Nantes, un parcours pour la mémoire 25 octobre 2013
Août24

Nantes, un parcours pour la mémoire 25 octobre 2013

Journalistes Ecrivains Pour la Nature et l’Ecologie (JNE) Tristement célèbre pour le commerce triangulaire, le port de Nantes fut le premier port négrier de France, avec plus de 40 % de ses activités liées à ce commerce. L’abolition de l’esclavage en 1848 marque la fin de son influence officielle dans la ville. Depuis, l’histoire de Nantes est marquée par une forte présence symbolique souvent contestée, mais finalement assumée au niveau politique. Les aménagements paysagers de l’île de Nantes et du Mémorial de l’esclavage sont les vestiges de cette histoire. par Houmi Ahamed-Mikidache Premier port négrier de France pendant le commerce triangulaire, le port de Nantes a vu sa notoriété s’estomper avec l’abolition de l’esclavage en 1848. En quatrième position en 1860 puis classé sixième en 1896, il a tout de même toujours souhaité garder sa place de port maritime. L’exploitation humaine a continué malgré l’interdiction. Ainsi, le 10 juin 1896 le trois-mâts barque Belem a été construit par les chantiers Dubigeon à Chantenay-sur-Loire. La Loire est alors aménagée par le Canal de la Marinière et le pont Transbordeur a été construit par la suite en 1903. Les Ateliers et Chantiers de Bretagne viennent en renfort en 1909. Nantes devient à cette époque le carrefour de la construction navale française avec trois ateliers. Une histoire assumée En 1960, la France est en pleine crise économique, les subventions et les contrats ne sont pas légion. A la fin des années 60, il ne reste plus qu’un atelier, le chantier Dubigeon installé sur la Prairie-au-Duc. Mais il fermera en 1987. Deux ans après, l’actuel Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, est élu à la Mairie de Nantes, avec une volonté de transformation du territoire. Mais la fin des années 80 est suivie par une période de réflexion assez longue de la part de l’équipe dirigeante. La Loire est à l’époque peu valorisée. Dix années d’études se passent avant la nomination de l’architecte et paysagiste français Alexandre Chemetoff en 2000. La ville de Nantes connaît alors dix ans de reconversion urbaine. Entre temps, la mairie confie en 2003 la gestion de son paysage urbain à la Société d’aménagement de la métropole ouest-Atlantique (SAMOA). Parallèlement, les années 2000 voient émerger au sein de la mairie et de la société civile une réflexion sur l’histoire de l’esclavage vue de Nantes. Un comité de pilotage est créé. Des artistes entrent en compétition pour présenter des esquisses. Une personne fait l’unanimité : Krzysztof Wodiczko, artiste engagé connu pour ses œuvres dédiées à la prise de conscience de drames humanitaires. Quatorze années se passent et finalement en mars 2012, le Mémorial de l’esclavage ouvre ses portes. Le premier en France....

Read More
L’île de Nantes, miroir de l’histoire industrielle de la ville 25 octobre 2013
Août23

L’île de Nantes, miroir de l’histoire industrielle de la ville 25 octobre 2013

Les aménagements paysagers de l’île de Nantes illustrent la riche histoire de cette ville. par Houmi Ahamed-Mikidache Passée la passerelle piétonne Victor Schoelcher, nom donné en référence au député alsacien, auteur de l’application du décret de l’abolition de l’esclavage (lire notre reportage ici), le visiteur se dirige à l’ouest vers le square de l’île Mabon, près du quai François Mitterrand. Entre le Palais de Justice et l’Ecole d’architecture, il découvre un jardin implanté sur une ancienne friche de l’ancienne usine Alstom. Aménagé en 2005, ce jardin en forme de labyrinthe se présente par des plaques d’inventaires botaniques insérées dans le sol et des caillebotis métalliques à l’intérieur du végétal. Le décor est en mobilier urbain classique, avec des bancs et des tables de piques-niques et un espace de jeux. En sortant de ce jardin, le visiteur se dirige vers le site des anciennes usines Alstom, derrière la Palais de Justice. En 2003, la SAMOA a mis en place une politique de location des Halls Alstom à des entreprises créatrices, des écoles d’architecture, des télévisions locales, des associations… L’aménageur de l’île de Nantes a même élu domicile pendant une période dans cette ancienne usine ressemblant à un hangar. La SAMOA a par la suite transféré ses bureaux quai François Mitterrand en 2007. Aujourd’hui, les Halls Alstom sont inhabités. Mais depuis 2012, la SAMOA a entrepris un plan ambitieux de transformation de l’île de Nantes. Le site d’Alstom bénéficiera de plusieurs aménagements. Il est présenté comme la référence de l’ouest en matière d’industrie innovatrice. De l’imaginaire à la réalité Découvrant le quartier de l’innovation, longeant l’école d’architecture, le visiteur arrive au bord de la Loire et tombe sur le Parc des chantiers Dubigeon, baptisé Parc des chantiers. Un vaste parc de 13 hectares. « Je vous préviens tout de suite, ici rien ne laisse indifférent », explique à ce propos James Lloyd, botaniste anglais du XIXe siècle. Ce botaniste s’est installé à Nantes en 1831. Il est à l’origine de la découverte de l’angélique des estuaires en 1859. Cette plante fragile et menacée est l’une des rares espèces endémiques françaises. Elle fait d’ailleurs l’objet d’un plan de conservation et de valorisation au niveau européen. Après Stockholm, Hambourg et Vitoria-Gasteiz, Nantes a été élue capitale verte de l’Europe en 2013 par la Commission Européenne pour ses actions en faveur de la préservation de l’environnement dans la ville. Lieu d’accueil entre autres d’expositions, de restaurants et de discothèque, le parc des chantiers fait partie des 12 « stations » mises en scène sur l’île. Composés de machines articulées, les chantiers navals sont donc devenus un lieu touristique. De l’éléphant mécanique mobile à l’arbre...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer