Niger- Sani Ayouba: “Nous demandons l’opérationnalisation du fonds pour la jeunesse”
Juil29

Niger- Sani Ayouba: “Nous demandons l’opérationnalisation du fonds pour la jeunesse”

Niger- Sani Ayouba: “Nous demandons l’opérationnalisation du fonds pour la jeunesse” Dans le sahel, la jeunesse est de plus en plus active dans la rue, sur les réseaux sociaux,  lors de manifestations. Elle  se positionne en futurs leaders de leurs pays.  Sani Ayouba, du Niger, la trentaine,  en fait partie. Il a organisé récemment un «  week end » sur le leadership environnemental. Portrait.   Par Houmi Ahamed-Mikidache   On le voit partout. Sur les réseaux sociaux et dans la rue. Il est omniprésent. Cet activiste environnemental, co-fondateur et Directeur Exécutif de l’ONG Jeunes Volontaires pour l’Environnement au Niger fait partie des figures montantes de la société civile du sahel. L’environnement : un élément fondamental dans son pays, dont les richesses sont multiples et la pauvreté grandissante. D’après le Programme des nations unies pour le développement (Pnud), le Niger  occupe le 187ème rang sur les 188 pays concernés par le rapport sur le développement humain sur l’année 2016. Sani Ayouba en est conscient et lutte pour un meilleur accès à la connaissance environnementale. Parce que l’écologie est une passion et une source de développement économique. Il le découvre  en 1997.  Son leitmotive: ” la terre ne trahit jamais”.   Déterminé   « Ma sensibilité pour l’écologie s’est développée à travers les activités de découverte de la nature dans le cadre du scoutisme », explique-t-il. Il  participe alors  à plusieurs « camps chantier de reboisement » dans tout le Niger. Depuis, il se passionne pour tout ce qui a attrait à la préservation de l’environnement. « Je me suis senti particulièrement concerné par les changements climatiques et les répercussions sur la population. » Aujourd’hui, il dispose d’un master en gestion de  projet et un autre en communication. Il  a récemment obtenu un certificat en gestion durable de l’environnement de l’université de Californie à Berkeley aux Etats Unis. Il voyage énormément. Dans son pays, mais aussi dans le pays de l’Oncle Sam. En 2014, il est élu observateur de la société civile africaine sur la résilience climatique au sein du fond d’investissement Climatique de la Banque Mondiale. Samedi dernier , il organise un week end sur le leadership environnemental, une initiative de son ONG, Jeunes Volontaires pour l’Environnement et du Réseau « Young African Leader Initiative » Objectif : engager les jeunes dans la préservation de l’environnement et la promotion d’une citoyenneté responsable.  « C’est une série d’activités permettant aux jeunes d’apprendre, de découvrir et de préserver l’environnement, » décrit-il. Son contenu : un atelier sur le leadership environnemental, une soirée culturelle écologique, un reboisement d’espèces végétales locales et fruitiers, et une excursion sur le site de construction du barrage hydro-électrique de Kandadji, situé à Dessa au sud d’Ayerou sur le fleuve Niger. Perplexe Le barrage...

Read More
COP 22- Non State Actors:  ” African Diaspora can manage and package the Knowledge”- Ibrahim Cessay
Nov11

COP 22- Non State Actors: ” African Diaspora can manage and package the Knowledge”- Ibrahim Cessay

COP 22- Non State Actors:  ” African Diaspora can manage and package the Knowledge”- Ibrahim Cessay Social justice activist and  film director from Gambia, Ibrahim Ceesay is fighting against climate change with youth for many year. Interview. By Houmi Ahamed-Mikidache   Ibrahim Ceesay is a social justice activist and a film director from Gambia. Climate Change is not a new issue for him. He used to participate to all conferences related to Climate Change and development. He is now based in Ethiopia for political reasons. In 2015, during the 5th Climate Change conference and development in Africa, he explained his vision on how to promote the activities of youth in Africa.  He also gave his view on how the diaspora can have an impact in the development of the continent. Yesterday, he took part of the presentation of the  nigerian lawyer Nkiruka Nnaemego book on  sustainable agriculture projects for youth in the continent. He prefaced the book as the coordinator of his new organization, the Comprehensive Africa Agricultural Development Program (CAADP).  “Youth are great assets in agricultural revolution across Africa.” “It is imperative for Africa and her partners to deepen their support for African youth in order to encourage them to get actively involved in sustainable agriculture,” he emphasized in the preface. More about Ibrahim Ceesay ibraheem-ceesay-interview1    ...

Read More
COP 22 – Non State Actors:  African Voices for Action
Nov10

COP 22 – Non State Actors: African Voices for Action

COP 22 – Non State Actors:  African Voices for Action  By Houmi Ahamed-Mikidache     COP 22  will end on  the 18th of November.  Eraenvironnement.com introduces you to 11 African eminent experts. From Climate finance, environmental law,  to climate justice, these experts are following deeply the negotiations. Their task: finding a new way of thinking and acting  with the need to implement  the Paris Agreement.   Thelma Munequete Born in Mozambique, Thelma Munhequete is a serial entrepreneur, underpinned by training in Germany and South Africa .  Based in Maputo, she setups and runs Africa Foundation For Sustainable Development office ( AFSD)* . This dynamic woman is  experienced  in project Coordination’s , Human resource (Training and Recruitment ) ,project execution. She has been appointed as the Global Environmental Facility’s Country Contact Point for the Civil Society Network, with a key objective of expanding the CSO network in Mozambique.  She currently develops  a Sustainable Community Lodge with main in focus for gender and Youths project and job creation. She has previously conducted  Community Needs Assessment and Environmental Impact Assessment for a Power Station in Mozambique with AFSD support.  She will participate in the first ever Global Gender and Climate Alliance (GGCA) Innovation Forum from 12-13 November 2016, at the Université Cadi Ayyad in parallel to the 22nd Conference of Parties (COP22) of the UNFCCC in Marrakech, Morocco. At the closing session, she will moderate a panel  entitled, “People, Gender and Policy on a Changing Planet”.   *AFSD is guided by international conventions, the Sustainable Development Goals and Maslow’s Hierarchy of Needs. One of the main challenges of social development is the Appolinaire Zagabe   Working on Climate Change issues since 2011, Appolinaire Zagabe is one of the emerging  talents of his country and Africa. He is from the Democratic Public of Congo. He owns his Master’s degree of Laws in Public International Law from Kampala International University in Uganda. He has taken various  Environment and Climate change courses  in Africa and Europe ( Germany, Netherlands, Belgium, Italy).  He  gained significant experience at United Nations Model Conferences, as well as conflict resolution skills, human rights advocacy training, and alternative dispute resolution education and Diplomacy. He initiated multiple projects related to safe environment and food security in DRC. He has followed many UN Climate Change conference as an expert on environmental law. In Marrakech, he follows deeply the issues on climate finance especially on adaptation.   Nkiruka  Nnaemego is  a lawyer,  an agro-entrepreneur and  a development practitioner from Nigeria. This young woman is the  founder of  the  Nigerian youth  Non Governmental Organization:  Fresh and Young Brains Development Initiative ( FYBDI). She  is the executive coordinator...

Read More
COP 22- Nigeria-Civil Society:  “tackling climate change with women and youth”- Olumide Idowu
Oct18

COP 22- Nigeria-Civil Society: “tackling climate change with women and youth”- Olumide Idowu

After 10 years of volunteering, Olumide Idowu is one  of the emerging  young leaders of Africa. He will be  one of the young people who can make the difference in COP 22. Profile.   “When it comes to tackling climate change, everyone needs to be brought to the table, especially women and young people, ” said Olumide Idowu. Olumide has  been engaging youth in Nigeria and Africa with making their voice to be heard both “offline and online” for  10 years. “I want a better place for all”,  he proclaims. After COP 21, Olumide reacted quickly by involving social networks, reporting, strategic projects to fight against climate change in Africa . He worked with many organizations such as the United Nations Environment Program,  UN-Habitat as Youth Champions for Africa, Save the Children Nigeria, Amnesty International . He is part of different strategic team: Environmental Leadership Academy, Mentorship HUB Africa, Climate Wednesday, Youth Initiative Africa. He raises issues such as  waste management, smart agriculture, water management and climate finance. Olumide has a Bachelor of Statistics and a diploma of Computer Science & Communication  from the University of Abuja in  Nigeria. Recently,  he attended the 10th conference of the the African Youth Initiative on climate Change ( AYICC). Olumide is currently the  Senior Communication of this organization. Launched in 2006, AYICC aims to mobilize  young people to have one voice on climate change issues. This year themes were: -Promoting the role of youth in having  access to climate finance through the Green climate fund. -Integrating youth in climate related policies, plan, projects and program at national and regional and international levels. -Building capacity of youth on climate science and negotiations in order to increase their participation and influence on Climate governance   By Houmi Ahamed-Mikidache          ...

Read More
COP 22- Une femme combative- Hakima El Haité
Juin09

COP 22- Une femme combative- Hakima El Haité

COP 22- Une femme combative- Hakima El Haité Octobre 2015. Rabat. Le Maroc et l’Union Européenne organisent pour la première fois le forum INDCs, le forum des plans d’actions nationaux, de réduction de gaz à effet de serre. Principale organisatrice : Hakima El Haité. Portrait. Par Houmi Ahamed-Mikidache Octobre 2015. Rabat. Le Maroc et l’Union Européenne organisent pour la première fois le forum INDCs, le forum des plans d’actions nationaux.  150 sur les 195 pays représentés à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ( CCNUCC) ont déposé leur proposition d’action de réduction de gaz à effet de Serre. Comprenez : leur engagement et vision de développement sobre en carbone à long terme. Un changement de paradigme venant de  la communauté internationale, selon Hakima El Haité,  ministre déléguée auprès du ministre marocain de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, chargée de l’Environnement, depuis trois ans. « J’assistais auparavant aux négociations en tant que consultante. Je me suis dit, ils sont fous ces ministres, et j’ai dit, je ne reviendrai plus jamais. Parce qu’ils disent toujours la même chose,” explique-t-elle à l’issue du forum, lors d’une conférence de presse. Depuis trois ans, la donne a changé. Le déclic Les propos poignants du ministre des Philippines lors de la Conférence de l’ONU sur le climat à Varsovie en 2013 marquent les esprits. Varsovie, c’est aussi la première participation aux négociations de Mme El Haité, en tant que ministre.  Un déclic. Que s’est-il passé ? Plus de 200 000 personnes ont perdu la vie aux Philippines lors d’une catastrophe naturelle en pleines négociations en Pologne. La communauté internationale s’en est émue. Et, selon Mme El Haité, les 195 pays se sont repositionnés. «  Nous avons démocratisé la perception, la compréhension et la réaction face aux changements climatiques, » rappelle-t-elle lors de la conférence de presse de clôture du forum INDCs. Ancienne experte auprès de la Banque Mondiale, chargée du monitoring des projets de gestion de déchets dans la région MENA*, Mme El Haité place « l’humain  » au centre des actions : son leitmotiv. Mais, ce leitmotiv a-t-il réellement atteint la communauté internationale  ? Oui, elle l’assure. «  Aujourd’hui, nous vivons un tournant de l’histoire. On parle de dignité, de l’humanité. On met l’homme au cœur du développement et la préservation de la vie. » « Les négociations ne se passent plus entre négociateurs chevronnés et ministres de l’environnement, » ajoute-t-elle à Rabat. La société civile, les entreprises, les médias, tous les acteurs ont un rôle à jouer, selon elle. Mais les problèmes sont multiples : « un milliard de personnes à travers le monde n’ont pas accès à l’énergie, 750 millions de personnes dont 300 millions en Afrique...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer