Un  cyclone aux Comores, au Mozambique et en Tanzanie
Avr24

Un cyclone aux Comores, au Mozambique et en Tanzanie

Un cyclone aux Comores, au Mozambique et en Tanzanie   L’archipel des Comores, le Mozambique et la Tanzanie sont sous la menace d’une tempête tropicale voire d’un cyclone depuis lundi soir. Par ERA ENVIRONNEMENT  Situation aux  Comores Selon la Direction de la Sécurité Civile,  la tempête baptisée  Kenneth par Madagascar  s’est transformée en cyclone et a frôlé l’île d’Anjouan. Le cyclone aurait changé de trajectoire et se dirigerait vers la Grande Comore à une vitesse réduite, mais une force considérable. Des fortes pluies et des vents violents sont attendus dans toutes les îles. ll est conseillé à toute la population  de ne pas se déplacer. Deux numéros à retenir en cas de graves difficultés liées aux intempéries: 111 et 112. La Direction de la Sécurité Civile conseille à chaque citoyen comorien et étranger  de rassembler les papiers administratifs  dans une pochette en plastique afin de les  préserver de l’eau. Les réseaux d’eau courante et d’électricité et de téléphone sont susceptibles d’être coupés ou sont déjà coupés.Les Comores connaissent ces derniers jours  de fortes pluies intermittentes. «  Il y a certainement un risque, nous sommes couvert, nous avons la pluie, nous avons du vent, nous sommes passés de 13km heure à 17 km heure, mais cela va très vite  a expliqué mardi soir Saifoudine Alini,  chef de service prévision des alertes à l’Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la Météorologie aux Comores . ».  Et de poursuivre : « nous avons deux systèmes qui nous permettent de suivre les système dépressionnaires au niveau de l’Océan Indien via des sites spécialisés , et par le biais d’EUTELSAT, l’organisation chargée des satellites dans le monde. Appel à la solidarité Mardi matin, l’observatoire permanent des catastrophes naturelles et des risques naturels, basé en France, a indiqué que la tempête  Kenneth, formée au large des côtes nord de Madagascar, pourrait se diriger vers le nord de l’archipel des Comores, avec des vents soufflant en rafales jusqu’à 145 Km heure et s’étendrait vers le nord du Mozambique et le sud de la Tanzanie. Aux Comores, la Direction de la Sécurité Civile a mis en place un plan d’actions préventives depuis mardi matin. « Nous avons informé les Mairies,  les médias publiques et privés, les radios communautaires, les Organisations Non Gouvernementales, les opérateurs téléphoniques  » a déclaré mardi soir Ismael Mogne Daho, Directeur de la Sécurité Civile aux Comores. Et d’ajouter : « Nous allons  accompagner la population avant pendant et après. la tempête  , » explique-t-il . Tous les établissements scolaires publics et privés sont fermés du 24 au 25 avril. Une cellule préventive de crise  a été ouverte  jeudi après-midi à la Direction de la Sécurité Civile. Elle fait appel aux...

Read More
Why man should care about the environment
Avr11

Why man should care about the environment

Why man should care about the environment By Olumide Idowu* A clean environment is essential for healthy living The more you don’t care about the environment, the more it will become polluted with contaminants and toxins that have a harmful impact on our health. Air pollution can cause respiratory diseases and cancer, among other problems. Water pollution can lead to typhoid, diarrheal diseases, and other ailments. The local authorities have to promote caring for the environment. Earth is warming For the sake of our children and our future, we must do more to combat climate change, adapt to its impact and mitigate its effects. Children yet unborn will appreciate it There is the need to look ahead into the future, there must be a realisation of the fact that there are attendant consequences if we waste and destroy natural resources, and unsustainably exhaust the land – instead of using it in a way that will increase its usefulness. So it is our duty to leave the Earth in a better state that we met for the unborn generation. Biodiversity is key Biological diversity or biodiversity refers to the variety of plants, animals, and other living things in our world. It can be negatively influenced by habitat loss and degradation due to human activity, climate change, and pollution, among other things. Planet earth is our home Until when technology makes it possible for human being to permanently reside in space or any other planet, the Earth for now is our home – it is where we live, so we had better take good care of it. For sure, we would be doing our world and ourselves a lot of good if we do the simplest things in our home or wherever we find ourselves to make this a reality. What can we do? The problems we are facing now are tough. However, the good news is that, you don’t have to be an expert or a millionaire to save the Planet – everyone can help to do their bit for the environment. In other words, if each of us can be more conscious of environmental issues and willing to take some simple steps to save the Planet, we can make a huge difference. Nowadays, with increasing environmental awareness among the public, people around the world are coming together to fight for a greener future, and the effort has been yielding great results. As a pioneering member of environmental advocacy community, Better World International, is always committed to improve and take care of our immediate environment, by providing practical tips to its members on the things they can do to live...

Read More
Plastic pollution’s many side effects on the ecosystem
Avr10

Plastic pollution’s many side effects on the ecosystem

Plastic pollution’s many side effects on the ecosystem Meekaeel Siphambili Gaborone, Botswana: Apart from sustaining a rich diversity of natural ecosystems, the country’s water resources are critical for meeting the basic needs related to water supplies for domestic and industrial requirements, with the wildlife included. Mankind however, has turned out to be his own and the ecosystem’s worst enemy.   Mankind is the destroyer of the much needed water resources and in the process destroying many other animal species living in water and on the wetlands. The fauna and flora, the animal, bird and many other all suffer because of the dumping of construction concrete debris, used tires, and plastic and shop issued plastic carrier bags or any other garbage that is not needed. Plastic carrier bags that washed  into dams and lakes normally trap fish, frogs and other water living beings, eventually leading to their prematurely death. Efforts to sensitise the general public on the effects of plastic, debris or garbage falls on deaf ears and always regarded as ‘drivel garbage’. Plastic reduces the aesthetic value of the environment as they hang on trees and generally are widespread in the environment. Some bird species are alleged to die from being attached to plastics. The bird normal flies without stopping for the fear of the plastic attached to it, mostly on the legs. The bird then dies of exhaustion after flying without rest; ‘trying to flee from the plastic’ attached to it, the wind blowing against the plastic forces the bird to fly even harder. Dumping of concrete debris have changed or altered water ways, the plastic, especially the shop issued plastic bags, besides trapping or snaring the fish and birds are alleged to be hazardous to the ecosystem. Plastic is not biodegradable hence once deposited in the soil it persists in the environment for a long period of time. The plastic have adverse impacts on human and animal health due to their impervious characteristic, they serve as a breeding place for mosquitoes and other vermin. Domestic animals like goats and cattle also feed on plastic and they disrupt the digestive process causing bloating and untimely death of animals. The Botswana Ministry of Environment, Natural Resources Conservation and Tourism has made several attempts to manage or control the proliferation of plastic carrier bags in the environment through various strategies such as public education and awareness on proper use of plastic carrier bags, recycling and minimization of its use. Water stress due to changed or altered water courses and with the aid of climate change has forced the wild animals to come closer to humans in search of water. “Since 2009...

Read More
Comme si tout allait bien
Avr10

Comme si tout allait bien

Comme si tout allait bien   Par Houmi Ahamed-Mikidache   Nous sommes aux  Comores depuis quatre mois. Quatre mois où nous essayons de faire fonctionner  notre média ERA ENVIRONNEMENT. Pas facile. La situation politique ne permet pas d’établir des relations internationales avec les  Comores. Nous avons pourtant la possibilité de travailler avec de nombreux pays en Afrique et ailleurs. La jeunesse comorienne a besoin de s’ouvrir et doit pouvoir présenter les caractéristiques spécifiques des îles, connues pour leurs nombreuses espèces endémiques. Cette jeunesse peut aussi travailler en collaboration avec d’autres jeunes et partager des expériences liées au développement durable et à la lutte contre les changements climatiques. Hélas, la jeunesse en général  ne semble pas intéressée par la protection de l’environnement et les opportunités de développement durable. Elle est animée par ce désir de quitter le pays. L’entrepreunariat des jeunes ici est embryonnaire et la fonction publique est saturée.  ERA ENVIRONNEMENT  prône l’action par l’information et la formation. Nous  ne nous décourageons pas. Nous arriverons à créer une dynamique autour de l’information sur les métiers issus du développement durable. Mais le chemin est encore long… La connaissance : la meilleure arme Nous pensons néanmoins que les Comores peuvent  être le carrefour de la connaissance sur les métiers verts notamment. Par contre,  nous ne pouvons pas passer à côté de l’actualité de ce pays, marquée par plusieurs crises politiques successives. Nous pensons qu’il est nécessaire pour la population de connaître son histoire . La jeunesse, notamment ne doit pas vivre avec l’idée du départ sans savoir. Un départ par tous les moyens. Un départ pour oublier les Comores et la situation de cet archipel méconnu au niveau international, mais aussi au niveau national. Les résultats de l’élection présidentielle et ses conséquences posent  question.   Combien de fois, les Comores ont fait l’objet de couverture médiatique pour des crises politiques ? Combien de fois  en France avons-nous entendu parler des coups d’Etats commandités par Bob Denard ? Il est d’ailleurs décédé depuis de nombreuses années.   Pourquoi aujourd’hui parle-t-on encore de tentative de coup d’Etat dans ce pays ?   Pour quelles raisons les autorités comoriennes ont-elles eu recours à la cour de sûreté, une  juridiction exceptionnelle ?  Cette juridiction est-elle légitime ? Y a-t-il un traumatisme lié aux coups d’Etat passés ?  Pourquoi la justice est-elle difficile à comprendre dans ce  pays ?  Pourquoi ne vulgarise-t-on  pas les différents droits utilisés aux Comores ? Pourquoi l’histoire récente de ce pays n’est-elle pas analysée ? La parole est discrète Je viens de présenter ERA ENVIRONNEMENT à des étudiants en troisième année de droit à l’université des Comores. Nous avons entre autres échangé sur l’avenir des jeunes aux Comores, sur le positionnement de la jeunesse...

Read More
Election présidentielle aux Comores: la population en attente de solutions
Mar25

Election présidentielle aux Comores: la population en attente de solutions

  Dimanche 24 Mars, plus de 300 000 comoriens ont été appelés aux urnes dans le cadre de l’élection présidentielle en Union de Comores. Au lendemain de ces élections très difficiles , ERA ENVIRONNEMENT revient sur les attentes de la population dans certaines localités. Rencontres.   Ecoutez Ilias Ibrahim Mzahahé , Agriculteur, de Nioumadzaha Bambao, une localité du sud de la Grande Comore (Union des Comores).                   STE-019 Amina Djoumoi, Nioumadzaha Bambao Pour cette mère de sept enfants, la ville de Nioumadzaha Bambao ne souffre de pas de la faim.Mais la seule difficulté est le manque d’intérêt des jeunes pour l’agriculture. Era Environnement:  Aujourd’hui vous  votez, que pensez-vous du rôle de la jeunesse dans les activités liées à  l’agriculture  à Nioumdzaha Bambao? Amina Djoumoi: Un de mes enfants cultive de temps en temps et depuis quatre nous ne manquons de rien. Nous vivons du manioc et des bananes qu’il cultive. Mais aucun de mes enfants travaillent. Moi, je vend du bois et je vend ce que mon fils cultive. Grâce à Dieu,  je n’ai jamais mendié pour manger. A Nioumadzaha Bambao, vous avez de l’Ylang Ylang, de la Vanille et du Girofle, n’est-ce pas ? Oui, on a beaucoup de vanille et aussi du manioc, des bananes. On ne souffre pas. Mais ce qui nous gêne c’est de voir nos enfants sans activités, ne désirant pas cultiver. Parce qu’ils se sentent “patrons”. Ils pensent que cultiver n’est pas propre. Seul 1 jeune sur 10 est intéressé par l’agriculture ici. J’ai sept garçons. Regardez ce jeune, c’est mon fils. Depuis le début de la campagne, je ne l’ai pas vu. Je ne sais pas quel est le       AminaDjoumoi (1) candidat favori, mais…j’espère qu’il se portera bien si Dieu le veut.   Elamine Mohamed Ahmed- Dembeni, Etudiant. Que représente Dembeni en termes de ressources naturelles? Dembeni regroupe plusieurs communes. Dembeni est une zone d’agriculteurs et d’intellectuels. Notre agriculture est basée, entre autres,  sur la culture de la tomate, du manioc. Les Comores, Petit Etat Insulaire en Développement, sont victimes de changement climatique. Concrètement, comment le vivez-vous à Dembeni? Le changement climatique est visible. Les saisons ne sont plus respectées. La saison du fruits à pain et des jacquiers est décalée. On les retrouve aussi  pendant le mois du ramadan. La période des tomates est aussi inversée. On se retrouve avec des décalages importants. Et c’est lié au dérèglement climatique. Nous sommes aujourd’hui au premier tour de l’élection présidentielle quelles sont vos attentes par rapport aux difficultés que vous vivez ici avec le changement climatique ? Dans le bavou de Gongwe, où nous nous trouvons, nous n’avons jamais vu de...

Read More