“Conscientiser les populations locales du Niger”- Changements Climatiques
Jan25

“Conscientiser les populations locales du Niger”- Changements Climatiques

Neuf émissions de sensibilisation sur les changements climatiques au Niger ont été conçues récemment  par le Le Réseau des Journalistes pour un Environnement Sain (RJES). Financées par l’Ambassade de France au Niger, à travers le Fonds d’Appui à la Société Civile du Sud (FASCS), ces émissions ont pour objectif de “Conscientiser les populations locales du Niger sur les Changements Climatiques”. Sur fond musical, appelant à planter des arbres pour lutter contre la désertification qui menace les 2/3 tiers du territoire nigérien, ces émissions, dont une en français,  ont été réalisées en langues locales. Elles sont destinées aux radios communautaires. Kané Illa, journaliste et coordinateur du RJES, présente ce que sont les changements climatiques. Ecoutez...

Read More
Négociations de la COP21 : le sprint final avant l’accord !
Déc16

Négociations de la COP21 : le sprint final avant l’accord !

Dans la nuit de vendredi à samedi, au terme d’une minutieuse relecture du texte ligne par ligne, la présidence de la COP a annoncé la finalisation du projet d’accord. Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères et président de la COP, le présentera en séance plénière samedi à 11 h 30 (10 heures GMT), le temps qu’il soit traduit dans les six langues de l’ONU. Si l’accord faisait consensus, une nouvelle plénière serait convoquée quelques heures plus tard pour une adoption formelle, qui ne passe pas par un vote. « Toutes les conditions sont réunies pour obtenir un accord universel ambitieux » et elles n’ont jamais été « aussi favorables », avait estimé vendredi soir M. Fabius après 12 jours de pourparlers au Bourget (nord de Paris). « Chacun n’obtiendra pas 100 % de ce qu’il demande » Lors du coup d’envoi de la 21e conférence sur le climat de l’ONU, 150 chefs d’État étaient venus exprimer l’urgence à agir face à un réchauffement qui aggrave les phénomènes extrêmes (vagues de chaleur, sécheresses, inondations, etc.) et menace la productivité agricole, les ressources marines et les réserves en eau dans de nombreuses régions. La montée des océans met aussi en danger des États insulaires, comme les îles Kiribati, et des communautés côtières, au Bangladesh par exemple. Ces deux derniers jours, des coups de fil entre chefs d’État, notamment de la Chine, des États-Unis, de la France, de l’Inde et du Brésil, ont été échangés pour s’assurer que les discussions au Bourget ne s’embourbaient pas. Dans la nuit de jeudi à vendredi, une réunion de négociations avait vu les positions de certains pays se rigidifier, faisant craindre un blocage dans les discussions. Les délégués, le visage chaque jour un peu plus tiré, étaient repartis vers leur hôtel à l’aube, sans que de nouveaux compromis aient été trouvés, avant une nouvelle journée d’échanges vendredi. « Sur un sujet aussi complexe, chacun n’obtiendra pas 100 % de ce qu’il demande. Quand il y a 195 pays, si chacun exige les 100 %, finalement chacun obtient 0 % », avait prévenu Laurent Fabius. Pacte en vigueur en 2020 Ce pacte, qui entrera en vigueur en 2020, doit accélérer un mouvement réduisant l’utilisation des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz), favorisant les énergies renouvelables et modifiant la gestion des forêts et des terres agricoles. Les engagements des pays, pris en vue de la COP, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre mettent à ce stade la planète sur une trajectoire de + 3 °C par rapport à l’ère préindustrielle, loin des + 2 °C ou moins souhaitables pour limiter les dérèglements. Pour faire accepter un texte à 195 nations, la présidence française...

Read More
Changement climatique : ce qu’attendent désormais les Africains
Déc16

Changement climatique : ce qu’attendent désormais les Africains

L’accord “historique” de la COP21 n’a pas totalement comblé les Africains. Ils se projettent vers la COP22 au Maroc avec bien des questions. Récit. Par Houmi Ahamed-Mikidache (Le Point Afrique) L’accord sur le climat signé à Paris le 12 décembre pose un cadre encourageant quant à l’avenir de la gestion des problèmes liés au changement climatique. Aussi, Hakima El Haite, ministre de l’Environnement du Maroc, hôte de la COP22 à Marrakech, indique-t-elle que la conférence prévue du 7 au 18 novembre 2016 sera celle de la mise en œuvre des éléments et des décisions de l’accord de Paris. Plusieurs questions devront déjà voir des mesures concrètes les accompagner. Ainsi de l’adaptation cristallisée dans les mesures techniques adoptées pour faire face aux changements climatiques et prévenir les impacts négatifs du réchauffement planétaire. Il en est de même de l’atténuation, autour des dispositions pour réduire le gaz à effet de serre. C’est notamment tout ce qui concerne les énergies renouvelables. Idem pour le transfert de technologies qui se comprend aisément, mais aussi pour le renforcement des capacités qui consiste dans les ateliers de formation organisés en faveur des pays en développement pour une meilleure expertise dans les énergies durables. Il y a aussi la transparence qui concerne une identification claire des mesures de soutien technique aux pays en voie de développement, et enfin le financement. Tout faire pour gagner ensemble « Il s’agira de poursuivre la dynamique enclenchée par les contributions nationales, renforcer la mobilisation de tous les acteurs étatiques et non étatiques, capitaliser sur la dynamique par le plan d’action Lima-Paris et enfin accélérer la mise en œuvre des décisions pour la période pré-2020 », indique la ministre déléguée, chargée de l’Environnement du Maroc, Hakima El Haité. Pour un négociateur africain sous le couvert de l’anonymat, la conférence des Nations unies sur le climat au Maroc ne sera pas facile, mais pas difficile non plus. « Le plus dur, c’était Paris. Cela sera une phase décisionnelle dans laquelle seront entre autres explorées les voies de mise en œuvre des questions d’adaptation qui ont été approuvées à Paris », affirme-t-il. Mais, « ce qui peut faire la différence, c’est l’altruisme », selon Tosi Mpanu Mpanu, négociateur en chef de la RDC, prochain président des Pays les moins avancés. « Il faut vraiment comprendre qu’il faut travailler ensemble, main dans la main, pour sauver les générations futures. Personne n’est gagnant, mais personne n’est perdant. On gagne tous collectivement », affirme-t-il. Depuis un an, selon la conseillère des Pays les moins avancées, Sandra Freitas, le Groupe Afrique et le groupe 77 + Chine se coordonnent pour avoir une position commune afin d’aborder les mêmes problématiques....

Read More
COP21 – Macky Sall : “Il faut que les pays pollueurs assument leurs responsabilités”
Déc09

COP21 – Macky Sall : “Il faut que les pays pollueurs assument leurs responsabilités”

INTERVIEW. Présent à Paris à la Conférence internationale sur le climat, le président sénégalais revient sur les initiatives liées à l’électrification du continent. Le Point Afrique : Vous  avez évoqué, dans votre allocution d’ouverture de la COP21, la création d’un Fonds pour l’électrification de l’Afrique financé par le Fonds vert. Pensez-vous à l’initiative sur l’électrification de l’Afrique de la Fondation Borloo ? Macky Sall : Je parle d’un fonds géré par les Africains. La Fondation Borloo travaille avec les Africains sur la question du Fonds pour l’électrification. Nous avons les mêmes combats. Il est engagé comme nous. C’est quelque chose qu’il faut saluer. Qu’entendez-vous par “harmonisation des initiatives sur l’énergie” en Afrique ? Il y a énormément d’initiatives : l’initiative américaine, l’initiative de la Banque mondiale. On parle également du Fonds mondial pour l’environnement… Il faut plus de visibilité dans l’accès aux fonds, avec des procédures transparentes et souples. Autrement, c’est toujours la même chose. Les ressources financières sont théoriquement disponibles, mais on ne peut pas y accéder. Quelle attitude allez-vous adopter à l’endroit du charbon en Afrique ? J’ai dit que j’ai changé de perspective. Je ne vais pas lutter contre le charbon [en Afrique], mais, dans mon pays, je vais essayer d’atténuer l’impact du charbon. Nous étions partis un peu comme tout le monde dans cette voie. Je me rends compte que si nous sommes accompagnés un peu par le solaire, nous pouvons maintenir l’utilisation du charbon à un niveau minimum. Vous croyez à un accord contraignant ? Oui, j’y crois, et il faut continuer le plaidoyer. Il faut que les pays pollueurs comprennent qu’ils ont une responsabilité historique dans la protection de notre planète. Nous devons ensemble être solidaires, mais il y a une différenciation qu’il faut observer. Et il faut que les pays pollueurs assument leurs responsabilités. Vous en avez parlé avec le président Obama ? On a évoqué légèrement le sujet au déjeuner [hier], mais j’espère pouvoir le faire changer...

Read More
COP21 – Afrique : le chemin est encore long
Déc09

COP21 – Afrique : le chemin est encore long

DÉCRYPTAGE. Après une semaine de longues négociations, les ministres des 195 pays prennent le relais des experts. Le texte de l’accord est loin de faire l’unanimité. En octobre dernier, les négociations à Bonn ont accouché d’un texte jugé imparfait par les pays en voie de développement. Pourtant, avant ces négociations, les deux coprésidents de l’ADP*, Daniel Reifsnyder et Ahmed Djoghlaf avaient préparé un projet d’accord basé sur l’apport des pays. Fin octobre, le président de PACJA, le réseau panafricain de la société civile africaine pour la justice climatique, Mitika Mwenda, s’était plaint et avait publiquement demandé le retrait du coprésident de la plateforme ADP, Ahmed Djoglaf. Ce dernier ne défendait pas les intérêts de l’Afrique, selon M. Mwenda. Les pays en développement, dont l’Afrique du Sud, représentés dans le Groupe 77 + Chine, ainsi que le groupe des négociateurs africains et celui des pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement, ont trouvé le texte de Bonn pas équilibré et surtout assez éloigné de leur point de vue. Des embûches, toujours des embûches Quelques mois plus tard, à Paris, c’est bis repetita, à l’exception de la demande de retrait du coprésident par la société civile africaine. Le chemin est donc toujours semé d’embûches et, plus que jamais, trouver un terrain d’entente pour les 195 pays n’est pas une mince affaire. « Le texte est toujours long et ne souligne pas assez les enjeux : l’ambition pour atteindre les 1,5 degré, la transparence, l’accès à la finance climatique et  le nouveau mécanisme de pertes et préjudices dans l’accord »,  explique Giza Gaspar Martin, de l’Angola, actuel président du groupe des pays les moins avancés. Pendant une semaine les négociateurs du monde entier se sont penchés sur le texte de Bonn que les négociateurs des pays en voie de développement ont jugé long. De fait, après coup, le projet d’ accord est passé de 50 pages à 38. Il a été présenté par les deux coprésidents et remis ce samedi à Laurent Fabius, président de la COP. Les négociations vont se poursuivre cette semaine, en vue d’obtenir un accord contraignant. « L’accord que nous sommes en train de négocier aura une partie contraignante et une autre partie non contraignante. La partie contraignante devrait concerner la mobilisation des ressources par les pays développés, l’ambition, le transfert des technologies, la transparence et les ressources innovantes », précise Youssouf Hamadi, négociateur des Comores, pays africain appartenant à la fois au groupe Afrique, celui des petits États insulaires en développement, des pays les moins avancés (PMA), au Groupe 77 + la Chine, et à la Ligue arabe. Les conditions économiques doivent être exclues du processus...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer