Tabi Joda-Column: ” It is  time to reverse the trends!”
Juil30

Tabi Joda-Column: ” It is time to reverse the trends!”

Tabi Joda-Column: ” It is  time to reverse the trends!” In Nigeria, Ghana and Cameroon alone, 50 metric tons of plastic fragments food packages, straws and table water bottles and empty sachet water bags are drained into the Atlantic Ocean every day. But it is time to reverse the trends.  It is everyone’s responsibility not only governments to protect the planet.     Over the last ten years the amount of plastic bags produced and used worldwide surpass the amount produced and used during the whole of the 20th century. Regrettably, 50% of the plastic we use, we just use them once and throw away. If we can place in a heap the amount of plastic bags we throw away into the environment each year, it will stretch from earth to the moon and back twenty five times. Globally, more than one million plastic bags are used every minute and an average individual throws away approximately 185 kg of plastic waste per year. An average household dumps about 900kg of plastic waste in a year. Similarly, an approximate 500 billion plastic bags are used and 135 billion plastic water bottles are thrown away every year. Plastic waste accounts for around 10 percent of the total waste generated in households worldwide.   The disaster Risk!     Every piece of plastic in the ocean breaks down into segments such that pieces from a single liter of plastic bottle could end up on every beach throughout the world. Similarly, almost every farmland is partially covered by plastic. Apart from the harmful effects of plastic bags on animals, plants and aquatic life, the toxic chemical from plastic waste are harmful to the human body when absorbed. A study has shown that apart from Americans who have up to 93% of people tested positive for BPA (a plastic chemical), level of effect are even higher in other parts of the world especially Africa where recycling and waste management policies and orientations are low or even absent in most places. Other studies have shown that some of these compounds found in plastic have been known to alter human hormones or have other potential risk on human health.   Alongside the hazardous risks on human health, over one million sea birds and over 100,000 marine mammals are reportedly killed annually from toxins originating from plastic waste in our oceans. 44% of seabird species, 22% of cetaceans, 32% of sea turtle species and a growing list of fish species, crabs and prawns are killed by plastics or have their habitat altered by plastic in or around their bodies. Plastics also degrade soil quality leading to low crop productivity and consequently poverty,...

Read More
COP 23-Column: Addressing Youth Radicalization and Extremism beyond Hunger and Unemployment
Juil04

COP 23-Column: Addressing Youth Radicalization and Extremism beyond Hunger and Unemployment

COP 23-Column: Addressing Youth Radicalization and Extremism beyond Hunger and Unemployment By Tabi Joda* The mantra One of the most turbulent distractions to mainstream global issues is perhaps, youth radicalization and extremism. The deleterious effects of climate change and natural disasters have increased unsustainable socioeconomic practices. Unfortunately, global and local actors seem to misunderstand the potential and actual motivations surrounding this emerging phenomenon. The mantra of hunger and unemployment is dominating local and international debates on the question. But there is apparently more to the question of radicalization and extremism, in relation to hunger and youths unemployment, than it reaches mainstream understanding.   There is global awe about a suddenly obvious proliferation of youth subscription into insurgent activities often propelled by extremist ideologies. That is a known fact. Vis-à-vis present demographic transitions, there is an ever rising trend of misguided population movements from rural peripheries into urban metropolis leading to alarmingly loud concentration of desperate youths in city centres especially in Africa. To that effect, it is ever more imperative to identify the vulnerabilities upon which youth radicalization and extremism lies. The complications get even worse when we try to answer the question why youths are increasingly being agents of destruction instead of being productive members of their communities.   Different narratives These trends have provoked several narratives from different development angels. But whether these narratives exist in cluster or not, the question at stake is as we feel the impacts of Boko haram insurgents in North East Nigeria and Far North of Cameroon, Alshabaab insurgents in almost all of Somalia including Kenya and beyond, and the Tuareg insurgent groups in Mali who are just about to completely retreat into the deserts, are these narratives based on old thinking or do they offer new thinking, new forms of measurement and research into the root causes of why youths are increasingly being radicalized and mobilized into extreme groups.   Much has been argued about tackling the unemployment crises that is keeping many youth idle and leaving them vulnerable as destructive agents rather than constructive ones. Other arguments have emerged about the question of alleviating youth poverty as a critical step to mitigating exposure of youths to radicalization through extremist groups. These assumptions are good, but it remains to be seen if the discussion will in fact lead to more research and a greater focus on evidence-based approaches tackling the root causes of the issues. “Development efforts have often been driven by assumptions and not evidence,” said Keith Proctor, a senior policy researcher at Mercy Corps. In a summit held a few years ago at the White House about countering violent extremism, the...

Read More
COY12: Renforcer l’autonomisation des jeunes
Oct27

COY12: Renforcer l’autonomisation des jeunes

COY12: Renforcer l’autonomisation des jeunes A la veille  de la 12ème Conférence de la jeunesse ( COY12) prévue du 4 au  6 novembre ,  quelques jours avant la  COP 22  à Marrakech, la jeunesse se mobilise et contribue à la lutte contre les changements climatiques. Eraenvironnement.com vous décrit quelques  initiatives. Présentation. Par Houmi Ahamed-Mikidache Que signifie la  COY 12 ? La COY 12, en anglais, ” the conference of youth” ( la conférence des jeunes) existe depuis 2005. Organisée chaque année en amont de la Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ( CCNUCC), elle contribue au débat sur l’action climatique par les jeunes. La jeunesse souhaite être parmi les acteurs de  la mise en application de l’Accord de Paris qui entrera en vigueur le 4 novembre prochain. Elle milite pour renforcer son rôle dans la lutte contre les changements climatiques, par l’éducation, le renforcement des capacités et l’autonomisation. “Ce n’est qu’en autonomisant les jeunes dans les différents processus de prise de décision que nécessite la transition vers le bas carbone et une plus grande résilience que la protection du climat est possible. Nous nous réjouissons de fournir une plate-forme pour les jeunes dans la ville de la COP22 pour démontrer l’importance qu’ils ont dans l’action climatique et pour renforcer les réseaux de jeunes africains qui travaillent sur la durabilité et le développement bas carbone”, a déclaré à la CCNUCC récemment Fadoua Brour, membre de l’organisation de la jeunesse marocaine chargée de la conférence de la jeunesse. Dans l’Océan Indien et dans le monde ,  la jeunesse  se mobilise du 28 au 30 octobre . Les travaux effectués serviront de base et seront présentés sous forme de déclaration  lors de la COP22. Mobilisation mondiale Fadoua Brour Présidente et Fondatrice de la Moroccan Youth Climate Movement ( MYCM), Fadoua Brour se définit comme ambitieuse, énergique et positive. Mais cette jeune femme est aussi altruiste. Son combat :  les droits humains. Elle coordonne ainsi le réseau des actions climatiques et des femmes de la planète (WECAN sigle anglais) pour la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord.  Elle dispose d’ un MBA spécialisé en droits des Affaires.  Fadoua Brour organise des conférences, des caravanes, des campagnes de sensibilisation ainsi que des ateliers en faveur des jeunes et des femmes. Elle fait partie des membres actifs de la douzième édition de la conférence de la Jeunesse ( COY 12).   Le Réseau Climat Océan Indien (RCOI) Comores  composé  de jeunes leaders issus de différents mouvements associatifs accueille  aujourd’hui  la COY12 Océan Indien.  Après Madagascar, l’an dernier, c’est au tour de la jeunesse comorienne d’accueillir 200 jeunes...

Read More
Le Ndor : pour la sécurité alimentaire
Juin11

Le Ndor : pour la sécurité alimentaire

Le Ndor : pour la sécurité alimentaire L’ arbre  Ndor ou Andok peut contribuer à la sécurité alimentaire au Cameroun, selon les chercheurs du Centre International en Recherche forestière (CIFOR). Situé au Cameroun, au Gabon, en Angola, en République Démocratique du Congo, à Sao Tomé et principé, mais aussi au Nigeria et en Côte d’Ivoire (…), ce manguier  connu sous le nom scientifique d’ «  Invigia Gabonentis » extrait des fruits dont la pulpe et les graines sont très appréciées par les populations. La valeur marchande est en train d’atteindre une côte fulgurante en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest. Pour le chercheur Abdon Awono, du Centre International en recheche foréstière (CIFOR), qui a longuement travaillé sur la commercialisation de ce produit, le marché  du ndor est un marché qui n’a rien a envier aux cultures de rentes. «  C’est le cacao des femmes, » répète-t-il. La préparation et la transformation des graines se font en effet  par les femmes. Avec un usage traditionnel. Des graines sont ainsi extraites de l’amande des fruits, par fendage, à l’aide d’une machette. Elles sont ensuite séchées au soleil pendant des semaines. Après le séchage, les graines sont décortiquées puis grillées à l’huile. Elles après broyées dans un mortier, puis placées dans une marmite, entourée de feuilles de bananier. C’est au feu de bois que la cuisson se fait pour  fondre la matière grasse. Résultat : après refroidissement, naissance d’un produit brun-gris à l’odeur entre le cacao torréfié et l’amande grillée. Mais, depuis quelques années, les scientifiques travaillent sur des modes de productions plus rentables et écologiques. Les familles se sont aussi adaptées, plus de cuisson unique au feu de bois.  Les petits producteurs doivent s’adapter et faire face aussi à la loi forestière et faunique, qui est pour eux, un réel frein pour le développement de leurs activités. Un passage indispensable pour lutter contre les changements climatiques. Reportage de Line  Batongue       CHAINE DE VALEUR REPORTAGE A propos de Line Batongue Anaba Epsel Line Batongue est une journaliste/productrice sur  la chaine publique du Cameroun – la Cameroon Radio and Television Corporation (CRTV). Elle détient un Master en communication sur la santé et l’environnement. Depuis 2009, elle est productrice d’une émission hebdomadaire de 26 minutes sur l’environnement intitulée ENVIROMONDE ainsi qu’un micro programme quotidien de 5 minutes sur l’environnement. De 2009 à 2012, Line a été secrétaire générale de l’association des journalistes scientifiques (SciLife). Elle est membre de plusieurs associations de journalistes spécialisés : la World Federation of Science Journalists (WFSJ) et le Réseau des journalistes sur les forêts et la faune (REJOFF)… Line a participé à plusieurs rencontres internationales sur le changement climatique comme la COP21...

Read More
Changement climatique et Protection des forêts au Cameroun
Juin01

Changement climatique et Protection des forêts au Cameroun

Changement climatique et Protection des forêts au Cameroun   La gestion durable des ressources forestières du Cameroun est essentielle pour la protection du patrimoine forestier de ce pays d’Afrique Centrale . L’exploitation illégale et toutes les atteintes à l’environnement sont à l’origine de la dégradation des forêts et contribue au réchauffement climatique. La gestion durable des forêts passe par des actions combinées et améliorées des acteurs principaux : les agents de l’Etat, les exploitants forestiers, les partenaires internationaux, et la société civile. Dans le secteur forestier au Cameroun, des efforts ont certes été consentis. Mais, le chemin est encore long. La région du littoral, porte de sortie du Cameroun, est un lieu d’observation des actes illégaux. Toutes les essences de bois sont notamment prisées par la Chine. Depuis mai 2010, le Cameroun a signé un accord international, avec l’Union européenne: l’ Accord Volontaire de Partenariat FLEGT (APV). Objectifs: améliorer la gouvernance forestière du pays et à s’assurer que le bois importé dans l’Union européenne remplit toutes les exigences réglementaires du Cameroun. De nombreux pays dont le Ghana, le Congo Brazzaville ont signé cet accord. Reportage de Line Renée Batongué sur la gestion forestière au Cameroun. Première Partie       Protection des forêts au Cameroun Deuxième Partie       Protection des Forêts Line 2   A propos de Line Batongue Anaba Epsel Line Batongue est une journaliste/productrice sur  la chaine publique du Cameroun – la Cameroon Radio and Television Corporation (CRTV). Elle détient un Master en communication sur la santé et l’environnement. Depuis 2009, elle est productrice d’une émission hebdomadaire de 26 minutes sur l’environnement intitulée ENVIROMONDE ainsi qu’un micro programme quotidien de 5 minutes sur l’environnement. De 2009 à 2012, Line a été secrétaire générale de l’association des journalistes scientifiques (SciLife). Elle est membre de plusieurs associations de journalistes spécialisés : la World Federation of Science Journalists (WFSJ) et le Réseau des journalistes sur les forêts et la faune (REJOFF). Line a participé à plusieurs rencontres internationales sur le changement climatique comme la COP21 à Paris et au symposium des 3 bassins forestiers du monde. Elle a reçu de nombreux prix sur le journalisme...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer