Appel à film pour la sixième édition du Festival Deauville Green Awards
Mar31

Appel à film pour la sixième édition du Festival Deauville Green Awards

Appel à film pour la sixième édition du Festival Deauville Green Awards Par Houmi Ahamed-Mikidache Les entreprises, institutions, ONG et collectivités luttant contre les changements climatiques ont jusqu’au 28 avril pour participer au festival Deauville Green Awards. Créé il y a six ans, le festival Deauville Green Awards  a pour objectif de valoriser les films institutionnels, spots et documentaires autour du développement durable et des éco-innovations. Présenté comme la fenêtre mondiale sur l’environnement, la communication et le développement durable, le  Deauville Green Awards proposera de nombreuses projections spéciales et actions à destination des festivaliers et du grand public. Une opportunité pour tous les acteurs de l’audiovisuel, de la communication et  du développement durable et de la RSE de toute l’Europe et du monde de se retrouver. Au programme, trois compétitions : Spots de deux minutes ( Messages courts de sensibilisation), Info de 25 minutes ( Films d’information, médias audiovisuels des collectivités, entreprises, ONGS), Docu ( Documentaires, Programmes TV, Webdocs). Quatorze catégories avec comme thèmes principaux les grands enjeux environnementaux ( lutte et adaptation au changement climatique, préservation de la biodiversité), les domaines d’application écologique ( la transition énergétique, agriculture et sylviculture durables, habitat, bâtiment, urbanisme, transport, éco-mobilité…), les questions de société ( Santé et cadre de vie, Handicap, diversité, solidarité, transition démographique…). Le 29 juin 2017, lors de la cérémonie de remise des prix, le jury de professionnels  décernera les Totem d’or et d’argent aux meilleures productions de chaque catégorie et section.     Teaser des Deauville Green Awards 2017 from Deauville Green Awards on Vimeo....

Read More
Les ONG multinationales, la RSE et le développement économique de l’Afrique
Jan24

Les ONG multinationales, la RSE et le développement économique de l’Afrique

Les ONG multinationales, la RSE et le développement économique de l’Afrique Par Thierry Téné, Associé et Directeur de l’Institut Afrique RSE Plainte contre le WWF Le 6 janvier 2017 est une date historique pour les Principes Directeurs de l’OCDE, qui sont des recommandations des Gouvernements des 35 pays les industrialisés du monde, à l’attention des multinationales pour la prise en compte de la Responsabilité Sociétale (droits de l’Homme, environnement, intérêts des consommateurs, fiscalité, etc.). Jusqu’à ce jour, ce sont les entreprises multinationales qui faisaient l’objet des plaintes des ONG pour non respect des Principes Directeurs de l’OCDE. Mais en ce début d’année, le Point de Contact National Suisse a jugé recevable la plainte de l’ONG britannique SURVIVAL contre l’ONG suisse WWF (Fonds Mondial pour la Nature). Dans sa plainte très documentée, SURVIVAL accuse WWF d’abuser des droits des pygmées BAKA du Cameroun au nom de la conservation de la nature.  Cette procédure auprès de l’OCDE met en exergue plusieurs problématiques en lien le développement économique de l’Afrique. Les interrogations Comme toutes les ONG représentées dans plusieurs pays, WWF (présente dans 80 pays) ne devrait-elle pas être aussi considérée comme une organisation multinationale qui devait justifier ses pratiques et actions ? Elle finance d’ailleurs plusieurs programmes de conservation de la nature en Afrique. Ce qui a des répercussions non seulement sur la politique d’exploitation des ressources naturelles des Etats (source des ressources financières) mais aussi les conditions de vie des populations comme les pygmées qui vivent dans la forêt. Jusqu’ici « donneuses » de leçons sur les questions sociales, environnementales, de droit de l’Homme et éthique, les ONG peuvent désormais se retrouver également au banc des accusées comme les Etats et les entreprises. La RSE : la solution Mais le plus surprenant dans cette saisie de l’OCDE est l’absence de marge de manœuvre du Gouvernement Camerounais alors qu’il s’agit de ses ressortissants, que les faits dénoncés se passent sur son territoire avec une implication de son armée et des éco-gardes financés par le WWF dans le cadre d’un partenariat avec l’Etat. Face à la montée en puissance de la lutte contre le changement climatique (entrée en vigueur de  l’Accord Paris), du rôle croissant des ONG multinationales, de l’adoption des Objectifs de Développement Durable (ODD), de la signature des Principes de l’Equateur (prise en compte des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance pour tout investissement supérieur ou égal à 10 millions de dollars) par les institutions financières, les états africains ne peuvent plus envisager leur développement économique sans intégrer la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) . La polémique autour de l’huile de palme est l’un des symboles de cette problématique. Entre les besoins pour la...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer