Implementing climate policies by developed countries-SBI
Fév14

Implementing climate policies by developed countries-SBI

Implementing climate policies by developed countries-SBI  By Houmi Ahamed-Mikidache   18 developed countries will present their achievements in implementing climate policies next May in Bonn, during the forty-sixth session of the Subsidiary Body for Implementation ( SBI). According to the UNFCCC, the implementation updates involve an important preparatory stage, which includes an online question and answer period among Governments.  To this end, actions and inputs from all Parties are needed in the next few months and can be submitted via the ‘MA Portal’. Among the 18 countries that will present updates are the United States of America, France and the Russian Federation are (full list of countries can be found here)....

Read More
Les ONG multinationales, la RSE et le développement économique de l’Afrique
Jan24

Les ONG multinationales, la RSE et le développement économique de l’Afrique

Les ONG multinationales, la RSE et le développement économique de l’Afrique Par Thierry Téné, Associé et Directeur de l’Institut Afrique RSE Plainte contre le WWF Le 6 janvier 2017 est une date historique pour les Principes Directeurs de l’OCDE, qui sont des recommandations des Gouvernements des 35 pays les industrialisés du monde, à l’attention des multinationales pour la prise en compte de la Responsabilité Sociétale (droits de l’Homme, environnement, intérêts des consommateurs, fiscalité, etc.). Jusqu’à ce jour, ce sont les entreprises multinationales qui faisaient l’objet des plaintes des ONG pour non respect des Principes Directeurs de l’OCDE. Mais en ce début d’année, le Point de Contact National Suisse a jugé recevable la plainte de l’ONG britannique SURVIVAL contre l’ONG suisse WWF (Fonds Mondial pour la Nature). Dans sa plainte très documentée, SURVIVAL accuse WWF d’abuser des droits des pygmées BAKA du Cameroun au nom de la conservation de la nature.  Cette procédure auprès de l’OCDE met en exergue plusieurs problématiques en lien le développement économique de l’Afrique. Les interrogations Comme toutes les ONG représentées dans plusieurs pays, WWF (présente dans 80 pays) ne devrait-elle pas être aussi considérée comme une organisation multinationale qui devait justifier ses pratiques et actions ? Elle finance d’ailleurs plusieurs programmes de conservation de la nature en Afrique. Ce qui a des répercussions non seulement sur la politique d’exploitation des ressources naturelles des Etats (source des ressources financières) mais aussi les conditions de vie des populations comme les pygmées qui vivent dans la forêt. Jusqu’ici « donneuses » de leçons sur les questions sociales, environnementales, de droit de l’Homme et éthique, les ONG peuvent désormais se retrouver également au banc des accusées comme les Etats et les entreprises. La RSE : la solution Mais le plus surprenant dans cette saisie de l’OCDE est l’absence de marge de manœuvre du Gouvernement Camerounais alors qu’il s’agit de ses ressortissants, que les faits dénoncés se passent sur son territoire avec une implication de son armée et des éco-gardes financés par le WWF dans le cadre d’un partenariat avec l’Etat. Face à la montée en puissance de la lutte contre le changement climatique (entrée en vigueur de  l’Accord Paris), du rôle croissant des ONG multinationales, de l’adoption des Objectifs de Développement Durable (ODD), de la signature des Principes de l’Equateur (prise en compte des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance pour tout investissement supérieur ou égal à 10 millions de dollars) par les institutions financières, les états africains ne peuvent plus envisager leur développement économique sans intégrer la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) . La polémique autour de l’huile de palme est l’un des symboles de cette problématique. Entre les besoins pour la...

Read More
“Southern Africa could create 78,000 new jobs in less than 20 years”- Thelma Munhequete
Déc19

“Southern Africa could create 78,000 new jobs in less than 20 years”- Thelma Munhequete

Southern Africa could create 78,000 new jobs in less than 20 years By Thelma Munhequete*   I have attended the global Gender Climate Alliance Innovation Forum, on the sideline of COP22,  the UN Framework Convention on Climate Change held in Marrakech, Morocco last november. The event was supported by different UN Agencies, organizations and stakeholders. 200 participants from different countries attended the two days event. Different experience and action where shared. Mary Robinson from the Mary Robinson Foundation, addressed the need of bigger and great Dialogues among Women  globally, Regionally and at a country level. Participants  have concentrated efforts to   improve gender balance and increase the participation of women in all UNFCCC processes. The Forum addressed key questions:  Where  Are We?  Where  Are We Going? What topics? How  can we integrate gender into urban climate policy? These are my thoughts. Where Are We? Gender in the communities is a relatively new topic in Mozambique. But it  has not received much attention although it is acknowledged that women and the youth are the most vulnerable groups in the communities. In its response to ensure social safety and protection of the citizens, the Government of Mozambique introduced measures through departments. This is further supported by Policy Frameworks and Legal instruments. As Country Executive Director of Africa Foundation which works  in southern Africa Countries, both in Mozambique and Zambia,  I  shared my experience in Mozambique. The lack   of data  is the main obstacle to integrate climate change, gender mainstream and the sustainable Development Goals (SDGs) simultaneously, in order to reduce poverty, promote food security and further gender equality in my country. Climate change is affecting the youth. In most  cases, the youth helps the family. The decrease in water pressure reduces the reliability of the water borehole in the villages. During drought,people move with their livestock for grazing and so require water. These additional challenges compromise the health condition of the youth as well as the education. It is critical to assess the viability of scaling up successful local solutions as well as identifying new solutions for them. Where  Are We Going? The associated lack of food, water and income is already visible and it’s reaching social consequences such adoption of risky behaviours consuming of alcohol abuse, criminal activities (Poaching), theft and corruption that lead to family breakdowns. We have embraced the principles of gender equality and empowerment of women and youth . Through our affiliation to the Global Gender and Climate Alliance (GGCA), we  aim to mainstream gender in all  projects. We adopted the Global Environment Facility’s Gender Equality Action Plan (GEAP) to guide our gender action plan which forms part...

Read More
Amina J. Mohammed: Next UN Deputy Secretary General
Déc19

Amina J. Mohammed: Next UN Deputy Secretary General

Amina J. Mohammed: Next UN Deputy Secretary General By Houmi Ahamed-Mikidache Amina J. Mohammed, minister of environment of Nigeria has been appointed last week as  the next UN Deputy Secretary General by the incoming UN Secretary General, Antonio Guterres. She will take her new position on the 1st January 2017. The Nigerian minister was previously special adviser of three Nigerian President, on the Millenium Development Goals for six years. She was also Special Adviser to UN Secretary General Ban Ki Moon on Post-2015 Development Planning. She is one the crucial contributors of the Sustainable Development Goals architecture. In a statement given to the Nigerian media, she emphasized her willing to continue to protect Nigeria Environment. She will follow the Nationnally Determined Contributions under the Paris Agreement, the first Sovereign Green Bounds in 2017, and the development of the Great Great Wall. “Over the last 3 decades and during my contribution to the Millennium Development Goals, the Sustainable Development Goals and recently working for environmental protection as part of President Buhari’s vision to transform Nigeria, I have been blessed with the unwavering support and inspiration from leaders, my colleagues, activists, and stakeholders from the polluted creeks in the Niger Delta, to the eroded (Kumaro and Alpha) and overflowing (Makoko) communities in Lagos, Nnaka erosion site in Anambra and others, through the polluted Sharada industrial sites of Kano, the drought affected areas(Bama) in Borno as well as the degraded dunes in Yobe and others parts of the catchment area of the disappearing Lake Chad, ” she declared. “I will continue to work fo the rights of the poor, especially women and the youth, ensuring we leave no one behind,” she added. Amina J Mohammed was Born in 1961, and educated in Nigeria and in the UK.  She  is married with six children.    ...

Read More
Le Sénégal à l’honneur
Déc18

Le Sénégal à l’honneur

Le Sénégal à l’honneur Par Houmi Ahamed-Mikidache Le président du Sénégal Macky Sall est actuellement en visite d’Etat en France jusqu’au 23 Décembre. Au programme : plusieurs rencontres  dont une avec son homologue français, François Hollande. Faits importants : un entretien et une déclaration conjointe suivi d’ un dîner en son honneur auront lieu à l’Elysée Mardi 20 Décembre et Mercredi 21 Décembre, une cérémonie en l’honneur du président Sénégalais aura lieu à l’Académie des Sciences d’Outre-mer. Ainsi Macky Sall deviendra membre de l’Académie des Sciences d’Outre-mer. Depuis quelques semaines, le Sénégal présente des nouvelles mesures dont l’accès aux énergies renouvelables dans les milieux ruraux et le lancement du projet de Train Express Regional ( TER). Ces mesures s’inscrivent dans le« Plan Sénégal Emergent » lancé par le gouvernement sénégalais en 2014 pour le développement économique et social de ce pays d’Afrique de...

Read More
Comment faire face à la pollution atmosphérique ?
Déc17

Comment faire face à la pollution atmosphérique ?

Comment faire face à la pollution atmosphérique ? Par Houmi Ahamed-Mikidache   La Stratégie de la Commission Européenne En décembre 2013, la Commission Européenne a publié un programme avec des  objectifs stratégiques de lutte contre la pollution de l’air à l’horizon 2020 et 2030 : « Air pur pour l’Europe. » Récemment, le Parlement européen et le Conseil Européen ont fixé  des limites pour les cinq principaux polluant en Europe à réduire d’ici 2030 : -49% pour les particules fines (PM2,5), -79% pour  le dioxyde de soufre,-63% pour  les oxydes d’azote,-40% pour  les composés organiques volatils non méthaniques et -19% pour l’ammoniac. D’après la commission de l’Union Européenne, une fois mise en place,  la directive permettra de réduire de près de 50 % d’ici à 2030 les effets néfastes de la pollution de l’air pour la santé, tels que les maladies respiratoires et les décès prématurés. La directive  entrera en vigueur le 31 décembre 2016. Cette directive devrait également avoir un «  effet bénéfique sur la qualité de l’eau douce, des sols et des écosystèmes. » Elle devrait ainsi « limiter l’incidence des particules nocives contribuant au changement climatique ». Comment la France fait face à la pollution de l’air? Depuis le 30 novembre 2016, plusieurs régions françaises connaissent des épisodes de pollution liés  à l’impact du trafic routier et à certains systèmes de chauffage. Les villes vivent actuellement en circulation alternée  lors de pic de pollution importants. La Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, vient de signer de conventions intitulées « villes respirables en cinq ans » avec la communauté urbaine d’Arras et la Communauté Urbaine de Dunkerque. Chaque territoire bénéficiera d’un appui financier d’un million d’euros. Avec 197 700 habitants et 17 communes concernées, la Communauté Urbaine de Dunkerque, verra, entre autres,, sa flotte de bus renouvelée ( bus électriques notamment), aura des outils de communication pour agir sur les comportements. La Communauté urbaine fera aussi l’acquisition de véhicules propres pour l’entretien des espaces verts et concevra un nouveau Plan local d’Urbanisme intercommunal intégrant la qualité de l’air. Avec 101 879 habitants et 39 communes concernées, la communauté urbaine d’Arras fera un achat de vélos pour le développement d’un service de location de vélos, aménagera des pistes cyclables, mettra en place des supports d’information sur la qualité de l’air pour les particuliers ( fanions, internet), fera une étude pour la mise en place d’unité de distribution d’énergie renouvelable mutualisée pour les bus et bennes à ordures. La Communauté urbaine d’Arras permettra la modélisation de la qualité de l’air par la réalisation d’une carte stratégique de la qualité de l’air. Que dit la Nasa? L’Agence Spatiale Américaine, la Nasa, vient de diffuser une nouvelle vidéo:  une perspective globale du Dioxide du...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer