COP 23: “climate deniers will be defeated”- Tajiel Urioh
Sep23

COP 23: “climate deniers will be defeated”- Tajiel Urioh

COP 23 : “climate deniers will be defeated”- Tajiel Urioh Green Icon- Tajiel Urioh is a young activist from Tanzania. He is the founder of Green Icon, an non profit organization aims to fight climate change. Interview. By Houmi Ahamed-Mikidache   Eraenvironnement.com: Could you please introduce yourself?   I’m Tajiel Urioh, 28 years old from Arusha in Tanzania. I am currently based in Dar es Salaam. Since my childhood I always wanted to protect the  environment particularly plants. In secondary school, I thought about being a botanist. I finally studied later geography and Environment: my passion. I have now a BA Hons on Geography and Environmental Studies from University of Dar es Salaam . I’m a Founder and Executive Director of The Green Icon,  a non-profit organization I found in 2012 when I was second year student. Tajiel Urioh: What is The Green Icon about? The Green Icon is a non-profit organization working on environmental conservation, climate action, energy and green youth development. Action for Resilience is a flagship motto for our organization. We have been working with media houses and youth programmes. And we re thinking to  work with grassroot community now particularly on climate change adaptation, renewable energy and access to safe and clean water.   Two years after the adoption of the Paris Agreement, how do you proceed to help the communities understand the land issues? I see the consensus on adoption of the Sustainable Development Goals, Paris Agreement and Sendai Framework of Disaster Risk Reduction as one of the big victory the world experienced in recent years. On Paris agreement, first I’m very proud that I was one of CSOs soldiers who pushed governments tireless on this agreement, I remember the push on inclusion of Loss and Damage as per Warsaw International Mechanisms for Loss and Damage. I remember that night when all nations agreed and it was really a break heaven step. I’m now working with community on different youth groups and community on conservation and reforestation. With  my organization,  we are also working on raising awareness  for land conservation and well management as per call of Paris Agreement and SDG Goal 15 (Life on Land). How does your organization work with Women? The Green Icon recognizes the role of women. Women are drivers of change in community particularly when there are empowered. It  is for this  reason that we are working closely with girls and women. Women are good agent of changes especially in adaptation measures in agriculture sector where most of them are directly involved in Tanzania. Currently girls who are working with us are becoming voice of  the voice less in...

Read More
Climate Change in Tanzania: Farmers are Waiting for solutions
Sep21

Climate Change in Tanzania: Farmers are Waiting for solutions

Climate Change in Tanzania:  Farmers are waiting for solutions By Deodatus Mfugale* The farmers in Nyamwage village in Tanzania are facing two challenges:  changing climate and a new disease is affecting the rice crops. The rainfall patten is a real problem in this village. Sometimes it rains unexpectedly: in June, while the rainy season had lond ended in the area and farmers had just harvested their crops , part of the crops was destroyed by “out-of -season rainfall”. These farmers do not know where to find alternatives and they feel left behind.         Deodatus Mfugale is an experienced freelance environmental journalist based in Dar es Salaam Tanzania. He is a media consultant/trainer specializing in environment, climate change, extractives industry and investigative journalism. He works on voluntary basis with the Journalists Environmental Association Of Tanzania (JET) in the areas of writing features, editing and conducting short term training sessions. Currently, he writes as a correspondent for Daily News and The Guardian newspapers, two Tanzanian newspapers. But he was formerly employed by The Guardian Ltd where he served as a news editor, and a features editor before he resigned in 2009. He is now a Board Memberof Shahidi wa Maji (Water Witness). Between 2012 and 2014. He served as a Member to the Advisory Committee of the Climate Change Research, Education and Outreach Programme of the University of Dar es Salaam. He has attended many climate change meetings and other international...

Read More
Symposium for the 30th Anniversary of the Montreal Protocol
Sep20

Symposium for the 30th Anniversary of the Montreal Protocol

Symposium for the 30th Anniversary of the Montreal Protocol   The Future ozone in changing climate   Prof. Ulrike Langematz ( Institute of Meteorology- Germany)   https://www.youtube.com/channel/UC4gCwLtvftkM2oeTBO53vxQ/live...

Read More
Semaine climatique : Sommet sur le Pacte Mondial pour l’Environnement
Sep19

Semaine climatique : Sommet sur le Pacte Mondial pour l’Environnement

Semaine climatique : Sommet sur le Pacte Mondial pour l’Environnement Par Houmi Ahamed-Mikidache Le président de la République française, Emmanuel Macron, présidera un sommet sur le pacte mondial pour l’environnement, en marge de l’assemblée générale de l’ONU ce mardi. Rédigé par un groupe de juristes reconnus, issus de 40 pays, le projet de pacte mondial pour l’environnement est une initiative de l’ancien ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, actuel président du Conseil constitutionnel de la République française et ancien président de la COP 21. Le projet de pacte mondial de l’environnement a été approuvé par le président français en juin dernier à Paris à la Sorbonne. La France, se positionnant en leader de la lutte contre le réchauffement planétaire, s’engage depuis quelques mois pour élaborer ce pacte mondial pour l’environnement. Cette présentation aux Nations Unies est, selon la présidence française, la poursuite de la mobilisation menée par la France dans la perspective de l’organisation d’un sommet sur le climat le 12 décembre prochain....

Read More
Protocole de Montréal : La convention fête ses 30 ans à Paris
Sep11

Protocole de Montréal : La convention fête ses 30 ans à Paris

 Protocole de Montréal : La convention fête ses 30 ans à Paris Pour célébrer l’anniversaire du protocole de Montréal, premier traité international à obtenir une ratification universelle en 2010,  un symposium international est organisé à Paris les 19 et 20 septembre 2017.  Explications. Par Houmi Ahamed-Mikidache   Le Protocole de Montréal Premier traité international à obtenir une ratification universelle en 2010, le protocole de Montréal est salué par la communauté internationale comme un exemple exceptionnel de coopération internationale pour la protection de l’environnement. Ce protocole, signé le 16 septembre 1987, permettrait d’éviter environ 2 millions de cancers de la peau supplémentaires à l’horizon 2030, d’après certaines études. Ratifié par 197 pays, le  Protocole de Montréal permet d’enrayer la destruction de la couche d’ozone et de protéger les populations du rayonnement ultraviolet dangereux du soleil. Ambitions Ce traité a permis la mise  en application de la réglementation et l’interdiction des substances nuisant à la couche d’ozone ( SAO en anglais) et comportant de puissants gaz à effet de serre, qui sont la cause du réchauffement planétaire. Ces mesures internationales ont donc pour ambition de contribuer à la protection de la planète. Autre ambition internationale : l’amendement de Kigali. Ce dernier, ajouté au Protocole en 2016, permet de contrôler l’émissions des SAO. Son objectif : empêcher jusqu’à 0,5 °C de réchauffement d’ici la fin du siècle, contribuant ainsi à la réalisation des objectifs de l’accord de Paris. Le Symposium Le Symposium international est organisé par l’Académie des Sciences, l’Observatoire de Versailles Saint-Quentin en Yvelines et la Commission Internationale sur l’Ozone. Il développera les thèmes suivants : –        Science de la couche d’ozone : perspective historique et enjeux actuels –        Impact de la destruction de la couche d’ozone sur la santé, les –        écosystèmes et le climat ; Impact des SAO et de leurs substituts sur le climat –        Rôle de l’industrie dans le Protocole de Montréal –        Géo-ingénierie et impacts potentiels sur la couche d’ozone –        Controverses sur le climat et sur la destruction de la couche d’ozone...

Read More
COP 23- Action climatique: “Nous sommes au début d’une nouvelle ère” – Hakima El Haité
Sep11

COP 23- Action climatique: “Nous sommes au début d’une nouvelle ère” – Hakima El Haité

COP 23- Action climatique: “Nous sommes au début d’une nouvelle ère” – Hakima El Haité Ancienne Ministre de l’Environnement du Maroc, Hakima El Haité est actuellement l’envoyée spéciale du Royaume chérifien pour la COP 22. Nommée il y a un an championne de haut niveau pour le climat, elle décrit ses différentes actions, notamment celles sur le sommet des territoires  à Agadir  (Maroc) qui s’ouvre aujourd’hui. Entretien.    Propos recueillis par Houmi Ahamed-Mikidache Vous êtes l’une des actrices principales du sommet des territoires Climate Chance à Agadir. Qu’attendez-vous de cet événement ? Mobiliser, mobiliser et mobiliser. Ce rendez-vous est comme lors de ses éditions précédentes, destiné à rassembler, à partager ensemble les expériences, les bonnes pratiques, les espoirs et puiser l’énergie pour aller plus vite et plus loin. A Marrakech, les acteurs non étatiques ont d’une certaine manière créé l’événement. Rappelez-vous, la Cop 22 s’était ouverte sur l’annonce de l’élection de Donald Trump et les craintes qu’elle suscitait.  Depuis, ces craintes se sont concrétisées par l’annonce au printemps de la volonté de retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris. Contrairement à ce que nous aurions pu craindre, les acteurs non étatiques ont été plutôt galvanisés par cette difficulté politique. C’est grâce à eux que l’on peut parler désormais des nouvelles Conférences des Nations Unies sur le climat “duales” crées par l’Accord de Paris : celle de la négociation entre Etats, et celle de tous les autres acteurs qui agissent sur le terrain. Mais attention, leur efficacité est extrêmement tributaire de la capacité des Etats à mettre en place des politiques de long terme cohérentes avec la transition énergétique. A Agadir, nous sommes là pour construire des points entre le Sud et le Nord, encourager les acteurs non étatiques africains à rejoindre les coalitions mondiales. Nous avons par ailleurs suscité à Agadir un sommet des coalitions, les 13 et le 14 septembre pour nous assurer de la cohérence de ce que nous présenterons lors des journées thématiques de la COP 23, qu’il s’agisse des forêts, d’industrie, de l’océan et du yearbook. Ce sera une étape de travail essentielle pour réussir cette nouvelle COP. Avec un accent particulier sur la diffusion au-delà de l’enceinte onusienne de notre travail. Le grand public doit connaître notre action. Les décideurs économiques aussi. Les médias également. Cette connexion est une des clés de l’accélération de l’action climatique. C’est pour cela qu’à Bonn, nous allons insister sur deux points : le yearbook comme nouvel outil de travail pour les Parties et boussole des acteurs non étatiques et la diffusion du travail des coalitions sur tous les canaux, médias et réseaux sociaux compris. Vous avez récemment à Paris examiné le processus...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer