DECLARATION OF THE FIRST AFRICA ACTION SUMMIT FOR CONTINENTAL CO-EMERGENCE
Nov17

DECLARATION OF THE FIRST AFRICA ACTION SUMMIT FOR CONTINENTAL CO-EMERGENCE

DECLARATION OF THE FIRST AFRICA ACTION SUMMIT FOR CONTINENTAL CO-EMERGENCE By African heads of State We, the African Heads of State and Government, meeting in Marrakesh on 16 November 2016, at the invitation of His Majesty Mohammed VI, King of Morocco, for the First Africa Action Summit, held on the sidelines of the 22nd Conference of the Parties to the United Nations Framework Convention on Climate Change (COP22) stress that: – Africa, which has contributed the least to global greenhouse gas emissions, is the continent most affected by climate change and its impacts on its territories, the consequences of which may jeopardize peace, security and sustainable development in Africa; – African regions have voluntarily launched adaptation and mitigation initiatives with a view to enhancing resilience and promoting sustainable development; reaffirm: – the importance of adequate implementation of the Sustainable Development Goals, based on the Rio principles, particularly that of “common but differentiated responsibilities” to rise to the challenge of climate change; – the concrete and substantial commitment of African countries to contribute to global efforts to combat climate change; – our ambition to make climate action a lever of emergence in order to build an inclusive, sustainable development model that meets the legitimate aspirations of African populations and safeguards the interests of future generations; – our desire to work together collectively towards an Africa that is resilient to climate change and that shapes its destiny, through sub-regional and regional approaches; Commit to: – promoting the adaptation measures and policies required, making sure they also serve as catalysts for profound economic and social structural transformation in Africa;   – consolidating our respective commitments to tackle the effects of climate change in order to give more coherence to our strategies and move forward together; – speeding up the implementation of initiatives that have already been identified or launched, not only by building on our own resources, but also by mobilizing multilateral and bilateral donors as well as non-state actors. These include: * initiatives aimed at enhancing our continent’s resilience to the threats of climate change, in particular the “Africa Adaptation Initiative”, the “Adaptation of African Agriculture” initiative, known as “Triple A”, the “Great Green Wall for the Sahara and the Sahel” project, the “Security, Stability and Sustainability” initiative, the “Rural Resilience” initiative and the “Forests in the Mediterranean Region and the Sahel” initiative; * initiatives in favor of an African sustainable co-emergence, in particular the “Africa Renewable Energy Initiative”, the “Conservation of the Lake Chad Basin Ecosystem”, the “Blue Growth” initiative, the “African Clean Energy Corridor” and the “Blue Fund for the Congo Basin” ; – encouraging and facilitating the participation...

Read More
COP 22: Plaidoyer Africain pour une co-émergence continentale
Nov16

COP 22: Plaidoyer Africain pour une co-émergence continentale

COP 22: Plaidoyer Africain pour une co-émergence continentale Lors du premier sommet africain sur la co-émergence continentale, les Chefs d’Etat africains, invités par le Roi du Maroc, Mohamed VI, en marge de la 22ème Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), ont  réaffirmé  leur priorités, engagements, et sollicitations. Déclaration. Par les chefs d’Etat Africains. Les priorités Lors du premier sommet africain sur la co-émergence continentale, les Chefs d’Etat africains, invités par le Roi du Maroc, Mohamed VI, en marge de la 22ème Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), ont  réaffirmé  4 priorités: – l’importance d’une mise en œuvre adéquate des Objectifs de Développement Durable, fondés sur les principes de Rio, en particulier celui de «la responsabilité commune mais différenciée », pour relever le défi du changement climatique ; – l’engagement concret et substantiel des pays africains à contribuer à l’effort mondial de lutte contre les changements climatiques ; – leur ambition de faire de l’action pour le climat un levier d’émergence, en vue de construire un modèle de développement inclusif et durable répondant aux aspirations légitimes des populations africaines et préservant les intérêts des générations futures ; – leur volonté d’œuvrer collectivement et solidairement pour une Afrique résiliente au changement climatique et qui façonne son destin, à travers des approches sous régionales et régionales Ils ont ensemble souligné la vulnérabilité de l’Afrique face aux changements climatiques et les conséquences des dérèglements climatiques au niveau mondial telles que la  menace sur la paix et la  sécurité. L’Afrique compte 54 Etats dont 6 Petits Etats Insulaires en développement et une trentaine d’états côtiers. Les Engagements Les dirigeants africains s’engagent à  promouvoir les politiques et les mesures en matière d’adaptation requises, qui soient aussi des catalyseurs pour une transformation structurelle profonde sur les plans économique et social en Afrique. Ils se disent prêts à  consolider nos engagements respectifs en matière de lutte contre les effets du changement climatique, pour donner davantage de cohérence à nos stratégies et avancer ensemble. Et ils affirment leur ferme volonté d’accélérer la réalisation des initiatives déjà identifiées ou lancées, en s’appuyant non seulement sur leurs ressources intrinsèques mais également en mobilisant les bailleurs de fonds, multilatéraux et bilatéraux ainsi que les acteurs non étatiques. Quelles sont les initiatives? Il s’agit de la résilience du continent face  aux menaces du dérèglement climatique. Les actions sont multiples:   L’Initiative Africaine pour l’Adaptation », l’initiative pour « l’Adaptation de l’Agriculture Africaine », connue sous l’acronyme « Triple A », le projet de la « Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel», l’initiative pour...

Read More
COP 22- Sommet Africain à Marrakech- Comores : Premier Etat à reconnaître la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité
Nov16

COP 22- Sommet Africain à Marrakech- Comores : Premier Etat à reconnaître la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité

COP 22- Sommet Africain à Marrakech- Comores : Premier Etat à reconnaître la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité   Marrakech- En marge du Sommet Africain, le président de l’Union des Comores Azali Assoumani a signé la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité. Personnalités présentes  :  Corinne Le Page, coordinatrice de la Déclaration, Anthony Lecren, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, en charge de l’Environnement et des Affaires Coutumières, et  Bran Quinquis, délégué interministériel au dérèglement climatique de Polynésie Française ainsi que des membres de l’ONG française Green Cross.Analyse Par Houmi Ahamed-Mikidache Comment est née  la Déclaration universelle des droits de l’homme ? Née en en 2015 à Paris, à l’instar de la « Déclaration universelle des droits de l’homme » de 1948, la Déclaration universelle des droits de l’humanité », prend en compte la ” dimension éthique” résultant de la dignité, de la singularité , de la vulnérabilité et de la responsabilité de chaque être humain. Autres priorités: l’urgence des risques encourus, la solidarité  et la responsabilité qui lie les êtres humains, la confiance dans l’inventivité, l’adaptabilité. La déclaration des droits de l’homme ,adoptée par l’ONU au XXe siècle,  est née pour   reconstruire et réaffirmer le respect dû à tout individu, quelle que soit son origine, ou son statut social.  La déclaration universelle des droits de l’humanité est, elle,  issue  d’un autre constat:  l’enjeu de  confronter les périls  globaux aux opportunités de progrès. “Les droits et devoirs de l’humanité instaurent un devoir qui nous incombe à tous, individuellement et collectivement, pour contribuer à assurer la pérennité de l’humanité,” souligne le texte. L’impasse Hier lors du Segment de Haut Niveau, le président de l’Union des Comores Azali Assoumani a souligné sa volonté de relever les défis liés aux changements climatiques avec la communauté internationale. Dans leur contribution nationale présentée lors de la COP 21, les Comores ont présenté un plan ambitieux:  une réduction d’émissions de Gaz à effet de Serre de 84% d’ici 2030. Pourtant les Comores font partie des Pays Insulaires en Développement. Pour réaliser leur projets de développement sobre en carbone, les Comores ont sollicité  675 millions de dollars, dont une partie sera dédiée aux actions d’atténuation, de réduction de gaz à effet de serre et une autre à celles d’adaptation aux changements climatiques, liées aux actions de prévention et de lutte contre les aléas climatiques. Le fonds vert devrait être la principale source. A ce jour, ce fonds n’est doté que de 10 milliards de dollars. La question du financement de  l’adaptation, problématique depuis le début des négociations, n’a toujours pas été résolue. L’accord de Paris, entrée en vigueur le 4 novembre dernier, a été pourtant ratifié par 110...

Read More
What is next after the US election 2016?
Nov14

What is next after the US election 2016?

What is next after the US election 2016?   By Aya Kathir Column Trump and the Paris agreement: As the climate change and global warming become day after day a really great risk to people lives, it becomes the big issue of the post US election 2016.  Donald Trump, as he mentioned in his speeches and the debates during election,  doesn’t seem to believe in the climate change as an environmental issue or even as a real scientific evidence. The president elected mentioned during campaign that investing in the climate change field is  a waste of the U.S financial resources, and that the financial growth should be addressed to ensure the access of the clean water which by its role while guarantee the elimination of aliments like the malaria, and also to seek for alternative energy sources. But the reality is… Over the past several years, the western and southern states  have suffered from the worst droughts.  In the US history,  California for instance  grabs the attention on crops and the water issues. But Mr Trump says that the clean water will be one of “the most important issue that will face the next generation” During the first week of negotiations of the COP 22, the 22nd Conference of Parties in Morocco, questions were raised , about Trump’s situation via the Paris agreement and his intention to pull out the US of the Paris agreement, which will strongly affect the international efforts to limit the global warming. The US had pledged to $3billion to the UN Green Climate Fund which will give the financial support to the developing countries helping them to face the climate change. Stressing on the fact that, despite the elections’ results, fighting the climate change will strongly remain the first priority of the international community. According to observers, withdrawing the US, the world’s largest greenhouse polluter after China, from the Paris agreement will block other countries from fulfilling the agreement’s commitment and it will be considered as a step back from a process that already took years and years. The Paris agreement’s goal is to reduce the carbon dioxide emissions so that the atmosphere warming will drop down to at least 3.6 degrees Fahrenheit to protect the whole planet form a real extreme dangerous warming. Washington has already ratified the Paris agreement, the US is bound by the agreement to remain part of it for at least three years. After the three years, if really the US decides to cancel it, it must wait another year before it can formally leave. The Middle East through the election In the Middle East and North Africa with...

Read More
COP 22 : Vers l’arrivée décisive des Chefs D’Etat
Nov14

COP 22 : Vers l’arrivée décisive des Chefs D’Etat

COP 22 : Vers l’arrivée décisive des Chefs D’Etat   Par Houmi Ahamed-Mikidache Quelques jours après le début de négociations sur la mise en œuvre de l’accord de Paris adopté dans la capitale française, en 2015,  et entré en vigueur le 4 novembre dernier, les chefs d’Etat de la planète se rendent à Marrakech pour marquer leur volonté d’agir. Mais, le chemin semble semer d’embûches. L’élection du président américain Donald Trump présente une certaine « incertitude » , selon le président Français, François Hollande.  Cette élection a effectivement marqué les esprits des participants de la Conférence des Parties sur le Climat. Les Etats-Unis vont-ils annuler l’accord de Paris, comme l’avait annoncé le président élu américain lorsqu’il était candidat ?  Et quelles sont  les décisions prises par les négociateurs la semaine dernière ? Retour sur les points importants des négociations. Par Houmi Ahamed-Mikidache L’Accord de Paris est-il en danger ? Depuis lundi 7 novembre, début des discussions, 109 pays couvrant 77% des émissions de gaz à effet de serre ont ratifié l’accord de Paris, tels que l’Australie  et  le Japon, le Botswana et le Burkina Faso. Mais que va devenir cet accord avec le « Brexit » américain ? L’accord de Paris est-il remis en cause ? Oui et non disent de nombreux observateurs. Les actions de mise en œuvre se poursuivront  « Let’s wait and see », affirme en conférence de presse Patricia Espinoza, la Secrétaire Générale de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques.  Elle dit avoir proposé au nouveau président élu de travailler avec lui sur les questions de changements climatiques.  Pour  le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Maroc, Salaheddine Mezouar  l’élection de M. Trump à la présidence française n’est pas une menace : “ Nous devons faire confiance au peuple américain qui sont déterminés et   fortement engagés à lutter contre les changements climatiques.» Des réformes américaines sont-elles en vue ? Fin octobre, l’administration américaine en charge de l’information sur l’énergie avait affirmé dans son dernier rapport que l’énergie solaire est la source d’énergie renouvelable la plus rapide et croissante aux Etats-Unis, et cela devrait continuer. Or, le site de campagne du candidat Trump, aujourd’hui président élu, précise que les actions du président Obama liées aux changements climatiques seront supprimées, notamment le « Clean Power Plan », le  plan Obama pour le climat, la ratification de l’accord de Paris et l’agence pour l’environnement.  Les raisons : ces actions sont jugées  trop couteuses et peu efficaces. Le site toutefois précise que le candidat Trump soutient les énergies renouvelables, mais tient aussi compte  des autres sources d’énergies comme les énergies fossiles. Le facteur rentabilité entrerait donc en jeu dans les décisions. Toutefois, plusieurs questions restent en suspends. Que...

Read More
COP 22-Les Acteurs non étatiques: ” Nous voulons accéder aux salles de négociations en donnant notre avis”- Saïd Chakri
Nov11

COP 22-Les Acteurs non étatiques: ” Nous voulons accéder aux salles de négociations en donnant notre avis”- Saïd Chakri

COP 22-Les Acteurs non étatiques: ” Nous voulons accéder  aux salles de négociations en donnant notre avis”- Saïd Chakri Saïd Chakri est spécialiste des questions d’éducation et de justice  sur le climat au Maroc et dans le monde arabe. A Marrakech, sur le site de Bab Igli,  il milite pour une meilleure intégration de la société civile dans les négociations. Entretien. Par Houmi Ahamed-Mikidache   Eraenvironnement.com: La présidence marocaine a décidé de mettre en avant la société civile pendant la COP. Quelle est votre marge de manœuvre pendant les négociations ? Quelles sont vos actions ? Saïd Chakri:La présidence marocaine de la COP 22 a déjà initié certaines rencontres de préparations à différentes échelles surtout lors de la rencontre du 17 octobre avec les représentants de la société civile marocaine et internationale où il a été décidé un positionnement  privilégié de la société civile. A l’échelle nationale,  la COP 22 est une occasion où la société marocaine s’est organisée en alliance pour la société civile environnementale ( AMCDD) et en coalition pour les autres dynamiques qui est la Coalition Marocaine pour la Justice Climatique ( CMJC). Sincèrement la marge de manœuvre reste limitée, et basée surtout sur des relations personnelles avec les négociateurs et certains experts du GIEC lors des rencontres privées et aussi par des questions lors des événements parallèles. Nos actions constituent à nous organiser en formant des coalitions internationales qui regroupent les divers acteurs. Mais, nous voulons accéder aux salles de réunion en  donnant notre avis, sur les questions sensibles comme la transparence dans les financements, la priorité de l’adaptation , la nécessité des renforcements des compétences et surtout le droit à l’accès à l’information. Les femmes sont- elles au coeur des négociations ? La question des femmes n’a pas encore pris sa place normale dans les négociations. La preuve: elle est mentionnée seulement dans le préambule de l’accord de Paris et il n’y a pas d’article clair ,  ni de décision et non plus de plan d’action. J’espère que lors de la COP 22 la communauté internationale respectera les anciennes décisions prise à Doha et à Cancún et on aura un agenda clair pour les femmes. Le financement climat et l’adaptation sont  l’une des priorités de la COP, comment percevez-vous les différentes démarches de la présidence de la COP 21 et celle de la COP 22 ? Le slogan de la COP 22 est une COP d’action et aussi une COP pour l’Afrique. Sincèrement,  on ne peut pas attendre des résultats dans ce sens sans avoir la transparence sur l’origine de ce financement, et aussi sa durabilité, sans  avoir des décisions claires sur la part...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer