Changements Climatiques: Le Japon et l’Autriche soutiennent  le secteur privé en Afrique
Juin02

Changements Climatiques: Le Japon et l’Autriche soutiennent le secteur privé en Afrique

Changements Climatiques: le Japon et l’Autriche soutiennent le secteur privé en Afrique Par Era Environnement   Le Japon et le l’Autriche ont approuvé un million de dollars  pour renforcer la participation du secteur privé dans la lutte contre les changements climatiques en Afrique. Ce financement passera par le service du don de l’Assistance au Secteur privé en Afrique ( Fund For African Private Sector Assistance en anglais). Son objectif: étendre le rôle du secteur privé dans les contributions nationales déterminées des pays africains. Parties intégrantes de l’Accord de Paris, les contributions nationales sont des efforts nationaux des pays signataires de l’accord de Paris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Aider à la mise en oeuvre des contributions nationales Le département des Changements Climatiques et de la Croissance Verte de la Banque Africaine de Développement mettra en oeuvre ce projet. De fait, le secteur privé africain pourra améliorer  des mesures d’intégration sur les changements climatiques dans les décisions d’investissements dans six pays : l’Egypte, l’Angola, le Mozambique, le Maroc, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Ambitions: contribuer à la croissance économique verte et inclusive dans ces pays. Autres ambitions: renforcer les capacités des développeurs de projets et les parrainer en les aidant à augmenter les investissements verts dans le cadre des contributions nationales.  Le projet abordera les contraintes financières pour accéder au financement climat, y compris le manque de connaissance de l’entreprise et l’insuffisance de capacité à préparer des projets bancables.  En quoi consiste le FAPA ? Le FAPA est un appui financier  de partenaires de  la Banque Africaine de Développement. Il  fournit des dons permettant une assistance technique en  Afrique. Le gouvernement du Japon et de l’Autriche  contribuent activement dans le financement de ce fonds. A ce jour, environ 79 projets  dans 38 pays d’Afrique ont été financés  à travers ce fonds. Le FAPA vise à la fois des projets nationaux et régionaux, qui améliorent l’environnement des affaires, renforcent les systèmes financiers, construisent les infrastructures, promeuvent le commerce extérieur, et développent les petites et moyennes entreprises....

Read More
Déclaration Ministérielle Francophone de Katowice sur la lutte contre les changements climatiques
Déc10

Déclaration Ministérielle Francophone de Katowice sur la lutte contre les changements climatiques

Déclaration Ministérielle Francophone de Katowice sur la lutte contre les changements climatiques – 10 Décembre 2018 Nous, Ministres et Chefs de délégations représentant les États et gouvernements  ayant le français en partage, affirmons que les changements climatiques constituent l’un des enjeux majeurs  du  XXIème  siècle, et  que  notre  participation   concertée  à  la 24ème Conférence des Nations Unies sur le climat de Katowice, en Pologne (CdP24) peut  contribuer  à  renforcer  la mise en œuvre des objectifs de l’Accord de Paris dans nos pays respectifs et au niveau international.   Considérant la Déclaration du XVIIème Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage qui s’est tenu à Erevan (Arménie), les 11-12 octobre 2018; Notant que l’impact des changements climatiques pose des défis supplémentaires aux membres de la Francophonie en matière de lutte contre l’érosion côtière, de gestion responsable  et  durable des  forêts,  de sécurité  alimentaire  et   d’accès  à   l’eau   potable  et  aux   services d’assainissement de base, comme établi par le dernier rapport du GIEC sur les impacts existants avec une hausse de température de 1,5°C; Réaffirmant notre appui à la mise en œuvre de l’Accord de Paris et notre détermination  à aboutir à un accord international sur les règles de mise en œuvre de l’accord, accessible aux pays en développement et favorable à un développement équitable durable; Conscients de l’importance de la concertation francophone dans les négociations multilatérales et désireux de jouer un rôle mobilisateur auprès des grandes économies afin que des engagements significatifs soient pris pour réduire la croissance mondiale des  émissions  de  gaz  à  effet  de  serre suivant les recommandations du GIEC; Affirmant que tous les pays doivent assumer leur juste part conformément  aux  principes  inscrits  dans  la Convention  et  l’Accord de Paris, d’équité, de responsabilités communes mais différenciées, et des capacités respectives;   Conformément  aux engagements  du Sommet d’Erevan dans ces paragraphes 48, 49 et 50,  nous réaffirmons  notre volonté de: Mobiliser tous nos atouts politiques pour la ratification des instruments internationaux de la Convention dont l’Accord de Paris, et l’amendement de Doha sur la deuxième période d’engagement du Protocole de Kyoto; Saisir et d`exploiter  toutes  les opportunités  techniques  et financières  offertes  par la communauté des partenaires au développement, notamment francophones (solidarité), pour accompagner et assister les pays en développement pour la mise en œuvre des CDN, pour la mise en œuvre des politiques  de développement durable par la formulation de projets/programmes d`adaptation et d`atténuation, prenant en charge la problématique du genre; Nous mobiliser pour veiller au renflouement des fonds climatiques définis par la Convention et l’Accord de Paris, notamment le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), le Fonds d’Adaptation (FA) et le Fonds Vert Climat...

Read More
COP 23- G20 committed to climate finance- Report
Juil18

COP 23- G20 committed to climate finance- Report

COP 23- G20 committed to climate finance- UNEP Report A new UN Environment research released recently explained that the G20 and other nations have taken huge strides over the last year towards mobilizing the trillions of dollars of public and private capital needed to make sustainable development and climate action a reality. Explanations. By Houmi Ahamed-Mikidache 18-07-2017   A new UN Environment research released recently explained that the G20 and other nations have taken huge strides over the last year towards mobilizing the trillions of dollars of public and private capital needed to make sustainable development and climate action a reality. “The world has committed to creating a better future for people and planet. But we will not be able to achieve our sustainable vision without the global financial system using its capital to fuel the transformation,” said Erik Solheim, head of UN Environment.   The investment required to bring sustainable development in developing countries was short US$2.5 trillion each year, with as much as ten times that needed globally in the years to come – mainly from private sources, UN Conference on Trade and Development research from 2015 showed, explained the study. The UN Environment Inquiry into the Design of a Sustainable Financial System’s Green Finance Progress Report – a contribution to the G20’s Green Finance Study Group (GFSG) – finds dozens of encouraging policies and financial product developments that show the public and private sectors are committed to find solutions, recalled the experts of the report. “This new research from UN Environment, a contribution to the G20 Green Finance Study Group, shows encouraging progress in this regard. From a record number of new green finance measures to ambitious plans for green finance hubs, we are seeing the smart money move to green financing, ” said Mr Solheim. Highlights from the report Based on the G20 Green Finance Synthesis Report, adopted at the G20 Leaders’ Summit in Hangzhou in September 2016, leaders are committed to accelerate and set out seven options identified to  mobilize  green finance. Over the last year, considerable progress has been made against these seven options by all G20 members, and the international community, in increasingly systemic national action, greater international cooperation, and increased market leadership, according to the research. More measures related to green finance have been introduced since June 2016 compared with any other one-year period since 2000. The trends and measures have resulted in increased flows of green finance, most notably in the issuance of green bonds, which grew by around 100 per cent to US$81 billion in 2016. Examples of specific country action include: ·         India: The Securities and Exchange Board of India (SEBI) issued disclosure...

Read More
COP 23- Economie bleue: L’Afrique de l’Ouest consolide ses engagements- Déclaration
Juil18

COP 23- Economie bleue: L’Afrique de l’Ouest consolide ses engagements- Déclaration

COP 23- Economie bleue: L’Afrique de l’Ouest consolide ses engagements- Déclaration  13 ministres de la pêche du Comité des pêches du Centre- Ouest  du Golfe de Guinée (FCWC en anglais)  se sont rencontrés récemment à Nouakchott (Mauritanie), dans le cadre de la lutte pour développer  une orientation stratégique pour la seconde phase du Programme Régional des pêches ouest africaines (WARFP) prévue en 2018. Présentation. Par Houmi Ahamed-Mikidache L’Action 13 ministres de la pêche du Comité des pêches du Centre- Ouest du Golfe de Guinée : le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée Conakry, la Guinée Bissau, la Mauritanie, le Sénégal, la Sierra Leone, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Liberia, le Nigeria, le Ghana et le Togo, se sont rencontrés récemment à Nouakchott dans le cadre de la lutte  pour développer  une orientation stratégique pour la seconde phase du Programme Régional des pêches ouest africaines (WARFP) prévue en 2018. Cette rencontre à Nouakchott fait suite à l’atelier de sensibilisation du 12 au 14 février 2017 à Sally au Sénégal. Les ministres demandent à la Banque Mondiale de financer la seconde phase du programme Programme Régional des pêches ouest africaines (WARFP) prévue donc en 2018 pour mettre en œuvre des réformes visant à protéger les ressources halieutiques en Afrique de l’Ouest. Face à la surpêche Les 13 ministres ont signé une déclaration conjointe dans laquelle ils reconnaissent le rôle primordial de la  pêche durable dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et pour l’augmentation des revenus d’une population grandissante dans les zones côtières d’Afrique de l’Ouest. Dans cette déclaration officielle, ils se disent inquiets de l’étendue de la surpêche, la surcapacité, la pêche illégale, et l’impact des changements climatiques qui ont considérablement appauvris les ressources halieutiques, causants d’ importantes conséquences économiques. Les représentants des 13 pays précisent qu’ils reconnaissent le soutien apporté au Programme Régional des pêches ouest africaines (WARFP). Ce dernier existe depuis 2009. Il est financé par la Banque Mondiale et le Fonds pour l’environnement Mondial, avec pour ambition de renforcer  la gouvernance des pêches, réduire la pêche illégale, améliorer  la valeur ajoutée par le traitement local et la commercialisation des produits issus de la pêche. Les ministres ouest africains se disent satisfaits des résultats obtenus par le programme, notamment par le renforcement des capacités pour le contrôle des ressources halieutiques et l’amélioration des paiements des amendes et des sanctions dans les eaux côtières du Cap-Vert, du Liberia, du Sénégal et de la Sierra Leone.Les 13 signataires ont aussi accueilli favorablement l’initiative du président de la République islamique de Mauritanie pour la promotion de la transparence dans le secteur de la pêche. Cette initiative est soutenue par la Banque Mondiale....

Read More
COP 23- Tonga hosts Pacific meeting on GCF funds
Juil18

COP 23- Tonga hosts Pacific meeting on GCF funds

COP 23- Tonga hosts Pacific meeting on GCF funds 07-18-2017 The Kingdom of Tonga hosts the Green Climate Fund’s Structured Dialogue with the Pacific during four days. This meeting is  organized in collaboration with the Governments of  Australia. It aims to accelerate the implementation of GCF projects and programmes approuved in the Pacific. The meeting has been  launched by the Deputy Prime Minister of Tonga and Minister of MEIDECC, Honourable Siaosi Sovaleni on July 18 at the Faónelua Convention Centre.  The dialogue will open with a High-Level Segment at Faónelua followed by a three-day Technical workshop at Tanoá International Hotel. GCF  Board Members, Secretariat Staff,  ministers of countries in the Pacific, senior government officials, including representatives of the GCF National Designated Entities and Focal points, private sector representatives and civil society organizations  are attending the meeting. The four- day gathering is an opportunity for countries and Accredites Entities to share their experiences in various programmes fund by the GCF. According to the GCF Communication department, the dialogue is expected to help Pacific Island countries identify Accredited Entities and private sector organisations to partner with. It will help identify Accredited Entities, including private sector partners to support the project proposals to fight climate change. This dialogue is  part of the sustained development of a Regional Roadmap initiated in 2016 GCF Regional Meeting which has to help strengthen Pacific Island countries engagement with the...

Read More
COP 23-Tonga abrite une réunion sur le fonds vert
Juil18

COP 23-Tonga abrite une réunion sur le fonds vert

COP 23- Tonga abrite une réunion sur le fonds vert Par Houmi Ahamed-Mikidache 18-07-2017 Les îles Tonga accueillent le secrétariat et les administrateurs du fonds vert  pour le climat de l’ONU,  dans le cadre d’un dialogue structuré, organisé conjointement avec l’Australie du 18 au 21 juillet.Sa mission : accélérer la mise en œuvre des projets et des programmes financés par le fonds vert dans le pacifique. Les ministres des pays du Pacifique,  les représentant des autorités nationales désignées du fonds vert, les points focaux, les agences accréditées au fonds, la société civile,  ainsi que le secteur privé sont aussi présents. Selon les administrateurs du fonds, ces quatre jours de réunion sont une opportunité pour tous ces acteurs  de partager les expériences  financées par le fonds dans plusieurs domaines. Cette rencontre s’intègre dans la feuille de route régionale des îles du Pacifique, établie en 2016, lors d’une réunion régionale du Fonds Vert qui a eu lieu aux îles Fidji.  14 pays avaient alors présenté des idées de projets dans trois secteurs: l’énergie, les infrastructures, et le renforcement de la résilience des populations. A l’issue de la  rencontre aux îles Tonga, les différents participants identifieront les agences accréditées, en incluant les partenaires du secteur privé qui mettront en œuvre le développement des projets  ambitieux financés par le fonds dans le cadre de l’action climatique, précise un communiqué venant du Secrétariat du fonds vert sur le climat, basé en Corée du...

Read More