Niger- Climat- Emplois verts: ” La jeunesse francophone ne doit pas être lésée” -Sani Ayouba-JVE
Avr10

Niger- Climat- Emplois verts: ” La jeunesse francophone ne doit pas être lésée” -Sani Ayouba-JVE

Niger- Climat- Emplois verts: ” La jeunesse francophone ne doit pas être lésée” -Sani Ayouba-JVE   La ville de Niamey au Niger a accueilli du 27 au 30 mars dernier   pour la seconde fois le forum  international francophone jeunesse et emplois verts. Objectif : préparer la jeunesse au marché des métiers sobres en carbone, une opportunité pour le Niger qui connait une forte croissance démographique. Sa population était estimée, d’après l’ONU,  à 17 millions d’habitants en 2013, et est classée 187ème sur 188 selon l’Indice de développement humain.  Autres défis : la dégradation de l’environnement et les changements climatiques,  l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, l’insécurité globale dans le pays et l’impact des problèmes sécuritaires dans les autres pays voisins. Era Environnement vous propose d’écouter l’unn des jeunes acteurs principaux de la lutte contre les changements climatiques aux Niger, l’activiste Sani Ayouba, directeur exécutif de l’Organisation Non gouvernement Jeune Volontaire pour l’Environnement (JVE). Entretien. Propos recueillis par Houmi Ahamed Mikidache         Présentationforum LESALONDELEMPLOI       Lesmétierssuite       150J       JVE1       demain       lespartenaires              ...

Read More
UNFCCC: A new gate for the Talanoa Dialogue
Jan27

UNFCCC: A new gate for the Talanoa Dialogue

UNFCCC: A new gate for the Talanoa Dialogue The UN Climate Change secretariat launched yesterday a new portal to support the Talanoa Diaologue, an important international conversation in which countries will check progress and seek to increase global ambition to meet the goals of the Paris Climate Change Agreement. By Houmi Ahamed-Mikidache   How will it work? Through the portal, all countries and other stakeholders, including business, investors, cities, regions and civil society, are invited to make submissions into the Talanoa Dialogue around three central questions: Where are we? Where do we want to go? How do we get there? Countries and non-Party stakeholders will be contributing ideas, recommendations and information that can assist the world in taking climate action to the next level in order to meet the objectives of the Paris Agreement and support the Sustainable Development Goals (SDGs). The Talanoa Dialogue The Dialogue was launched at the UN Climate Change Conference COP23 in Bonn in November 2017 and will run throughout 2018. The Paris Agreement’s central goal is keep the global average temperature rise to below 2C degrees and as close as possible to 1.5C. Current global ambition to reduce greenhouse gas emissions and to prepare societies to resist increasing climate change is not enough to achieve this under the current national climate action plans known as Nationally Determined Contributions (NDCs). “The portal is the gateway for the Talanoa Dialogue. It represents the central point for everyone to make their views heard around enhanced ambition. Additionally, it will make available other key resources for the dialogue,” said Patricia Espinosa, Executive Secretary of UN Climate Change. “I very much welcome the portal because it provides transparency and broadens participation in the dialogue. I look forward to many governments and other actors making their submissions via the portal as part of world-wide efforts required for the next level of climate action and ambition”, she said. The Pacific island concept of ‘Talanoa’ was introduced by Fiji, which held the Presidency of the COP23 UN Climate Change Conference. It aims at an inclusive, participatory and transparent dialogue. The purpose of the concept is to share stories, build empathy and to make wise decisions for the collective good. The Talanoa method purposely avoids blame and criticism to create a safe space for the exchange of ideas and collective decision-making. The Talanoa Dialogue will be constructive, facilitative and oriented towards providing solutions and will see both technical and political exchanges....

Read More
Africa-Environment: “we have to be very strong” Pacome Moubelet Boubeya (AMCEN)
Jan27

Africa-Environment: “we have to be very strong” Pacome Moubelet Boubeya (AMCEN)

Africa-Environment: “we have to be very strong” Pacome Moubelet Boubeya (AMCEN) On the sidelne of  the  3rd United Nations Environment Assembly held at the end of last year,  Era Environnement was part of a press conference held by  the minister of Forestry and Environment of Gabon, Pacome Moubelet Boubeya, who  is also the  president of the African Ministerial Conference on the Environment ( AMCEN).  Mr Pacome Moubelet Boubeya gave his view on the significant role that  (AMCEN) plays on the continent and in the world. Interview by Wandile Kalippa in Kenya Era Environnement: Do you think Africa is ready to walk the talk on pollution, in view of the contrasting realities of ecosystem pollution by oil companies in Central Africa and Nigeria, and West Africa particularly, Nigeria and Gabon to be exact? Pacome Moubelet Boubeya: We have a big challenge. We have a challenge of developing our countries, of financing that development, of creating jobs and wealth to our countries, but we have a greater challenge even that of making sure that in the development strategies that we are taking we are not going to be destroying our own countries because of the exploitation of oil for instance, so, we have to be very aware of that and we have to adapt our development ambitions to what the reality is going to be tomorrow. If we do not do so now that the West is making and taking every effort for them to align with what they believe tomorrow is going to be. If we do not do anything today, it means that tomorrow we will be once again twenty of fifty years late, if we can compare with the West. So, we have a challenge. The challenge is to as I was saying to create wealth, give jobs to our people in the case of Nigeria and in the case of Gabon as well, you see that our population is very young and if we foresee the increase in population, let us say in Nigeria we can see that within the next twenty – twenty five, fifty years the population of Nigeria is going to increase by something like twenty five or thirty five percent, and we need to adapt our environment , global environment with the increase of population that we are going to have to make sure that we have the means and wealth to take care of these people as well. But maintaining what we have the most permanent in our countries which is our earth, our environment and we have to do whatever we have to, to protect, it means what? It means we have to...

Read More
One Planet Summit: ” Ce sommet ne se substitue pas aux mécanismes de la COP “- Seyni Nafo
Déc17

One Planet Summit: ” Ce sommet ne se substitue pas aux mécanismes de la COP “- Seyni Nafo

One Planet Summit: ” Ce sommet ne se substitue pas aux mécanismes de la COP “- Seyni Nafo Présent récemment au One Planet Summit, l’ambassadeur malien pour le climat, président du groupe des négociateurs africains en fin d’exercice et directeur intérimaire de l’unité indépendante de mise en œuvre de l’initiative africaine d’accès à l’énergie, Seyni Nafo revient sur les points essentiels de l’Accord de Paris et se confie à Era Environnement dans un entretien fleuve.   Era Environnement : Que pensez-vous des douze engagements présentés lors du One Planet Summit ? Seyni Nafo : Je salue ces engagements. Mais, je suis plutôt intéressé par l’annonce du président Macron : la mise en place d’un dispositif de vérification de la mise en œuvre de ces engagements. J’ai envie de prendre attache avec son équipe pour savoir quelles vont être les modalités de mise en application de ce dispositif. Je salue par ailleurs les engagements individuels des pays. Comment pourriez-vous définir le One Planet Summit ? Ce sommet ne vient pas d’une résolution de la Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques. C’est un sommet positif qui veut mobiliser l’ensemble des acteurs et  accélérer les efforts,  pour relancer la dynamique. On appelle ça un push politique. Au regard de la situation dans laquelle nous sommes depuis l’annonce de  retrait du président Trump, il faut apprécier toutes les actions politiques qui tentent de mobiliser l’ensemble des acteurs pour remettre le climat en haut de l’agenda de l’action au niveau global. Mais, il ne faut pas oublier les négociations formelles : les pays développés et en développement ont pris des engagements dans l’Accord de Paris, à l’exception des Etats-Unis. Il existe  un dispositif de mécanisme de suivi et d’évaluation, des mesures de reporting  et de vérification des engagements de l’Accord de Paris. Ce sommet ne se substitue pas aux   mécanismes de la COP et de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. Cette plateforme que veut mettre en place le président Macron est une bonne chose : cela permettra aux acteurs présents le 12 décembre  dernier de suivre leurs engagements. Si j’ai bien compris, l’objectif est de faire un point annuel sur les  engagements du Sommet. Et c’est très important. Ce sommet à réussi à mobiliser de nombreuses personnalités du cinéma, du secteur privé, des banques centrales…C’était très positif. Lors de ce Sommet, le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Gutierez a fait  référence aux 100 milliards de dollars par an attendus en 2020 en disant : «  n’oublions pas les 100 milliards de dollars attendus en 2020 ». Que représente pour vous cette affirmation ? Effectivement, il a évoqué le sujet à deux ou trois reprises. C’est un acte...

Read More
One Planet Summit : South Africa willing to lead the climate finance mobilization with youth
Déc16

One Planet Summit : South Africa willing to lead the climate finance mobilization with youth

One Planet Summit : South Africa willing to lead the climate finance mobilization with youth   On the Sideline of the One Planet Summit which aimed to mobilize all kind of actors who want to follow the Paris Agreement, beside the willing of the United States of America to withdraw from the Paris Accord, , Phakamile Mainganya, chief Risk Officer of the Industrial Development Corporation, gave his view on the integration of the youth in the private sector related to the adaptation to climate change.   Established in 1940 and owned by the government of South Africa, Industrial Development Corporation is a national development finance institution aims to promote economic growth and industrial development. It aims to be the primary source of commercially sustainable industrial development and innovation to benefit both South Africa and the rest of Africa. IDC promote also entrepreneurship.   Who is Phakamile Mainganya? Phakhamile Mainganya is the Chief Risk officer at the Industrial Development Corporation. His responsabilities include helping to define set and manage the risk universe and profile of the corporation. He has extensive experience in the area of credit risk, risk assurance, and executive leadership particularly in the financial services environment.   Houmi Ahamed-Mikidach interviewed him....

Read More
One Planet Summit : Les 12 engagements internationaux et français à suivre
Déc13

One Planet Summit : Les 12 engagements internationaux et français à suivre

One Planet Summit : Les 12 engagements  internationaux et français à suivre Au bout d’une longue journée, marquée par la tenue de différentes panels autour du financement climat, et imprégnée notamment par une très forte présence de collégiens français ( 251), le président de la République, Emmanuel Macron, accompagné par Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale et le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guttierez, a décliné  les 12 engagements des différents acteurs présents pendant le One Planet Summit. Une plateforme de suivi devrait être mise en place à la fin de l’année et un rendez-vous  devrait avoir lieu annuellement pour le faire le point sur les différentes avancées.  Era Environnement décrypte pour vous ces engagements . Analyse. Par Houmi Ahamed-Mikidache Premier Engagement: Aider les Petits Etats Insulaires en Développement Face aux dernières catastrophes naturelles dans les Caraïbes, un fonds public-privé vient d’être crée : le climate Smart Zone.  Le Climat Smart Zone est le fruit d’une vision partagée entre différents acteurs notamment  au niveau régional et international.  Ainsi,  11 pays de la Caricom, Caribbean Community en anglais, ont décidé de former un partenariat avec des organisations internationales et régionales, des entreprises et des fondations, pour mettre en œuvre catalyser les investissements bas carbones dans les domaines prioritaires des réseaux énergétiques et des infrastructures dans les cinq prochaines années. De fait, de nouveaux instruments et véhicules financiers seront déployés pour soutenir cette ambition : plus de 3Mds de dollars sont d’ores et déjà mobilisés. Le processus de reconstruction dans les Antilles (SaintMartin) s’intégrera dans cette initiative  avec une nouvelle ligne de financement pour l’adaptation au changement climatique. En parallèle du One Planet Summit, un protocole d’entente a été signé entre le Niger, les Comores et la Tunisie, l’île Maurice et  l’Agence Française de Développement.  Ces pays bénéficient depuis quelques mois d’une assistance technique plus connue sous le nom de  facilité d’ « Adapt’Action ». Mais,  au total, l’Agence Française de Développement va assister  15 pays vulnérables aux changements climatiques pour un coût de 30 millions d’euros. L’élément central de cet accompagnement est    l’adaptation aux changements climatiques. Les 15 pays bénéficiaires sont situés en Afrique, dans le Pacifique, les Caraïbes et l’Océan Indien. . « Cette facilité a démarré juste avant l’été et on est encore dans une phase d’identification des besoins : c’est une facilité qui fait suite au soutien de l’AFD et d’expertise France dans l’élaboration des plans nationaux présentés en amont de la COP 21, » précise Julie Gonnet, experte de l’AFD, en charge de la facilité Adapt’Action. Selon Julie Gonnet, trois composantes caractérisent cet accompagnement : l’appui à la structuration d’une gouvernance climat, un acte directement mis en œuvre par Expertise France*,...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer