Le Sénégal à l’honneur
Déc18

Le Sénégal à l’honneur

Le Sénégal à l’honneur Par Houmi Ahamed-Mikidache Le président du Sénégal Macky Sall est actuellement en visite d’Etat en France jusqu’au 23 Décembre. Au programme : plusieurs rencontres  dont une avec son homologue français, François Hollande. Faits importants : un entretien et une déclaration conjointe suivi d’ un dîner en son honneur auront lieu à l’Elysée Mardi 20 Décembre et Mercredi 21 Décembre, une cérémonie en l’honneur du président Sénégalais aura lieu à l’Académie des Sciences d’Outre-mer. Ainsi Macky Sall deviendra membre de l’Académie des Sciences d’Outre-mer. Depuis quelques semaines, le Sénégal présente des nouvelles mesures dont l’accès aux énergies renouvelables dans les milieux ruraux et le lancement du projet de Train Express Regional ( TER). Ces mesures s’inscrivent dans le« Plan Sénégal Emergent » lancé par le gouvernement sénégalais en 2014 pour le développement économique et social de ce pays d’Afrique de...

Read More
Comment faire face à la pollution atmosphérique ?
Déc17

Comment faire face à la pollution atmosphérique ?

Comment faire face à la pollution atmosphérique ? Par Houmi Ahamed-Mikidache   La Stratégie de la Commission Européenne En décembre 2013, la Commission Européenne a publié un programme avec des  objectifs stratégiques de lutte contre la pollution de l’air à l’horizon 2020 et 2030 : « Air pur pour l’Europe. » Récemment, le Parlement européen et le Conseil Européen ont fixé  des limites pour les cinq principaux polluant en Europe à réduire d’ici 2030 : -49% pour les particules fines (PM2,5), -79% pour  le dioxyde de soufre,-63% pour  les oxydes d’azote,-40% pour  les composés organiques volatils non méthaniques et -19% pour l’ammoniac. D’après la commission de l’Union Européenne, une fois mise en place,  la directive permettra de réduire de près de 50 % d’ici à 2030 les effets néfastes de la pollution de l’air pour la santé, tels que les maladies respiratoires et les décès prématurés. La directive  entrera en vigueur le 31 décembre 2016. Cette directive devrait également avoir un «  effet bénéfique sur la qualité de l’eau douce, des sols et des écosystèmes. » Elle devrait ainsi « limiter l’incidence des particules nocives contribuant au changement climatique ». Comment la France fait face à la pollution de l’air? Depuis le 30 novembre 2016, plusieurs régions françaises connaissent des épisodes de pollution liés  à l’impact du trafic routier et à certains systèmes de chauffage. Les villes vivent actuellement en circulation alternée  lors de pic de pollution importants. La Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, vient de signer de conventions intitulées « villes respirables en cinq ans » avec la communauté urbaine d’Arras et la Communauté Urbaine de Dunkerque. Chaque territoire bénéficiera d’un appui financier d’un million d’euros. Avec 197 700 habitants et 17 communes concernées, la Communauté Urbaine de Dunkerque, verra, entre autres,, sa flotte de bus renouvelée ( bus électriques notamment), aura des outils de communication pour agir sur les comportements. La Communauté urbaine fera aussi l’acquisition de véhicules propres pour l’entretien des espaces verts et concevra un nouveau Plan local d’Urbanisme intercommunal intégrant la qualité de l’air. Avec 101 879 habitants et 39 communes concernées, la communauté urbaine d’Arras fera un achat de vélos pour le développement d’un service de location de vélos, aménagera des pistes cyclables, mettra en place des supports d’information sur la qualité de l’air pour les particuliers ( fanions, internet), fera une étude pour la mise en place d’unité de distribution d’énergie renouvelable mutualisée pour les bus et bennes à ordures. La Communauté urbaine d’Arras permettra la modélisation de la qualité de l’air par la réalisation d’une carte stratégique de la qualité de l’air. Que dit la Nasa? L’Agence Spatiale Américaine, la Nasa, vient de diffuser une nouvelle vidéo:  une perspective globale du Dioxide du...

Read More
Crowding the private sector into Africa’s climate action
Déc12

Crowding the private sector into Africa’s climate action

Crowding the private sector into Africa’s climate action It is in the enlightened self-interest of African private sector to begin to mobilise investment capital for Africa’s climate action LAGOS, Nigeria, December 12, 2016/ — The global community for climate action was spooked by the November 8 election of Donald Trump as the next President of the United States. The US President-elect had earned the sobriquet of “climate denier,” for his claim that climate change is a hoax. However, there is cautious optimism that his presidency will not overturn the global agenda on climate change. Hopefully, his views on climate change will change and align with reality when he settles into the Oval Office. Policymakers also believe that global climate agreements cannot be reversed easily. In the meantime, stakeholders are pressing on with formulating strategies for climate change mitigation and adaptation. The 22nd session of the Conference of the Parties (COP 22) to the United Nations’ agency on climate change held on November 7 – 18 in Marrakech, Morocco. At the climate talks, Australia, Japan, United Kingdom, Pakistan and seven other countries ratified the December 2015 Paris Climate Agreement. A total of 111 countries, including the United States, China and Member Countries of the European Union ratified the agreement by the time COP 22 concluded. Since the Paris accord entered into force on November 4th, quite earlier than anticipated, global action against climate change has effectively shifted to strategic programming. Therefore, in Marrakech, Canada, Germany, Mexico and the United States published their plans to significantly decarbonize their economies by 2050. A group of 47 developing nations also committed to running entirely on renewable energy sources “as rapidly as possible.” Some of the plans are already gaining traction. Investments in renewable energy totalled $286 billion in 2015. This surpassed by 3% the previous high of renewable energy investment achieved in 2011. Data gleaned from Global Trends in Renewable Energy Investment 2016, a joint publication by United Nations Environment Programme and Bloomberg, further revealed that last year, coal and gas-fired electricity generation drew less than half the record investment made in solar, wind and other renewable energy sources. The trend in renewable energy investment is a mixed bag, even in developing countries. China alone accounted for 55% of total investment last year; Africa’s share was less than 5%. As climate change mitigation is being driven by investment in green energy, Africa is already taking the familiar position at the back seat on the ‘green energy train’. This was not unanticipated by climate policymakers. Although China is the clear leader in investment in renewables, other developing countries, in particular the low-income countries, are...

Read More
NDCs: “The heart of the Paris Agreement” Hakima El Haite
Nov29

NDCs: “The heart of the Paris Agreement” Hakima El Haite

NDCs: “The heart of the Paris Agreement”- Hakima El Haite By Houmi Ahamed-Mikidache “National climate plans, or NDCs, are at the heart of the Paris Agreement: through the NDC Partnership, we will also engage  more of the private sector, encourage South-South cooperation and make donors more responsive to countries’ needs,” said  Hakima El Haite, Climate Champion and Minister Delegate in Charge of the Environment, Ministry of Energy, Mines Water and the Environment, Morocco, recently at the UN Climate Change Conference in Marrakech. Her thoughts on NDCs Partnership Morocco and Germany initially co- chaired the National climate plans partnership, but now this NDC partnership is opened to all countries and relevant international institutions. Therefore, it  takes  three approach to drive climate action: -Create and disseminate insightful knowledge products that raise awareness of and enhance access to existing support initiatives, tools and resources, including finance. -Facilitate technical assistance and capacity building at national, regional and global levels by fostering greater collaboration between environment and -development agencies. -Facilitate enhanced financial support of existing and new country-specific, bilateral and international NDC support programs What is the View of the LDC Chairman ? What is the view of the African Group of...

Read More
Lighting Least Developed Countries
Nov28

Lighting Least Developed Countries

Lighting Least Developed Countries After the UN Climate Conference in Marrakech, a high-level roundtable on African Least Developed Countries access to energy will be held  on 6th December in  Dar es Salaam, Tanzania.   By Houmi Ahamed-Mikidache The United Nations Office of the High Representative for Least Developed Countries, Landlocked Developing Countries and Small Island Developing States (UN-OHRLLS) (http://UNOHRLLS.org), together with EnergyNet (www.EnergyNet.co.uk) will  organize a high-level roundtable on  access to energy in  Africa Least Developed Countries (LDCs)* on 6th December. The discussion will be about how African countries can achieve the three universal goals on sustainable energy. Another meeting will be held from 6 to 8th December: The Africa Energy Forum: Off the Grid Summit (www.AEF-OffGrid.com). It will focus on project opportunities for mini- and off-grid technology providers working in Africa’s energy space. Among participants  Ministries of energy, rural electrification agencies, philanthropic business foundations, banks, regulatory bodies, multilateral organizations and off-grid businesses . They will discuss topical issues concerning rolling-out off-grid projects across Africa, a few weeks  after the UN Climate Conference in Marrakech where the LDCs Renewable Energy and Energy Efficiency Initiative was launched. What is the LDCs Renewable Energy and Energy Efficiency Initiative about? The Least Developed Countries Renewable Energy and Energy Efficiency Initiative is part of  the Marrakech  Global Partnership on Scale Up rapidly  Clean Energy Transformation Worldwide. The Renewable Energy and Energy Efficiency Initiative (REEEI) for Sustainable Development  was initially announced in  Kinshasa last September where Ministers and heads of delegation from the 48 Least Developed Countries welcomed it. “The initiative will enable LDCs to leapfrog fossil fuel based energy and light up the lives of millions of energy-starved people through modern, clean and resilient energy systems, ” said in Marrakech, Tosi Mpanu-Mpanu, Chair of the Least Developed Countries Group and Head of delegation of the Democratic Republic of the Congo. The approach This initiative aims to achieve sustainable development by linking SDGs and the implementation of the Paris Agreement on Climate Change. For Least Developed Countries UN Climate group, the Renewable Energy and Energy Efficiency Initiative will support country driven and country owned approach. It has many objectives:  social, economic, poverty and development. These are to enhanced energy access. According to a concept note of the initiative, LDCs want to mobilize and build ambition and capabilities by formulating low to zero emission, resilient, development, pathways. They plan to identify and develop “the most appropriate approaches  to off-grid solutions and community energy in relation to different Country contexts”.  The development of Micro Small and medium sized companies and small scale agriculture and transfer of relevant technologies  will be promoted to enhance access to renewable...

Read More
16ème Sommet de la Francophonie : Pour un développement durable
Nov28

16ème Sommet de la Francophonie : Pour un développement durable

16ème Sommet de la Francophonie : Pour un développement durable   Réunis à  Madagascar  du 26 au 27 novembre, lors du 16ème Sommet de la Francophonie,  les chefs d’Etat, de gouvernement et hauts responsables francophones  se sont prononcés ce dimanche  pour une croissance partagée et, un développement durable et responsable. Morceaux choisis. Par Houmi Ahamed-Mikidache   La stratégie francophone Les Chefs d’Etats francophones  réaffirment   leur détermination à poursuivre la Stratégie économique pour la Francophonie adoptée lors du XVe Sommet de Dakar, les 29 et 30 novembre 2014. Rappel de la stratégie : créer un espace francophone privilégié d’échange et de croissance inclusive et partagée, lors d’événements internationaux. Exemples : les concertations ministérielles francophones régulières dans le cadre des travaux du G20. Ils encouragent la promotion des investissements, la création d’entreprise, l’industrialisation inclusive et durable, par notamment la transformation des matières premières locales sur place. Eléments soulignés : la coopération sud-sud, nord-sud. Les hauts dirigeants francophones se prononcent également pour l’intégration des entreprises, des petites et moyennes entreprises des pays en voie de développement, dans les chaînes de valeur et dans les marchés mondiaux. Les Chefs d’Etats et de gouvernement  réaffirment  leur engagement à adopter  un mode de développement durable  approprié visant à atteindre les Objectifs de développement durable ( ODD) de l’Agenda 2030. Objectifs :  lutter contre la pauvreté, créer durablement de la richesse pour tous, assurer une gestion responsable des ressources naturelles et lutter contre les changements climatiques. A cet effet, le Canada, par la voix de son Premier Ministre, Justin Trudeau,  vient d’annoncer un investissement de  57 millions de dollars sur 5 ans pour lutter contre les changements climatiques sur le continent Africain, l’un des continents les plus vulnérables aux effets des  dérèglements climatiques. Les perspectives Les dirigeants francophones  considèrent que la création d’emplois, notamment pour les jeunes et les femmes,  doit être  le fruit d’une « croissance sobre en carbone, inclusive et partagée ». La Francophonie, doit, précisent-ils,  promouvoir un modèle économique préservant la biodiversité et  assurer aux générations futures de meilleures conditions de vie dans un environnement préservé. L’éducation doit être le fer de lance de  la poursuite de la mise en œuvre des 17 objectifs de développement durable d’ici à 2030, ainsi que le suivi du cadre d’action d’Education 2030,  adopté à Inchéon en mai 2015, en Corée du Sud. Ambitions d’Inchéon : permettre un apprentissage de qualité tout au long de la vie pour tous,  à tous les niveaux de l’éducation, par un enseignement élargi, à travers  l’enseignement à la recherche et  la formation technique et professionnelle. A Antananarivo, le président malgache, Hery Rajaonarimampianina, a accueilli une vingtaine de chefs d’Etat et de chef de gouvernement ont participé au Sommet, dont...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer