Appel à film pour la sixième édition du Festival Deauville Green Awards
Mar31

Appel à film pour la sixième édition du Festival Deauville Green Awards

Appel à film pour la sixième édition du Festival Deauville Green Awards Par Houmi Ahamed-Mikidache Les entreprises, institutions, ONG et collectivités luttant contre les changements climatiques ont jusqu’au 28 avril pour participer au festival Deauville Green Awards. Créé il y a six ans, le festival Deauville Green Awards  a pour objectif de valoriser les films institutionnels, spots et documentaires autour du développement durable et des éco-innovations. Présenté comme la fenêtre mondiale sur l’environnement, la communication et le développement durable, le  Deauville Green Awards proposera de nombreuses projections spéciales et actions à destination des festivaliers et du grand public. Une opportunité pour tous les acteurs de l’audiovisuel, de la communication et  du développement durable et de la RSE de toute l’Europe et du monde de se retrouver. Au programme, trois compétitions : Spots de deux minutes ( Messages courts de sensibilisation), Info de 25 minutes ( Films d’information, médias audiovisuels des collectivités, entreprises, ONGS), Docu ( Documentaires, Programmes TV, Webdocs). Quatorze catégories avec comme thèmes principaux les grands enjeux environnementaux ( lutte et adaptation au changement climatique, préservation de la biodiversité), les domaines d’application écologique ( la transition énergétique, agriculture et sylviculture durables, habitat, bâtiment, urbanisme, transport, éco-mobilité…), les questions de société ( Santé et cadre de vie, Handicap, diversité, solidarité, transition démographique…). Le 29 juin 2017, lors de la cérémonie de remise des prix, le jury de professionnels  décernera les Totem d’or et d’argent aux meilleures productions de chaque catégorie et section.     Teaser des Deauville Green Awards 2017 from Deauville Green Awards on Vimeo....

Read More
To Bonn and Beyond
Fév14

To Bonn and Beyond

To Bonn and Beyond Message from the Incoming COP 23 President Prime Minister of Fiji Frank Bainimarama   Maintaining  the momentum of the Paris Agreement Bula vinaka! Wherever you are the world, I convey my warmest greetings, along with the greetings of the Fijian people. Fiji assumes the Presidency of COP 23 determined to maintain the momentum of the 2015 Paris Agreement and the concerted effort to reduce carbon emissions and lower the global temperature, which was reinforced at COP 22 in Marrakesh. To use a sporting analogy so beloved in our islands, the global community cannot afford to drop the ball on the decisive response agreed to in Paris to address the crisis of global warming that we all face, wherever we live on the planet. That ball is being passed to Fiji and I intend, as the first incoming COP president from a Small Island Developing State, to run with it as hard as I can. We must again approach this year’s deliberations in Bonn as a team – every nation playing its part to combat the rising sea levels, extreme weather events and changing weather patterns associated with climate change. And I will be doing everything possible to keep the team that was assembled in Paris together and totally focused on the best possible outcome. “Our concerns are the concerns of the entire world” I intend to act as COP President on behalf of all 7.5 billion people on the planet. But I bring a particular perspective to these negotiations on behalf of some of those who are most vulnerable to the effects of climate change – Pacific Islanders and the residents of other SIDS countries and low-lying areas of the world. Our concerns are the concerns of the entire world, given the scale of this crisis. We must work together as a global community to increase the proportion of finance available for climate adaptation and resilience building. We need a greater effort to develop products and models to attract private sector participation in the area of adaptation finance. To this end, I will be engaging closely with governments, NGOs, charitable foundations, civil society and the business community. I appeal to the entire world to support Fiji’s effort to continue building the global consensus to confront the greatest challenge of our age. We owe it not only to ourselves but to future generations to tackle this issue head on before it is too late. And I will be counting on that support all the way to Bonn and beyond....

Read More
Comment faire face à la pollution atmosphérique ?
Déc17

Comment faire face à la pollution atmosphérique ?

Comment faire face à la pollution atmosphérique ? Par Houmi Ahamed-Mikidache   La Stratégie de la Commission Européenne En décembre 2013, la Commission Européenne a publié un programme avec des  objectifs stratégiques de lutte contre la pollution de l’air à l’horizon 2020 et 2030 : « Air pur pour l’Europe. » Récemment, le Parlement européen et le Conseil Européen ont fixé  des limites pour les cinq principaux polluant en Europe à réduire d’ici 2030 : -49% pour les particules fines (PM2,5), -79% pour  le dioxyde de soufre,-63% pour  les oxydes d’azote,-40% pour  les composés organiques volatils non méthaniques et -19% pour l’ammoniac. D’après la commission de l’Union Européenne, une fois mise en place,  la directive permettra de réduire de près de 50 % d’ici à 2030 les effets néfastes de la pollution de l’air pour la santé, tels que les maladies respiratoires et les décès prématurés. La directive  entrera en vigueur le 31 décembre 2016. Cette directive devrait également avoir un «  effet bénéfique sur la qualité de l’eau douce, des sols et des écosystèmes. » Elle devrait ainsi « limiter l’incidence des particules nocives contribuant au changement climatique ». Comment la France fait face à la pollution de l’air? Depuis le 30 novembre 2016, plusieurs régions françaises connaissent des épisodes de pollution liés  à l’impact du trafic routier et à certains systèmes de chauffage. Les villes vivent actuellement en circulation alternée  lors de pic de pollution importants. La Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, vient de signer de conventions intitulées « villes respirables en cinq ans » avec la communauté urbaine d’Arras et la Communauté Urbaine de Dunkerque. Chaque territoire bénéficiera d’un appui financier d’un million d’euros. Avec 197 700 habitants et 17 communes concernées, la Communauté Urbaine de Dunkerque, verra, entre autres,, sa flotte de bus renouvelée ( bus électriques notamment), aura des outils de communication pour agir sur les comportements. La Communauté urbaine fera aussi l’acquisition de véhicules propres pour l’entretien des espaces verts et concevra un nouveau Plan local d’Urbanisme intercommunal intégrant la qualité de l’air. Avec 101 879 habitants et 39 communes concernées, la communauté urbaine d’Arras fera un achat de vélos pour le développement d’un service de location de vélos, aménagera des pistes cyclables, mettra en place des supports d’information sur la qualité de l’air pour les particuliers ( fanions, internet), fera une étude pour la mise en place d’unité de distribution d’énergie renouvelable mutualisée pour les bus et bennes à ordures. La Communauté urbaine d’Arras permettra la modélisation de la qualité de l’air par la réalisation d’une carte stratégique de la qualité de l’air. Que dit la Nasa? L’Agence Spatiale Américaine, la Nasa, vient de diffuser une nouvelle vidéo:  une perspective globale du Dioxide du...

Read More
World Green Economy Organization :  A New approach from the Arab world
Nov26

World Green Economy Organization : A New approach from the Arab world

World Green Economy Organization :  A New approach from the Arab world Recently at the UN Climate Conference in Marrakech, the World Green Economy Organization was announced globally in presence of  Dr Thani Bin Ahmed Al Zeyoudi, United Arab Emirates Minister of Climate Change and the Environment,  Saeed Mohammed Al Tayer, Vice Chairman, Dubai Supreme Council of Energy, and Chairman of the board of the World Green Economy Organisation (WGEO) and Helen Clark, Administrator of the United Nations Development Programme (UNDP). By Houmi Ahamed-Mikidache Towards a green economy “The World Green Economy Organization aims to support the implementation of the Paris Agreement and increase awareness on climate change to enhance the shift towards a green economy and a low carbon economy that is climate-resilient, resource-efficient, and socially inclusive,” said in Morocco Saeed Mohammed Al Tayer, Vice Chairman, Dubai Supreme Council of Energy, and Chairman of the board of the World Green Economy Organisation (WGEO), during the global launch of the World Green Economy Organization in Marrakech (Morocco). “ Launching WGEO at this time reflects the relentless efforts to achieve the Sustainable Development Goals outlined in the United Nations 2030 Agenda for Sustainable Development,” he added . After the October 2016 third World Green Economy Summit in Dubai, the 22nd session of the Conference of the Parties, COP 22, in Marrakesh, Morocco, was an opportunity for the Arab world to show its willing to diversify its economy and also a way to promote its willing to work with all countries around the world towards a green economy. Dubai Plans Last June, Mr Al Tayer, announced in Dubai that  his country will build within the next five years  a largest Concentrated Solar Power (CPS) which will generate  1,000 megawatts (MW) of power by 2030 as part of the Dubai Clean Energy Strategy to generate 75 per cent of Dubai’s power from clean energy by 2050. This solar project could reduce more than 6.5 million tonnes of CO2. It can therefore meet its pledges linked to the Paris Agreement : keep global warming temperatures below 2°C in a long term goal, he added. The project will even surpass the existing world’s largest CPS tower in Morocco that has a power generating capacity of 150MW, senior energy officials said. How the World Green Economy Organization will work? According to Mr Al Tayer, the World Green Economy Organization, based in Dubai,  will play an instrumental role in mitigating climate change.   It will serves as a mechanism for adaptation and mitigation to climate change by generating new solutions for sustainable energy, water and other environmental challenges. How ? “by lowering the risk of green economy investments and bridging...

Read More
Ces femmes vont-elles bénéficier de l’initiative Triple A?
Nov25

Ces femmes vont-elles bénéficier de l’initiative Triple A?

Ces femmes vont-elles bénéficier de l’initiative Triple A? D’après la déclaration de Marrakech, les Etats devraient ” renforcer et soutenir les efforts pour éradiquer la pauvreté, assurer la sécurité alimentaire, et prendre des mesures rigoureuses pour lutter contre les défis des changements climatiques dans le domaine de l’agriculture.” Pour pallier aux manques de connaissances sur les changements climatiques, le Bénin, devrait bientôt abriter un centre de recherche agricole, a récemment informé le président du Bénin, Patrice Talon, lors du Segment de Haut Niveau pendant la COP 22 . Où doivent se positionner les femmes béninoises ? Alors qu’elles se battent pour avoir droit aux terres, elles font face aujourd’hui à plusieurs défis : l’impossibilité d’agir face aux changements climatiques et le manque d’accompagnement. Ces Femmes de Kpero Guerra dans la Commune de Parakou ( la plus grande ville du Nord du Bénin) pourront-elles bénéficier de l’initiative Triple A, Adaptation, Agriculture, Africaine? Reportage d’Hippolyte Agossou Ces femmes vont-elles bénéficier de l’initiative Triple...

Read More
COP 22 : Préparation de la participation du Bénin
Nov05

COP 22 : Préparation de la participation du Bénin

COP 22 : Préparation de la participation du Bénin  En prélude à la COP 22, le comité national en charge des changements climatiques au Bénin uniformise ses actions. La semaine dernière, scientifiques, négociateurs béninois et acteurs de la société civile se sont réunis à huis clos. Objet principal de leurs discussions : l’unité africaine. Par Hippolyte Agossou En prélude à la COP 22, le comité national en charge des changements climatiques au Bénin uniformise ses actions. La semaine dernière, scientifique, négociateurs béninois et acteurs de la société civile se sont réunis à huis clos. Objet principal de leurs discussions : l’unité africaine. En  2015, 81 milliards de dollars  ont été mobilisés pour des projets financés par les six plus grandes banques multilatérales de développement, selon un rapport présenté par la Banque Mondiale . L’Afrique ne bénéficie  que de 9% de ce  montant, précise le rapport. Les projets africains sont jugés non ” bancables”, soulignent les experts. La COP 22,  toujours selon  les experts, devrait permettre au continent d’obtenir plus de fonds et une autre approche pour lutter contre les changements climatiques. Autres priorités: l’action. ” Nous allons rappeler aux décideurs ces différentes décisions  prises[ lors de la COP 21] pour que l’action accompagne les décisions,” explique, dans le reportage ci-dessous,  Christian Hounkannou, acteur de la société civile du Bénin....

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer