Bénin- Erosion côtière : La population en alerte face aux promesses
Août06

Bénin- Erosion côtière : La population en alerte face aux promesses

Bénin- Erosion côtière :La  population en alerte face aux promesses   Le Bénin, un des 38 pays côtiers d’Afrique fait face à l’érosion côtière due aux activités naturelles et humaines. Les changements climatiques accentuent ce phénomène naturel. Principales victimes : les populations riveraines.  Reportage. Par Hippolyte AGOSSOU 06-08-2017   Consternation L’érosion côtière, résultat d’activités humaines et naturelles, accentuée par les dérèglements climatiques. La hausse de la température se fait sentir particulièrement dans les zones côtières d’Afrique, par, entre autres, l’élévation du niveau de la mer. Le quartier Jack de Cotonou , dans la capitale économique du Bénin, n’est pas épargné. Les habitants de ce quartier  sont inquiets. « Depuis 2001, les politiques, à la veille d’élections, nous promettent d’entreprendre des projets de grande envergure, mais finalement lorsqu’ils arrivent au pouvoir, il n’y aucun résultat, » explique, Rachel, une habitante du quartier. Rachel et ses voisins vivent quotidiennement sous la menace des vagues. Le niveau de la mer monte entraînant des dégâts et la peur est de plus en plus présente surtout la nuit. La population a en effet peur d’être envahie par les vagues.  Le jour est source d’espoir. Difficile tout de même de garder son calme. « Combien de temps cette situation va-t-elle encore durer ? », s’interroge Awali, un étudiant du quartier. Et de poursuivre : « Depuis que je suis en seconde, des gens viennent recenser nos familles : il y a peine deux semaines, ils sont passés pour savoir ce que nous avons perdu et presque tous les jours des mesures de la plage sont effectuées près de notre domicile, mais au bout du rouleau rien n’avance, » conclut-il avec désolation. Les drames Suite aux marées d’avril 2016, le gouvernement de Patrice TALON  s’est engagé à mobiliser des ressources pour la protection et la valorisation des zones côtières. Mais le quartier Jack est toujours en attente. Principal obstacle : les formalités administratives. Il existerait un problème de montage de dossier de passation des marchés au sein des Directions techniques du Ministère du cadre de vie. Mais cette information n’est pas confirmée par les autorités. « Les appels offres sont lancés : les entreprises soumissionnaires sont attendues,» affirme récemment Adolphe Tohoundjo, Directeur de l’aménagement des berges et des côtes. « Mon jeune frère a été emporté l’année dernière par les vagues, » explique Paul, un étudiant, vivant dans le quartier. Sa famille est traumatisée et demande de l’aide parce que les vagues sont de plus en plus violentes. «  Nombreuses maisons ont été englouties par la mer et certaines écoles publiques du quartier vont bientôt disparaître : Il faut que le Gouvernement réagisse ! », exhorte le père de Paul, les larmes aux yeux. Des faits prouvés par la science L’érosion côtière  devrait se poursuivre...

Read More
Sécurité alimentaire: Prioriser les actions des PEID
Avr08

Sécurité alimentaire: Prioriser les actions des PEID

Sécurité alimentaire: Prioriser les actions des PEID Par Houmi Ahamed-Mikidache L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Commission de l’Océan Indien (COI) ont organisé à Maurice du 4 au 6 avril 2017 un atelier consultatif régional. Objectif : finaliser le Programme d’action mondial (GAP) sur la sécurité alimentaire et la nutrition des Petits Etats Insulaires en Développement ( PIED) de la région de l’Atlantique et de l’Océan Indien : Cap-Vert, Guinée Bissau, Sao Tomé-et-Principe, Comores, Maldives, Maurice, et Seychelles. Des spécialistes régionaux se sont  réunis pendant trois jours pour fournir leurs contributions spécifiques sur les défis  de sécurité alimentaire et de nutrition auxquels sont confrontés ces pays :  la malnutrition (sous-nutrition, déficiences en micronutriments et obésité), la surface des terres agricoles limitée, l’éloignement, les environnements naturels fragiles et une vulnérabilité élevée aux impacts du changement climatique. Le Programme d’action mondial ( GAP) est structuré autour de trois axes: l’amélioration des environnements propices à la sécurité alimentaire et à la nutrition grâce à la promotion de l’engagement politique et de la gouvernance, à l’amélioration des capacités et des ressources, à la génération, la diffusion et l’utilisation des connaissances et des informations; le développement des systèmes alimentaires durables, résilients et sensibles à la nutrition basés sur les océans et les mers, l’eau douce et les ressources terrestres; et l’autonomisation des personnes et des communautés par le biais de programmes de protection sociale, d’interventions et de services communautaires ciblés pour prévenir et traiter la malnutrition sous toutes ses formes. « Malgré des niveaux de développement contrastés, nos îles sont maintenant confrontées à des défis communs, » a souligné le Secrétaire Général de la COI, Hamada Madi Boléro, dans son discours d’ouverture. D’après la FAO et la COI, cet  atelier a permis aux PEID de partager leur expérience, en priorisant les actions à  aligner sur les stratégies existantes en matière de sécurité alimentaire et de nutrition aux niveaux mondial, régional et national.  ...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer