G20- Climat- La Turquie menace de ne pas ratifier l’Accord de Paris
Juil09

G20- Climat- La Turquie menace de ne pas ratifier l’Accord de Paris

G20- Climat- La Turquie menace de ne pas ratifier l’Accord de Paris Quelques heures après la fin du G20, la Turquie menace de ne pas ratifier l’accord de Paris. La question financière, plus précisément l’accès au fonds vert pour le climat destiné aux pays en voie de développement?  serait la principale cause. Mais le président Recep Tayyip Erdogan a évoqué un autre point. Explications. 09-07-2017 Par Houmi Ahamed-Mikidache « Après la décision prise par les Etats-Unis, notre position va dans la direction d’une non ratification par le parlement”, a déclaré le président de la République de Turquie,  M. Recep Tayyip Erdogan lors de sa conférence de presse à l’issue du sommet du G20. Toutefois la Turquie ne serait pas  climatosceptique dans l’ensemble. ” Il n’y a pas de voix unifiée sur le climat,” avait répondu  Mme Semra Cerit Mazlum,  professeure associée à l’Université de Marmara à Istanbul, lors d’une interview publiée au mois de novembre 2015, par le journal Hurriyet Dailynews. Le communiqué final du G20 affirmant que les Etats-Unis vont continuer à avoir recours aux énergies fossiles est-il le leitmotiv de la Turquie ? «  Certains ministres pensent  que la réduction des émissions va baisser la croissance économique et pensent que la demande internationale est injuste, » avait-elle fait remarquer Mme Cerit Mazlum durant son interview . A Hambourg, lors du G20, les dirigeants de la planète ont pris note des conclusions du rapport de l’OCDE , publié au mois de mai dernier, intitulé “Investing in Climate, Investing in Growth” (Agir contre le changement climatique peut stimuler la croissance économique) et s’engagent à respecter le principe de responsabilités communes et différentiées. Le rapport de l’OCDE montre que les mesures de lutte contre les changements climatiques pourraient accroître le PIB des pays du G20 de 1% d’ici 2021 et de 2,8% d’ici 2050. Les mesures d’élimination de certains effets des changements climatiques tels que les inondations côtières pourraient augmenter le PIB des pays du G20 de 5% net. Selon Mme Cerit Mazlum, la Turquie est consciente des problèmes causés par le changement climatique. « C’est une certitude, des mesures sont nécessaires: mais le discours officiel est basé sur le fait que le niveau de développement n’est pas suffisant pour répondre aux attentes, »  avait-elle expliqué. Ce professeure, directrice du centre de recherche et de relations internationales (MURCIR en anglais) d’Istanbul,  rappelle que la Turquie n’est  devenue membre de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques qu’ en 2005. D’après la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatique, la Turquie, membre de deux catégories de pays développés, se devait de répondre à l’assistance financière et technologique aux pays en voie de développement. Mais...

Read More
Africa Energy Access and jobs: “there is  hope for youth”- Lawrence Mashungu
Juil09

Africa Energy Access and jobs: “there is hope for youth”- Lawrence Mashungu

  Africa Energy Access and jobs: “there is  hope for youth”- Lawrence Mashungu   The last G20 meeting in Hamburg, in Germany, emphasized the importance of the Africa Partnership launched recently in Berlin, in recognition of the opportunities and challenges in African countries through the creation of jobs for youth and the access to energy in the continent for instance. 39 years old Lawrence Mashungu  previously worked with Youth Agenda Trust, a youth organization, where he was working as a project coordinator. He has vast experience in youth and community engagement.  He is now in charge of the renewable energy access plan in his country. Interview.     Eraenvironnement.com : In 2015, you were part of the youth who organized the African Youth Conference on Climate Change in Victoria’s fall, in Zimbabwe. What are you doing right now? Lawrence Mashungu: I am a Renewable Energy expert working  in the Ministry of Environment, Water and Climate as a Climate Change Mitigation Expert. I am responsible for Implementation of mitigation actions related to Renewable Energy, Energy Efficiency. How do you see the youth with Climate Change opportunities in your country? The youth in Zimbabwe have a role to play in Climate Change Mitigation and adaptation in the country and there are a lot of opportunities for them to participate. The National Climate Change Response Strategy of 2014 provides for the youth to take part in climate change programmes both in policy formulation and actual project implementation.  I must say also that before COP 21, the Youth  in my country had the opportunities to participate in the National Committee on Nationally Determined Contributions that was established by government to ensure speed implementation of the NDC for the country.   How do you position yourself in these opportunities in energy for instance? I am tasked to work directly on energy and also with youth on these issues. Currently the youth under the banner of an organisation called Action 24 Zimbabwe with support from HIVOS, an netherland organization for development, which is implementing a project focusing on promoting renewable energy and also implementation of the NDC in our country. I am working with them closely to ensure success of the project.   Do you think that it is difficult to take these opportunities to be for instance entrepreneurs in all the priorities sectors, water, water management, agriculture, energy…? Currently the youth face a number of challenges to take up these opportunities mainly because of lack of funding. I am of the view that there is also a urgent need  to invest in capacity building targeting the youth so that they will be able to...

Read More
G20-Hambourg : Face au compromis,  la France se positionne en leader du climat
Juil08

G20-Hambourg : Face au compromis, la France se positionne en leader du climat

G20-Hambourg : Face au compromis,  la France se positionne en leader du climat Par Houmi Ahamed-Mikidache 08-07-2017 Les annonces françaises Le président français Emmanuel Macron a annoncé ce samedi la tenue d’un sommet international sur le climat au mois de décembre prochain à Paris, un mois après la COP 23 et deux ans après la conférence des Nations Unies sur la climat organisée en France.« Deux ans après l’entrée en vigueur de l’accord de Paris, je réunirai un sommet afin de prendre de nouvelles actions pour le climat, notamment sur le plan financier :  », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, à l’issue de la clôture du sommet du G20. Ce sommet permettra  d’identifier les projets à financer, a-t-il poursuivi. Cette annonce française est présentée quelques jours après la présentation du plan climat par Nicolas Hulot,  son ministre de l’environnement. Un plan climat dont les objectifs sont de rendre irréversible la mise en œuvre de l’Accord de Paris ( respecter entre autres le droit de l’environnement), d’améliorer le quotidien de tous les Français, d’en finir  avec les énergies fossiles et d’engager la France dans la neutralité carbone. L’ hexagone ambitionne aussi de devenir  n°1 de l’économie verte, d’encourager le potentiel des écosystèmes et de l’agriculture et d’intensifier la mobiliser internationale sur la diplomatie climatique. Au début du mois de juin, suite à l’annonce du président américain, Donald Trump, de se retirer de l’accord de Paris, le président Macron a lancé un appel international vidéo en français et en anglais, aux chercheurs, aux enseignants, aux entrepreneurs, aux associations et aux ONG, aux étudiants et à toute la société civile à se mobiliser et à rejoindre la France pour mener la lutte contre le réchauffement climatique. Un appel qui s’est concrétisé  récemment par une plateforme internet “Make Our Planet Great Again”, un slogan détourné de la phrase de campagne du candidat Trump, pendant l’élection présidentielle américaine: “Make America Great Again”. L’ appel du président français vise à fédérer les énergies autour de la protection de la planète et  illustre la volonté de la France d’être à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique, précise un communiqué de l’Elysée adressé à eraenvironnement.com. Le compromis du G20 A Hambourg, en Allemagne, les 20 dirigeants de la planète et représentants d’institutions internationales  se sont mis d’accord pour relever des défis communs globaux : le terrorisme, les déplacements, la pauvreté, la famine, les menaces sur la santé, la création d’emploi, la sécurité énergétique, les inégalités notamment l’inégalité de genre et le changement climatique. Même si les Etats-Unis ont réaffirmé leur volonté de cesser la mise en application de leur plan national lié à l’Accord de Paris. Malgré la volonté des Etats-Unis de se retirer...

Read More
Maroc : Premier Forum Entreprises-Climat
Juil03

Maroc : Premier Forum Entreprises-Climat

Maroc : Premier Forum Entreprises-Climat Par Houmi Ahamed-Mikidache La Confédération Générale des Entreprises du Maroc ( CGEM) organise le 6 juillet prochain  son premier forum  « Entreprises- Climat- Maroc ». Présentation.   Les entreprises africaines se mettent au vert La Confédération Générale des Entreprises du Maroc ( CGEM) organise le 6 juillet prochain son premier forum « Entreprises- Climat- Maroc ». Thème principal : des opportunités de transition écologique pour les entreprises africaines. Sous le haut patronage du Royaume du Maroc, cette rencontre permettra d’analyser la problématique du Climat et son impact sur les acteurs économiques, d’après les organisateurs. A l’issue des discussions, un cadre d’échange et de partage sera établi. Un mémorandum d’entente entre le Secrétariat d’état auprès du Ministère de l’énergie, des mines et du développement durable, chargé du développement durable et la CGEM sera signé. Une convention de partenariat entre le Secrétariat d’état chargé du développement durable la CGEM et le Programme des Nations Unies pour le Développement(PNUD) sera également conclue, précisent les organisateurs. Les actions Le Réseau Marrakech Business Action For Climate « MBA4 Climate »  tiendra sa première réunion en marge du forum. Elle sera consacrée à l’organisation et au mode de fonctionnement du réseau et aux actions à mener en vue de la participation du secteur privé à la COP23. Ce forum verra la présence d’une vingtaine de patronats, des représentants d’organisations internationales et des experts du climats et de nombreuses personnalités : Mme Hakima El Haité, championne de Haut Niveau pour le Climat, Mme Patricia Espinosa, Secrétaire Exécutive de la Convention Cadre des Nations Unies  sur les Changements Climatiques, M. Salaheddine Mezouar, Président de la COP22, Mme Miriem Bensalah Chaqroun, Présidente de la CGEM, M. Aziz Rabbah, Ministre de l’énergie, des mines, et du développement durable, Mme Nezha El Ouafi, Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’énergie, des mines et du développement Durable, chargée du développement durable....

Read More
Seyni Nafo: Nouveau directeur de l’Initiative d’Accès à l’Energie en Afrique
Juil02

Seyni Nafo: Nouveau directeur de l’Initiative d’Accès à l’Energie en Afrique

Seyni Nafo: Nouveau directeur de l’Initiative d’Accès à l’Energie en Afrique Par Houmi Ahamed-Mikidache Le Conseil d’administration de l’Initiative d’Accès à l’Energie en Afrique ( AREI en anglais)  vient juste d’entériner la nomination de Seyni Nafo* comme directeur du service exécutif de l’initiative . M. Nafo, actuel président du Groupe des Négociateurs Africains, a dorénavant la charge de reprendre les fonctions du scientifique malien Youba Sokona, qui a été quitté ce poste récemment.   Lire l’interview  récente ci-dessous. Climat- Afrique: “Il faut qu’il y ait une cohérence”- Seyni Nafo * Seyni Nafo est ambassadeur du Mali et a été nommé directeur intérimaire...

Read More
Climat- Afrique: “Il faut qu’il y ait une cohérence”- Seyni Nafo
Juil02

Climat- Afrique: “Il faut qu’il y ait une cohérence”- Seyni Nafo

  Climat- Afrique: “Il faut qu’il y ait une cohérence”- Seyni Nafo Propos recueillis par Houmi Ahamed-Mikidache 02-07-2017 A quelques mois de la conférence des Nations sur le climat, prévue à Bonn ( Allemagne), mais organisée par les Iles Fidji, le président du groupe des négociateurs africains, Seyni Nafo se confie sur plusieurs sujets brûlants. Entretien.   Eraenvironnement.com: Vous sillonnez actuellement le monde dans le cadre de vos activités.  Vous avez notamment participé à la première réunion sur le bilan de la COP 22 au Maroc. Il y a une polémique autour des projets issus de l’initiative d’accès à l’énergie. La société civile dénonce une mainmise de l’Union Européenne et de la France. Qu’en pensez-vous ?   Seyni Nafo: Non, il n’y a pas de mainmise de l’Union Européenne et de la France. Il y a un peut-être un déficit de communication.  Ce n’est pas un conseil d’administration classique. Le conseil d’administration est un conseil africain de sept africains des régions du nord, de l’ ouest, de l’ est, et du sud avec en plus le président de la Banque Africaine de Développement et celui de l’Union Africaine, avec en plus deux membres non régionaux, l’Union Européenne et la France, au nom de l’ensemble des partenaires qui se sont engagés à Paris en 2015. Le président Condé, en tant que coordinateur des énergies pour l’Afrique et président en exercice de l’Union Africaine a demandé aux français et aux européens sur la base de ce qu’il y a comme pipeline, sur la base des projets  de pipeline, de préparer une liste initiale qu’ils seraient certain de  financer. La polémique est liée à un problème de communication. Une décision prise par les chefs d’Etat lors d’un conseil d’administration peut être critiquée. Mais l’énergie est une urgence. L’approbation des projets est une décision des chefs d’Etats, ce n’est pas la France, ni le commissaire de l’Union Européenne qui vont les manipuler et les influencer. Que voulez-vous dire ? Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’un chef d’Etat ce n’est  pas un ministre et un ministre, ce n’est pas un négociateur, un négociateur ce n’est pas la société civile. Je pense que pour  le président Alpha Condé et un certain nombre de chefs d’Etat, plus de deux ans après le lancement de l’initiative, annoncée pendant la COP 21 en 2015,  il est temps de montrer que l’initiative est en marche. Pour eux, La manière de le faire ce sont les projets. Il y a eu des négociations en ce sens. Pourquoi  le scientifique  Youba Sokona a-t-il démissionné de ses fonctions de directeur du service d’exécution de l’initiative d’accès à l’énergie en Afrique ? Il y a eu...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer