The One Planet Summit will be  held in Nairobi
Fév18

The One Planet Summit will be  held in Nairobi

The One Planet Summit will  be held in Nairobi     The third edition of the One Planet Summit will be held in Nairobi ( Kenya) on the 14th of March. This event will start before the opening of the high-level segment of UNEA-A, the General Assembly of UN Environment. For the organizers of the One Planet Summit, this event will therefore highlight the challenges and opportunities of Africa in the fight against climate change . Explanations. By ERA ENVIRONNEMENT   The commitments During the last edition  of the One Planet Summit held in Washington on September 2018, Spain, Canada, the UK announced that they will join the Carbon Neutrality Coalition by 2050. This Carbon Neutrality Coalition gathers 19 countries in the world willing to commit long term strategies in order to achieve the Paris Agreement’s collective’s goal by linking economy and ecology interests. This coalition will act on sectors such as transportation, energy, agriculture and land use. But it will also promote technological innovations towards emission-reduction projects. The Former Mayor of New york and CEO of Bloomberg, Michael Bloomberg announced that he will help convene a Wall Street Network on Sustainable Finance to encourage more climate-friendly and sustainable finance innovation across the U.S. capital markets. The Wall Street Network is the latest addition to a growing roster of ‘Financial Centers for Sustainability,’ including the City of London’s Green Finance Initiative, the Paris-based Finance for Tomorrow Initiative, and over fifteen other related initiatives from China to Germany to Morocco and beyond. The Global Covenant of Mayors for Climate and Energy, the largest international alliance of city leaders and their networks committed to raising the global ambition for climate action with a partnership with Google and Blomberg Philanthropies. This partnership will help cities with critical information about their environmental data and it will give new tools that will empower them in transports, construction, air quality. 10 000 cities will therefore have access to online data to help them to implement ambitious action plans. The Global Convenant of Mayors will establish a program of research and innovation known as “Innovate4Cities”. This program wants to integrate cities’ implementation priorities into national, academic and private sector research, innovation and development portfolios and accelerates their abilities to meet their climate commitments. The World Bank Group committed to invest $1 billion to accelerate the deployment of battery storage in developing countries. The initiative is expected to leverage another $4 billion in concessional funding and private sector investments, and result in 17.5 gigawatt-hours of new battery storage capacity by 2025 – more than triple the 4-5 GWh currently installed in all developing countries. The goal is to catalyze new markets for battery...

Read More
Solar energy is Botswana’s new efforts to a greener environment
Fév07

Solar energy is Botswana’s new efforts to a greener environment

Solar energy is Botswana’s new efforts to a greener environment Meekaeel Siphambili Gaborone, Botswana Botswana is to set up solar energy plants to cut down on emissions from the current coal-fired power station. The 100MW Solar Power Plant will augment Botswana’s   power supply and reduce the country’s carbon footprint and help conserve the environment. Botswana has one of the highest solar energy ratings globally, the mostly sunny days gives the country the potential to greener energy. The sun is free, in abundance and inexhaustible. Solar technology converts the sun’s radiation directly into electricity with no pollution or damage to the environment. The panels can generate enough power to run stoves, pump water, light clinics and power televisions. Botswana is a semi arid country with mostly sunny days, one of the best climates for this type of energy.   The investment in the 100MW Solar Power Plant sets the stage for more fully exploiting this natural resource that the country has in abundance and begins to deliver on the nation’s Vision 2036 commitment and Botswana’s national commitment under the Paris Climate Agreement for a significant percentage of our energy to be sourced from renewable green sources.   This development is part of fulfilling expectations of the Paris Agreement, which Botswana signed to increase green energy mix by 25percent within the next seven years. Consequently Government has implored its first steps into a greener environment through the employment of solar power plant projects in rural areas. Tobela village is currently benefiting from green energy during the day and powered by Botswana Power Corporation (BPC) through night. Botswana is currently getting her power from the coal-fired Morupule Power Station located in central Botswana.   Twenty remote located villages are to benefit from solar energy plants, with Seronga village, near the Zambia border being the first village to be electrified with green energy. The solar power plants follow a 1.3MW power station in Phakalane in Gaborone.   “Botswana has pledged to establish 250MW on solar capacities by 2025 as a way of reducing carbon dioxide emission to zero by the year 2036 .As the corporation, we have taken the bold step to ensure that government attains its aim as we are currently embarking on building solar power plants to electrify more rural areas. The project includes the construction of a 100MW Solar Power Plant next year as well as the electrification of more rural areas,” says .Botswana Power Corporation’s Chief Executive Officer Stefan Schwarzfischer   The BPC chief executive officer says the development has motivated the enhancement of specific sectors to include agriculture, mining, agronomy, energy, waste management through the economic diversification drive...

Read More
La jeunesse comorienne face aux questions de développement durable
Jan27

La jeunesse comorienne face aux questions de développement durable

La jeunesse comorienne face aux questions de développement durable La fleur d’Ylang Ylang  n’est plus le produit de rente phare des Comores, le Girofle a pris sa place, suivi de la vanille, a récemment affirmé le gouverneur de la Banque Centrale des Comores . Face à près de 80%  d’ importations dans l’Union, les Comores ont  présenté, il y a quelques jours, une stratégie de développement des cultures de rente et des cultures vivrières dans les trois îles, autour de la jeunesse et  l’entrepreneuriat, lors d’une rencontre à l’assemblée nationale entre le président de l’Union des Comores Azali Assoumani et la jeunesse estudiantine. Mais que pense le citoyen lambda? Portraits d’acteurs de terrains à Samba M’bodoni, dans la région d’Itsandra. Par Houmi Ahamed Mikidache   Mohamed Mzé, l’homme aux responsabilités   Mohamed Mzé, 43 ans a toujours vécu dans son village natal à Samba M’bodoni, dans les hauteurs, situé dans la région d’Itsandra (Grande Comore). Sa motivation : aider sa famille et la soutenir  quelles que soient les circonstances. « Je suis responsable de ma famille :  quand un de nos membres proche ou éloigné est malade, je me dois de l’accompagner et de le soutenir, et je suis aussi amené à voyager avec lui. Et d’insister sur un point : « Je reviens toujours chez moi, parce que je ne souhaite pas quitter définitivement  mon village et les Comores. Mohamed n’est pas fils unique, il a un frère et trois soeurs. Il perpétue la tradition comorienne ( de la Grande Comore) en participant aussi à la construction des maisons de ses sœurs et nièces. La tradition comorienne veut que l’oncle maternel soit celui qui construit la maison de sa nièce. L’oncle maternel fait aussi office de référent parental. Mohamed n’a pas vraiment d’emploi fixe. Il cultive parfois, et il s’intéresse de très près  au développement de son village. « Je ne sais pas comment, mais je suis toujours présent lorsqu’une action de développement a lieu au village, » souligne-t-il. Il a participé à la construction de la place publique ( lieu de rencontre dans le village), des routes,  de l’installation des poteaux électriques du village de Samba M’bodoni. Mais il reste sceptique sur le rôle  des jeunes dans le développement de son village : « la jeunesse ici est animée par l’envie de quitter le pays et d’aller en France, les jeunes d’ici  ne sont pas nombreux à penser au devenir du village : on peut en trouver deux ou trois, mais ça s’arrête là. Samba M’bodoni est pourtant connue pour sa verdure et pour l’exportation jadis de cultures de rente telles que la vanille et le girofle.   L’envie d’entreprendre de Moussa Said   Moussa Said a 36 ans...

Read More
Gestion des déchets aux Comores: Vers une solution durable
Jan24

Gestion des déchets aux Comores: Vers une solution durable

Gestion des déchets aux Comores: Vers une solution durable   Analyse  par la rédaction aux Comores publié prochainement    ...

Read More
Développement durable- Afrique: C’est parti!
Jan09

Développement durable- Afrique: C’est parti!

  Meilleurs voeux 2019. Vous avez peut-être pensé  que nous avons disparu de la circulation. Nous ne diffusons plus de nouvelles depuis le mois de novembre. J’ai décidé de quitter la France et travaille dorénavant aux Comores. Un défi et des opportunités pour Era Environnement. Nous continuerons à vous informer sur les questions liées au développement durable et aux changements climatiques. La fin d’année 2018 fut une année riche en informations sur la ville durable et sur l’économie bleue. Afin de vous aider à mieux nous suivre en Afrique, nous avons décidé de publier un florilège: toutes les interviews d’experts que nous avons rencontrés au Kenya et au Maroc lors des conférences sur la ville durable en Afrique et sur l’économie bleue. Nous espérons  que vous apprécierez. Bien entendu, nous vous informerons de l’actualité environnementale aux Comores et en Afrique. A très vite Houmi...

Read More
Déclaration Ministérielle Francophone de Katowice sur la lutte contre les changements climatiques
Déc10

Déclaration Ministérielle Francophone de Katowice sur la lutte contre les changements climatiques

Déclaration Ministérielle Francophone de Katowice sur la lutte contre les changements climatiques – 10 Décembre 2018 Nous, Ministres et Chefs de délégations représentant les États et gouvernements  ayant le français en partage, affirmons que les changements climatiques constituent l’un des enjeux majeurs  du  XXIème  siècle, et  que  notre  participation   concertée  à  la 24ème Conférence des Nations Unies sur le climat de Katowice, en Pologne (CdP24) peut  contribuer  à  renforcer  la mise en œuvre des objectifs de l’Accord de Paris dans nos pays respectifs et au niveau international.   Considérant la Déclaration du XVIIème Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage qui s’est tenu à Erevan (Arménie), les 11-12 octobre 2018; Notant que l’impact des changements climatiques pose des défis supplémentaires aux membres de la Francophonie en matière de lutte contre l’érosion côtière, de gestion responsable  et  durable des  forêts,  de sécurité  alimentaire  et   d’accès  à   l’eau   potable  et  aux   services d’assainissement de base, comme établi par le dernier rapport du GIEC sur les impacts existants avec une hausse de température de 1,5°C; Réaffirmant notre appui à la mise en œuvre de l’Accord de Paris et notre détermination  à aboutir à un accord international sur les règles de mise en œuvre de l’accord, accessible aux pays en développement et favorable à un développement équitable durable; Conscients de l’importance de la concertation francophone dans les négociations multilatérales et désireux de jouer un rôle mobilisateur auprès des grandes économies afin que des engagements significatifs soient pris pour réduire la croissance mondiale des  émissions  de  gaz  à  effet  de  serre suivant les recommandations du GIEC; Affirmant que tous les pays doivent assumer leur juste part conformément  aux  principes  inscrits  dans  la Convention  et  l’Accord de Paris, d’équité, de responsabilités communes mais différenciées, et des capacités respectives;   Conformément  aux engagements  du Sommet d’Erevan dans ces paragraphes 48, 49 et 50,  nous réaffirmons  notre volonté de: Mobiliser tous nos atouts politiques pour la ratification des instruments internationaux de la Convention dont l’Accord de Paris, et l’amendement de Doha sur la deuxième période d’engagement du Protocole de Kyoto; Saisir et d`exploiter  toutes  les opportunités  techniques  et financières  offertes  par la communauté des partenaires au développement, notamment francophones (solidarité), pour accompagner et assister les pays en développement pour la mise en œuvre des CDN, pour la mise en œuvre des politiques  de développement durable par la formulation de projets/programmes d`adaptation et d`atténuation, prenant en charge la problématique du genre; Nous mobiliser pour veiller au renflouement des fonds climatiques définis par la Convention et l’Accord de Paris, notamment le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), le Fonds d’Adaptation (FA) et le Fonds Vert Climat...

Read More