Arlette, aux jardins de Gaïa ! 3/3 (Fin)
Août24

Arlette, aux jardins de Gaïa ! 3/3 (Fin)

Retour aux Jardins a visite des jardins de Gaïa continue . Arlette se dirige dans une salle où sont exposés des barils bleus, « le laboratoire ». « Ce laboratoire » rappelle les mots rêveurs de Charles Baudelaire dans le poème Parfums Exotique, « guidé par ton odeur vers de charmants climats ». Dans cette pièce, a l’abri des regards indiscrets, près de 450 thés et tisanes sont « aromatisées maison ». Tout y passe, des thés vert chinois naturellement parfumés au jasmin, aux thés noirs issus des jardins Darjeeling réputés, en passant par les infusions Rooiboos d’Afrique du Sud. En partenariat avec les associations, Kokopeli,(pour la libération de la Semence et de l’Humus), les Amanins ( pour la réconciliation entre écologie et économie) et la Ligue Pour la Protection des Oiseaux (LPO), les Jardins de Gaïa proposent une variété de thé militants. Arlette donne à ses thés des noms très imagés. « Oiseau lune, le songe du colibri, parfum de résistance, rêve éveillé de Gaïa… » Pour une cueillette de thé plus saine, contre la surproduction et et la surexploitation des producteurs, cette chef d’entreprise pas comme les autres, est une poétesse militante. Rigoureuse, accompagnée majoritairement par des femmes, Arlette vérifie l’origine de tous ses produits. Il faut dire que la provenance et la qualité de ses produits-bio sont très contrôlés par les autorités françaises. Tout est certifié aux Jardins de Gaïa. C’est une obligation légale à laquelle l’entreprise ne peut pas déroger. La visite est presque finie. Arlette s’avance vers le long du couloir. A gauche se trouve le lieu du conditionnement. Toutes les formes de paquets existent : rondes, carrées, rectangulaires… Tout en couleur. Un composition moderne . 13 personnes s’occupent régulièrement de ce conditionnement. Au bout du couloir se trouve l’entrepôt où sont exposés de multiples sacs de thés. Parce que les Jardins de Gaïa s’agrandissent. Trois transporteurs viennent tous les jours. Malgré quelques ruptures de stocks parfois suite au changement climatique. Les Jardins de Gaïa s’exportent en Angleterre , au Brésil, au Mexique, au Canada, en Finlande, en Suède, et en Norvège. En France, Arlette et son équipe travaillent sur tous les réseaux bios et font de plus en plus de négoce. Son chiffre d’Affaires est de 8 millions d’euros. « Je n’ai jamais eu de projet de grossir. On essaye de faire de la croissance intelligente, » finit elle par dire. Reportage de Houmi Ahamed-Mikidache ( Ce reportage a été réalisé dans le cadre d’un voyage de presse organisé par les JNE en Alsace au mois de Septembre 2013, lors d’un salon régionale sur l’agriculture biologique) Crédit photos «Jardin de Gaïa» Source: L’Inquisiteur-...

Read More
Arlette, aux jardins de Gaïa ! 2/3
Août24

Arlette, aux jardins de Gaïa ! 2/3

Son parcours   Educatrice de métier, puis libraire pour enfant, Arlette aime écouter l’autre, le découvrir. A ses débuts, il y a 19 ans, ils sont deux, son compagnon et elle. Aujourd’hui, ils ne sont plus ensemble. Une fille est née de leur relation. Cette dernière a une vingtaine d’années et travaille au service marketing de l’entreprise. L’engouement pour le thé chez Arlette remonte aux années 90, en Inde. C’est à cette époque qu’elle fait la connaissance du Fondateur de TPI, Tea Promoters of India, une entreprise familiale de thé. Cette entreprise dispose aujourd’hui de huit jardins de thé bio dont six au Darjeeling, l’un des thés les plus appréciés au monde. L’Inde est le deuxième producteur de thé mondial et le deuxième plus grand consommateur de cette boisson après la Chine. TPI soutient et travaille régulièrement avec les petites coopératives de transformation de cueillettes artisanales. Depuis sa rencontre avec l’Inde et avec d’autres pays, Arlette , l’alsacienne, ne travaille qu’avec des petites coopératives dans le monde avec un regard poussé vers le développement. Parce que derrière chaque culture du thé, il y a une construction de vie. Cette femme souriante travaille avec ces coopératives en signe de solidarité. Dès qu’elle le peut, elle leur rend visite. Arlette aime le contact de la terre. Pour cette militante, c’est important. Sa lutte : se battre contre les pesticides, fongicides et insecticides. A Ceylan, au Sri Lanka, elle travaille avec la Petite Association de Fermiers Biologique, en anglais Small Organic Farmers Association (SOFA). Depuis la fin des années 90, bien après la fin de l’apartheid, Arlette est en coopération étroite avec des petits fermiers en Afrique du Sud. Situés à Cerderberg, dans le Cap Occidental deux coopératives, Wupperthal et Heiveld fournissent du Rooibos bio aux Jardins de Gaïa. Le Rooibos est une plante rouge légèrement sucrée qui ne contient pas du tout de théine. Cette infusion ne vient que d’Afrique du Sud. « La tribue San », autrefois appelée les hommes des buissons (Bushmen) en produisaient il y a plus de 600 ans. La fin de l’apartheid a permis à cette plante d’être exportée. Pour l’équité et le Bio Créés en 2004 , les Jardins de Gaïa sont pour l ’équite et le bio. Parce que le bio n’est pas l’équitable. Et l’équitable n’est pas forcément bio. Chez Arlette tout est issu de l’agriculture biologique, sans aucun produit chimique. Mais parce qu’elle est militante, ces produits sont aussi équitables. Son entreprise a obtenu en 2001 la labellisation Max Havelaar, la marque commerce équitable la plus répandue en Europe . Cette marque a été créée en 1988 aux Pays-Bas. Son antenne française...

Read More
Arlette, aux jardins de Gaïa ! 1/3
Août24

Arlette, aux jardins de Gaïa ! 1/3

Les Comores font parties des 20 îles dans le monde caractérisées pour leur biodiversité. Elles regorgent entre autres d’écorce de cannelle, de gingembre, de feuilles de citronnelle. Peu valorisées, ces plantes pourraient permettre aux Comoriens de développer l’agriculture biologique. En France, en Alsace, à Wittisheim, une femme se pose en fervente défenseuse du bio à travers la vente de thé venant des quatre coins du monde. Regard sur Arlette Rohmer et ses Jardins : les Jardins de Gaïa.   L’inspiration japonaise Aux Jardins de Gaïa, les visiteurs peuvent déguster des thés aux saveurs venant des quatre coins du monde. Arlette Rohmer, élégante, raffinée est la chef d’entreprise. Pas comme les autres, c’est une militante du bio. De la première heure. Aujourd’hui, comme tous les samedis, elle ouvre les portes de son univers : les Jardins de Gaïa. A la tête d’une PME de plus de 50 employés, cet aînée de cinq filles, née à Wittisheim, a toujours été éprise de nature. Dans sa petite entreprise originale par ses décors et par l’ambiance, le visiteur est inspiré . Il voyage à travers les senteurs. Près du sol, de Gaïa, de la Terre en grecque. Tout le monde le sait, l’eau est source de la vie. Le thé, lui, vient en seconde position. C’est la deuxième boisson la plus bue au monde. Cachés au fond d’une zone industrielle, à Wittisheim, dans le Bas- Rhin en Alsace, les Jardins de Gaïa rappellent l’ambiance Zen de l’Asie, du Japon. Un havre de paix. A l’entrée, l’essence de plusieurs parfums s’évaporent dans l’espace. Une machine à thé est à disposition. « Vous pouvez vous servir, » propose Arlette en souriant. Plusieurs petites tasses de type asiatique entourent la machine à thé. Décor ocre et silence… Le thé est apprécié. Ce thé est au gingembre et à la citronnelle. Un parfum d’Asie…ce thé vient de la péninsule sud Coréenne. Seogwang Ginger Lemonar « CoThé Jardins », « un thé aux feuilles d’un beau vert brillant, généreusement agrémenté de morceaux de citronnelle et de gingembre, libère un bouquet frais qui associe saveurs acidulées et iodées… » Ces explications viennent du site internet de l’entreprise. Les Jardins de Gaïa disposent d’une boutique en ligne où thés et produits dérivés sont en vente. Au dessus de la machine se trouvent, sur plusieurs petites étagères, des dépliants colorés expliquant l’art du thé bio. Passer l’entrée, à gauche, cette femme distinguée présente le lieu de cérémonie du thé. Calme. Silencieux Le Gong fu cha et le Chanoyu dédiés respectivement à la Chine et au Japon. Une fois par mois, les jardins de Gaïa organisent des cérémonies du thé. Sur rendez-vous,...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer