COP 22: 150 jeunes pour un Climat sous Surveillance
Oct27

COP 22: 150 jeunes pour un Climat sous Surveillance

COP 22: 150 jeunes pour un Climat sous Surveillance   Durant  la COP 22, l’Institut de Recherche et de Développement ( IRD) convie 150 jeunes collégiens et lycéens  de  France,  d’Amérique du Sud et d’Afrique du Nord et de l’Ouest à participer à la réflexion sur le rôle de la science dans le développement. Présentation Par Houmi Ahamed-Mikidache   Jeunesse et  sciences L’Afrique a besoin de jeunes chercheurs scientifiques. C’est  l’une des conclusions de la  récente conférence sur les changements climatiques en Afrique,  récemment tenue   à Addis Abeba  par l’Union Africaine, la Banque Africaine de Développement la Commission Economique pour l’Afrique.  La recherche scientifique est la base de l’accord de Paris.  Le 12 décembre  2015, 195 pays ont adopté le texte de Paris, un accord de 12 pages ratifié récemment qui entrera en vigueur le 4 novembre prochain. Ce texte prévoit de limiter l’augmentation de la température en dessous de 2 degrès voire  d’atteindre 1,5 degrès Celsius. Durant   la COP 22, l’Institut de Recherche et de Développement ( IRD) ainsi que ses partenaires invitent 150 jeunes collégiens et lycéens  de  France,  d’Amérique du Sud et d’Afrique du Nord et de l’Ouest. Objectif : permettre à ses jeunes de réfléchir sur les changements climatiques et leurs impacts sur les sociétés et l’environnement Le 11 novembre, ils  participeront à un événement parallèle dans l’espace société civile de la COP 22.  Ils dialogueront avec des chercheurs, interpelleront un panel de personnalités, et porteront publiquement la parole des jeunes face aux changements climatiques. A l’issue de l’événement de Marrakech, ils poursuivront  le programme  pédagogique et scientifique de l’IRD.  Ces jeunes  bénéficient du  dispositif Climat sous surveillance coordonné par l’institution française  depuis septembre 2015. Leur instrument commun : une station météo appelée «  Stacy Météo ». «  Stacy Météo » est un personnage fictif. C’est la « mascotte »  du dispositif Climat Sous Surveillance. Mis en scène dans différents supports de communication, Stacy Météo est l’élément de sensibilisation des jeunes. Les jeunes la côtoient à travers  une vidéo humoristique, par courrier éléctronique,  et sur les réseaux sociaux (facebook). Mais Stacy Météo est aussi le nom donné à la station météo d’appoint du chercheur en Hydrosciences de Montpellier, Jean-Philippe Charazin. Que mesure Stacy Météo ? Stacy météo mesure la température de l’air, l’humidité de l’air, la vitesse et la direction du vent, la pression atmosphérique locale, la luminosité et enfin la quantité de pluie qui tombe.   A propos de  l’IRD : Depuis, plus de 20 ans, l’Institut de Recherche et de Développement  priorise  les  publics jeunes  dans son  programme d’actions . Sa vision : rapprocher les sciences et les sociétés par la jeunesse et promouvoir les métiers de la recherche, essentiels...

Read More
Meteorology: Solution to Climate Change
Août16

Meteorology: Solution to Climate Change

Meteorology : Solution to Climate Change By Houmi Ahamed-Mikidache Two professional days dedicated to world meteorology took place in Paris under the authority of the French Ministry of  Environment, from May 29th to May 30th . The two days aimed to explain how the world respond to climate change. It is also an opportunity to understand climate data. Egypt Case, back to COP 21. Ashrafi Zaki, a meterologist from  the Egyptian climate authority who was part of the Egyptian Delegation during  the UN Climate Change Conference in Paris  explained in an interview how his country is working to raise awareness on climate change and agriculture. Egypt authorities promote climate information through  a strategy:  a training workshop available for journalists. Journalists  are trained  on how to  understand the weather forecast. Egypt meteorology authority  integrates the youth in a programme known as the  “Cairo Action talk”. For Mr Zaki, around 120 young people are part of this programme based on tourism,  health and the impact of climate change. Listen to the interview. Ashrafi...

Read More
COP 22- Une femme combative- Hakima El Haité
Juin09

COP 22- Une femme combative- Hakima El Haité

COP 22- Une femme combative- Hakima El Haité Octobre 2015. Rabat. Le Maroc et l’Union Européenne organisent pour la première fois le forum INDCs, le forum des plans d’actions nationaux, de réduction de gaz à effet de serre. Principale organisatrice : Hakima El Haité. Portrait. Par Houmi Ahamed-Mikidache Octobre 2015. Rabat. Le Maroc et l’Union Européenne organisent pour la première fois le forum INDCs, le forum des plans d’actions nationaux.  150 sur les 195 pays représentés à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ( CNUCCC) ont déposé leur proposition d’action de réduction de gaz à effet de Serre. Comprenez : leur engagement et vision de développement sobre en carbone à long terme. Un changement de paradigme venant de  la communauté internationale, selon Hakima El Haité,  ministre déléguée auprès du ministre marocain de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, chargée de l’Environnement, depuis trois ans. « J’assistais auparavant aux négociations en tant que consultante. Je me suis dit, ils sont fous ces ministres, et j’ai dit, je ne reviendrai plus jamais. Parce qu’ils disent toujours la même chose,” explique-t-elle à l’issue du forum, lors d’une conférence de presse. Depuis trois ans, la donne a changé. Le déclic Les propos poignants du ministre des Philippines lors de la Conférence de l’ONU sur le climat à Varsovie en 2013 marquent les esprits. Varsovie, c’est aussi la première participation aux négociations de Mme El Haité, en tant que ministre.  Un déclic. Que s’est-il passé ? Plus de 200 000 personnes ont perdu la vie aux Philippines lors d’une catastrophe naturelle en pleines négociations en Pologne. La communauté internationale s’en est émue. Et, selon Mme El Haité, les 195 pays se sont repositionnés. «  Nous avons démocratisé la perception, la compréhension et la réaction face aux changements climatiques, » rappelle-t-elle lors de la conférence de presse de clôture du forum INDCs. Ancienne experte auprès de la Banque Mondiale, chargée du monitoring des projets de gestion de déchets dans la région MENA*, Mme El Haité place « l’humain  » au centre des actions : son leitmotiv. Mais, ce leitmotiv a-t-il réellement atteint la communauté internationale  ? Oui, elle l’assure. «  Aujourd’hui, nous vivons un tournant de l’histoire. On parle de dignité, de l’humanité. On met l’homme au cœur du développement et la préservation de la vie. » « Les négociations ne se passent plus entre négociateurs chevronnés et ministres de l’environnement, » ajoute-t-elle à Rabat. La société civile, les entreprises, les médias, tous les acteurs ont un rôle à jouer, selon elle. Mais les problèmes sont multiples : « un milliard de personnes à travers le monde n’ont pas accès à l’énergie, 750 millions de personnes dont 300 millions en Afrique...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer