COP 22- Maroc- Société civile-Fadoua Brour: un état d’esprit altruiste
Oct15

COP 22- Maroc- Société civile-Fadoua Brour: un état d’esprit altruiste

COP 22- Maroc- Société civile-Fadoua Brour: un état d’esprit altruiste Aujourd’hui, Eraenvironnement.com vous fait découvrir le portrait de Fadoua Brour. C’est une des femmes déterminées et dynamiques qui marqueront la COP 22. Par Houmi Ahamed-Mikidache Présidente et Fondatrice de la Moroccan Youth Climate Movement ( MYCM), Fadoua Brour se définit comme ambitieuse, énergique et positive. Mais cette jeune femme est aussi altruiste. Son combat :  les droits humains. Elle coordonne ainsi le réseau des actions climatiques et des femmes de la planète (WECAN sigle anglais) pour la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord.  Elle dispose d’ un MBA spécialisé en droits des Affaires.  Fadoua Brour organise des conférences, des caravanes, des campagnes de sensibilisation ainsi que des ateliers en faveur des jeunes et des femmes. Elle fait partie des membres actifs de la COY 12 Conférence de la Jeunesse (COY « Conference of Youth ») initiée juste avant la COP chaque année.  Le Maroc accueillera  du 04 au 06 Novembre 2016 à Marrakech, la 12ème édition de ce rassemblement, en amont de la 22ème Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP22) prévu du 7 au 18 novembre prochain. En attendant,  elle interviendra dimanche  au Forum Euro-Méditerranéen des Jeunes Leaders  à Essaouira (Maroc). Elle  évoquera  les engagements de la jeunesse  sur la préservation  de l’environnement et la promotion du développement...

Read More
COP 22-Comores- Les océans: “L’Afrique et  Oman, c’est une longue histoire”- Vice-Ministre omanais Hamed Said Al Oufi
Sep18

COP 22-Comores- Les océans: “L’Afrique et Oman, c’est une longue histoire”- Vice-Ministre omanais Hamed Said Al Oufi

COP 22-Comores- Les océans: “L’Afrique et  Oman, c’est une longue histoire”- Vice-Ministre omanais Hamed Said Al Oufi Diplômé d’un PHD,   gestion des pêches et économie,  obtenu à l’Université de Hull en Angleterre,  Dr. Hamed Said Al Oufi est Vice- ministre de l’Agriculture et des pêches du Sultanat d’Oman depuis une décennie. Spécialiste du développement et de la mise en œuvre de projets spécifiques à la pêche, M. Said Al Oufi,  revient en marge de la conférence ministérielle des économies des océans, sur l’importance des ressources halieutiques et les relations historiques entre l’Afrique et Oman. Au mois de décembre prochain, Oman et les Comores organisent une conférence internationale sur Oman et l’Afrique intitulée « Oman et les relations avec les Etats de la Corne de l’Afrique ». Depuis les années 70, le Sultanat d’Oman se dote d’une économie diversifiée , introduite par le Sultan Qabous Bin Said. Depuis 1976, le Sultanat a adopté des Plans quinquennaux visant à préserver la stabilité de la position financière et économique d’Oman, à travers un équilibre de développement des différents gouvernorats.Les secteurs de l’agriculture et la pêche ont un rôle important dans le quotidien des omanais. Nombreux sont les omanais à vivre de ces secteurs.  Ces secteurs  représentent  406,1 millions de Rial Omanais du Produit Intérieur Brut  d’Oman en 2014, soit une hausse de 9,4 pour cent sur le chiffre de 371,2 millions enregistré en 2013. Avec une croissance de 2% par rapport à 2013, le secteur de l’agriculture est  passé de 1.484,000 tonnes d’exportation en 2013 à 1,515 000 tonnes de produits en 2014. Cette croissance est liée, selon le gouvernement, a une meilleure productivité des surfaces consacrées aux légumes ( 313,000 tonnes en 2013 à 335, 000 tonnes en 2014), par l’usage des technologies  modernes. Avec 211 000 tonnes de poissons pêchés en 2014 contre 206 000 tonnes en 2013, le secteur de la pêche est en légère hausse. C’est l’un des principaux vecteurs économique du pays. La pêche issue de technique traditionnelle représente  98% de la production. Attaché à l’environnement, le Sultanat d’Oman interdit le chalutage de fond, technique néfaste aux stockage et à la préservation de l’écosystème marin.   Entretien.     Eraenvironnement.com: Comment votre population comprend les questions de pêche ?   Dr Hamed Said Al Oufi:Oman a une très forte culture de pêche. Pendant très longtemps Oman dominait l’Océan Indien dans le commerce maritime.   Oman a travaillé  dans le monde entier,  avec des pays comme l’Inde, la Chine, et le continent africain. Cette culture a été transmise à travers les générations. La pêche est donc est très appréciée par la jeune génération à Oman. Surtout de nos jours, avec les efforts du gouvernement...

Read More
Comores- Préparation de la Conférence Internationale: «  Oman et les relations avec les Etats de la Corne de l’Afrique »
Août06

Comores- Préparation de la Conférence Internationale: « Oman et les relations avec les Etats de la Corne de l’Afrique »

Comores- Préparation de la Conférence Internationale: «  Oman et les relations avec les Etats de la Corne de l’Afrique » Par Houmi Ahamed-Mikidache   Le colloque Une importante délégation omanaise, conduite par l’ambassadeur du Sultanat en Tanzanie, Ali bin Mohammed Mahrouqi,  s’est rendue à Moroni  aux Comores récemment. Reçue par le président de l’Union des Comores, Azali Assoumani, cette délégation a discuté de l’organisation  d’une conférence internationale sur Oman et ses relations avec les pays de la Corne de l’Afrique, prévue du 6 au 8 décembre 2016 ( dates à confirmer). 300 chercheurs et penseurs internationaux feront le déplacement aux Comores. Un documentaire sur les relations historiques ( aspects environnementaux, culturels) entre Oman et l’Afrique sera présenté durant cette conférence. Ce colloque international sera traduit en trois langues : français, anglais et arabe.  Un comité  scientifique établi pour la conférence a tenu une réunion au ministère des Affaires Etrangères afin d’identifier  tous  les thèmes de cet événement international ainsi que la logistique ( documents de travail…). Une autre réunion préparatoire est prévue au mois d’Octobre prochain. Oman et le développement Composé de onze gouvernorats, Mascate, Dhofar, Misandam, Buraymi, la Dakhliyah, et la Wusta (…), le Sultanat d’Oman est décrit comme un état moderne sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, à l’exception des gouvernorats de Mascate et de Dhofar. Chaque gouvernorat se distingue par son administration, sa géographie et son économie. Le neuvième Plan quinquennal du Sultanat de 2016 à 2020 est axé sur une stratégie de diversification de l’économie. Objectif : Elargir la base productive d’Oman et créer des emplois pour les omanais en augmentant la contribution du PIB de secteurs comme l’agriculture, l’industrie, le tourisme, la pêche et les ressources minérales. Elément important du dispositif omanais : le développement des ressources humaines par l’éducation et la formation professionnelle. L’Aquaculture : la solution Pour inciter la production du secteur de la pêche et accroître sa valeur, le gouvernement omanais a mis en place depuis 2014, un programme d’aquaculture durable. A Doqm, une zone industrielle au sud de Mascate, le gouvernement omanais a crée l’autorité économique, Al Doqm en 2011. Doqm développe l’aquaculture pour diversifier son économie, avec l’aide de partenaires. Le Sultanat d’Oman bénéficie d’une surface  de 3 240 kilomètres de côtes pour l’exploitation des ressources halieutiques. Oman face aux changements climatiques En 2014, 2,2 millions de touristes ont visité Oman, avec 1,1 million de clients occupants des hôtels, soit une recette de plus de 191, millions de Rial Omanais. Conscient des répercussions environnementales du tourisme, le Sultanat a mis en place une série de mesure de prévention et de protection. A Mascate, le gouvernement a installé deux équipements de mesure des émissions polluantes...

Read More
Investir à Oman : une ouverture sur le monde
Mai26

Investir à Oman : une ouverture sur le monde

  Investir à Oman : une ouverture sur le monde   Récemment, une délégation omanaise a rencontré à Paris des investisseurs et des chefs d’entreprises français lors d’un séminaire sur l’investissement au Sultanat d’Oman. Organisé par la Chambre de commerce franco-arabe (CCFA), ce séminaire s’est concentré sur les actions liées à la stratégie de diversification de l’économie du Sultanat. Analyse du pays et des opportunités. Par Houmi Ahamed-Mikidache Le Contexte Situé au Moyen-Orient, au sud de la péninsule d’Arabie, le Sultanat d’Oman bénéficie d’une position géographique stratégique avec une très forte histoire partagée avec l’Afrique de l’Est ( Commerce, culture…). Avec une population de 4 726 413 habitants estimés en janvier 2016,  le pays dépend largement des ressources pétrolières (9, 16 milliards de RO*, dont 7, 7 milliards de RO de recettes nettes du pétrole dans le budget 2015 d’Oman). Oman se dote toutefois depuis les années 70 d’une économie diversifiée , introduite par le Sultan Qabous Bin Said. Depuis 1976, le Sultanat a adopté des Plans quinquennaux visant à préserver la stabilité de la position financière et économique d’Oman, à travers un équilibre de développement des différents gouvernorats. Composé de onze gouvernorats, Mascate, Dhofar, Misandam, Buraymi, la Dakhliyah, et la Wusta (…), le Sultanat d’Oman est décrit comme un état moderne sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, à l’exception des gouvernorats de Mascate et de Dhofar. Chaque gouvernorat se distingue par son administration, sa géographie et son économie. Le neuvième Plan quinquennal du Sultanat de 2016 à 2020 est axé sur une stratégie de diversification de l’économie. Objectif : Elargir la base productive d’Oman et créer des emplois pour les omanais en augmentant la contribution du PIB de secteurs comme l’agriculture, l’industrie, le tourisme, la pêche et les ressources minérales. Elément important du dispositif omanais : le développement des ressources humaines par l’éducation et la formation professionnelle. Le Sultanat souhaite ainsi s’inspirer des meilleures pratiques internationales pour préparer sa jeune population au marché du travail. La vision Oman 2040 Dans le cadre du 9ème Plan quinquennal, le Main Oman 2040 Vision Committee, le Comité de prospective d’Oman organise des séries de conférences internationales. Membre et signataire de plusieurs accords et organisations économiques telles que l’Organisation Mondiale du Commerce, Oman a une politique ouverte au monde. Caractéristique du pays selon les observateurs : stabilité politique, sécurité , économie libérale . “Les investisseurs étrangers peuvent posséder jusqu’à 100% de leurs entreprises”, précise l’ambassadeur M. Humaid Bin Ali Al Maani. A Oman, il n’y a aucune absence de restriction à l’exportation de capitaux et de bénéfices. Il y a une absence d’imposition de personnes physiques, mais les sociétés étrangères comme omanaises ont un taux d’imposition de 12%. Le...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer