Séréhini: Après le Cyclone Kenneth
Mai07

Séréhini: Après le Cyclone Kenneth

Séréhini:  Après le Cyclone Kenneth Deux jours après le passage du cyclone Kenneth, les Comores se réveillent difficilement. Plusieurs habitations et récoltes sont détruites. Plus d’une dizaine de milliers de personnes sont touchées par le cyclone et 4 personnes sont décédées, selon les chiffres officiels.  A Séréhini,  à environ 6 kilomètres de la ville de Moroni, capitale des Comores,  un jeune homme est debout sur la route. Il fait très chaud. Le soleil brille à son Zénith.  Un autre jeune homme ,  casquette sur la tête,  est assis sur un banc en briques situé en face de la Présidence, la résidence secondaire du président des Comores construite dans les  années 80. Le taxi s’arrête et dépose des personnes. Il est 11h17.   Le jeune homme se lève.  Il  est accompagné par plusieurs jeunes hommes, les hommes se  dirigent vers des champs d’exploitation agricole. Il gère 10 champs loués  à des propriétaires vivant à Séréhini et dans la région pour un prix de 300 euros par champs et par an.  Il est le président de l’association d’agriculteurs Ujamaa. C’est la première fois qu’il subit une catastrophe naturelle.  A ce jour, il n’a reçu aucun soutien financier.  Une partie de ses récoltes est dévastée par le cyclone, notamment les bananeraies, cultures très appréciées par les comoriens,et très rentables. La destruction des bananeraies  est une perte énorme pour ce jeune homme de 32 ans, originaire d’Anjouan, l’île voisine située dans l’archipel des Comores. Monsieur Saifi, c’est son nom, travaille comme agriculteur à la Grande Comore depuis 13 ans. Il  a planté de nombreuses bananeraies dans les champs qu’il cultive.  Aux Comores, la population vit majoritairement de l’agriculture.  Les cultures vivrières et de rente sont abondantes, mais manquent d’usine de transformation et d’encadrement. Les Comores font partie des Pays les Moins Avancés au Monde.  L’installation de la bananeraie, de la cocoteraie,  mais aussi de taros  sous forêt naturelle est héritée de la colonisation. Il existe plusieurs espèces endémiques autour des bananeraies, plus particulièrement dans les forêts comoriennes.  Les Comores disposent d’un patrimoine faunistique méconnu au niveau international et son menacées depuis de nombreuses années par des problèmes environnementaux liés entre autres aux changements climatiques. Reportage. Par Houmi Ahamed-Mikidache         Serehini1 (1)         Serehini2         lad_couvertedelaciterne   Monsieur Saifi vit à Vouvouni, une ville située au centre sud de Moroni, la capitale de l’Union des Comores. Chaque champs dispose d’une citerne qui permet d’arroser les cultures. Les perspectives Monsieur Saifi a été formé par un congolais de la République Démocratique du Congo qui travaillait au ministère de la production dans les années 80. Aujourd’hui cette personne est décédée, mais lui a permis d’apprendre à cultiver des cultures...

Read More
Mtwara residents allowed to go back home but threat from storm still looms large
Avr25

Mtwara residents allowed to go back home but threat from storm still looms large

  Mtwara residents allowed to go back home but threat from storm still looms large     By Deodatus Mfugale Dar es Salaam Tanzania April 25, 2019   MORE than 5,000 Mtwara town residents who had left their homes early today to avoid the forecasted catastrophic impacts of Tropical Storm Kenneth have been allowed to go back to their homes but stay alert for any signs of the storm gaining momentum. Mtwara regional  authorities had sheltered the residents in six centres as a safety measure against the tropical storm after the Tanzanania Meterological authorities had forecast the storm would make a landfall in Mtwara by noon on Thursday. The weather authority had warned that the storm would lead to heavy floods and destroy various infrastructures, thereby threatening human life. However by 16hrs, about four hours after the   forecast landfall, neither strong winds nor heavy rains were experienced. The Regional Defense and Security Committee thus allowed the residents to go home but warned that they should be alert as the situation could change. The government leaders would keep the public informed of in case of any developments. “The weather has been generally calm contrary to the forecast. By 15hrs the wind speed was 50 kph as opposed to 140kph which the weather authority had forecast. We believe it is safe enough for you to go back home and engage in your daily businesses,” said Mtwara Regional Commissioner Gelacius Byakanwa but was quick to warn the residents to be alert for any changes in the weather. “But it is not yet over! The storm is still there and things might change. So be on the lookout and tune to the news media for any development. We have also arranged for a public address system that will be employed to inform you immediately should any changes happen,” explained the Regional Commissioner. However according to the Director of TMA, Dr Agnes Kijazi, Tropical Storm Kenneth was still active 177 kilometres away from Mtwara, gaining speed from 130kph to 140 kph and heading towards Mozambique. “So things are far from over. The storm is drawing heavy clouds over many areas in the southern part of the country and these areas are likely to get very heavy rain. The public should take precautions as the dangers posed by Tropical Storm Kenneth are still valid,” she said. According t the Director, the storm will make a landfall in Mozambique early Friday morning, about 230 kilometres away from Mtwara with winds blowing at 100kph. “The fact that it is heading to Mozambique does not mean that we are out of danger; the landfall will affect areas about...

Read More
Residents vacate homes as Kenneth slowly lands in Mtwara
Avr25

Residents vacate homes as Kenneth slowly lands in Mtwara

Residents vacate homes as Kenneth slowly lands in Mtwara By Deodatus Mfugale Dar es Salaam, Tanzania Hundreds of Mtwara town residents and its environs have  vacated their homes to relocate to safer places before Tropical Storm Kenneth makes a landfall in Mtwara town in the afternoon today. By 6.00am today, light showers had started falling in the town and its outskirts as the wind also became stronger by the hour. Most of those who moved to safer places have their homes located close to shore, thus most vulnerable to the negative impacts of the tropical storm. The Mtwara Municipal Director Col. Emmanuel Mwaigobeko identified safe areas that people should move to as Mtwara airport,Majengo, and Tandika Primary schools, Naliendele army camp and Mitego and Sabodo secondary schools. “ All schools should remain closed. Employees should not go to work today and all should move to safe areas as directed. Do not take anything with you,” he stressed. Earlier the Tanzanania Meteorological Authority Manager for the Southern Zone Daudi Amasi had identified vulnerable areas from which people should vacate as including, Mikindani, Mtepwezi, Kiyanga, Kiyangu, Chuno, Miseti, Skoya and Rreli all of which are close to the shore. ”These are the areas that will probably be most hit by the storm. People must vacate their homes very early in the morning,” he warned, adding that people in other areas must also move to safe places. The Mtwara regional Commissioner Gelacius Byakanwa also warned  Mtwara residents, particularly fishermen to stay away from the ocean the whole day today until the situation normalized.”This warning also applies to all those who use vessels for purposes other than fishing. Please stay away from the ocean,” the RC warned. A resident of Mtwara town Abdallah Mbangile said in an interview that by 8.00 this morning the wind had started to gain strength and there were light showers.” We are leaving our homes and I am relocating to the airport for safety,” he said. However, not everyone heeded to the warning given by the leaders. “Some people are reluctant to leave their places; maybe they don’t realize the danger that goes with storms,” explained Mbangile. A journalist working for Safari Radio in Mtwara town, Baraka Jamal  said that there were light showers early in the morning and a weak wind. “There was a bit of wind at night but then it died off. Right now (8.15 am) there is a bit of wind, a weak one. Maybe it will pick up soon,” he said. According to the journalist all offices have been closed for today and residents have been seen relocating to places identified by the...

Read More
Un  cyclone aux Comores, au Mozambique et en Tanzanie
Avr24

Un cyclone aux Comores, au Mozambique et en Tanzanie

Un cyclone aux Comores, au Mozambique et en Tanzanie   L’archipel des Comores, le Mozambique et la Tanzanie sont sous la menace d’une tempête tropicale voire d’un cyclone depuis lundi soir. Par ERA ENVIRONNEMENT  Situation aux  Comores Selon la Direction de la Sécurité Civile,  la tempête baptisée  Kenneth par Madagascar  s’est transformée en cyclone et a frôlé l’île d’Anjouan. Le cyclone aurait changé de trajectoire et se dirigerait vers la Grande Comore à une vitesse réduite, mais une force considérable. Des fortes pluies et des vents violents sont attendus dans toutes les îles. ll est conseillé à toute la population  de ne pas se déplacer. Deux numéros à retenir en cas de graves difficultés liées aux intempéries: 111 et 112. La Direction de la Sécurité Civile conseille à chaque citoyen comorien et étranger  de rassembler les papiers administratifs  dans une pochette en plastique afin de les  préserver de l’eau. Les réseaux d’eau courante et d’électricité et de téléphone sont susceptibles d’être coupés ou sont déjà coupés.Les Comores connaissent ces derniers jours  de fortes pluies intermittentes. «  Il y a certainement un risque, nous sommes couvert, nous avons la pluie, nous avons du vent, nous sommes passés de 13km heure à 17 km heure, mais cela va très vite  a expliqué mardi soir Saifoudine Alini,  chef de service prévision des alertes à l’Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la Météorologie aux Comores . ».  Et de poursuivre : « nous avons deux systèmes qui nous permettent de suivre les système dépressionnaires au niveau de l’Océan Indien via des sites spécialisés , et par le biais d’EUTELSAT, l’organisation chargée des satellites dans le monde. Appel à la solidarité Mardi matin, l’observatoire permanent des catastrophes naturelles et des risques naturels, basé en France, a indiqué que la tempête  Kenneth, formée au large des côtes nord de Madagascar, pourrait se diriger vers le nord de l’archipel des Comores, avec des vents soufflant en rafales jusqu’à 145 Km heure et s’étendrait vers le nord du Mozambique et le sud de la Tanzanie. Aux Comores, la Direction de la Sécurité Civile a mis en place un plan d’actions préventives depuis mardi matin. « Nous avons informé les Mairies,  les médias publiques et privés, les radios communautaires, les Organisations Non Gouvernementales, les opérateurs téléphoniques  » a déclaré mardi soir Ismael Mogne Daho, Directeur de la Sécurité Civile aux Comores. Et d’ajouter : « Nous allons  accompagner la population avant pendant et après. la tempête  , » explique-t-il . Tous les établissements scolaires publics et privés sont fermés du 24 au 25 avril. Une cellule préventive de crise  a été ouverte  jeudi après-midi à la Direction de la Sécurité Civile. Elle fait appel aux...

Read More
Plastic pollution’s many side effects on the ecosystem
Avr10

Plastic pollution’s many side effects on the ecosystem

Plastic pollution’s many side effects on the ecosystem Meekaeel Siphambili Gaborone, Botswana: Apart from sustaining a rich diversity of natural ecosystems, the country’s water resources are critical for meeting the basic needs related to water supplies for domestic and industrial requirements, with the wildlife included. Mankind however, has turned out to be his own and the ecosystem’s worst enemy.   Mankind is the destroyer of the much needed water resources and in the process destroying many other animal species living in water and on the wetlands. The fauna and flora, the animal, bird and many other all suffer because of the dumping of construction concrete debris, used tires, and plastic and shop issued plastic carrier bags or any other garbage that is not needed. Plastic carrier bags that washed  into dams and lakes normally trap fish, frogs and other water living beings, eventually leading to their prematurely death. Efforts to sensitise the general public on the effects of plastic, debris or garbage falls on deaf ears and always regarded as ‘drivel garbage’. Plastic reduces the aesthetic value of the environment as they hang on trees and generally are widespread in the environment. Some bird species are alleged to die from being attached to plastics. The bird normal flies without stopping for the fear of the plastic attached to it, mostly on the legs. The bird then dies of exhaustion after flying without rest; ‘trying to flee from the plastic’ attached to it, the wind blowing against the plastic forces the bird to fly even harder. Dumping of concrete debris have changed or altered water ways, the plastic, especially the shop issued plastic bags, besides trapping or snaring the fish and birds are alleged to be hazardous to the ecosystem. Plastic is not biodegradable hence once deposited in the soil it persists in the environment for a long period of time. The plastic have adverse impacts on human and animal health due to their impervious characteristic, they serve as a breeding place for mosquitoes and other vermin. Domestic animals like goats and cattle also feed on plastic and they disrupt the digestive process causing bloating and untimely death of animals. The Botswana Ministry of Environment, Natural Resources Conservation and Tourism has made several attempts to manage or control the proliferation of plastic carrier bags in the environment through various strategies such as public education and awareness on proper use of plastic carrier bags, recycling and minimization of its use. Water stress due to changed or altered water courses and with the aid of climate change has forced the wild animals to come closer to humans in search of water. “Since 2009...

Read More
Comme si tout allait bien
Avr10

Comme si tout allait bien

Comme si tout allait bien   Par Houmi Ahamed-Mikidache   Nous sommes aux  Comores depuis quatre mois. Quatre mois où nous essayons de faire fonctionner  notre média ERA ENVIRONNEMENT. Pas facile. La situation politique ne permet pas d’établir des relations internationales avec les  Comores. Nous avons pourtant la possibilité de travailler avec de nombreux pays en Afrique et ailleurs. La jeunesse comorienne a besoin de s’ouvrir et doit pouvoir présenter les caractéristiques spécifiques des îles, connues pour leurs nombreuses espèces endémiques. Cette jeunesse peut aussi travailler en collaboration avec d’autres jeunes et partager des expériences liées au développement durable et à la lutte contre les changements climatiques. Hélas, la jeunesse en général  ne semble pas intéressée par la protection de l’environnement et les opportunités de développement durable. Elle est animée par ce désir de quitter le pays. L’entrepreunariat des jeunes ici est embryonnaire et la fonction publique est saturée.  ERA ENVIRONNEMENT  prône l’action par l’information et la formation. Nous  ne nous décourageons pas. Nous arriverons à créer une dynamique autour de l’information sur les métiers issus du développement durable. Mais le chemin est encore long… La connaissance : la meilleure arme Nous pensons néanmoins que les Comores peuvent  être le carrefour de la connaissance sur les métiers verts notamment. Par contre,  nous ne pouvons pas passer à côté de l’actualité de ce pays, marquée par plusieurs crises politiques successives. Nous pensons qu’il est nécessaire pour la population de connaître son histoire . La jeunesse, notamment ne doit pas vivre avec l’idée du départ sans savoir. Un départ par tous les moyens. Un départ pour oublier les Comores et la situation de cet archipel méconnu au niveau international, mais aussi au niveau national. Les résultats de l’élection présidentielle et ses conséquences posent  question.   Combien de fois, les Comores ont fait l’objet de couverture médiatique pour des crises politiques ? Combien de fois  en France avons-nous entendu parler des coups d’Etats commandités par Bob Denard ? Il est d’ailleurs décédé depuis de nombreuses années.   Pourquoi aujourd’hui parle-t-on encore de tentative de coup d’Etat dans ce pays ?   Pour quelles raisons les autorités comoriennes ont-elles eu recours à la cour de sûreté, une  juridiction exceptionnelle ?  Cette juridiction est-elle légitime ? Y a-t-il un traumatisme lié aux coups d’Etat passés ?  Pourquoi la justice est-elle difficile à comprendre dans ce  pays ?  Pourquoi ne vulgarise-t-on  pas les différents droits utilisés aux Comores ? Pourquoi l’histoire récente de ce pays n’est-elle pas analysée ? La parole est discrète Je viens de présenter ERA ENVIRONNEMENT à des étudiants en troisième année de droit à l’université des Comores. Nous avons entre autres échangé sur l’avenir des jeunes aux Comores, sur le positionnement de la jeunesse...

Read More