COP 22-Maghreb-Energie : Emplois verts chez les jeunes- Rapport (BAD)
Oct16

COP 22-Maghreb-Energie : Emplois verts chez les jeunes- Rapport (BAD)

COP 22-Maghreb-Energie : Emplois verts chez les jeunes- Rapport (BAD)   Dans l’ensemble des pays du Maghreb ( hormis la Lybie) le secteur des énergies renouvelables connaît un essor.  Mais de nombreux projets pourraient se réaliser si les pays adoptaient une politique plus importante de libéralisation de ces énergies  ainsi que des incitations financières, indique la Banque Africaine de développement ( BAD), dans un récent rapport  intitulé «  Le secteur des énergies renouvelables et l’emploi des jeunes en Algérie, Lybie,  Maroc, Tunisie ».   Par Houmi Ahamed-Mikidache Situation Les pays du Maghreb ont l’un des plus grands potentiels de production d’énergies renouvelables dans le monde,  affirme le rapport  de la Banque Africaine de Développement (BAD),  intitulé «  Le secteur des énergies renouvelables et l’emploi des jeunes en Algérie, Lybie,  Maroc, Tunisie »,  préparé par Isabel Schafer, sous la supervision de l’Economiste   Vincent Castel. Le secteur des énergies renouvelables au  Maroc est le plus avancé des pays du Maghreb et il offre pour l’instant les meilleures conditions pour produire de l’énergie solaire et éolienne, expliquent les experts.  L’Algérie n’est pas en reste: elle  a le plus grand potentiel d’énergie solaire du Maghreb. La Tunisie les seconde et la Lybie, vue le contexte politique,  n’est pas en mesure d’être comparé, puisque les investissements sont minimes, précise l’étude. Dans l’ensemble des pays du Maghreb ( hormis la Lybie) le secteur des énergies renouvelables connaît un essor.  Mais de nombreux projets pourraient se réaliser si les pays adoptaient une politique plus importante de libéralisation de ces énergies ( utilisation amoindrie des industries du pétrole, du gaz et du charbon)  ainsi que des incitations financières ( politique de taris d’électricité…) , indique la BAD.   Quel est le potentiel de création d’emplois ? Le nombre et le type d’emplois  potentiels dans le secteur des énergies renouvelables dépendent du cadre réglementaire du pays. 1 Mégawatt d’énergies renouvelables génère cinq emplois temporaires  à la phase de démarrage ou de construction et seulement deux emplois durables, principalement dans la maintenance,  estime la BAD. Qu’est-ce qui fera la différence ? La durabilité des emplois devrait faire la différence,  par la recherche et le développement, les études-conseils, la promotion de l’énergie et le mécanisme de contrôle de l’énergie. Quel est le profil des jeunes chômeurs au Maghreb ? 60% des chômeurs au Maghreb ont moins de 24 ans, avec une frange importante de diplômés bien formés. Il existe toutefois un déficit d’apprentissage qui peut être pallié par des formations spéciales adaptées en ingénierie, études-conseils, en communication, promotion des vente. Objectifs : développer des nouvelles opportunités d’emplois dans le secteur privé. Le secteur de l’énergie solaire procure davantage d’emplois que celui de l’énergie éolienne. Cependant, le secteur...

Read More
COP 22- La Centrale Noor- Un exemple à Suivre
Juin20

COP 22- La Centrale Noor- Un exemple à Suivre

  COP 22- La Centrale Noor: Un exemple à Suivre Située en plein désert du sud marocain, à 10 kilomètres de la province de Ouarzazate, la centrale solaire  Noor, d’une capacité de 160 mégawatts, est considérée actuellement par les experts comme la plus grande centrale solaire du monde. Même si récemment, Dubaï a annoncé son projet de construction de centrale solaire de plus de 1000 mégawatts. Analyse. Par Houmi Ahamed-Mikidache Comment s’intègre ce projet dans l’initiative pour l’accès à l’Energie en Afrique ? Noor, signifiant lumière en arabe représente, pour les experts de la Banque Africaine de Développement, le symbole de la transformation de l’Afrique. Lancé en 2009, ce programme solaire a été inauguré au mois de février dernier par le roi, Mohamed VI. Noor a ouvert la porte aux projets du « New Deal pour l’énergie en Afrique » présenté par le nouveau président de la Banque africaine de développement, M. Akinwumi Adesina pour transformer le secteur de l’énergie et permettre l’accès de l’électricité pour tous sur le continent.  Ce projet d’accès à l’Energie en Afrique a aussi été annoncé par le président Egyptien, Abdel Fattah Saïd Hussein pendant la COP 21. Et l’Accord de Paris en fait également mention.  Ainsi le Burkina Faso a récemment exposé son projet de construction de centrale solaire de 33 mégawatts qui pourrait couvrir tout le Sahel. La construction de la Centrale Noor s’intègre la lutte contre le changement climatique et la stratégie énergétique 2010-2030  du Maroc. Le pourcentage des énergies renouvelables dans le mix énergétique passera de 34% à 42% d’ici 2020 pour atteindre 52% du mix en 2030. Que représente Noor  ? Noor, c’est  selon de nombreux experts et observateurs internationaux, un programme et des objectifs ambitieux. Quatre au total: diversifier les sources d’énergies, exploiter le soleil et le vent, puis développer l’efficacité énergétique dans le bâtiment et l’industrie et enfin intégrer l’électricité dans les marchés mondiaux avec des interconnexions.  Dans ce plan solaire, il y a 500 mégawatts de solaire thermodynamique. «  Le solaire thermodynamique n’est pas la source d’énergie solaire la plus répandue contrairement au photovoltaïque, mais c’est une énergie qui a fait ses preuves, notamment en Californie, installée depuis les 1980, »fait remarquer  Fabrice Jucquois, chef de projets Energie à l’Agence Française de Développement. Pour ce spécialiste de l’énergie, le thermodynamique est une énergie maîtrisée et peu développée et donc potentiellement en progrès avec une diminution de coût. «  C’est intéressant, c’est une sorte de blending énergétique ( mélange énergétique) : la centrale thermodynamique ne fera que du stockage d’énergie pour une restitution de l’électricité la nuit. Tandis que le photovoltaïque produira le jour avec une énergie comme le photovoltaïque, utilisée aux Etats-Unis...

Read More
La BAD accréditée par le Fonds Vert
Mar10

La BAD accréditée par le Fonds Vert

La Banque Africaine de Développement (BAD) vient d’être accréditée par le Fonds Vert de l’ONU, lors du douzième Conseil d’administration du fonds en Corée du Sud. D’ après Alex Rugamba, directeur du département énergie, environnement et changement climatique de la BAD, l’institution africaine s’était engagée auparavant  à augmenter son financement climatique de 5 milliards par an d’ici 2020, , pour faire face au défis d’adaptation et d’atténuation en Afrique. Mais, avec cette accréditation,  elle espère étendre ses ressources financières. A ce jour, l’Afrique dispose de plus de  cinq institutions accréditées par le Fonds Vert : La BAD, l’Africa Finance Corporation, basée au Nigeria, le Fonds d’investissement pour l’Environnement de la Namibie, le Centre de Suivi Ecologique au  Sénégal, le Ministère des Ressources Naturelles du Rwanda, le PNUD et le PNUE....

Read More
Comores: Efforts “tous azimuts” pour vaincre le déficit énergétique
Sep30

Comores: Efforts “tous azimuts” pour vaincre le déficit énergétique

    D’après la Banque Africaine de Développement ( BAD), l’Union des Comores est le pays d’Afrique qui a le plus fort taux de perte d’énergie et le plus faible taux de recouvrement des coûts.       A/ Moroni/ Houmi Ahamed-Mikidache Anadolu Agency (31/03/2015) Les Comores déploient des efforts tous azimuts auprès de leurs partenaires internationaux pour vaincre la crise énergétique qui mine l’économie du pays depuis plusieurs années. D’après la Banque Africaine de Développement (BAD), L’Union des Comores est le pays d’Afrique qui a le plus fort taux de perte d’énergie et le plus faible taux de recouvrement des coûts. 48 % de l’électricité produite est perdue et 33 % seulement de l’énergie vendue est effectivement payée, selon des estimations de l’institution africaine. Ce constat sur la crise énergétique aux Comores a été rapporté en marge d’une réunion de haut niveau tenue à Abidjan, au siège de la Banque Africaine. Co-organisée par le gouvernement des Comores et les principaux partenaires techniques et financiers de l’archipel, cette conférence fait suite à la visite aux Comores du président de la BAD, Donald Kaberuka, au mois de février dernier. Pour faire face aux différents défis de l’accès à l’énergie aux Comores (coût de production élevé, coût de la maintenance du réseau, faible taux de recouvrement…), les partenaires financiers se sont engagés, mercredi dernier, sur différents projets. La Banque s’engage à appuyer, notamment, le secteur de l’énergie aux Comores dans le cadre du  Projet “Pasec”,  pour la réhabilitation du réseau, d’ un montant de 20,7 millions de dollars. La Banque Mondiale fournira de son côté, 5 millions de dollars pour améliorer la gestion commerciale de la société comorienne de l’eau et de l’électricité, Ma-Mwe. La Banque Islamique va, elle, soutenir la société nationale d’hydrocarbure (SCH), à travers un fonds renouvelable, dont le montant n’a pas été précisé, qui assurera l’approvisionnement continu de l’électricité dans le pays. La Banque Islamique envisage d’assister le pays par un plan de financement. Elle fera venir des experts aux Comores qui relateront des expériences de pays ayant vécus une situation similaire. Le Programme des Nations Unies pour le Développement ( PNUD) va, lui, poursuivre son soutien en développant les ressources géothermiques. Il a également proposé d’établir un fonds fiduciaire pour mobiliser les ressources financières destinées au secteur de l’énergie. En plus de ces initiatives, l’Union des Comores va bénéficier de la coopération Sud-Sud. Durant la conférence, la Côte d’Ivoire a fait part de son expérience et des leçons qu’elle a retenues du  plan de redressement du secteur de l’énergie. “Nous sommes engagés avec l’Inde dans le cadre de l’utilisation de l’énergie au fioul lourd et nous envisageons d’utiliser les énergies renouvelables, dont surtout le solaire, avec l’importation d’équipement matériel ” a déclaré à Anadolu le Vice-Président comorien chargé du ministère des Finances...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer