COP 22- Ethiopia- Paris Agreement : strategic orientation for African countries- CCDA-VI
Sep15

COP 22- Ethiopia- Paris Agreement : strategic orientation for African countries- CCDA-VI

COP 22- Ethiopia- Paris Agreement : strategic orientation for African countries- CCDA-VI By Houmi Ahamed-Mikidache The sixth annual Climate Change and Development in Africa (CCDA–VI) Conference organized under the auspices of the Climate Change and Development in Africa (ClimDev-Africa) programme, will be held in Addis Ababa from the 17 th to 20th of October. Overall objective : understanding the implementation implications, nuances, challenges and opportunities of the Paris Agreement for Africa in the context of the continent’s development priorities.  This conference will particularly focus its attention to means of implementation of the agreement for accessing finance and technology transfer which are among the national development priorities of african countries. Deepen understanding of the nuances in the decisions of COP21, particularly with regard to  means of implementation (capacity, finance and technology transfer), as well the domestication of the agreement in Africa in alignment with national development priorities of African countries With many experts from Africa and around the world, this conference will provide a marketplace for innovative solutions that integrates climate change into development processes, according to the organizers. It will embrace the Paris Climate Agreement within the framework of Africa Union ’s development aspirations as underscored in Agenda 2063 and Agenda 2030 on Sustainable Development, with a vision of ‘leaving no one behind’. UN-ECA Coordinator for the African Climate Policy Centre (ACPC) Dr. Fatima Denton recently interviewed by the Ethiopian Herald said that Ethiopia has designed visible low carbon strategies  with hydro-power development, forestry and agriculture. Ethiopia, in East Africa is one of the lead countries in  Africa which develops climate resilient green economy initiative, experts said.    ...

Read More
COP 22- Ethiopie- Accord de Paris : Enjeux pour l’Afrique- CCDA-VI
Sep15

COP 22- Ethiopie- Accord de Paris : Enjeux pour l’Afrique- CCDA-VI

COP 22- Ethiopie- Accord de Paris : Enjeux pour l’Afrique- CCDA-VI Par Houmi Ahamed-Mikidache La sixième Conférence  annuelle sur le changement climatique et le développement en Afrique (CCDA-VI) aura lieu à Addis Abeba ( Ethiopie)  du 17 au 20 octobre prochain. Thème principal : le futur de l’Afrique dans l’accord de Paris. Objectif global de la conférence : comprendre les implications de la mise en œuvre, les nuances, les défis et les opportunités de l’Accord de Paris dans le contexte de l’Afrique et de ses priorités de développement. La prochaine CCDA-VI ambitionne particulièrement d’examiner les moyens de mise en œuvre de l’Accord de Paris en termes d’obtention de financement et de transfert de technologie : priorités nationales de développement des pays africains. Marquée par la future présence de nombreux experts africains et internationaux, cette conférence s’intègre, selon les organisateurs, dans le cadre des aspirations de développement de l’Afrique : l’Agenda 2063 qui incarne la vision de l’Union Africaine( « L’Afrique que nous voulons ») et l’Agenda 2030 sur le développement durable qui a fixé des objectifs globaux avec la vision de « ne laisser personne pour compte ». Interviewée récemment par the Ethiopian Herald la coordinatrice du Centre africain pour la politique en matière de climat de la Commission Economique de l’Afrique ( CEA), Fatima Denton est revenue sur le rôle de l’Ethiopie dans la lutte contre les changements climatiques et les opportunités saisies par ce pays d’Afrique de l’Est. L’Ethiopie, d’après elle, a développé de nombreuses initiatives visibles liées au développement de l’économie sobre en carbone par l’hydroélectricité, la forestrie et l’agriculture....

Read More
Linking the Paris Agreement to sustainable development
Avr01

Linking the Paris Agreement to sustainable development

  Linking the Paris Agreement to sustainable development By Houmi Ahamed-Mikidache The African Union Commission (AUC); the African Development Bank (AfDB); the United Nations Environment Programme (UNEP) and, the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) will host a high level panel discussion in Addis-Ababa (Ethiopia) on 2 April 2016. It will be held in parallele of the the African Development Week hosted by the Economic Commission for Africa (ECA) and the African Union (AU), started from 31 March until  5th April. The Safeguarding pathways to sustainable development The high level panel discussion titled “The Paris Agreement: Implications for Green Growth in Africa” will be an opportunity to provide guidance, pathways and strategies for the ease of the implementation of the Paris agreement prior to its coming into effect in 2020, according to a press release from the Africa Climate Policy Centre of Economic Commission for Africa (ACPC). Approved last december by 196 parties to combat Climate Change, the Paris Agreement has 32 decisions. It aims to replace the second commitment period of the Kyoto Protocol which expires in 2020.  Africa emits less than 4% of the greenhouse gas emission.  But all parties  have «  to ensure they achieve the dual objective of controlling global warming while safeguarding pathways to sustainable development,” recalls experts. The main instruments of the Paris Agreement, are the national action plans namely now Nationally Determined Contributions (NDCs). It aims to limit global warming below 2 o Celsius. To achieve the 1,5° required by the IPCC*, the Paris Agreement specifies that there is commitment to review national pledges every five years. Fifty- three out of fifty-four- African countries have submitted their national action plans, affirms a few days ago Dr. Abdalla Hamdok, Chief Economist and Deputy Executive Secretary of the ECA , in a meeting on renewable energy in Addis-Ababa. For Fatima Denton, Director of the ECA Special Initiatives Division and Coordinator of the ACPC, Africa countries have to coordinate their  strategies to adapt and to mitigate in a sustainable way. “During this pre-2020 period, the focus is expected to be on consultations to revise the NDCs, raise the levels of ambition, and prepare implementation and associated resource and investment plans that are aligned with national development priorities. Capacity and institution building will be important in this phase to allow for the proper planning, implementation and monitoring of NDC related activities,”  she points out recently. Climate finance: the key issue Around 621 million people in Africa have no access to electricity, according to the Africa Progress report 2015. ” In Nigeria, an oil exporting superpower, 93 million people lack electricity. Angola has five times...

Read More
Afrique – Climat : l’Éthiopie ouvre le bal du financement du fonds spécial Clim-Dev
Jan20

Afrique – Climat : l’Éthiopie ouvre le bal du financement du fonds spécial Clim-Dev

Le 1,1 million de dollars octroyé va permettre à l’Éthiopie de renforcer ses services d’informations climatiques et son système d’alerte rapide. Par Houmi Ahamed-Mikidache “C’est opportun parce que l’Afrique est exaspérée par les promesses de financement du climat, qui demeurent des engagements et des paroles creuses pour nos communautés vulnérables d’agriculteurs, de pêcheurs et d’éleveurs de bétail”, indique Fatima Denton, directrice de la division des initiatives spéciales à la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et coordinatrice du Centre africain pour la politique en matière de climat de la même institution. Qu’est-ce que le fonds Clim-Dev ? Opérationnel depuis le mois d’août dernier, le fonds Clim-Dev a été lancé à Marrakech, au Maroc, lors de la 4e conférence sur le changement climatique et le développement en Afrique (Clim-Dev Africa*). Qui l’alimente ? Ce financement climat est pourvu en partie par le Fonds du développement nordique, l’Union européenne et l’Agence suédoise de coopération au développement. D’un montant de 33 millions d’euros, il doit faciliter la collecte, l’analyse et la propagation de l’information sur le climat. De fait, il va permettre de renforcer sur les plans national et régional des services météorologiques et hydrologiques en Afrique. L’agriculture, l’un des secteurs-clés du continent, pourra dorénavant s’appuyer sur des services climatiques fiables. Les projections climatiques en seront améliorées Le projet éthiopien va renforcer les capacités nationales en matière de prévision météorologique, d’analyse de données, d’interprétation et d’information permettant aux services climatiques de prendre des décisions. Ce soutien à la prise de décision est la seconde phase d’un exercice continu, dans la mise en oeuvre des prévisions hydro-météorologiques, et la résistance au climat en Éthiopie. Comment cela s’est-il construit ? Cela fait suite à un projet initialement lancé en 2013, sous l’assistance de la CEA, par le Centre africain pour la politique sur le climat. “Vingt stations météorologiques automatisées et sept unités d’étalonnage mobile viennent s’ajouter au réseau éthiopien”, explique Alex Rugamba, directeur du département énergie, environnement et changement climatique de la Banque africaine de développement, de retour de la conférence de l’ONU à Lima. “L’Éthiopie pourra, à travers ce projet, s’adapter au changement climatique dans les secteurs de l’agriculture, de l’eau, de l’énergie et de la santé”, poursuit Alex Rugamba. LIRE LA SUITE LE POINT...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer