COY12: Renforcer l’autonomisation des jeunes
Oct27

COY12: Renforcer l’autonomisation des jeunes

COY12: Renforcer l’autonomisation des jeunes A la veille  de la 12ème Conférence de la jeunesse ( COY12) prévue du 4 au  6 novembre ,  quelques jours avant la  COP 22  à Marrakech, la jeunesse se mobilise et contribue à la lutte contre les changements climatiques. Eraenvironnement.com vous décrit quelques  initiatives. Présentation. Par Houmi Ahamed-Mikidache Que signifie la  COY 12 ? La COY 12, en anglais, ” the conference of youth” ( la conférence des jeunes) existe depuis 2005. Organisée chaque année en amont de la Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ( CCNUCC), elle contribue au débat sur l’action climatique par les jeunes. La jeunesse souhaite être parmi les acteurs de  la mise en application de l’Accord de Paris qui entrera en vigueur le 4 novembre prochain. Elle milite pour renforcer son rôle dans la lutte contre les changements climatiques, par l’éducation, le renforcement des capacités et l’autonomisation. “Ce n’est qu’en autonomisant les jeunes dans les différents processus de prise de décision que nécessite la transition vers le bas carbone et une plus grande résilience que la protection du climat est possible. Nous nous réjouissons de fournir une plate-forme pour les jeunes dans la ville de la COP22 pour démontrer l’importance qu’ils ont dans l’action climatique et pour renforcer les réseaux de jeunes africains qui travaillent sur la durabilité et le développement bas carbone”, a déclaré à la CCNUCC récemment Fadoua Brour, membre de l’organisation de la jeunesse marocaine chargée de la conférence de la jeunesse. Dans l’Océan Indien et dans le monde ,  la jeunesse  se mobilise du 28 au 30 octobre . Les travaux effectués serviront de base et seront présentés sous forme de déclaration  lors de la COP22. Mobilisation mondiale Fadoua Brour Présidente et Fondatrice de la Moroccan Youth Climate Movement ( MYCM), Fadoua Brour se définit comme ambitieuse, énergique et positive. Mais cette jeune femme est aussi altruiste. Son combat :  les droits humains. Elle coordonne ainsi le réseau des actions climatiques et des femmes de la planète (WECAN sigle anglais) pour la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord.  Elle dispose d’ un MBA spécialisé en droits des Affaires.  Fadoua Brour organise des conférences, des caravanes, des campagnes de sensibilisation ainsi que des ateliers en faveur des jeunes et des femmes. Elle fait partie des membres actifs de la douzième édition de la conférence de la Jeunesse ( COY 12).   Le Réseau Climat Océan Indien (RCOI) Comores  composé  de jeunes leaders issus de différents mouvements associatifs accueille  aujourd’hui  la COY12 Océan Indien.  Après Madagascar, l’an dernier, c’est au tour de la jeunesse comorienne d’accueillir 200 jeunes...

Read More
Le Ndor : pour la sécurité alimentaire
Juin11

Le Ndor : pour la sécurité alimentaire

Le Ndor : pour la sécurité alimentaire L’ arbre  Ndor ou Andok peut contribuer à la sécurité alimentaire au Cameroun, selon les chercheurs du Centre International en Recherche forestière (CIFOR). Situé au Cameroun, au Gabon, en Angola, en République Démocratique du Congo, à Sao Tomé et principé, mais aussi au Nigeria et en Côte d’Ivoire (…), ce manguier  connu sous le nom scientifique d’ «  Invigia Gabonentis » extrait des fruits dont la pulpe et les graines sont très appréciées par les populations. La valeur marchande est en train d’atteindre une côte fulgurante en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest. Pour le chercheur Abdon Awono, du Centre International en recheche foréstière (CIFOR), qui a longuement travaillé sur la commercialisation de ce produit, le marché  du ndor est un marché qui n’a rien a envier aux cultures de rentes. «  C’est le cacao des femmes, » répète-t-il. La préparation et la transformation des graines se font en effet  par les femmes. Avec un usage traditionnel. Des graines sont ainsi extraites de l’amande des fruits, par fendage, à l’aide d’une machette. Elles sont ensuite séchées au soleil pendant des semaines. Après le séchage, les graines sont décortiquées puis grillées à l’huile. Elles après broyées dans un mortier, puis placées dans une marmite, entourée de feuilles de bananier. C’est au feu de bois que la cuisson se fait pour  fondre la matière grasse. Résultat : après refroidissement, naissance d’un produit brun-gris à l’odeur entre le cacao torréfié et l’amande grillée. Mais, depuis quelques années, les scientifiques travaillent sur des modes de productions plus rentables et écologiques. Les familles se sont aussi adaptées, plus de cuisson unique au feu de bois.  Les petits producteurs doivent s’adapter et faire face aussi à la loi forestière et faunique, qui est pour eux, un réel frein pour le développement de leurs activités. Un passage indispensable pour lutter contre les changements climatiques. Reportage de Line  Batongue       CHAINE DE VALEUR REPORTAGE A propos de Line Batongue Anaba Epsel Line Batongue est une journaliste/productrice sur  la chaine publique du Cameroun – la Cameroon Radio and Television Corporation (CRTV). Elle détient un Master en communication sur la santé et l’environnement. Depuis 2009, elle est productrice d’une émission hebdomadaire de 26 minutes sur l’environnement intitulée ENVIROMONDE ainsi qu’un micro programme quotidien de 5 minutes sur l’environnement. De 2009 à 2012, Line a été secrétaire générale de l’association des journalistes scientifiques (SciLife). Elle est membre de plusieurs associations de journalistes spécialisés : la World Federation of Science Journalists (WFSJ) et le Réseau des journalistes sur les forêts et la faune (REJOFF)… Line a participé à plusieurs rencontres internationales sur le changement climatique comme la COP21...

Read More
COP 22 Maroc : Atelier francophone sur la finance climatique
Mai03

COP 22 Maroc : Atelier francophone sur la finance climatique

COP 22 Maroc : Atelier francophone sur la finance climatique Le second atelier régional sur la finance climatique pour les pays francophones a lieu à Casablanca au Maroc du 3 au 5 mai. Cet atelier permet aux pays francophones de comprendre  les modalités d’accès aux financements d’adaptation aux changements climatiques. Description. Par Houmi Ahamed-Mikidache Le contexte Organisé par l’Institut de la Francophonie pour le Développement (IFDD) en collaboration avec le fonds d’adaptation, le centre 4C (Climate Change Competences Centre) et l’Agence pour le Développement Agricole (ADA) , le second atelier francophone régional  sur le climat ( après celui de Dakar) permet aux pays de comprendre les modalités d’accès aux financements de projets et de programmes d’adaptation aux effets des changements climatiques au niveau national et local, d’après Arona Soumaré, chargé de programme à l’Institut de la Francophonie pour le développement durable. Cet atelier offre de grandes opportunités pour les pays en développement francophones sur l’accès aux finances publiques des changements climatiques au niveau international, selon M. Soumaré. L’atelier intervient dans le cadre du programme de renforcement des capacités permettant aux pays francophones de respecter leurs engagements vis-à-vis des conventions environnementales de Rio : la convention sur les changements climatiques, la convention sur la diversité biologique et celle sur la lutte contre la désertification. Cet atelier, selon les organisateurs, réaffirme la volonté de la francophonie de rendre accessible l’information en français sur les procédures d’accès au financement du climat. Son contenu Le premier jour de l’atelier est consacré à l’accréditation. Les participants sont sensibilisés aux processus d’accréditation de la finance climatique  : normes fiduciaires, environnementales et sociales, soutien à la préparation, succès et défis. Une mise au point de la finance climatique dans les pays francophones est actuellement présentée. Il y a aussi une identification des besoins des pays souhaitant obtenir une accréditation. Le jour suivant est consacré au développement et à la mise en en œuvre de projet du Fonds d’Adaptation. Cette journée prend en compte la problématique du financement climat et le genre. Les participants discutent des mesures post-accréditation et des meilleurs pratiques dans le développement et la mise en œuvre de projets. La troisième journée est consacrée à la collaboration multi-intervenants. Des stratégies régionales de mobilisation de la finance climatique dans les pays francophones sont évoquées. D’autres mécanismes internationaux de financement climatique sont analysés. La question du rôle du secteur privé dans la vulgarisation de l’adaptation et le financement fait l’objet de discussions. Quels sont les pays concernés  par cet atelier? Le Bénin, le Burkano Faso, le Cap Vert, le Sénégal, le Togo, le Niger, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Maroc, la Tunisie,...

Read More
Le Chitoumou
Oct11

Le Chitoumou

Le Chitoumou Connue sous le nom de chitoumou (en Dioula burkinabé), la chenille de Karité est consommée depuis de nombreuses années en Afrique, notamment au Burkina Faso, au Ghana, en Côte d’Ivoire et aussi au Nigéria. A Bobo-Dioulasso, à l’ouest du Burkina, les femmes s’attèlent tous les ans , à partir du mois de mai, à la récolte de cet insecte, second fruit du karité, après la noix. Par Houmi Ahamed-Mikidache ( Options Futurs-Octobre 2013) Les femmes possèdent le monopole de la recherche, du conditionnement, de la vente des noix et du chitoumou. C’est un business. Les prix des boîtes de chitoumou varieraient entre 500 et 1500 francs CFA ( entre 0, 76 centimes d’euros et 2,29 euros). A l’ouest du Burkina Faso, ces chenilles se substituent à la viande ou au poisson et les habitants en raffolent . Il y aurait plus de protéines dans les chenilles que dans la viande de boeuf ou dans le poisson.. Mais la filière de la vente de chitoumou n’est pas maîtrisée. Il n’existe aucun contrôle et au-cune organisation du marché. Dans le cadre d’un projet , FasoProt, présenté en compétition interne à l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement à Ouagadougou, Kahitouo Hien et Christophe Douviri, deux jeunes étudiants veulent valoriser, les apports en protéines de la chenille de karité. FasoProt consiste à proposer des solutions nutritionnelles destinées au enfants de moins de 5 ans. Les chenilles sont consommées séchées ou bouillies. Mais elles peuvent être aussi transformées en poudre (enrichie en vitamines et en minéraux). Intégrée dans la bouillie de mil nourrisson, cette poudre devient un complément alimentaire. « Quand on a découvert que le projet avait un plus grand potentiel , on a décidé de se lancer dans les compétitions à l’international », explique Kahitouo Hien. En juin dernier, les deux étudiants participent à un concours de l’université Berkley aux Etats-Unis. Cette compétition réunit des projets d’entreprises provenant de grandes écoles dans le monde. Ils reçoivent le prix du Meilleur impact social du concours Global social venture compétition (GSVC). En plus de leur prix, ces deux jeunes burkinabés ont reçu un chèque de 10 000 dollars. Avec cette somme conséquente, ils travaillent sur des tests de laboratoire. Six mois après la fin de leurs études, ils intègrent l’incubateur 2IE et développe leur projet. Ils bénéficient d’un contrat de travail avec l’école et décide de regrouper les fem-mes en association afin de développer un agro-business en professionnalisant la filière du chitoumou. Leur stratégie : s’implanter dans les grandes villes comme Ouagadougou. « La chenille n’est pas un tabou pour ceux qui ne la consomment pas. C’est juste qu’ils n’ont pas l’habitude d’en manger...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer