COP 22- Morocco- Empowering  young people- Faouzia Bahloul
Oct25

COP 22- Morocco- Empowering young people- Faouzia Bahloul

COP 22- Morocco- Empowering  young people- Faouzia Bahloul The 12th   Conference  of youth  will be held in Marrakech from 4 to 6 November, prior to COP 22. Since 2005, young people meet every year before the UN Climate Conference. Faouzia Bahloul, one of the two winners of COP 22 video competition, will  be one of  the ambassadors of young people from Tunisia. By Houmi Ahamed-Mikidache This year will be special as  the COP 22 Morrocan presidency  message calls  for action during the UN Climate Conference .  Young people are invited to participate in  various workshops, lectures, exhibitions. Faouzia Bahloul, one of the two winners of COP 22 video competition,  will  be one of  the ambassadors of young people from Tunisia. She will work with the communications team of the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) as a reporter. In  her video  “ Thinking Renewable”, she  explains the research she did for two years  on biogas produced and  microalgea. “Think Renewable” is about the need to increase the use of renewable energy. Faouzia Bahloul won the UN competition earlier this month. Watch her...

Read More
COP 22- Tunisie : Participation de la société civile tunisienne
Août29

COP 22- Tunisie : Participation de la société civile tunisienne

COP 22- Tunisie : Participation de la société civile tunisienne Par Najoua Hizaoui Les associations tunisiennes déposeront prochainement leurs candidatures pour participer à la 22 ème conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, à Marrakech, du 7 au 18 novembre 2016.    Participation Les candidatures des associations s’intègrent dans une approche générale visant une forte implication de tous les acteurs et partenaires luttant contre les changements climatiques. Les candidatures doivent inclure un diagnostic de la situation avant-projet, une identification des problèmes et enjeux ainsi que leurs impacts environnementaux, économiques et sociaux. Ces candidatures doivent s’inscrire  aussi dans une  démarche d’innovation , avec des mesures de suivi et de vérification  du processus ou de la démarche de mise en oeuvre des politiques d’atténuation des gaz à effet de de serre. Préparation Un programme de concertation, de sensibilisation et d’implication destiné aux acteurs et partenaires clés a été initié, en préparation de  la COP 22, par le ministère de l’environnement et du développement durable avec l’appui du programme des Nations Unies pour le développement PNUD. Au mois de juillet dernier, un atelier national d’appui à la participation de la société civile a la COP 22 a été organisé dans la ville de Kairouan ( au centre de la Tunisie)  par le ministère de  l’environnement et le PNUD. Cet atelier a réuni les représentants de la société civile travaillant sur la thématique du changement climatique en vue de discuter le processus de mise en oeuvre de l’accord de Paris et du rôle de la société civile dans son implantation effective.  Les participants se sont  penchés sur les enjeux de la COP 22 pour la Tunisie en général et la société civile en particulier, ainsi que la clarification des formes, modalités et logistiques de préparation de la société civile à la COP 22. Ils  ont identifié les critères de sélection de trois projets d’associations tunisiennes qui bénéficieront une fois sélectionnées de l’appui du ministère de l’environnement et du développement durable et du PNUD pour participer à la COP 22. Echéance Il est prévu l’organisation de réunions avec les associations sous l’égide du ministère de l’environnement et du développement durable afin de finaliser et préciser la manière dont les associations envisagent leur contribution effective aussi bien durant la période post COP22, pendant et après la COP 22 . La Tunisie envisage de mettre en place un réseau dédié à la lutte contre les changements climatiques. La publication des projets retenus est prévu pour le 30 août 2016.   Journaliste reporter au quotidien La Presse de Tunisie depuis 19 ans, Najoua Hizaoui travaille dans plusieurs domaines : la politique, les finances,...

Read More
COP 22: Pour un plaidoyer maghrébin  sur la justice sociale et climatique
Juin03

COP 22: Pour un plaidoyer maghrébin sur la justice sociale et climatique

  Tunisie- COP 22: Pour un plaidoyer maghrébin  sur la justice sociale et climatique Le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) a organisé le 29 et le 30 mai à Tunis le Forum Maghrébin pour pour un plaidoyer commun sur la justice sociale et climatique. Participants : les organisations de la société civile de Tunisie, de Libye, du Maroc et de l’Algérie. Objet de leurs venues : témoigner, sensibiliser, et préparer leur mobilisation commune en perspective de la COP 22. Cette première manifestation régionale pré-COP 22 s’inscrit dans la continuité de nombreuses rencontres précédentes sur l’édification du Maghreb des peuples. Depuis maintenant plus de vingt ans, le climat continue de se dérégler, et ses effets sur l’environnement et les populations continuent à s’aggraver. Les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre n’ont été ni suffisants ni même atteints. Les logiques actuelles de pouvoir et de profit ne favorisant pas la transition de nos modèles de production et de consommation. La justice sociale et climatique vient en réponse aux différents préjudices. Explication. Qu’est-ce que la justice sociale et climatique ?   Fondée sur les liens qu’entretiennent les préjudices subis par les hommes et l’environnement, la justice sociale et climatique repose notamment sur un  postulat : la vulnérabilité des populations.  De manière générale, les revendications en faveur d’une justice sociale et climatique témoignent de l’urgence de reconnaître et de défendre le droit à un développement équitable et écologiquement durable aux échelles globale, régionale, nationale et locale. Quelles sont les ambitions de la COP 22 pour le Maghreb? Cette année, la COP 22 doit venir préciser les moyens d’opérationnaliser les engagements de l’Accord de Paris adopté lors de la COP 21, en décembre dernier. La COP 22 se veut une opportunité incontournable pour la région du Maghreb de mettre en lumière son extrême vulnérabilité face aux changements climatiques, auxquels elle n’a d’ailleurs que très faiblement contribué. Cette région témoigne, en effet, avec prégnance, de la corrélation entre les causes et les conséquences de l’aggravation des inégalités et des atteintes portées aux climat. Ainsi, la mobilisation des sociétés maghrébines apparaît déterminante pour dénoncer les injustices que créent et perpétuent l’inertie des Etats et la dangereuse main-mise des multinationales sur l’avenir du climat, explique des experts. Quelles sont les réussites du plaidoyer ? Mener à bien un plaidoyer maghrébin pour une justice sociale et climatique implique tout d’abord une bonne compréhension de l’état actuel et des données qui existent sur les changements climatiques. Exemples : ses effets, notamment sous l’angle de l’imbrication complexe entre ses causes et ses conséquences. Autant dire que les perspectives d’une COP 22 au Maghreb donnera l’occasion de s’informer sur le...

Read More
Changement climatique : La Tunisie se prépare pour la COP 22
Avr26

Changement climatique : La Tunisie se prépare pour la COP 22

Changement climatique : La Tunisie se prépare pour la COP 22 La Tunisie organisera au mois de septembre prochain une conférence sur la mise en œuvre des contributions nationales africaines . Cette conférence doit permettre d’identifier les besoins prioritaires des 54 états d’Afrique en amont de la prochaine conférence des Nations Unies sur le Climat à Marrakech (Maroc) prévue du 7 au 18 novembre 2016. Analyse du plan d’action national tunisien. Par Najoua Hizaoui   Quels sont les engagements de la Tunisie ? Dans sa contribution nationale, la Tunisie se propose de réduire ses émissions de Gaz à effet de serre dans tous les secteurs ( énergie, procédés industriels, agriculture, forêts, déchets) de manière à baisser son intensité carbone de 41% en 2030 par rapport à l’année de base 2010. L’effort d’atténuation provient plus particulièrement du secteur de l’énergie qui représente à lui seul 75% des réductions des émissions. Il est prévu que le secteur de l’énergie réduise son intensité carbone en 2030 de 46% par rapport à   2010, dans le cadre de la politique de transition énergétique préconiséé par l’Etat. La Tunisie compte sur l’appui de la communauté internationale pour le financement, le renforcement des capacités, le transferts des technologiques. Les besoins additionnels totaux en financement pour l’atténuation et l’adaptation seraient ainsi de l’ordre de 20 milliards de dollars pour le financement des besoins en investissement et de renforcement des capacités. La mise en œuvre de la contribution tunisienne en matière d’atténuation nécessite la mobilisation d’importants moyens financiers estimés à environ 18 milliards de dollars pour la couverture des besoins d’investissements et le financement des programmes de renforcement des capacités. L’effort national nécessaire pour réaliser la contribution inconditionnelle de la Tunisie est estimé à presque 10% des besoins totaux en investissement dans l’atténuation. L’effort national concerne exclusivement le secteur de l’énergie, la part la plus importante des besoins en investissement.Les coûts des mesures indispensables pour l’adaptation s’élèvent à environ 2 milliards de dollars et devraient être supportés totalement par la communauté internationale dans le cadre de la lutte mondiale contre les changements climatiques. La Tunisie a préparé un portefeuille de mesures prioritaires visant l’adaptation de plusieurs secteurs clés . Il s’agit principalement d’investissements immatériels relatifs à l’appui et la vulgarisation de nouvelles pratiques (appui institutionnel, renforcement des capacités, recherche et développement…). Quelle est la stratégie de la Tunisie  ? La Tunisie est particulièrement vulnérable aux effets des changements climatiques. Elle est exposée à une aridité importante, susceptible de s’accentuer durant les prochaines années sous l’effet des dérèglements climatiques. Dans ce contexte, ce pays du nord de l’Afrique s’est inscrit volontairement sur la voie d’un développement à faible intensité carbone et résilient...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer