Énergie renouvelable : la Banque africaine de développement lance son initiative

cop21aINTERVIEW. Récemment élu à la tête de la BAD, Adesina Akinwumi veut faire d’une pierre deux coups : faciliter l’accès à l’énergie propre et limiter la déforestation.

Propos recueillis par Houmi Ahamed-Mikidache

(Le Point Afrique)

Le Point Afrique : dans le cadre de la COP21, la Banque africaine de développement annonce une initiative. Qu’en est-il ?

Adesina Akinwumi : Nous avons effectivement présenté l’Initiative pour les énergies renouvelables en Afrique. C’est avec la Conférence des ministres africains chargés de l’Environnement (CMAE) que la Banque africaine de développement l’a lancée le 1er décembre dernier. Son objectif : débloquer tout le potentiel d’énergies renouvelables dont nous avons connaissance pour l’Afrique. Nous savons aujourd’hui que 700 millions d’Africains n’ont pas accès à l’énergie propre pour cuisiner. Ils dépendent du kérosène, du charbon de bois… lesquels entraînent énormément de pollution et surtout la mort de 60 000 personnes. Il faut arrêter ça ! C’est la raison pour laquelle, la Banque africaine de développement va mettre en place un programme baptisé « Bottom Up of Pyramide Energy facility ». Celui-ci va aider les populations pauvres et à faibles revenus à avoir accès à l’énergie propre pour faire la cuisine. 700 000 personnes sont visées sur une période de cinq ans.

Comment allez-vous impliquer les femmes dans le marché du carbone en Afrique ?

Il y a une importante déforestation en Afrique qui s’explique par le manque d’accès à l’électricité à travers le continent. Une grande partie de la population ainsi que les femmes dépendent beaucoup du charbon de bois. C’est la raison pour laquelle la Banque africaine de développement va prendre l’initiative d’un financement dédié aux femmes et aux entreprises gérées par les femmes. Montant engagé : 300 millions de dollars pour un effet de levier attendu de 3 milliards de dollars. Concrètement, il s’agira de faire des micro-crédits aux personnes qui souhaiteront bénéficier de ce programme.

Author: houmi

I’ve started my career as a student in journalism in South Africa in 2001 at Rhodes University in Grahamstown ( Eastern Cape). With a bachelor degree in Communication and Information obtained in France, my native country, I’ve decided to learn investigative journalism in South Africa. So I followed a one year intensive course, studiying journalism specialized on TV, but also Writing and Editing and New Media. During my studies, I followed two internships in Johannesburg. One with Business Day ,a well known South African economic media and the other with Agence France Presse (AFP).

Share This Post On

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer