containing operational guidance on: the information about domestic mitigation and other climate goals and activities that governments will provide in their Nationally Determined Contributions (NDCs); how to communicate about efforts to adapt to climate impacts; the rules for functioning of the Transparency Framework, which will show to the world what countries are doing about climate change; establishment of a committee to facilitate implementation of the Paris Agreement and promote compliance with the obligations undertaken under the Agreement; how to conduct the Global Stocktake of overall progress towards the aims of the Paris Agreement; how to assess progress on the development and transfer of technology; how to provide advance information on financial support to developing countries and the process for establishing new targets on finance from 2025 onwards.  ...

Read More
Climate Change: The challenges of Botswana
Fév18

Climate Change: The challenges of Botswana

Climate Change: The challenges of Botswana   By Meekaeel Siphambili Gaborone-Botswana   Ninety percent of the inhabitants of African countries rely on firewood or coal for cooking or domestic use. Most of the countries in Africa rely on coal fired power stations with many of the countries having no laws or regulations on engine emissions as most of the cars used do not meet the standards. The long term goal of the Paris Agreement is to reduce  greenhouse gases emissions. To materialize this, Africa has to make an effort to diversify its energy mix, and to create an enabling environment for the exploitation of renewable energy. The sunny days give room for the countries to tap or use mostly the solar generated power which can be installed anywhere. Several decisions relating to climate change were taken at the 23rd Conference of Parties held in Bonn, Germany; and these motivated countries to negotiate the finer details of how the Paris Agreement will work from 2020 onwards. COP24 also carried the same resolutions on climate change. The year 2020 of the implementation of the Paris Accord  is not far and the effects of climate change continue to show face across the continent. Climate Disasters According to the records, in the last decade, climate change has led to about US$2.5 trillion in disaster losses in developing countries. The number of people affected by natural disasters doubled from 102 million in 2015 to 204 million in 2016. Almost one third of the land is no longer fertile enough to grow food. More than 1.3 billion people live on this deteriorating agricultural land, putting them at risk of climate driven water shortages and depleted harvests. Droughts alone have affected more than 1 billion people in the last decade. Since 2001, droughts have wiped out enough produce to feed 81 million people every day for a year. In the SADC Region alone, the number of food insecure population is at 27 million. Between 2014 and 2016, the Region suffered the worst drought in 35 years, caused by the El Nino phenomenon, which left an estimated 41.4 Million of the population in need of food aid. Botswana has not been spared in this natural disaster. There has been an estimated 500,000 livestock deaths, and over 30,000 people (4 percent of the population) left vulnerable to the impacts of the drought. “Botswana’s scaled up implementation will require additional resources. As such, there is a need for coordinated effort in innovative domestic resource mobilisation, whilst also strategically tapping into internationally available climate finance,” said Thato Raphaka, the Botswana permanent secretary of environment, natural resources conservation and tourism. And he...

Read More
Le One Planet Summit se réunira à Nairobi
Fév11

Le One Planet Summit se réunira à Nairobi

Le One Planet Summit se réunira  à Nairobi   La troisième édition du One Planet Summit aura lieu à Nairobi au Kenya le 14 mars prochain. Son objectif: poursuivre l’accélération de la mise en oeuvre de l’Accord de Paris. Explications. Par la rédaction Les engagements Le 14 Mars prochain aura lieu la troisième édition du One Planet Summit à Nairobi au Kenya. L’Afrique n’émet que 4% de gaz à effet de serre, mais elle est pourtant en première ligne des conséquences du réchauffement planétaire. Cette troisième édition permettra d’accélérer la mise en oeuvre de l’accord de Paris, tant sur le plan économique qu’écologique. Lors de la seconde édition du One Planet Summit au mois de Septembre 2018, l’Espagne a annoncé qu’elle rejoindrait la Coalition Neutralité Carbone d’ici 2050. Cette coalition regroupe 19 pays dans le monde voulant  mettre en place des stratégies de long terme pour limiter les émissions de gaz à effet de serre avec pour  ambitions de lier les intérêts économiques aux intérêts écologiques dans le domaine des transports, de l’énergie et de l’utilisation des sols. Au niveau des nouvelles technologies de l’information, le moteur de recherche Google, en collaboration avec Bloomberg Philanthropies et le Global Convenant of Mayors établiera un programme de recherche qui fournira à près de 10 000 villes du monde des données en ligne pour  aider à créer et à mettre en oeuvre d’ambitieux plans d’action. De fait, Google développera des outils et des connaissances permettant aux villes d’accéder à des informations sur des domaines tels que les transports, les bâtiments, la qualité de l’air. Quant au Global Convenant of Mayors, il établira un programme de recherche et d’innovation pour les villes appelées ” Innovate4Cities”.  Son action: développer un soutien local pour engager des actions de lutte contre le réchauffement climatique. Le Groupe de la Banque mondiale s’est engagé à investir 1 milliard de dollars pour accélérer le déploiement de batteries de stockage de l’énergie dans les pays en développement. L’initiative devrait mobiliser 4 milliards de dollars supplémentaires de financements à taux préférentiels et d’investissements privés et devrait se traduire par une nouvelle capacité de stockage de 17,5 GWh d’ici 2025 – plus du triple des 4-5 GWh actuellement installés dans tous les pays en développement. Sa finalité: catalyser de nouveaux marchés pour le déploiement de batteries destinés à des réseaux énergétiques avancés afin d’aider les pays en développement à élargir leur accès à l’électricité, améliorer la résilience des réseaux et passer à une nouvelle génération de technologie énergétique. A la demande du Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, le président de la République Française, Emmanuel Macron et le Premier ministre de Jamaïque Andrew Holness sont  les chefs de file sur la finance...

Read More
Déclaration Ministérielle Francophone de Katowice sur la lutte contre les changements climatiques
Déc10

Déclaration Ministérielle Francophone de Katowice sur la lutte contre les changements climatiques

Déclaration Ministérielle Francophone de Katowice sur la lutte contre les changements climatiques – 10 Décembre 2018 Nous, Ministres et Chefs de délégations représentant les États et gouvernements  ayant le français en partage, affirmons que les changements climatiques constituent l’un des enjeux majeurs  du  XXIème  siècle, et  que  notre  participation   concertée  à  la 24ème Conférence des Nations Unies sur le climat de Katowice, en Pologne (CdP24) peut  contribuer  à  renforcer  la mise en œuvre des objectifs de l’Accord de Paris dans nos pays respectifs et au niveau international.   Considérant la Déclaration du XVIIème Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage qui s’est tenu à Erevan (Arménie), les 11-12 octobre 2018; Notant que l’impact des changements climatiques pose des défis supplémentaires aux membres de la Francophonie en matière de lutte contre l’érosion côtière, de gestion responsable  et  durable des  forêts,  de sécurité  alimentaire  et   d’accès  à   l’eau   potable  et  aux   services d’assainissement de base, comme établi par le dernier rapport du GIEC sur les impacts existants avec une hausse de température de 1,5°C; Réaffirmant notre appui à la mise en œuvre de l’Accord de Paris et notre détermination  à aboutir à un accord international sur les règles de mise en œuvre de l’accord, accessible aux pays en développement et favorable à un développement équitable durable; Conscients de l’importance de la concertation francophone dans les négociations multilatérales et désireux de jouer un rôle mobilisateur auprès des grandes économies afin que des engagements significatifs soient pris pour réduire la croissance mondiale des  émissions  de  gaz  à  effet  de  serre suivant les recommandations du GIEC; Affirmant que tous les pays doivent assumer leur juste part conformément  aux  principes  inscrits  dans  la Convention  et  l’Accord de Paris, d’équité, de responsabilités communes mais différenciées, et des capacités respectives;   Conformément  aux engagements  du Sommet d’Erevan dans ces paragraphes 48, 49 et 50,  nous réaffirmons  notre volonté de: Mobiliser tous nos atouts politiques pour la ratification des instruments internationaux de la Convention dont l’Accord de Paris, et l’amendement de Doha sur la deuxième période d’engagement du Protocole de Kyoto; Saisir et d`exploiter  toutes  les opportunités  techniques  et financières  offertes  par la communauté des partenaires au développement, notamment francophones (solidarité), pour accompagner et assister les pays en développement pour la mise en œuvre des CDN, pour la mise en œuvre des politiques  de développement durable par la formulation de projets/programmes d`adaptation et d`atténuation, prenant en charge la problématique du genre; Nous mobiliser pour veiller au renflouement des fonds climatiques définis par la Convention et l’Accord de Paris, notamment le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), le Fonds d’Adaptation (FA) et le Fonds Vert Climat...

Read More
Villes durables: les villes africaines veulent montrer l’exemple (1)
Nov01

Villes durables: les villes africaines veulent montrer l’exemple (1)

Villes durables: les villes africaines veulent montrer l’exemple (1)  Les villes africaines, soutenues par la Convention des Maires pour l’Afrique, subsaharienne affichent une ferme volonté de mettre en œuvre des stratégies de développement sobres en carbone. Démonstration. Par Houmi Ahamed-Mikidache   Le Contexte Depuis la tenue de la Conférence des Nations Unies sur le Climat à Paris en 2015,   les villes africaines   sont aidées par la Convention des Maires pour l’Afrique subsaharienne (CoM SSA) domiciliée au siège de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’ Afrique ( CGLU-Afrique) au Ghana. Présentée en  2015 en marge des travaux de  la Conférence des Nations Unies sur le Climat, la Convention des Maires pour l’Afrique subsaharienne  est une initiative financée par l’Union Européenne pour soutenir les villes africaines   dans la lutte contre le changement climatique par l’accès notamment aux énergies propres .La CoMSSA s’est inspirée du succès de la «  Convention des Maires d’Europe », réunissant 6700 municipalités dans la lutte contre le réchauffement climatique. A ce jour, 13 villes francophones, anglophones et lusophone font l’objet d’une attention particulière.  Ce sont des villes pilotes. Les Communes de Zou ( Bénin), de Bouaké ( Côte d’Ivoire), de Nouakchott ( Mauritanie), de Monrovia ( Liberia), Dakar et Pikine ( Sénégal), Tsévié ( Togo), Yaoundé III et Yaoundé IV (Cameroun), Lumbubashi (RDC), Kampala ( Ouganda), Bissau ( Guinée Bissau) sont soutenues financièrement par l’Union Européenne pour des projets liés au renforcement de capacités, et à la réalisation d’action d’accès à l’énergie propre et durable. Dans certaines  villes pilotes telles que, Tsévié  ou Nouakchott ou les communes de ZOU,  il est prévu l’installation de panneaux solaires ou mini-centrales solaires pour l’éclairage public, les ménages et les infrastructures sociales de base. Après plusieurs ateliers à Pikine et à Dakar, les villes sénégalaises  envisagent la mise en œuvre des projets pilotes d’efficacité énergétique. La capitale sénégalaise est sur le point de construire un service hospitalier avec des matériaux locaux pour une meilleure performance énergétique. Autre action à Dakar : une plateforme d’échange et d’apprentissage intitulée « DACKCLIM »  , représentée par différentes classes sociales accompagnent la ville sur les enjeux  de développement durable ( gestion des déchets…). Le PLANERZOU Seule intercommunalité choisie par la Convention des Maires pour l’Afrique Subsaharienne, le département de Zou au Bénin en Afrique l’Ouest  bénéficie d’un projet d’appui à l’élaboration et à la mise en cohérence des outils de planification énergétique durable financé par l’Union Européenne :  le PLANERZOU. Le  département de Zou est composé de 9 communes  situées  au centre du Bénin ( Abomey, Agbangninzoun, Bohicon,   Cové, Djidja, Ouinhi, Zagnanado,  Za-Kpota, et Zogbodomey ). Depuis 2017, le PLANERZOU s’étale sur 30 mois. Son objectif : favoriser l’utilisation des énergies renouvelables par...

Read More
Lancement international du 8e Sommet Africités à Paris
Oct30

Lancement international du 8e Sommet Africités à Paris

Lancement international du 8e Sommet Africités à Paris Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique ( CGLU Afrique) et le gouvernement du Maroc ont annoncé  ce mardi à Paris le lancement international du 8e Sommet Africités. Explications. Par Houmi Ahamed-Mikidache Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique ( CGLU Afrique) et le gouvernement du Maroc ont annoncé  ce mardi à Paris le lancement international du 8e Sommet Africités. «  Le lancement international du Sommet a  lieu à Paris, parce qu’il existe une proximité entre l’Europe et l’Afrique et nous avons l’habitude d’organiser nos conférences de presse à Paris  » a expliqué M. Jean Pierre Elong Mbassi, secrétaire général de CGLU Afrique. En 2015, CGLU Afrique a en effet organisé une conférence de presse à Paris pour annoncer le lancement international du 7ème Sommet Africités à Johannesbourg  ( Afrique du Sud). Africités 8 intervient deux ans avant le Sommet France/Afrique, prévu en 2020 et consacré à la ville durable, rappelle M. Elong Mbassi. Africités a 20 ans Elément phare de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique, le Sommet Africités est organisé depuis 20 ans  tous les trois ans par roulement dans une ville africaine, mobilisant les autorités locales, les gouvernements, les villes et divers acteurs du continent, mais aussi d’autres régions du monde. Cette année, ce Sommet se déroulera sous le Haut  Patronage du  Roi Mohammed VI, au Village Africités sur le site Bab Jdid à Marrakech, Maroc, du 20 au 24 novembre 2018. Thème choisi : La transition vers les villes et territoires durables : le rôle des collectivités territoriales d’Afrique. «  Ce Sommet sera une  opportunité d’impliquer la population dans la gestion des affaires locales, » a indiqué Mouloud Bargayou,  parlementaire marocain et président de la Commune rurale de Bzou, province d’Azilal dans la région de Tadla-Azilal, dans le nord-ouest du Maroc. Pour le parlementaire marocain,  ce sommet marquera 20 ans de panafricanisme et s’intégrera dans le cadre de l’agenda Afrique 2063, une vision et un plan d’action sur 50 ans développés par l’Union Africaine depuis 2013  sur la base de valeurs partagées et communes. «  Africités est un espace de mobilisation sans précédent et le Maroc est favorable à  la transition économique et au partage avec les agences locales, » souligne M. Bargayou. Ce sommet verra la présence de 5000 participants dont 2500 villes, 750 maires, 500 exposants, 35 ministres et 40 partenaires. Cette huitième édition sera ponctuée par 100 sessions. Son ambition : contribuer à la localisation de tous les agendas nationaux et internationaux relatifs au développement durable et à la lutte contre les changements climatiques. Africités  se déroulera  en cinq jours avec cinq thèmes transversaux : la transition démographique et l’urbanisation, la transition écologique,...

Read More