Tanzania –Natural Resources: “ Communities  must know their rights and obligations”- Report
Avr11

Tanzania –Natural Resources: “ Communities  must know their rights and obligations”- Report

Tanzania –Natural Resources: “ Communities  must know their rights and obligations”- Report   In a recent workshop held in Dar es Salaam ( Tanzania), experts discussed the recent publication  of the FAO Voluntary Guidelines on Responsible Governance Tenure. Feature.   By Deodatus Mfugale in Dar Es Salaam “Inadequate and insecure tenure rights increase vulnerability, hunger and poverty and can lead to conflict and environmental degradation when competing users fight for the control of the resources,”  an  UN Food and Agriculture Organisation (FAO), published recently.   The eradication of hunger and poverty, and the sustainable use of the environment, depend to a great extent on how communities gain access to land, fisheries and forests which in turn is regulated by the exiting tenure systems. Tenure systems define and regulate how communities gain access to natural resources, whether through formal law or informal arrangements.   However tenure systems increasingly face stress as the world’s growing population requires food security, and as environmental degradation and climate change reduces the availability of land, fisheries and forests. This has sparked stiff competition for resources among the various users with marginalized communities getting a raw deal. Many developing countries are endowed with abundant natural resources that could be used to improve the lives of their people and boost the economy of the respective countries. Countries with natural resources like forests, land, fisheries and wildlife could be treading with firm steps on the path to sustainable development but are struggling to feed their people most of whom live in abject poverty. Governance failure in ensuring secure tenure and access to natural resources has denied Tanzanian rural communities from benefitting from existing sources of livelihoods. They have thus failed to attain food security and reduce poverty at family level. How to understand the management of natural resources?  In a recent workshop held in Dar es Salaam to discuss the report, Dr Zacharia Ngeleja of Ardhi University said that the Guidelines contribute to achieving sustainable livelihoods, social stability, housing security, rural development, environmental protection and sustainable social and economic development. While the Voluntary Guidelines merely present principles and internationally accepted standards for practices for the responsible governance of tenure, countries can develop their own strategies and other conditions that may ease the application of the Guidelines. During the workshop participants underscored the need to educate communities on laws, policies, rules and procedures governing tenure of land, forests and fisheries so that they understand their rights and obligations. “If they understand the issues then they can demand for tangible benefits from their responsibility to conserve natural resources and only then can Responsible Governance of Tenure come into play. It...

Read More
Bénin : les ressources halieutiques en péril
Août24

Bénin : les ressources halieutiques en péril

Au Bénin, les pêcheurs sont désorientés. Dans certaines localités, cette activité professionnelle n’est plus la principale source de revenus. Reportage. Par Hippolyte AGOSSOU 24 août 2017 La pêche, source importante de devise, contribue au Produit Intérieur Brut (PIB) du Benin. D’après le dernier rapport de l’OCDE sur les perspectives de développement en Afrique, le secteur agricole dont la pêche représentait 23,5 pourcent du PIB du Bénin en 2016. En 2011, ce secteur représentait 25,6  pourcent du PIB. Principal raison de cette baisse : les changements climatiques. D’après la FAO, l’Afrique  fait partie des régions les plus vulnérables aux changements climatiques. L’Afrique, faible émetteur d’émission de gaz à effet de serre, est victime du réchauffement planétaire. Ces changements climatiques affectent la pêche et peuvent laisser craindre de potentielles crises de sécurité alimentaire. Au Bénin, la pêche génère près de 600 000 emplois direct et indirect au plan national, selon Eugène Dessouassi de la direction de pêches. Plusieurs familles vivent donc de ce secteur. La pénurie Ces dernières années, les ressources naturelles du Benin sont victimes des grandes mutations liées aux changements climatiques. Le réchauffement planétaire bouleverse les habitudes des professionnels du secteur agricole dont la pêche. Les pêcheurs ne vivent plus véritablement de leur activité. « Tout a changé : après six heures passées au large, la moisson est vraiment maigre, » témoigne Ayo*, un pêcheur d’une cinquantaine d’années  au port de pêche de Cotonou, la capitale économique du Bénin. Et de poursuivre : « Il y a vingt voire trente ans, il fallait juste se concentrer au large pendant deux heures et trente minutes et on avait des poissons à la sortie, mais aujourd’hui, c’est différent, il n’y a plus rien »précise-t-il en descendant de sa barque. Le poisson se fait rare à Cotonou et les recettes des pêcheurs le sont aussi. Trois autres hommes viennent d’accoster. Quelques minutes plus tard, c’est la panique : nombreuses sont les personnes à se disputer le rendement peu productif des pêcheurs. Ce n’est pas facile. D’année en année, ils se retrouvent face à une pénurie de plus en plus prononcée et sont  incapables de satisfaire leur clientèle. Le ton monte, la clientèle habituelle ne veut pas partir sans rien obtenir. Finalement, les fidèles sont servis. « Avant, nos prises atteignaient quinze tonnes et plus par jour, mais aujourd’hui revenir avec une tonne de poisson est un véritable parcours de combattant, » assure Agla, le président de la coopérative de pêcheurs. Les écailleuses souffrent elles aussi de cette pénurie de poissons. « Quand j’ai commencé à travailler ici, j’étais très jeune mais chaque soir je rentrais avec un minimum de seize milles franc CFA [25 euros], mais maintenant le maximum que je gagne par jour...

Read More
COP 23- G20 committed to climate finance- Report
Juil18

COP 23- G20 committed to climate finance- Report

COP 23- G20 committed to climate finance- UNEP Report A new UN Environment research released recently explained that the G20 and other nations have taken huge strides over the last year towards mobilizing the trillions of dollars of public and private capital needed to make sustainable development and climate action a reality. Explanations. By Houmi Ahamed-Mikidache 18-07-2017   A new UN Environment research released recently explained that the G20 and other nations have taken huge strides over the last year towards mobilizing the trillions of dollars of public and private capital needed to make sustainable development and climate action a reality. “The world has committed to creating a better future for people and planet. But we will not be able to achieve our sustainable vision without the global financial system using its capital to fuel the transformation,” said Erik Solheim, head of UN Environment.   The investment required to bring sustainable development in developing countries was short US$2.5 trillion each year, with as much as ten times that needed globally in the years to come – mainly from private sources, UN Conference on Trade and Development research from 2015 showed, explained the study. The UN Environment Inquiry into the Design of a Sustainable Financial System’s Green Finance Progress Report – a contribution to the G20’s Green Finance Study Group (GFSG) – finds dozens of encouraging policies and financial product developments that show the public and private sectors are committed to find solutions, recalled the experts of the report. “This new research from UN Environment, a contribution to the G20 Green Finance Study Group, shows encouraging progress in this regard. From a record number of new green finance measures to ambitious plans for green finance hubs, we are seeing the smart money move to green financing, ” said Mr Solheim. Highlights from the report Based on the G20 Green Finance Synthesis Report, adopted at the G20 Leaders’ Summit in Hangzhou in September 2016, leaders are committed to accelerate and set out seven options identified to  mobilize  green finance. Over the last year, considerable progress has been made against these seven options by all G20 members, and the international community, in increasingly systemic national action, greater international cooperation, and increased market leadership, according to the research. More measures related to green finance have been introduced since June 2016 compared with any other one-year period since 2000. The trends and measures have resulted in increased flows of green finance, most notably in the issuance of green bonds, which grew by around 100 per cent to US$81 billion in 2016. Examples of specific country action include: ·         India: The Securities and Exchange Board of India (SEBI) issued disclosure...

Read More
Benin- African Carbon Forum: African countries must work closer together
Juin30

Benin- African Carbon Forum: African countries must work closer together

Benin- African Carbon Forum: African countries must work closer together Cotonou-Benin- 30 June 2017 By Houmi Ahamed-Mikidache African countries must work closer together when implementing national climate action plans under the Paris Climate Change Agreement and mobilizing climate finance, whilst better integrating climate action into sustainable development planning, concluded ministers and key delegates who convened for the Africa Carbon Forum which ended today in Cotonou, Benin. Over 600 practitioners, experts and policy makers, including ministers from governments across Africa and other high level participants, met in Cotonou to take stock and align strategies on how financial resources should be mobilized to ensure sustainable development and emissions reduction on a continent-wide scale. “Africa is the continent most affected by climate change: two thirds of Africans make their living off the land, consequently, it is critical that the continent secures a climate-resilient economic and development path, said Abdoulaye Bio Tchane, Senior Minister in charge of Planning and Development of Benin, a western african country which host the Africa Carbon Forum. Foster economic growth With ambitious commitments already made by countries under the Paris Agreement, and with more commitments expected, African ministers and other leaders stressed the importance of building momentum that will enable the transformational shift towards low carbon and greater resilience to climate change. Patnerships are needed to develop and spur sustainable development, participants also highlighted. “Africa is one of the most important engines for growth worldwide in the coming years. African people are at the core of this growth. But the growth needs to be shaped on the basis of related climate and sustainable development criteria,” explained the Executive Secretary of the UN Framework Convention on Climate Change (UNFCCC), Patricia Espinosa. And she added: “Africa’s nationally determined contributions to the agreement are blueprints for attracting private sector investment and pushing forward. Implementation of the Paris Agreement is the foundation for stability, for security and prosperity as the population grows to 9 billion people or more by 2050.”With food, water, renewable energy, jobs, African can build sustainable, resilient communities, she emphasized. The non State Actors Delegates at this year’s Africa Carbon Forum confirmed that non-Party stakeholders, including private sector and cities, stand ready to enhance ambition on climate action and welcomed the event as a unique regional event, which facilitates knowledge and new partnerships which are key to allowing Africa to realize its potential and meet the ambitions goals set in the Paris agreement and the Sustainable Development Goals (SDGs). Delegates discussed crucial themes ranging from climate policy options to the future of the existing and widely use mechanisms that are suitable to the different domestic context and can be...

Read More
Les Maires du C40 demandent au G20 plus d’action climatique
Juin29

Les Maires du C40 demandent au G20 plus d’action climatique

  Les Maires du C40 demandent au G20 plus d’action climatique Par Houmi Ahamed-Mikidache L’Urgence climatique Les Maires des plus grandes villes du monde, représentants une centaine de millions de citoyens, viennent de signer une pétition demandant aux chefs d’Etat du sommet du G20, un sommet prévu du 7 au 8 juillet à Hambourg ( Allemagne), de respecter les engagements de  l’Accord de Paris, rapporte le site de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. La pétition souligne l’urgence de l’ action climatique à tous les niveaux et réaffirme les engagements des villes à mettre en œuvre l’Accord de Paris. Les villes, décrit la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, sont au centre de l’action climatique, parce que la plupart des émissions de gaz à effet de serre proviennent des villes et la population des villes est de plus en plus importante. «  Pour respecter les objectifs de l’Accord de Paris,  des réformes urgentes sont nécessaires, dans l’énergie, le transport, l’alimentation, et les déchets. Il faut stimuler les investissements dans l’économie à bas carbone qui vont créer des emplois et améliorer la santé publique. Une étude du C40, le groupement de 91 grandes métropoles mondiales démontre que les progrès majeurs pour atteindre ces objectifs d’ici 2020, » précise la pétition. Les Maires, représentants les villes de Rotterdam à Yokohama ont affirmé avoir déjà mis en œuvre les politiques et projets nécessaires pour respecter les ambitions de l’accord de Paris. Ils se sont engagés à respecter leur plan de réduction d’ émission de gaz à effet de serre, de prévention de la pollution de l’air et investissent dans des infrastructures durables qui permettent à leurs villes d’être résilientes aux changements climatiques. Le rapport de l’OCDE Point important. Au mois de mai dernier, un rapport intitulé ” Investing in Climate, Investing in Growth”,  publié par  l’OCDE, indique que l’intégration de la politique économique courante des mesures de lutte contre les changements climatiques peut avoir un impact positif sur la croissance économique à moyen et long terme. D’après ce rapport, les pays du G20, qui représentent 85% du PIB mondial, et 80% des émissions de CO2, doivent conjuguer des mesures climatiques telles que la tarification du carbone avec des initiatives économiques d’appui centrées sur l’investissement des infrastructures bas carbone et résilientes aux changements climatiques. Pourtant, toujours selon le rapport, les pays du G20 ont ces dernières années peu investi dans les infrastructures à faible émission de gaz à effet de serre.  Pour limiter la température mondiale en dessous de 2 degrés( une mesure précisée dans l’Accord de Paris  les pays du G20 doivent investir 6900 milliards de...

Read More
Seyni Nafo : Plaidoyer pour un financement durable
Nov24

Seyni Nafo : Plaidoyer pour un financement durable

Seyni Nafo : Plaidoyer pour un financement durable Une semaine après la COP 22, le président du groupe des négociateurs africains, Seyni Nafo et ambassadeur pour le climat pour le Mali,  donne son point de vue sur la finance climat et ses solutions. Entretien.   Propos recueillis par Houmi Ahamed-Mikidache   Eraenvironnement.com : Quels étaient les objectifs  des négociateurs à Marrakech ? Seyni Nafo: Nous avions pour objectif de poser les fondements juridico-techniques et opérationnels de l’accord. Que veut dire ce charabia ? Il fallait qu’on se mette d’accord sur la feuille de route qui doit décliner le travail en termes de modalités procédures et directives d’application de l’Accord de Paris. Il comprend tout le régime de transparence sur l’atténuation [réduction de gaz à effet de serre] , sur le suivi financier, sur la  comptabilisation des efforts d’adaptation, tout le rulebook comme on dit en anglais. Nombreux pensent qu’il nous faut deux ans pour terminer toutes les directives et modalités qui accompagnent le texte de Paris. Ce sont ces décisions qui seront prises en 2018. On a donc deux ans de travail technique. En 2018, il y aura un second rendez-vous : la rédaction d’une revue à mi-parcours des efforts, en anglais le « facilitative dialogue ». C’est un dialogue qui  évalue les efforts de réductions de gaz à effet de serre,  et d’adaptation dans un cadre global. Cet exercice doit aboutir à une augmentation de l’ambition, une augmentation du niveau de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En 2018, les vraies décisions devraient être prises. A Marrakech, , il n’y avait pas de décisions à prendre. On devait clarifier la feuille de route de maintenant à 2018.  Nous avions comme mission d’écrire les termes de références, en décrivant le nombre d’ateliers et le nombre de papier techniques à réaliser. Le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publié en 2018 aura-t-il un impact sur les décisions ? Normalement oui. Il va informer les débats au niveau de l’effort. L’objectif d’un tel rapport est de tirer la sonnette d’alarme et   de mettre une pression positive sur les décideurs. Oui, cela va être important. Généralement, lors des cycles de contributions, au moment où les pays doivent faire des engagements de réduction de gaz à effet de serre, les pays doivent être informés par un rapport du GIEC. C’est pour cette raison que sera publié le rapport spécial 1,5°C. On espère qu’il sera prêt en 2018 pour permettre de tirer la sonnette d’alarme et d’être un argument assez important pour que les pays remontent leurs obligations de réduction de gaz à effet de serre[Actuellement, les émissions de gaz à effet de serre sont...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer