African Climate Talks II: Africa needs to act urgently
Avr11

African Climate Talks II: Africa needs to act urgently

African Climate Talks II: Africa needs to act urgently By Olumide Idowu* Participants attending the African Climate Talks II (ACT-II) in Addis Ababa ( Ethiopia) in March,  called Africa to change how it does business to reap the benefits of the Paris Agreement. Attending the two-day talks last month called “Market policy versus market mechanisms in the implementation of the Paris Agreement”, speakers asked for an urgent shift in how the continent will forge ahead to escape the consequences of climate change. Ambassador Lumumba Di-Aping, from South Sudan and former chair of the G77 called for strengthening of the current regime, noting that the current Paris Agreement is fundamentally flawed and inadequate. “The agreement will be the main basis for multilateral cooperation during the first period of commitments (2020-2030). The African Continent in this new architecture is tragically weaker than even before,” Di-Aping said. He urged Africa to reinvent itself consistently through science. “We must think “out of the box” to build the framework for a more effective effort from 2025 onwards – one consistent with Africa’s survival and prosperity,” he said. Dr James Murombedzi, the Officer in Charge of the Africa Climate Centre Policy (ACPC) noted that the continent needs to invest in strong evidence based African narrative. “This narrative should have a science, research and policy interface. We also should invest in informed societies that participate in the shaping of policies and strengthen capacities of countries,” Murombedzi said. “The temperatures are rising and Africa is suffering. Let us unite to save our continent. Let us develop sustainable ways of dealing with climate change,” Woldu said. Di-Aping noted that Africa must move beyond the old dichotomy of “mitigation and adaptation.” “We must look at each sector – agriculture, industry etc – and focus on integrating climate considerations into wider industrial and development planning in an integrated way. The climate regime must focus not just on “emissions reductions” but on the real solutions needed to achieve them,” Di-Aping said. He urged for negotiations which provide a space where these with problems, with solutions and with money, can meet as part of a structured process. “We need to make the UNFCCC more relevant to the real world.  The Africa Renewable Energy Initiative is to be commended as an important step in the energy sector – we need matching initiatives in each other sector,” he said. “Let us think about the financial sector and financial instruments and engineering. If we need a major plan to address 1.50C, the question arises how to fund it. Clearly the $10 billion in the GCF will not be enough; and developed countries have no intention...

Read More
Niger- PDES : « Nous avons réussi à rendre nos populations résilientes » -Almoustapha Garba- Ministre de l’Environnement
Avr11

Niger- PDES : « Nous avons réussi à rendre nos populations résilientes » -Almoustapha Garba- Ministre de l’Environnement

Niger- PDES : « Nous avons réussi à rendre nos populations résilientes » -Almoustapha Garba- Ministre de l’Environnement   En 2012, le gouvernement du Niger a décidé de mettre en place un Plan de Développement Economique et Social (PDES)  pour faire face aux multiples défis de ce pays du Sahel, connu pour sa très forte démographique et ses nombreuses ressources naturelles. Ce PDES repose sur 5 axes stratégiques : les conditions de durabilité d’un développement équilibré et inclusif, la consolidation de la crédibilité et de l’efficacité des institutions publiques, la sécurité alimentaire et le développement agricole durable, la promotion d’une économie compétitive et diversifiée pour une croissance accélérée et inclusive et la promotion du développement social. Au mois de décembre dernier , le gouvernement du Niger a présenté la seconde partie de son plan de Développement Economique et Social, au lendemain du Sommet de la Planète.Pendant deux jours, cette rencontre organisée à Paris, connue sous le nom de « Niger Renaissant »,  a permis la levée de plus de 23 milliards de dollars.  Almoustapha Garba, Ministre de l’Environnement du Niger, présent lors de cette rencontre et lors Sommet de la Planète s’est confié à Era Environnement.  Entretien. Propos recueillis par Houmi Ahamed-Mikidache       NIGERRENAISSANT       oneplanetsummit       lesmétiersverts  ...

Read More
IVème FIJEV : Ce que demande la jeunesse francophone
Avr11

IVème FIJEV : Ce que demande la jeunesse francophone

    Lors du IVème forum  international francophone jeunesse et emplois verts organisé par la République du Niger et  l’Organisation de la Francophonie , les jeunes francophones ont appelé les gouvernements à plus d’actions en faveur de leur intégration dans le marché du travail sobre en carbone. Tribune.   DECLARATION DES JEUNES PARTICIPANTS A LA 4ème EDITION DU FORUM INTERNATIONAL JEUNESSE ET EMPLOIS VERTS NIAMEY, DU 27 AU 30 Mars 2018   La jeunesse  francophone demande  l’évaluation du FIJEV depuis sa première édition en 2012 afin d’améliorer son organisation dans les années à venir ainsi que son impact , la mise en place d’un mécanisme de suivi de chaque édition de FIJEV et présenter l’évaluation du suivi de ses recommandations à l’édition suivante, l’établissement de  plaidoyers au niveau de tous les Etats membres afin d’aider les Gouvernements à mettre en place des stratégies et plans pour la promotion des emplois verts dans leurs pays respectifs, le soutien aux fonds d’appui aux initiatives vertes pour les jeunes francophones, créer par les jeunes participants du FIJEV 2018, la promotion des  centres d’essais techniques et des laboratoires scientifiques afin de favoriser l’innovation locale et accompagner techniquement les projets en phase de démarrage, la mise  sur pieds d’un Observatoire des Emplois Verts, afin de faciliter la cartographie, l’accès à l’information, le suivi et l’évaluation dans tous les pays membres, la promotion d’ un Programme de Développement des Emplois Verts (PDEV) afin d’accompagner les entreprises vertes à fort potentiel d’impact, l’amélioration de la coordination des actions des Partenaires Techniques et Financiers (PTFs) pour la promotion des emplois verts au sein de la francophonie. Nous, représentants des jeunes francophones réunis à Niamey au Niger, dans le cadre de la quatrième édition du Forum International Jeunesse et Emplois Verts (FIJEV/2018), conscients des enjeux du développement durable aspirons à une société harmonieuse, prospère et équitable, venons demander le soutien des instances de décisions notamment des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie, l’Organisation Internationale de la Francophonie et ses partenaires. Voulons tout d’abord remercier le Président de la République du Niger, son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, le Premier ministre Monsieur Brigi Rafini, les membres du Gouvernement, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et ses partenaires, pour l’organisation de ce Forum. Nous souhaitons également remercier tous les jeunes francophones qui ont pris part à cette quatrième édition. En tant que représentants de la jeunesse francophone, engagée, nous rêvons d’un dialogue intra et intergénérationnel permanent au sein de la Francophonie et aspirons à un développement durable de nos communautés respectives. En effet, pendant les activités du #FIJEV2018, les jeunes participants représentants les pays de l’espace francophone, ont assisté à plusieurs ateliers de formation, de développement de projet et...

Read More
Niger- Climat- Emplois verts: ” La jeunesse francophone ne doit pas être lésée” -Sani Ayouba-JVE
Avr10

Niger- Climat- Emplois verts: ” La jeunesse francophone ne doit pas être lésée” -Sani Ayouba-JVE

Niger- Climat- Emplois verts: ” La jeunesse francophone ne doit pas être lésée” -Sani Ayouba-JVE   La ville de Niamey au Niger a accueilli du 27 au 30 mars dernier   pour la seconde fois le forum  international francophone jeunesse et emplois verts. Objectif : préparer la jeunesse au marché des métiers sobres en carbone, une opportunité pour le Niger qui connait une forte croissance démographique. Sa population était estimée, d’après l’ONU,  à 17 millions d’habitants en 2013, et est classée 187ème sur 188 selon l’Indice de développement humain.  Autres défis : la dégradation de l’environnement et les changements climatiques,  l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, l’insécurité globale dans le pays et l’impact des problèmes sécuritaires dans les autres pays voisins. Era Environnement vous propose d’écouter l’unn des jeunes acteurs principaux de la lutte contre les changements climatiques aux Niger, l’activiste Sani Ayouba, directeur exécutif de l’Organisation Non gouvernement Jeune Volontaire pour l’Environnement (JVE). Entretien. Propos recueillis par Houmi Ahamed Mikidache         Présentationforum LESALONDELEMPLOI       Lesmétierssuite       150J       JVE1       demain       lespartenaires              ...

Read More
Bénin : L’adaptation au cœur des solutions
Mar24

Bénin : L’adaptation au cœur des solutions

Bénin : L’adaptation au cœur des solutions   Un financement français de 58 millions d’euros vient d’être octroyé au Bénin. Son objectif : permettre à la population de lutter contre les changements climatiques. Explications. Par Hippolyte AGOSSOU     Le 5 mars dernier, le Benin a signé une convention de financement avec l’Agence Française de Développement. Cette convention d’un montant de 58 millions d’euros a pour objectif d’aider à la mise en place du projet d’Adaptation des Villes aux Changements Climatiques. Le projet d’Adaptation des Villes aux Changements Climatiques (PAVIC) est une des composantes préétablie dans le plan d’Action du gouvernement pour aider, par des outils spécifiques, les villes à s’adapter aux conséquences des changements climatiques dans le domaine de l’agriculture, de l’industrie, de la pêche notamment. Son ambition : accompagner un changement de mentalités afin de protéger les zones sensibles et inondables et soutenant des activités qui respectent l’environnement. Autres mission : renforcer les capacités des acteurs locaux des territoires urbains pour faire face aux aléas climatiques en améliorant  leur résilience et en permettant au Bénin de faire face de manière stratégique aux changements climatiques.   « Cet appui important du gouvernement français aidera le Bénin à atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet contenu dans le Plan d’Action du Gouvernement du Président Patrice TALON, »  a indiqué le ministre béninois du cadre de vie José Didier TONATO. Quatre villes vont bénéficier du programme : Bohicon, Comé, Cotonou et Sèmè-Podji. L’Afrique est considérée comme l’un des continents les plus vulnérables au changement climatique. La plupart des pays africains comme le Bénin témoignent vraisemblablement de grande difficultés à s’adapter aux effets de cette mutations environnementale. De fait,  les autorités béninoises en charge du cadre de vie multiplient les actions pour identifier de potentiels partenaires pouvant les aider  techniquement et financièrement dans le processus d’adaption des populations. La France est considérée comme un des partenaires privilégiés du Bénin.  ...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer