World Green Economy Organization :  A New approach from the Arab world
Nov26

World Green Economy Organization : A New approach from the Arab world

World Green Economy Organization :  A New approach from the Arab world Recently at the UN Climate Conference in Marrakech, the World Green Economy Organization was announced globally in presence of  Dr Thani Bin Ahmed Al Zeyoudi, United Arab Emirates Minister of Climate Change and the Environment,  Saeed Mohammed Al Tayer, Vice Chairman, Dubai Supreme Council of Energy, and Chairman of the board of the World Green Economy Organisation (WGEO) and Helen Clark, Administrator of the United Nations Development Programme (UNDP). By Houmi Ahamed-Mikidache Towards a green economy “The World Green Economy Organization aims to support the implementation of the Paris Agreement and increase awareness on climate change to enhance the shift towards a green economy and a low carbon economy that is climate-resilient, resource-efficient, and socially inclusive,” said in Morocco Saeed Mohammed Al Tayer, Vice Chairman, Dubai Supreme Council of Energy, and Chairman of the board of the World Green Economy Organisation (WGEO), during the global launch of the World Green Economy Organization in Marrakech (Morocco). “ Launching WGEO at this time reflects the relentless efforts to achieve the Sustainable Development Goals outlined in the United Nations 2030 Agenda for Sustainable Development,” he added . After the October 2016 third World Green Economy Summit in Dubai, the 22nd session of the Conference of the Parties, COP 22, in Marrakesh, Morocco, was an opportunity for the Arab world to show its willing to diversify its economy and also a way to promote its willing to work with all countries around the world towards a green economy. Dubai Plans Last June, Mr Al Tayer, announced in Dubai that  his country will build within the next five years  a largest Concentrated Solar Power (CPS) which will generate  1,000 megawatts (MW) of power by 2030 as part of the Dubai Clean Energy Strategy to generate 75 per cent of Dubai’s power from clean energy by 2050. This solar project could reduce more than 6.5 million tonnes of CO2. It can therefore meet its pledges linked to the Paris Agreement : keep global warming temperatures below 2°C in a long term goal, he added. The project will even surpass the existing world’s largest CPS tower in Morocco that has a power generating capacity of 150MW, senior energy officials said. How the World Green Economy Organization will work? According to Mr Al Tayer, the World Green Economy Organization, based in Dubai,  will play an instrumental role in mitigating climate change.   It will serves as a mechanism for adaptation and mitigation to climate change by generating new solutions for sustainable energy, water and other environmental challenges. How ? “by lowering the risk of green economy investments and bridging...

Read More
What’s next for climate action ? -Patricia Espinoza
Nov25

What’s next for climate action ? -Patricia Espinoza

What’s next for climate action ? -Patricia Espinoza Shortly after the conclusion of the UN Climate Change Conference in Marrakech, the UN’s top climate change official Patricia Espinosa visited Norway, where she met with government and local leaders and gave a speech at the 2016 Zero Emission Conference in Oslo. Hosted by the Norwegian NGO ZERO, the conference was designed to show that it is possible to create a thriving, modern society without the use of fossil fuels or fossil based materials, and with zero greenhouse gas emissions. In her speech, the Executive Secretary of the UN Framework Convention on Climate Change Patricia Espinosa summed up the central outcomes of the UN Climate Change Conference in Marrakech, along with outlining the next steps for international, national and local climate action, and addressed the issue of what specifically Norway can do to help implement the Paris Climate Change Agreement.  Her speech     The Marrakech InsightsFirst, I saw unparalleled political will to act on climate change. The momentum that carried us from hundreds of thousands of people in the streets at the People’s Climate March in 2014… to an ambitious agreement in Paris last year has not diminished.Political will brought the Paris Agreement into force just days before this year’s conference in Marrakech, setting a tone for the meeting and allowing us to hold the historic first Conference of the Parties to the Paris Agreement. Second, Marrakech featured close cooperation to advance critical issues, which can be seen in the conference outcomes. Governments took a crucial step towards writing the rules of the Paris Agreement. They outlined the finance, technology and capacity building support that enables the developing world to move to low-emission development and build resilience. Marrakech featured long-term de-carbonization plans from major emitters and medium-income countries.* The Marrakech Action Proclamation unites nations in the determination to implement the Paris Agreement and Sustainable Development Goals.This is all very positive and shows that governments are willing to work together. It also sends a strong signal that we have unstoppable global momentum on climate change and sustainable development. Third and finally, Marrakech shined a light on movement in markets and in the private sector. And it highlighted climate actions by local governments. The business leaders action In markets, we see a transformation to low-emission. The clean energy market is growing and now it makes more sense to choose renewable energy over all others. Investors are moving to cleaner, greener assets to secure stable returns. Throughout the private sector, we see high efficiency operations, sustainable supply chains and products that reduce consumer’s climate footprint. Local governments Local governments are moving in the...

Read More
Seyni Nafo : Plaidoyer pour un financement durable
Nov24

Seyni Nafo : Plaidoyer pour un financement durable

Seyni Nafo : Plaidoyer pour un financement durable Une semaine après la COP 22, le président du groupe des négociateurs africains, Seyni Nafo et ambassadeur pour le climat pour le Mali,  donne son point de vue sur la finance climat et ses solutions. Entretien.   Propos recueillis par Houmi Ahamed-Mikidache   Eraenvironnement.com : Quels étaient les objectifs  des négociateurs à Marrakech ? Seyni Nafo: Nous avions pour objectif de poser les fondements juridico-techniques et opérationnels de l’accord. Que veut dire ce charabia ? Il fallait qu’on se mette d’accord sur la feuille de route qui doit décliner le travail en termes de modalités procédures et directives d’application de l’Accord de Paris. Il comprend tout le régime de transparence sur l’atténuation [réduction de gaz à effet de serre] , sur le suivi financier, sur la  comptabilisation des efforts d’adaptation, tout le rulebook comme on dit en anglais. Nombreux pensent qu’il nous faut deux ans pour terminer toutes les directives et modalités qui accompagnent le texte de Paris. Ce sont ces décisions qui seront prises en 2018. On a donc deux ans de travail technique. En 2018, il y aura un second rendez-vous : la rédaction d’une revue à mi-parcours des efforts, en anglais le « facilitative dialogue ». C’est un dialogue qui  évalue les efforts de réductions de gaz à effet de serre,  et d’adaptation dans un cadre global. Cet exercice doit aboutir à une augmentation de l’ambition, une augmentation du niveau de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En 2018, les vraies décisions devraient être prises. A Marrakech, , il n’y avait pas de décisions à prendre. On devait clarifier la feuille de route de maintenant à 2018.  Nous avions comme mission d’écrire les termes de références, en décrivant le nombre d’ateliers et le nombre de papier techniques à réaliser. Le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publié en 2018 aura-t-il un impact sur les décisions ? Normalement oui. Il va informer les débats au niveau de l’effort. L’objectif d’un tel rapport est de tirer la sonnette d’alarme et   de mettre une pression positive sur les décideurs. Oui, cela va être important. Généralement, lors des cycles de contributions, au moment où les pays doivent faire des engagements de réduction de gaz à effet de serre, les pays doivent être informés par un rapport du GIEC. C’est pour cette raison que sera publié le rapport spécial 1,5°C. On espère qu’il sera prêt en 2018 pour permettre de tirer la sonnette d’alarme et d’être un argument assez important pour que les pays remontent leurs obligations de réduction de gaz à effet de serre[Actuellement, les émissions de gaz à effet de serre sont...

Read More
16th Francophonie Summit held in Madagascar : “a great opportunity for the country to showcase its potential”  Ylias Akbaraly
Nov22

16th Francophonie Summit held in Madagascar : “a great opportunity for the country to showcase its potential” Ylias Akbaraly

16th Francophonie Summit held in Madagascar: “a great opportunity for the country to showcase its potential”  Ylias Akbaraly The 16th Francophonie Summit held for the first time in Antananarivo (Madagascar)  from 22th to 27th Novembrer is «  a great opportunity for the country to showcase its potential”, said Ylias Akbaraly,  Chairman of  Sipromad Group, one of the fifth richest man in Francophonie. He has welcomed the Summit calling it as “an ideal platform for Madagascar to position itself as the potential Tiger of the Indian Ocean and a huge opportunity for African businesses to strike new partnerships. ” This year’s theme is “Shared growth and responsible development: conditions for stability around the world and within La Francophonie”. In 1989, Mr Akbaraly, started with   a staff of 20 and a turnover of  USD 20,000. He   has turned the family business into a multimillion dollar conglomorate today with over 3,000 staff , a turnover of over  USD 150 million . Sipromad Group has offices in Paris, Dubai and Mauritius and want to expand his company.  In an deeper interview, Ylias Akbaraly discusses his vision of sustainable development in Madagascar and in Africa. By Houmi Ahamed-Mikidache Eraenvironnement.com : For the first time, Madagascar is hosting the Francophone Summit, this country has many challenges related to the fight against poverty. How will this event benefit the country located in the Indian Ocean? Ylias Akbaraly: This is a big chance for Madagascar and for the businessmen in Madagascar because there are many delegations, heads of state and important businessmen attending the Summit. For example Morocco.  King Mohamed VI  is here with over 200 businessmen. So, I believe it’s a great opportunity for the country to showcase its potential. We are also signing some deals on the occasion in banking which will help in growing our business in Africa. You have mentioned that Madagascar can be the tiger of Indian Ocean. Could you please explain how it can unlock its potential? Madagascar can be the Tiger of the Indian Ocean, the reason is very simple first, our location (right in between Asia and Africa). Second, we are the biggest country in the Indian Ocean and third, our population. We have a young population which is well educated. The government should look into simplifying regulations, making it easier for entrepreneurs and foreign businessmen to come, to settle, and to start a business. I will say that the investors too should offer the best education and training to the “young generation.” You have invested in a wild range of sectors from property (realty), Agrobusiness, aviation to hydro electricity (infrastructure),  in Madagascar.  Madagascar is seen as of one...

Read More
COP 22: Vers de nouvelles perspectives de développement durable
Nov19

COP 22: Vers de nouvelles perspectives de développement durable

COP 22: Vers de nouvelles perspectives de développement durable Sans déroger “aux règles de  négociations” sur le climat, la COP 22 s’est terminée par deux longues soirées intenses avec au bout « un consensus » , un programme et plusieurs interrogations . Analyse- 19 Novembre 2016. Par Houmi Ahamed-Mikidache Les engagements Sans déroger “aux règles de  négociations” sur le climat, la COP 22 s’est terminée par deux longue soirées intenses se terminant vers deux du matin.  Toutefois, c’est dans un esprit courtois et de cohésion que ce sont déroulées pendant deux semaines les discussions intenses, a souligné  le président de la COP et ministre des affaires étrangères, Salaheddine Mezouar. L’enjeu était de taille : la mise en œuvre de l’accord de Paris.  Annonces  remarquées : l’Initiative du Maroc pour l’eau en Afrique , l’initiative d’accès à l’énergie des Pays les Moins Avancés, le financement de l’Initiative d’Accès à l’Energie en Afrique,   l’initiative Africaine pour l’Agriculture,  les 10 000 engagements financiers des dirigeants d’entreprises, soit plus de  8 trillions de dollars pour  réduire les émissions de CO2 , la fermeture des frontières des forêts par la Colombie pour lutter contre les conflits, l’ engagement  des villes   pour réduire les émissions de CO2  de 1 gigatonne par an d’ici 2030, le programme de soutien résilient au climat des économies des océans en Afrique par  la FAO, la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement  , la volonté de réduction  de 7 gigatonnes à 3,1 tonnes d’ici 2030 par les transports, la signature des 130 maires du monde pour un système alimentaire durable pour les villes par l’agriculture.  Autres initiatives :  la présentation d’un outil d’évaluation  sur la résilience qui permettra notamment d’établir des rapports qualitatifs normalisés à  la Convention mondiale des maires sur les engagements relatifs à l’adaptation. Autre avancées : mise en place d’un nouveau cadre quinquennal au sein du Mécanisme international de Varsovie relatif aux pertes et préjudices et assistance technique et financière (baptisée African Package for Climate-Resilient Ocean Economies) pour soutenir les économies vivant de l’océan en Afrique et renforcer la résilience au changement climatique des zones côtières par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD). Les partenaires de la COP22 pour l’action sur les océans ont publié une feuille de route stratégique pour des mesures en faveur des océans et du climat de 2016 à 2021, qui propose une vision de l’action sur les océans et le climat au cours des cinq prochaines années pour six océans.  Autres engagements : la création d’un fonds de 500 millions de dollars, ” l’investissement de Marrakech pour l’adaptation”, le fonds vert pour les femmes...

Read More
COP 22: Plaidoyer Africain pour une co-émergence continentale
Nov16

COP 22: Plaidoyer Africain pour une co-émergence continentale

COP 22: Plaidoyer Africain pour une co-émergence continentale Lors du premier sommet africain sur la co-émergence continentale, les Chefs d’Etat africains, invités par le Roi du Maroc, Mohamed VI, en marge de la 22ème Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), ont  réaffirmé  leur priorités, engagements, et sollicitations. Déclaration. Par les chefs d’Etat Africains. Les priorités Lors du premier sommet africain sur la co-émergence continentale, les Chefs d’Etat africains, invités par le Roi du Maroc, Mohamed VI, en marge de la 22ème Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), ont  réaffirmé  4 priorités: – l’importance d’une mise en œuvre adéquate des Objectifs de Développement Durable, fondés sur les principes de Rio, en particulier celui de «la responsabilité commune mais différenciée », pour relever le défi du changement climatique ; – l’engagement concret et substantiel des pays africains à contribuer à l’effort mondial de lutte contre les changements climatiques ; – leur ambition de faire de l’action pour le climat un levier d’émergence, en vue de construire un modèle de développement inclusif et durable répondant aux aspirations légitimes des populations africaines et préservant les intérêts des générations futures ; – leur volonté d’œuvrer collectivement et solidairement pour une Afrique résiliente au changement climatique et qui façonne son destin, à travers des approches sous régionales et régionales Ils ont ensemble souligné la vulnérabilité de l’Afrique face aux changements climatiques et les conséquences des dérèglements climatiques au niveau mondial telles que la  menace sur la paix et la  sécurité. L’Afrique compte 54 Etats dont 6 Petits Etats Insulaires en développement et une trentaine d’états côtiers. Les Engagements Les dirigeants africains s’engagent à  promouvoir les politiques et les mesures en matière d’adaptation requises, qui soient aussi des catalyseurs pour une transformation structurelle profonde sur les plans économique et social en Afrique. Ils se disent prêts à  consolider nos engagements respectifs en matière de lutte contre les effets du changement climatique, pour donner davantage de cohérence à nos stratégies et avancer ensemble. Et ils affirment leur ferme volonté d’accélérer la réalisation des initiatives déjà identifiées ou lancées, en s’appuyant non seulement sur leurs ressources intrinsèques mais également en mobilisant les bailleurs de fonds, multilatéraux et bilatéraux ainsi que les acteurs non étatiques. Quelles sont les initiatives? Il s’agit de la résilience du continent face  aux menaces du dérèglement climatique. Les actions sont multiples:   L’Initiative Africaine pour l’Adaptation », l’initiative pour « l’Adaptation de l’Agriculture Africaine », connue sous l’acronyme « Triple A », le projet de la « Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel», l’initiative pour...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer