L’environnement : « source d’opportunités » – Ibrahim Thiaw
Juil20

L’environnement : « source d’opportunités » – Ibrahim Thiaw

L’environnement : « source d’opportunités » – Ibrahim Thiaw La combinaison de la technologie et de l’environnement peut créer d’énormes opportunités, non seulement en Afrique, mais aussi à travers le monde, selon Ibrahim, Thiaw, Directeur exécutif adjoint du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Démonstration. Par Houmi Ahamed-Mikidache Le numérique : un atout considérable « Beaucoup de jeunes bien formés entrent sur le marché du travail et découvrent à travers l’environnement une opportunité d’innover, de créer des emplois et de faire des affaires », a souligné récemment  Ibrahim Thiaw ,  Directeur exécutif adjoint du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), lors d’un Forum politique de haut-niveau sur le développement durable à l’ONU. « La semaine dernière, 15 start-ups africaines ont été récompensées par le PNUE pour leurs innovations respectueuses de la planète, démontrant que  l’environnement n’est pas un fardeau, que c’est du business et qu’il y a des opportunités pour créer des emplois et de la richesse, » a-t-il affirmé à l’ONU. Pour le Directeur exécutif adjoint du Programme des Nations Unies Pour le Développement, la combinaison de la technologie et de l’environnement peut créer d’énormes opportunités, non seulement en Afrique, mais aussi à travers le monde. « D’ici 10 ans, vous n’aurez plus de compte bancaire, votre compte sera sur votre téléphone mobile. » Et d’ajouter : C’est au Kenya que la première transaction financière s’est faite sur un téléphone mobile  : l’Afrique est un continent qui est particulièrement ouvert aux technologies. » Quel pourrait être le rôle de la finance durable ? Pour le Directeur exécutif adjoint du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, investir sans tenir compte des conséquences sur le plan climatique est extrêmement risqué. « Les risques pour les investisseurs aujourd’hui sont d’ignorer le climat et d’investir dans des industries qui ne soient pas respectueuses du climat, qui ne soient pas résilientes face au climat et qui ne répondent pas aux tests du climat », a-t-il prévenu. Récemment 11 banques d’envergures mondiales se sont engagées à travailler avec le PNUE sur la transparence climatique  et sur les marchés financiers.  M. Thiaw s’est  ainsi félicité de la réaction « très positive » du secteur de la finance, y compris de la part des compagnies d’assurances, et a salué ce début d’éveil et de prise de conscience. « Les banques les plus intelligentes comprennent qu’il y a une dynamique mondiale, que le financement de l’action climatique est essentiel et qu’en tant que banques, elles ne peuvent pas continuer à fermer les yeux et à continuer à financer des projets qui ne sont pas adaptés au climat », a-t-il déclaré. L’alimentation : un enjeu majeur M. Thiaw s’est prononcé en faveur de la mise en place de...

Read More
Poor plant bio-security: A threat to regional food security integration
Mar23

Poor plant bio-security: A threat to regional food security integration

   Poor plant bio-security: A threat to regional food security integration By Newton Vusa Sibanda While intra-regional agricultural trade can reduce food insecurity and be a stepping stone to industrialization, poor bio-security control capacity remains a major obstacle to trade in agricultural products, and can therefore limit income and food security of farmers, according to recent bio-security meeting. Indeed, biosecurity experts from 10 Central and East African countries met in Lusaka ( Zambia) recently for the fourth Africa Plant Biosecurity Network workshop.    Common Market The network meetings are a key component of the Australia-Africa Plant Biosecurity Partnership (AAPBP. It brought together African biosecurity professional fellows and industry members from Burundi, Ethiopia, Kenya, Malawi, Mozambique, Rwanda, Tanzania, Uganda, Zambia and Zimbabwe with Australian biosecurity colleagues to share information, provide ongoing mentoring, and boost training and outreach. It also improved national and regional quarantine and plant protection capacity, thereby lifting crop yields, enabling safe regional trade, expanding international market access opportunities and securing greater food security for the region. Common Market for Eastern and Southern Africa (COMESA) secretary General Sindiso Ngwenya is upbeat about the prospects of regional integration and called for efforts to address constraints such as poor bio-security control capacity. Mr Ngwenya said that a key result of regional integration should be increased intra-regional trade. Intra-regional trade has indeed increased from US$3.2 billion in 2000 when the free trade area (FTA) was launched to around US$20 billion. “However, this still amounts to less than 10 percent of total trade with the world. The secretariat has done a study to show that although intra-COMESA trade is currently low, there is a potential trade worth US$82 billion,” he said. “We need to work out how to realise that enormous potential,” Mr Ngwenya added. To him, many of COMESA’s 19 member states heavily dependent on agriculture, the production and trade of agricultural produce is of high priority. “Intra-regional agricultural trade can  reduce food insecurity, so we must address constraints to this trade such as biosecurity,” Mr Ngwenya said. “Those army worms do not need visas to cross borders. As COMESA, we are trying to open borders for free movement but not in a devastating manner like army worms,” he claimed. He attributed the lower intra-regional trade to costs of non-tariff measures, including sanitary and phytosanitary (SPS) or biosecurity, which he said are higher than they need to be.  COMESA is leading studies to examine the actual costs of SPS measures,  and how they can be reduced without affecting the levels of protection they are designed to provide, he recalled. Agriculture: challenges Zambia’s acting minister of Agriculture Jean Kapata said agriculture is a priority sector in Zambia as...

Read More

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer