COY12: Renforcer l’autonomisation des jeunes
Oct27

COY12: Renforcer l’autonomisation des jeunes

COY12: Renforcer l’autonomisation des jeunes A la veille  de la 12ème Conférence de la jeunesse ( COY12) prévue du 4 au  6 novembre ,  quelques jours avant la  COP 22  à Marrakech, la jeunesse se mobilise et contribue à la lutte contre les changements climatiques. Eraenvironnement.com vous décrit quelques  initiatives. Présentation. Par Houmi Ahamed-Mikidache Que signifie la  COY 12 ? La COY 12, en anglais, ” the conference of youth” ( la conférence des jeunes) existe depuis 2005. Organisée chaque année en amont de la Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ( CCNUCC), elle contribue au débat sur l’action climatique par les jeunes. La jeunesse souhaite être parmi les acteurs de  la mise en application de l’Accord de Paris qui entrera en vigueur le 4 novembre prochain. Elle milite pour renforcer son rôle dans la lutte contre les changements climatiques, par l’éducation, le renforcement des capacités et l’autonomisation. “Ce n’est qu’en autonomisant les jeunes dans les différents processus de prise de décision que nécessite la transition vers le bas carbone et une plus grande résilience que la protection du climat est possible. Nous nous réjouissons de fournir une plate-forme pour les jeunes dans la ville de la COP22 pour démontrer l’importance qu’ils ont dans l’action climatique et pour renforcer les réseaux de jeunes africains qui travaillent sur la durabilité et le développement bas carbone”, a déclaré à la CCNUCC récemment Fadoua Brour, membre de l’organisation de la jeunesse marocaine chargée de la conférence de la jeunesse. Dans l’Océan Indien et dans le monde ,  la jeunesse  se mobilise du 28 au 30 octobre . Les travaux effectués serviront de base et seront présentés sous forme de déclaration  lors de la COP22. Mobilisation mondiale Fadoua Brour Présidente et Fondatrice de la Moroccan Youth Climate Movement ( MYCM), Fadoua Brour se définit comme ambitieuse, énergique et positive. Mais cette jeune femme est aussi altruiste. Son combat :  les droits humains. Elle coordonne ainsi le réseau des actions climatiques et des femmes de la planète (WECAN sigle anglais) pour la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord.  Elle dispose d’ un MBA spécialisé en droits des Affaires.  Fadoua Brour organise des conférences, des caravanes, des campagnes de sensibilisation ainsi que des ateliers en faveur des jeunes et des femmes. Elle fait partie des membres actifs de la douzième édition de la conférence de la Jeunesse ( COY 12).   Le Réseau Climat Océan Indien (RCOI) Comores  composé  de jeunes leaders issus de différents mouvements associatifs accueille  aujourd’hui  la COY12 Océan Indien.  Après Madagascar, l’an dernier, c’est au tour de la jeunesse comorienne d’accueillir 200 jeunes...

Read More
COP 22- Océans- Togo : Sommet sur la sécurité maritime en Afrique
Oct10

COP 22- Océans- Togo : Sommet sur la sécurité maritime en Afrique

COP 22- Océans- Togo : Sommet sur la sécurité maritime en Afrique   Lomé,  capitale togolaise,  accueille du 10 au 15 Octobre le  Sommet de l’Union Africaine sur  la sûreté, la  sécurité maritime et le développement en Afrique.  A l’initiative du président togolais Faure Gnassingbé, cette rencontre intervient quelques semaines après la réunion ministérielle de l’île Maurice,  sur les économies des océans en Afrique, marquée par la présence du premier ministre togolais, Komi Sélom Klassou. La rencontre de Lomé poursuit les travaux  des Sommets de Yaoundé  en juin 2013 et des Seychelles en février 2015. A Lomé, les dirigeants africains souhaitent mettre en place une stratégie africaine de protection des mers et des océans. A l’issue du Sommet de Lomé, une charte sécuritaire sera adoptée. Ses ambitions : Sécuriser les zones maritimes africaines et  réduire  les pertes économiques que subit le continent africain,  dans les golfes d’Aden et de Guinée notamment. Ces dernières  sont estimées chaque année  à sept milliards de dollars, un chiffre que le président togolais considère toutefois “en deçà de la réalité”. Quant à la pêche illicite, elle entraine chaque année, une perte de  170 milliards de francs CFA (260 millions d’euros) en Afrique de l’ouest selon le centre d’Etude Stratégique de l’Afrique. Ce sommet, selon les observateurs, devrait  permettre d’accroitre les recettes liées à l’exploitation de la mer (pêche, recherche sous-marine, tourisme, transport maritime) qui rapportaient chaque année 2 500 milliards de dollars dans le monde. Reportage d’Hippolyte Agossou Né à Malanville au Bénin en 1985, Hippolyte AGOSSOU est un  journaliste-géographe, spécialiste des questions d’environnement. Journaliste à E-télé, une chaîne de télévision commerciale du nord Bénin, il est aussi  assistant de recherche au laboratoire d’aménagement des forêts et de biogéographie a l’Université d’Abomey calavi. Hippolyte est basé à Parakou, la plus grande ville du nord du Bénin. L’an dernier, il  a participé au concours de reportage du PNUD Voice2Paris lors de la COP 21. Il bénéficie depuis quelques mois d’une formation à distance, dispensée par Eraenvironnement.com. Born in Malanville in Benin in 1985, Hippolyte Agossou is a journalist geographer, with a specialization in environment. He is working for the Benin commercial  TV E-Tele.  He is a research assistant  at the forest management and biogeography of the University of Abomey Calavi. Hippolyte is based in Parakou, the largest city of northern Benin.  Last year, he took part in the climate change contest reporting Voice2Paris organized by the UNDP  last year ahead of the COP 21. He is one of the online  trainees of...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer