Climate Action: ” We want to include UCLG Africa among the members of the climate ecosystem ” -Jean Pierre ELONG MBASSI ( Secretary General of UCLG Africa)
Oct01

Climate Action: ” We want to include UCLG Africa among the members of the climate ecosystem ” -Jean Pierre ELONG MBASSI ( Secretary General of UCLG Africa)

Climate Action: ” We want to include UCLG Africa among the members of the climate ecosystem ” – Jean Pierre ELONG MBASSI ( Secretary General of UCLG Africa) Ahead of the  UN Climate Action Summit in New York , millions of people across the world,  especially youth have been taking part in protests calling for action against climate change. Cities and Local Governments from across Africa also joined climate strikes as the vulnerabilities of climate change continue to devastate the continent with storms like tropical cyclone idai that killed more than 1,300 people earlier this year to deforestation through human activity that is plaguing Sub-Sahara Africa. Youth have taken to the streets and demonstrated across African cities from Ghana to Lagos, Nairobi to South Africa demanding climate justice for all.  For Jean Pierre Elong Mbassi , Secretary General of UCLG Africa,  “the fight against climate change will be lost or won in cities and territories, depending on the way and urgency in which leaders of local and regional governments invest in, or be associated to climate action.” On September 22nd ,The United Cities and Local Governments of Africa’s Climate Task Force ( a coordination of  multiactor),   hosted a High Level Climate Finance Side Event in New York. A few days after the event, Mr Elong Mbassi share his view  to ERA ENVIRONNEMENT. ERA ENVIRONNEMENT:  What were the main outcomes of  the High Level Climate Finance Side Event ? Jean-Pierre ELONG MBASSI: This event was about sensitizing and advocating for rooting climate action at the local level, where the bulk of green gas emissions are produced and where climate extreme events have the most adverse consequences. As the Vice President of UCLG Africa for the North Africa Region Dr Mohamed Boudra stated it in his introductory remarks, “the fight against climate change will be lost or won in cities and territories. Hence, it is important to involve local and regional governments as key players for climate action. In order to enhance the participation of local and regional governments in the implementation of the Paris Agreement and raise its ambition to limit global warming to a maximum of 1.5 degrees Celsius by the end of the century, one of the proposals put forward by the UCLG Africa Climate Task Force is to take advantage of the ongoing revision of the nationally determined contributions (NDCs) by the States parties to the United Nations Framework Convention on Climate Change for the implementation of the Paris Agreement, to better involve local and regional governments in climate action. In this respect, it is proposed that this revision starts with the locally or territorially defined contributions (LDCs)...

Read More
UN Climate Action Summit 2019: The Major Announcements
Sep24

UN Climate Action Summit 2019: The Major Announcements

UN Climate Action Summit 2019: The Major announcements At the Opening of the UN Climate Action Summit 2019 on  23rd  september 2019, ahead of the 74 UN General Assembly,  leaders of the developing and developed countries made commitments. New initiatives  have been designed to be scaled-up to deliver impact at the global scale needed. The Secretary-General urged governments, businesses and people everywhere to join the initiatives announced at the Summit, and promised to “keep pushing” for greater ambition and action. The Secretary-General committed the UN system to support implementation of plans presented at the Summit, with an initial report to be delivered at COP25 in Santiago, Chile.   What are exactly  the commitments? France announced that it would not enter into any trade agreement with countries that have policies counter to the Paris Agreement. Germany committed to carbon neutrality by 2050 12 countries  made financial commitments to the Green Climate Fund, the official financial mechanism to assist developing countries in adaptation and mitigation practices to counter climate change.  This is in addition to recent announcements from Norway, Germany, France and the United Kingdom who have recently doubled their present contributions. The United Kingdom made a major additional contribution, doubling its overall international climate finance to L11.6 billion for the period from 2020 to 2025 India pledged to increase renewable energy capacity to 175gw by 2022 and committed to further increasing to 450GW, and announced that 80 countries have joined the International Solar Alliance. China said it would cut emissions by over 12 billion tons annually, and would pursue a path of high quality growth and low carbon development. The European Union announced at least 25% of the next EU budget will be devoted to climate-related activities. The Russian Federation announced that they will ratify the Paris Agreement, bringing the total number of countries that have joined the Agreement to 187. Pakistan said it would plant more than 10 billion trees over the next five years. The private sector take the lead A group of the world’s largest asset-owners — responsible for directing more than $2 trillion in investments — committed to move to carbon-neutral investment portfolios by 2050. 87 major companies with a combined market capitalization of over US$ 2.3 trillion pledged to reduce emissions and align their businesses with what scientists say is needed to limit the worst impacts of climate change – a 1.5°C future. 130 banks – one-third of the global banking sector – signed up to align their businesses with the Paris agreement goals      For the Energy Efficiency Michael Bloomberg will increase the funding and geographic spread of his coal phase out efforts to 30 countries....

Read More
MOBILISONS NOUS POUR L’AMAZONIE
Août25

MOBILISONS NOUS POUR L’AMAZONIE

MOBILISONS NOUS POUR L’AMAZONIE Avec les feux qui ravagent depuis trois semaines la forêt amazonienne, le monde assiste impuissant à une vraie tragédie climatique. Devant ce drame d’une ampleur inédite, le monde entier se doit de se mobiliser car l’Amazonie est un patrimoine commun à l’Humanité tout entière. Grâce à la photosynthèse de son immense forêt, elle fournit plus du quart de l’oxygène que nous respirons et renferme plus de 12 % des réserves en eaux douces du globe et plus du dixième de toutes les espèces vivantes répertoriées à ce jour et qui sont indispensables à la biodiversité. “Arrêter ce massacre prémédité de l’Amazonie” Avec le bassin tropical forestier du Congo et celui d’Indonésie, ces 3 forêts constituent une véritable ceinture verte autour du globe et permettent de la sorte aux humains que nous sommes ainsi qu’à la flore et la faune de subsister. Depuis son arrivée au pouvoir, le président brésilien Bolsonaro déforeste à tour de bras pour libérer de l’espace à l’omnipotente industrie brésilienne de l’Agrobusiness qui encourage l’élevage extensif.  Sa gouvernance irresponsable de l’environnement est un scandale devant lequel le monde doit se mobiliser sans plus tarder. Profondément préoccupée face au spectacle de l’Amazonie qui brûle, ANEJ en appelle à reconsidérer la souveraineté du Brésil sur l’Amazonie. Et lance un appel pressant aux gouvernements africains ainsi qu’à la Communauté internationale particulièrement les Nations unies et l’Union européenne qui a manifesté à maints égards sa préoccupation par rapport à l’environnement, de tout mettre en œuvre dans l’urgence absolue pour arrêter ce massacre prémédité de l’Amazonie. Nouakchott, le 25 Août 2019. Sidi El Moctar CHEIGUER. Président d’ANEJ   A propos d’ANEJ Le 25 février 2005 à Nairobi (Kenya), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a installé le bureau exécutif d’un nouveau réseau: le réseau africain de Journalistes environnementaux. Se nommant  la voix de l’environnement en Afrique, ce réseau a joué un rôle crucial dans les milieux mondiaux de l’environnement. 750 journalistes de 48 pays africains sont membres du réseau, ce qui en fait le média réseau le plus important du continent. ANEJ a organisé des conférences internationales dans plusieurs capitales africaines, ouverte chacune par le Chef de l’Etat du pays...

Read More
L’intégration régionale : une solution pour l’emploi             
Août12

L’intégration régionale : une solution pour l’emploi             

L’intégration régionale : une solution pour l’emploi   12/08/2019 En vingt ans, l’Afrique a connu une croissance rapide, mais cette dernière n’a pas été favorable à l’emploi, d’après le rapport 2019 de la Banque Africaine de Développement sur les perspectives économiques en Afrique. En 2016, à travers l’édition d’un rapport sur l’industrialisation de l’Afrique, les Chefs d’Etat Africains étaient appelés à s’interroger sur les moyens d’intégration de la jeunesse dans les emplois verts . Trois ans plus tard,  l’identification de ces métiers reste un défi. L’intégration régionale pourrait être une solution.   Par Houmi Ahamed-Mikidache   «  La population active africaine devrait augmenter de près de 40% d’ici 2030 » Aux Comores, d’après les perspectives 2019 de la Banque Africaine de Développement ( BAD) , la croissance économique devrait atteindre respectivement 2,8 % et 2,9 % en 2019 et 2020, niveau presque inchangé par rapport à celui de 2018. Cependant, les perspectives économiques devraient être plus favorables en raison d’une amélioration progressive (quoique fragile) de la situation dans le secteur de l’électricité, et de l’engagement du Gouvernement pour un important programme de développement, le taux brut d’investissement devant passer de 22.5 % en 2017 à 25,1 % en 2019, précise le rapport. En marge des Assemblées annuelles  de la BAD organisées récemment à Malabo, en Guinée équatoriale,  8,63 millions d’euros de financement ont été accordés aux Comores par la Banque pour poursuivre les réformes du pays dans le secteur de l’énergie, entamés en 2014, dans le cadre du Projet d’Appui au secteur de l’énergie ( PASEC). Même si les perspectives économiques en Afrique de la Banque Africaine de développement cette année montrent une amélioration générale et continue des performances économiques du continent, le rapport indique que la population active africaine devrait augmenter de près de 40% d’ici 2030.  100 millions de jeunes seraient sans emploi. Seule la moitié des nouveaux arrivants sur le marché du travail trouveront un emploi, et la plupart de ces emplois seront dans le secteur informel, un secteur regroupant des classes sociales précaires, souligne le rapport de la BAD. D’après les recherches  des économistes de la BAD, la grande majorité des emplois crées en Afrique sont des emplois informels, des emplois présentés par l’Organisation internationale du Travail comme étant  non contractuels, non réglementés et non protégés, ne permettant pas l’accès à une quelconque protection sociale. Une meilleure assimilation des enjeux de  l’intégration régionale pourrait-elle permettre un meilleur accès à l’emploi formel ? L’intégration régionale, soulignent  les experts de la BAD n’est pas seulement une question  d’accès aux marchés. La coopération régionale a toujours été importante, ne serait-ce qu’en raison de la nécessité des chemins de fer, des routes...

Read More
La RSE, tremplin  pour la formalisation de l’informel
Août03

La RSE, tremplin  pour la formalisation de l’informel

La RSE, tremplin  pour la formalisation de l’informel Par Houmi Ahamed-Mikidache* 3/08/2019   A quelques jours du salon de l’emploi qui aura lieu à Moroni, du 5 au 7 août 2019 à l’occasion du centenaire de l’Organisation Internationale du Travail, Era Environnement revient sur la formalisation de l’informel : une revendication du manifeste de Tunis présentée à l’issue d’un forum sur la Responsabilité Sociétale des  Entreprises (RSE),  organisé il y a quelques années.   L’Organisation Internationale du travail fête ses 100 ans cette année. Mais le chantier est encore long. Le secteur informel en Afrique est de plus en actif et présent. Aux Comores, le secteur informel domine majoritairement  le marché de l’emploi. « Quelque soit le secteur d’activité en Afrique, il est difficile de trouver une chaîne de valeur qui ne fasse pas recours à l’économie informelle, » a souligné, il y a quelques années, Thierry Téné, Associé et Directeur de l’Institut Afrique RSE,  dans un tribune dédiée à la formalisation du secteur informel. Mais des solutions existent. La RSE  Lors de la deuxième édition du forum international des pionniers de la Responsabilité Sociétale des Entreprises  (RSE)  organisée le 21 et 22 novembre 2012 à Tunis par l’Institut Afrique RSE et la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT),  Téné, a  positionné la RSE  comme un tremplin pour la formalisation de l’informel. En 2017, ce spécialiste de la RSE en Afrique a cité dans un tribune trois  articles * du manifeste de Tunis justifiant cette affirmation. Dans cette tribune,  Téné souligne qu’en  2017 l’Organisation Internationale du Travail (OIT) a amendé pour la troisième fois sa Déclaration de principes tripartite sur les entreprises multinationales et la politique sociale. Objectif : orienter les entreprises multinationales, les gouvernements, les employeurs et les travailleurs dans les domaines tels que l’emploi, la formation, les relations professionnelles et les conditions de travail et de vie. « Les gouvernements devraient élaborer et mettre en œuvre des cadres d’action intégrés afin de faciliter la transition vers l’économie formelle, en tenant compte du fait que les déficits de travail décent sont plus prononcés dans l’économie informelle, » précise le manifeste de Tunis.  Et d’ajouter : « Les entreprises multinationales et les autres entreprises devraient elles aussi contribuer à cet objectif. » Les perspectives économiques Même si les perspectives économiques en Afrique de la Banque Africaine de développement (BAD) cette année montrent une amélioration générale et continue des performances économiques du continent, le rapport indique que la population active africaine devrait augmenter de près de 40% d’ici 2030.  100 millions de jeunes seraient sans emploi. Seule la moitié des nouveaux arrivants sur le marché du travail trouveront un emploi, et la plupart de ces emplois seront dans le secteur...

Read More
New toolkit launched to guide governments to drive economies through tourism
Juin24

New toolkit launched to guide governments to drive economies through tourism

New toolkit launched to guide governments to drive economies through tourism By Duncan Mboyah A new tool kit has been launched to guide African governments to drive their economies through tourism. The tool kit will guide protected area authorities to attract new international investment to fund national parks while also conserving environments and providing socio-economic benefits. “The kit provide models on protected areas in Africa and gives predicted revenue increases of between four and eleven times within a decade,” Dr. Lauren Evans, Director of Conservation Science at Space for Giants notes during the launched in the sidelines of the summit on wildlife conservation in Zimbabwe.Dr. Evans observes that Africa’s unique diversity of wildlife and habitat has the potential to radically transform the continent’s economy. She says that it is encouraging that a few state protected areas are meeting their potential as engines for growth and presents a major opportunity for governments. “Cared for and sustainably developed, these are national assets that can provide significant financial and social returns now and long into the future,” she adds. Bringing new private sector investment Presenting a paper, Building a Wildlife Economy: Developing Nature-Based Tourism in African State Protected Areas, Dr. Evans notes that national parks and other state-owned conservation areas could significantly multiply the revenue they pump into African economies. The paper says that bringing new private-sector investment to underfunded protected areas to capitalize on surging interest in nature-based tourism would help fund conservation without draining state finances, while driving sustainable local and national development. Oliver Poole, executive director of the Giants Club, says that the paper details not only the boost to an African country’s economy that comes from developing tourism to its national parks in a sustainable way, but also the steps that governments can best take to secure that share of the tourism market. “If governments implement the toolkit laid out in this report they will not only help secure the long-term future of their wildlife and the landscapes they rely on but also will draw on foreign investment, create jobs and raise the GDP of their nation,” he adds. The authors notes that four of every five tourists to sub-Saharan Africa visits to view wildlife while the number of tourists is set to double to 134m by 2030. Sustainable Tourism creates jobs Tourism already drives 8.5 percent of Africa’s GDP and provides 24 million jobs while spending on tourism, hospitality and recreation could double to more than $260 billion by 2030. They however called for urgent improvement of the economy and ecological value to save wildlife and landscapes that are under a cute threat. The paper states found out that some...

Read More